Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4116 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02832.pdf (Éléments pour une nouvelle approche de l'âge du bronze en Bretagne : le cadre chronologique et les formes de l'habitat. rapport du projet collectif de recherche 2012)
  • projet collectif de recherches
  • Éléments pour une nouvelle approche de l'âge du bronze en Bretagne : le cadre chronologique et les formes de l'habitat. rapport du projet collectif de recherche 2012
  •  hache entière, très déformée, à ailerons subterminaux ;  fragments d’épées à languette tripartite, vraisemblablement de type pistilliforme atlantique.  ‐ 3 cônes de coulée et un déchet de coulée.  ‐ 3 bracelets entiers, un anneau large dont les extrémités se recouvrent (âge du Bronze
  •  ?) et enfin un anneau fermé  (âge du Bronze ?).  ‐ 2 fragments indéterminés : peut‐être un petit fragment de bouterolle losangique, ainsi qu’un fragment de lame à  un tranchant ( ?).    La composition de cet ensemble, bien que probablement incomplet, est relativement classique pour
  •   de  l’âge  du Bronze breton et fournir un premier référentiel sur les formes de l’habitat et l’occupation du sol du  Chalcolithique/Bronze ancien à l’étape finale du Bronze final (Hallstatt C).    • Typo-chronologie des productions céramiques et lithiques   Les  ensembles
  •   et  s’inscrit  dans  la  nouvelle  programmation  2011‐2013.  Rappelons  par  ailleurs  qu’il  s’agit  d’un  prolongement tout à fait naturel de l’enquête nationale sur l’âge du Bronze pilotée par M. Talon, C.  Marcigny et L. Carrozza mais aussi d’autres travaux (PCR Bronze en
  •  Normandie…).     Une  réunion  d’équipe  a  été  organisée  à  la  fin  du  moins  de  janvier  afin  d’engager  au  plus  tôt  les  moyens pour 2012. Malgré tout et en particulier pour les agents de l’INRAP, l’engagement des travaux  et de l’essentiel des moyens (jours/homme) s’est
  •   spécifiquement  sur  les  formes  de  l’habitat  (typologie,  topographie…)      2.2 Inventaire de la documentation et des données   La base de données constitue un élément important du projet puisque c’est en grande partie à partir  de celle‐ci que l’exploitation des données sera finalement
  •  tumulus.    5 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Bilan 2012 pour le Finistère  M. Fily (CG 29), C. Nicolas (Univ. Paris 1), Y. Pailler (Inrap)  avec la collaboration de P. Stéphan (CNRS) et L. Duigou (bénévole)      Inventaire des sépultures    En
  •  meilleure idée de ce qu’il nous reste à accomplir. Ce  travail,  même  incomplet,  permet  de  renouveler  considérablement  notre  connaissance  des  tombes  de  l’âge  du  Bronze  et  en  particulier  leur  répartition  à  la  pointe  de  la  Bretagne.  En  effet,  un  tel  travail
  •   de  son  fonds  d’archives  (sous  la  direction  de  M.‐Y.  Daire).  Une  grande  partie de la bibliographie avait été dépouillée et scannée en 2011. Cette tâche a été achevée cette année  grâce  au  fonds  des  bibliothèques  du  CRBC  à  Brest  et  de  la  MAE  à  Nanterre.  En
  • , ont aussi inventoriés les tombes de l’âge  du  Bronze  pour  le  département  de  l’Ille‐et‐Vilaine.  Notre  souhait  est  qu’à  terme  les  quatre  départements puissent être inventoriés de façon à avoir une vision globale du phénomène funéraire  en  Bretagne  à  l’âge  du  Bronze
  •  du Bronze ancien et une série  d’anomalies visibles en photographies aériennes.    Avec  l’aide  de  Lionel  Duigou,  deux  sorties  ont  été  effectuées  en  presqu’île  de  Crozon.  Outre  la  présence  de  talus  anciens  (parcellaires ?)  associés  à  l’éperon  laténien  de
  •   interprétée  comme cercle funéraire de l’âge du Bronze, la structure s’était révélée être du Moyen Age. Cependant,  les fouilles récentes (Lannion – Bel Air, Bédée – Le Pont aux Chèvres, Plérin – Eleusis…) montrent que,  dans la région, ces enclos semblent en très grande majorité
  •  correspondre à des structures funéraires de  l’âge  du  Bronze  ou  du  premier  âge  du  Fer.  Même  si,  sur  la  totalité  des  occurrences,  il  existe  certainement des exceptions, on peut donc raisonnablement estimer que la plupart de ces structures se  rattachent à la période qui
  •    (Dossiers communaux de l’UMR 6566 CReAAH, Université de Rennes 1)                11   Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne         Fig. 5  –  Bruz  (35),  Le  Chêne  Day.  Groupe  d’enclos  circulaires  associés  à  un  possible  enclos
  •   quadrangulaire.  Prospections  aériennes  de  Maurice  Gautier.  A  proximité  immédiate, d’autres enclos circulaires et des indices d’habitats de l’âge du Bronze ont  été récemment découverts dans le cadre d’opérations préventives (diagnostics menés  par L. Aubry à Bruz, Cicé
  •   Le travail de récolement de la documentation a, pour le moment, permis de rassembler un corpus de  près de 200 références. Les dates retenues couvrent toute la période de l’âge du Bronze et débordent  légèrement  sur  les  périodes  du  Chalcolithique  et  du  Premier  âge  du
  •   s’effectueront  donc  en  priorité sur le Bronze ancien et le début du Bronze moyen et notamment sur les ensembles mobiliers  de référence issus des sépultures.     Afin  d’interpréter  et  de  valoriser  au  mieux  les  données  chronologiques,  un  traitement  statistique  (analyse
  •   « atlantiques ».  C’est  ici  un  exemplaire  très  occidental.    Cet  ensemble  vient  compléter  avec  intérêt  le  corpus  de  dépôts  du  Bronze  Final  2  connu  à  l’heure  actuelle dans la région. Une description plus précise des pièces mentionnées, les dimensions et poids,  ainsi
  •   s’agit  principalement de haches de type breton. Une d’entre elles se rapproche de modèles normands.       23 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne                     Fig. 12 – Petit dépôt de haches à talon découvertes sur la commune de Marpiré
  •   toute  production  synthétique,  nous  tentons  de  publier  ou  de  présenter  rapidement et régulièrement les résultats de différents travaux :    • Publications    ‐ BLANCHET S. – De grands travaux de l’âge du Bronze : l’enceinte de la Tourelle à Lamballe (Côtes‐d’Armor
RAP03957 (Projet Collectif de Recherche. Formes, nature et implantations des occupations rurales en Bretagne du IVe s au XIe s.)
  • programme collectif de recherche
  • Projet Collectif de Recherche. Formes, nature et implantations des occupations rurales en Bretagne du IVe s au XIe s.
  • différents paradigmes. L’« objet » village médiéval et les occupations rurales du premier Moyen Âge sont alors discutés au sein de colloques, de congrès et d’articles évoquant cette fois une stabilisation plus précoce de l’habitat, c’est-à-dire, dès le premier Moyen Âge, voire dès
  • (Catteddu, Lauwers, Watteaux, 2021b, à paraître). L’essor de l’archéologie préventive en France, à partir des années 1980 et en particulier dès la décennie 1990, révèle alors une densité et une variété insoupçonnées de sites ruraux du premier Moyen Âge, qui mettent rapidement à mal les
  • archéologie de l’espace villageois : nouveaux débats et nouveaux enjeux Le «  village médiéval  » est à l’origine d’un important paradigme qui a longtemps encombré voire paralysé l’étude de l’habitat rural du premier Moyen Âge. Quel village médiéval aujourd’hui ? Après une multiplication
  • internationale tenue à Flaran, la question d’une croissance agricole dès le premier Moyen Âge. Aujourd’hui, au vu de la documentation, archéologues et historiens s’accordent sur une croissance économique dès les VIIe-VIIIe siècles, donc bien avant les grands défrichements des XIe-XIIIe
  • sites du premier Moyen Âge (Poilpré 2014b, 2015, 2016a, 2016b, 2017, 2020). Les études documentaires5 même s’il est complexe de les mettre en œuvre en contexte préventif ont permis de replacer un grand nombre des sites fouillés dans leur contexte historique et de cerner l’histoire du
  • dernières années. Longtemps on a cherché à faire coïncider les rares textes disponibles du haut Moyen Âge aux données de fouille, quitte parfois à forcer les interprétations. Aujourd’hui on cherche davantage à intégrer les vestiges mis au jour dans une approche globale de l’évolution
  •  ». En 2007, la table ronde de Saint-Germain-en-Laye a été consacrée à « L’archéologie du village, archéologie dans le village », organisée à l’initiative du PCR « Habitat rural du premier Moyen Âge en Île-de-France », associé au Groupe de recherche archéologique sur le premier Moyen
  • « naissance » – utilisée comme marqueur de césure entre le premier et le second Moyen Âge – est alors associée à la fixation de l’habitat autour de l’église, du cimetière ou du château en liaison avec le cadre paroissial et seigneurial (ou villageois). En formulant cette théorie, Robert
  • Fossier rejoignait la thèse de Pierre Toubert au début des années 1970 sur l’incastellamento (Fossier 1992 ; Barcelo, Toubert 1998). Le premier Moyen Âge est alors considéré comme une période d’entredeux, à l’organisation rudimentaire et surtout peu et mal documentée, ce qui accrédita
  • , l’habitat rural du premier Moyen Âge concentre peu à peu toute l’attention, tandis qu’en Île-de-France, dans les Hauts-de-France mais également dans les régions méridionales, les investigations dans les cœurs de bourgs commencent à se multiplier, en lien avec les projets d’aménagements
  • davantage documentés. Les étapes de mise en place et de transformation des formes de peuplement sont au centre de l’attention des archéologues comme des historiens. Partout en France, entre l’Antiquité et le Moyen Âge, les modes d’occupation du sol et l’habitat se transforment à des
  • et du premier Moyen Âge sont aussi présents plus au nord dans le Jura, le Massif central, en Auvergne et en Lorraine. I. Introduction 19 On constate une nouvelle gestion, dorénavant collective, du traitement et des récoltes céréalières et une augmentation généralisée des
  • . Truc)... D’autres programmes visent des thématiques plus ciblées, comme celui conduit sur les habitats perchés du Jura de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (D. Billoin, Ph. Gandel) ou encore celui traitant de la céramique du haut Moyen Âge (Ph. Husi en région Centre, Michel
  • Âge. L’objectif  était de poursuivre la réflexion sur la naissance du village, une fois libéré de la polémique opposant historiens des textes et archéologues. La rencontre visait à tenter de détailler les enjeux, les étapes de la chaine opératoire, les difficultés rencontrées et
  • relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage
  • privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de
  • et géographiques – a renouvelé en profondeur notre connaissance du premier Moyen Âge (Ve-XIe siècle). Grâce au développement de l’archéologie préventive, aux prospections et aux fouilles programmées, la multiplication des sites ruraux altomédiévaux est sans précédent. Si des
  • inégalités régionales ont été longtemps observées dans la documentation, un rééquilibrage géographique de la recherche semble se dessiner. La Bretagne ne fait pas exception à la règle et participe activement à cet essor. Dynamisées par des opportunités de fouilles de grande surface, par
  • ou la définition du village, ils souhaitent s’attacher davantage à sa dynamique de développement dans la durée et sur un large espace, en lien avec les territoires. Ils élaborent des méthodes permettant de mieux identifier les réseaux et la diversité de l’habitat, notamment en
  • proposant des critères de hiérarchisation. Ces recherches aboutissent à des synthèses régionales de première importance pour l’Antiquité tardive et le premier Moyen Âge (Raynaud 2003, Schneider 2007). Après la plaine Languedocienne, d’autres exemples – en Bretagne notamment – viennent
RAP02853.pdf (CHAVAGNE (35). la Touche : occupations rurales, du néolithique à nos jours. rapport final d'opération)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • CHAVAGNE (35). la Touche : occupations rurales, du néolithique à nos jours. rapport final d'opération
  • l’âge du Bronze moyen a. Les vestiges d’un niveau d’occupation b. Etat de conservation et conditions de lecture des structures c. Le bâtiment c.1. Une charpente supportée par des tierces c.2. Tentative de restitution du pignon ouest c.3. Un vase silo d. Structures
  • direction du nord-est II.1.6.1.2 Les limites d’un espace quadrangulaire II.1.6.1.3 Des fossés liés à l’espace quadrangulaire II.1.6.1.4 Des fossés annexes II.1.6.2 Un grand bâtiment agricole gallo-romain II.1.6.2.1 Une fosse d’extraction d’argile II.1.6.2.2 Une
  • réseaux de fossés possiblement associés à l’aménagement de la voie II.3.2.4 Une parcelle du haut Moyen-Age II.3.2.5 Un chemin moderne ? II.3.3 Des fosses très éparses II.3.4 Conclusions sur l’opération effectuée sur le site C 138 II.4 Aux origines de Chavagne : premières
  • , où plusieurs vestiges ont été identifiés. Un premier ensemble (site A), situé dans la partie sud de la ZAC, avait livré, lors du diagnostic, plusieurs indices d’occupation néolithique et protohistorique. La fouille a, au final, permis d’étudier un grand bâtiment attribué à l’âge
  • du Bronze moyen (-1600/1400 avant notre ère). Cette opération a également révélé l’existence d’un enclos dont l’installation pourrait remonter à l’âge du Bronze ancien (début du IIe millénaire avant notre ère). L’aménagement du territoire a connu par la suite de nombreux
  • début du Moyen-Age. La fouille a mis en évidence l’existence d’un grand axe de circulation remontant à la période antique. Cette voie menait directement au cœur du site du haut Moyen-Age localisé au sud du bourg actuel. Cet axe de circulation desservait également de part et d’autre
  • nord du bourg et correspondent dans la grande majorité à des occupations gallo-romaines. Les deux principaux sont le fanum d’Evigné et la villa de Babelouse (Fig 4), dans l’intervalle desquels se trouve le village d’Evigné, qui prendra une part importante dans l’histoire médiévale
  • à la zone de confluence du Meu et de la Vilaine que le village domine. D’un point de vue étymologique, Chavagne doit donc son nom soit à un modeste établissement de la fin de l’Antiquité ou du haut Moyen Age soit à une implantation gauloise se définissant par rapport à une zone
  • Fouille archéologique Rapport final d’opération Ille-et-Vilaine, Chavagne, la Touche Occupations rurales, du Néolithique à nos jours sous la direction de Joseph Le Gall Laurent Juhel Inrap Grand Ouest mars 2013 Fouille archéologique du Néolithique à nos jours 35076
  • médiévales : analyse des sources textuelles a. Un bourg relativement précoce b. Un territoire plus restreint au Moyen-Age c. Origine du nom de Chavagne I.5 Méthodologie et moyens mis en œuvre I.5.1 Les objectifs de la fouille I.5.2 Le décapage I.5.3 La fouille et l’enregistrement des
  • témoins d’occupations néolithiques a. La fosse F.1103 b. La bouteille II.1.4 Les occupations de l’âge du Bronze II.1.4.1 Un enclos de l’âge du Bronze ancien a. La façade est (F.1189) b. La façade sud (F.1150) c. Un espace enclos dénué d’aménagement ? II.1.4.2 Un bâtiment de
  • IVe siècle avant notre ère II.1.5.3 Une limite parcellaire du second âge du Fer II.1.5.4 Un fossé antérieur à l’Antiquité 76 76 76 78 80 83 86 86 88 88 93 95 96 98 100 100 107 112 116 II.1.6 L’occupation antique II.1.6.1 Le réseau fossoyé II.1.6.1.1 Un chemin en
  • antique et altomédiéval du site A a. Deux contextes particuliers b. Autres lots de mobiliers II.1.7 Le tracé de l’ellipse : un aménagement de la fin du Moyen-Age ? II.1.8 Premières conclusions sur l’opération effectuée sur le site A 118 II.2 Le site B 120 120 122 122 122 122 124
  • autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le
  • , d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété
  • rurales, du Néolithique à nos jours - Ille-et-Vilaine, Chavagne, la Touche Fiche signalétique Localisation Proprietaire du terrain Organisme de rattachement Région Ville de Chavagne Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon 35 577 Cesson-Sévigné Bretagne Département Références de
  • Moyen Maison Trésor Recent Structure urbaine Monnaie Foyer Verre Paleolithique Mesolithique et Epipaleolithique Âge du Bronze Age du Fer Objet métallique Hallstatt (premier Âge du Fer) Fosse Mosaïque La Tene (second Âge du Fer) Sepulture
  • direction de Vérane Brisotto (Brisotto 2010). L’opération a révélé une densité importante de vestiges sur l’ensemble du projet. Une moindre densité observée sur la partie occidentale des terrains a permis à l’Etat (SRA Bretagne), par anticipation, de libérer ce secteur de la contrainte
  • (« ensemble 1 » du diagnostic, Fig 3, p. 27). Il s’agit d’une vaste occupation comportant des secteurs d’habitat (trous de poteaux, sablières, fosses, traces d’activités artisanales) et liée à un système parcellaire. Les structures mises au jour ont été attribuées aux périodes antique
  • de 6000 m² a donc été prescrite sur le site C (parcelle ZK 13 du cadastre actuel). Cependant, des aménagements de voirie intervenus avant l’intervention archéologique, sur le tracé même de l’ellipse, ont empêché à cet endroit une partie des objectifs affichés. L’intervention sur
RAP02899_1.pdf (OUESSANT (29). structures d'habitat et de mobilier du village du premier âge du fer de Mez Notariou. rapport final de fp 2012-2013)
  • OUESSANT (29). structures d'habitat et de mobilier du village du premier âge du fer de Mez Notariou. rapport final de fp 2012-2013
  • néolithique ? 2.1.1.2. Un établissement entre Bronze ancien et Bronze final 1 2.1.1.3 Un site du Bronze final III ? 2.1.2. Un grand village du Premier âge du Fer 2.1.3. Les vestiges du Second âge du Fer 2.1.4. Des vestiges complexes d’époque romaine 2.1.5. Un abandon au début du haut Moyen
  • grand village du Premier âge du Fer 2.1.2.1. Un village remarquable Entre la fin du Bronze final III et le début du Premier âge du Fer, un important village à organisation spatiale régulière se met en place (fig. 9) : ruelles perpendiculaires, îlots de bâtiments, zone périphérique
  • modèle social du Bronze final III était toujours présent. Cela pose le problème général de la nature du Premier âge du Fer dans nos régions. 2.1.2.2. Un espace à activités rituelles À l’ouest du site, au-dessus des dépôts du Bronze moyen-final I, la fouille du secteur 5 découvre une
  • l’âge du Bronze moyen à la fin de l’époque gallo-romaine. 3. L’HISTOIRE DU VILLAGE DU PREMIER ÂGE DU FER : UNE RELECTURE Fig. 7, 8 et 10. 3.1. DE NOUVELLES APPROCHES La localisation et l’accumulation des structures découvertes en 2009 et 2010, ainsi que les datations avancées pour
  • des sédiments et les structures néolithique 1.3.2. Bronze final III 1.3.3. Premier âge du Fer 1.3.4. Second âge du Fer 1.3.5. Antiquité 2. LES PUBLICATIONS 10 3. PERSPECTIVES 3.1. À COURT TERME : UNE RÉVISION DU PROGRAMME EN COURS 3.1.1. Fouille recherche sur le site 3.1.2
  • âge du Fer en Armorique donne un intérêt particulier à tous ces vestiges. L'absence de fouille de site de référence dans la région se fait cruellement sentir, en particulier pour dater le mobilier avec précision. Si les éléments du Bronze final III évoqués précédemment se
  • l’occasion de mettre en évidence les connaissances nouvelles acquises en ce qui concerne l’organisation et l’histoire du village du Premier âge du Fer. Les évolutions constatées au long de la longue période étendue du Bronze final III à La Tène ancienne conduiront à une réflexion à propos
  • Âge 2.2. LE PROJET BIENNAL DE FOUILLE 2.2.1. Le programme de fouille 2.2.2. Le programme de publication 3. L’HISTOIRE DU VILLAGE DU PREMIER ÂGE DU FER : UNE RELECTURE 3.1. DE NOUVELLES APPROCHES 3.2. UNE AUTRE LECTURE ET DES RECHERCHES RENOUVELÉES 3.2.1. À partir du mobilier 3.2.2
  • nature de la modification profonde du village 1.1.7. Le cas de la structure Us. 382 1.2. UN MOBILIER ARCHÉOLOGIQUE ABONDANT 1.2.1. Généralités 1.2.2. Observations typo-chronologiques 1.3. L’HISTOIRE DE MEZ-NOTARIOU À PARTIR DE LA FIN DE L’ÂGE DU BRONZE FINAL 1.3.1. La mise en place
  • accumulation des fondations (jusqu’à dix édifices superposés) d’une période fort mal connue du point de vue des habitats (Bronze final IIIb - La Tène ancienne), découvert des techniques de fondation originales, inédites dans la région, autorisé une lecture beaucoup plus nuancée et précise
  • couche supérieure de limons (Us. 07), accumulée dès l’âge du Bronze moyen, livre de nombreux éclats de silex et des galets de faible diamètre (3 à 5 cm). D’autre part, des milliers d’éclats ou de petits outils de silex ainsi que des haches en pierre polie ressurgissent dans tous les
  • niveaux postérieurs aux époques néolithiques. Malheureusement, l'implantation des villages de l'âge du Bronze et du Premier âge du Fer a détruit la majeure partie des vestiges les plus anciens, rendant très difficile une étude cohérente d’un site néolithique sans doute assez important
  • . 2.1.1.2. Un établissement entre Bronze ancien et Bronze final I - Un village doté de structures artisanales Une période incluse entre la fin de l'âge du Bronze ancien et les premiers siècles du Bronze final I moyen livre des vestiges d’architecture, mais aussi d'activités artisanales
  • crâne d’agneau à une arête centrale de bar. Une patelle en bronze est également mise au jour sur le sol de cet espace particulier. L’importance de cet animal dans l’ensemble des vestiges à caractères rituels du site engage à l’inscrire dans le processus sacré partiellement conservé
  • , semblent provenir d’un dépôt dispersé. Compte tenu du contexte du site, un tel dépôt pourrait se rattacher aux pratiques religieuses qui s’y déroulaient. 20 La datation de ces tombes et de ces artefacts, à la toute fin du Bronze final III, les rapproche de la période de fondation du
  • . Dans ce cas, et de la même manière, il faut peut-être rattacher les vestiges du dépôt métallique évoqué ci-dessus aux plus anciennes activités rituelles de cet établissement hallstattien. À l’issue des dernières fouilles consacrées au village du Premier âge du Fer, un regard nouveau
  • assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthogonal et complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon chronologique et culturel proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du Premier âge du Fer. Le village apparaît comme un des derniers exemples des
  • agglomérations compactes de l’âge du Bronze bien connues à l'est des Alpes et du Jura, en Europe continentale, mais encore inédites en France. Il est également perçu comme le résultat d’une adaptation à un territoire clairement défini par la nature et l’insularité (Le Bihan, Villard, 2001
  • , sans doute au-delà, de celles du nord-ouest de l’Europe. Ce sont certainement des schémas nouveaux qui se mettent en place et il conviendra de mesurer en quelle manière ceux-ci ne sont pas déjà annonciateurs d’un Second âge du Fer, en succédant à une période pendant laquelle, le
  • très vaste lentille de sédiments du Premier âge du Fer contenant de très abondants ossements et coquillages auxquels se mêlent des céramiques fines de qualité. L'état 22 de conservation de ce mobilier est excellent. Le caractère sélectif des ossements déjà perçu au Bronze moyen
RAP02781.pdf (OUESSANT (29). mez notariou : fondations de bâtiments du premier âge du fer. rapport intermédiaire de fouille programmée)
  • OUESSANT (29). mez notariou : fondations de bâtiments du premier âge du fer. rapport intermédiaire de fouille programmée
  • l'accumulation désordonnée d'un très riche mobilier osseux, céramique et métallique datant de toutes les périodes du Bronze moyen à la fin de l'Antiquité. Le Second âge du Fer est alors représenté par un abondant lot de céramiques de belle qualité mais très fragmentées et ayant subi les bris
  • du Premier âge du Fer. Il conviendra, ainsi, d'étendre la réflexion à l'évolution générale de l'Ouest de la Gaule durant cette période. - âge du Fer, en Un tome 4 consacré aux activités à caractères rituels et s'étendant de l'âge du Bronze moyen à la fin de - aux problèmes
  • DONNÉES 2.1.1. Les PROGRAMMÉE ARCHÉOLOGIQUES EN DÉBUT DE PROGRAMME périodes anciennes 2.1.1.1 Un établissement néolithique ? 2.1.1.2. Un établissement entre Bronze ancien 2.1.1.3 Un site du Bronze final III ? et Bronze final 1 2.1.2. Un grand village du Premier âge du Fer
  • BRONZE FINAL 1.3.1. Bronze final III 1.3.2. Premier âge du Fer âge du Fer Antiquité 1.3.3. Second 1.3.4. 2. LES PUBLICATIONS 3. PERSPECTIVES 7 À PARTIR DE LA FIN DE L'ÂGE DU 3.1. À COURT TERME : UNE RÉVISION DU PROGRAMME EN COURS 3.1.1. Fouille recherche sur le site 3.1.2
  • , à la toute fin du Bronze final III, les rapproche de la période de fondation du village du Premier âge du Fer. Il est encore difficile d'établir un lien direct entre tous ces vestiges. L'hypothèse de l'inhumation sous tumulus de personnages importants, peut-être les fondateurs de
  • faudra donc comparer la situation de Mez-Notariou à celle de l'ensemble de l'Armorique. 2.1.2. Un grand village du Premier âge du Fer 2.1.2.1. Un village remarquable Au début du Premier âge du Fer, un important village à organisation spatiale régulière ruelles perpendiculaires
  • fondation, à partir d'un noyau de population assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthogonal et complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon chronologique et culturel proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du Premier âge du Fer. Le village
  • pas déjà annonciateurs d'un Second âge du Fer, en succédant à une période pendant laquelle, le modèle social du Bronze final III était toujours présent. Cela pose le problème général de la nature du Premier âge du Fer dans nos régions. 2.1.2.2. Un espace à activités rituelles
  • A l'ouest du site, au-dessus des dépôts du Bronze moyen-final 1, la fouille du secteur âge du Fer contenant de très abondants ossements et coquillages auxquels se mêlent des céramiques fines de qualité. L'état 5 découvre une très vaste lentille de sédiments du Premier de conservation
  • tessons de la Tène finale au village du Premier âge du Fer. Par ailleurs, un grand nombre de trous de poteaux mis au jour dans l'espace habité au Premier âge du Fer n'ont pas été précisément attribués à cette époque plus ancienne. Il ne faut donc pas écarter totalement l'hypothèse d'un
  • partie méridionale des protégés de l'érosion ont préservé des vestiges de cette période. son Reste à savoir si, au sud de la voie romaine mise secteurs 3 et 4, des espaces 2.1.5. Un abandon Nous au début du haut au Moyen Âge souvent suggéré qu'un aménagement tardif du Bas
  • mises au jour, le mobilier suggère une occupation beaucoup plus longue (au moins tout le Premier âge du Fer) et une création du village à la limite entre le Bronze final III et le début du Premier âge du Fer. du Premier L'histoire du au sein de la village se pose alors en terme
  • vestiges du Second âge du Fer 2.1.4. Des vestiges complexes d'époque romaine 2.1.5. Un abandon au début du haut Moyen Age 2.1.3. Les 2.2. LE PROJET BISANNUEL DE FOUILLE 2.2.1. Le programme de fouille 2.2.2. Le programme de publication 3. ORGANISATION DES CAMPAGNES DE FOUILLE 3.1. LES
  • . L'HISTOIRE DU VILLAGE DU PREMIER ÂGE DU FER : UNE RELECTURE 4.1. DE NOUVELLES APPROCHES 4.2. UNE AUTRE LECTURE ET DES RECHERCHES 4.2.1. À partir du mobilier 3 RENOUVELÉES 4.2.2. 4.3. ÉTAT À partir des structures DE LA QUESTION FIN 2011 CHAPITRE 2 1. CONDITIONS ET 1.1. 1.2
  • 3.1.2. Les ÉVOLUTION SUR TROUS DE POTEAUX PROFONDS impacts de grands poteaux anciens systèmes de calages moyens 3.2.2.1. Un double réseau particulier 3.2.2.2. D'autres coïncidences 3.3. D'AUTRES BÂTIMENTS À FONDATIONS 4. CONCLUSION 5 PLUS LÉGÈRES CHAPITRE 4 : LES
  • couche Us. 16 et la couche supérieure de limons (Us. 07), accumulée dès l'âge du Bronze moyen, livre de nombreux éclats de silex et des galets de faible diamètre (3 à 5 cm). D'autre part, des milliers d'éclats ou de petits outils de silex ainsi que des haches en pierre polie
  • ressurgissent dans tous les niveaux postérieurs aux époques néolithiques. Malheureusement, l'implantation des villages de l'âge du Bronze et du Premier âge du Fer a détruit la majeure partie des recouvrant la zone centrale du site 10 vestiges plus anciens, rendant très difficile une
  • éléments. Un autre niveau révèle une association répétée d'un crâne d'agneau à une arête centrale de bar. Une patelle en bronze est également mise au jour sur le sol de cet espace particulier. L'importance de cet animal dans l'ensemble des vestiges à caractères rituels du site engage à
  • manière très originale, mais très documentée, la double question du Bronze moyen et des relations façade atlantique/domaine continental entre le Bronze ancien et le début du Bronze final. 2.1.1.3. Un site du Bronze final Les - sous deux formes : Une base de tumulus d'animaux
  • . A l'issue des dernières fouilles consacrées village du Premier âge du Fer un regard porté sur les vestiges du Bronze final III et l'évolution de ce village. Il est envisagé que son organisation initiale relève d'une culture et d'un modèle de société de l'âge nouveau est 12 au du
Guidel. Sous Kergroise (GUIDEL (56). Sous Kergroise. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • GUIDEL (56). Sous Kergroise. Rapport de diagnostic
  • des habitats de l’âge du Bronze au lieu-dit Pen Mane (Le Gall, 2015). Récemment enfin, un projet d’aménagement routier a donné lieu à un diagnostic réalisé par le Service départemental d’archéologie du Morbihan en 2017 (Agogué et al., 2018). Celui-ci a permis la découverte, à
  • sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit de
  • sondée : 2519 m2 soit 10 % de la surface concernée. Résultats Niveau d’apparition des vestiges : 0.3 à 0.5 m Chronologie : période protohistorique/occupation âge du Bronze final, limite parcellaire moderne. Nature des vestiges immobiliers : fossés, fosses, Bâtiment - Trou de poteau
  • clayonnages. La chronologie relative de ces différentes structures a pu être établie par la mise au jour de mobilier céramique caractéristique de l’âge du Bronze final dans une des fosses et de manière plus globale grâce à un corpus céramique homogène et cohérent à l’échelle du site. Les
  • résultats de trois analyses radiocarbones menées sur des charbons de bois prélevés dans le comblement de deux trous de poteau d’un des bâtiment découvert, viennent corroborer une attribution chronologique à la fin de la phase moyenne et/ou au début de la phase finale de l’âge du Bronze
  • 20T à 5 fonction des contraintes du terrain à hauteur d’environ 10 % de l’emprise (annexe 3). Personnel et moyens mis en œuvre L’équipe de base sera constituée de deux personnes permanentes : un responsable d’opération et un à deux techniciens de fouille en fonction de la densité
  • laboratoire Beta Analytic a procédé à des datations 14C afin d’affiner la chronologie. Les tranchées réalisées ont révélé les affleurements rocheux granitiques présents immédiatement sous la couche de labour sur une grande partie de l’emprise, notamment au niveau des versants et du sommet
  • ) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies
  • Âge moyen Moyen Âge récent bas Moyen Âge x Chalcolithique x Protohistoire x Temps modernes Époque contemporaine Âge du Bronze Ère industrielle ancien moyen x récent Âge du Fer Hallstatt La Tène Sujets et thèmes Édifice public Édifice religieux Artisanat alimentaire
  • Kergroise Notice scientifique En préalable au projet d’implantation d’un cimetière paysager au sud du bourg de Guidel, un diagnostic archéologique a été réalisé sur la surface prescrite de 25 000 m2. Aucun site répertorié à la carte archéologique nationale ne se situait dans l’emprise
  • archéologique a permis d’identifier un site d’habitat occupé durant la fin de l’âge du Bronze final. Malgré une érosion assez importante du secteur, cette découverte donne l’opportunité de documenter un type de site rarement mis au jour dans cette zone géographique. Remerciements Le
  • réalisation en date du 18/06/2018. Une convention définissant les modalités et délais de mise en œuvre de cette opération de diagnostic, sera passée avec l’aménageur du projet. Objectifs et contexte général de l’opération Le diagnostic s’attachera à mettre en évidence les vestiges
  • caractérisation de leurs étendues et du degré de conservation, afin de réaliser une étude exhaustive préalablement à la réalisation du projet d’aménagement. Des plans généraux viendront placer l’emprise du projet d’aménagement dans ce contexte général géographique (annexe 2) et sur fond
  • à l’ouest par la Laïta qui marque la frontière avec le Finistère. La demande volontaire de réalisation de diagnostic porte sur un projet de création d’un cimetière paysager au sud du bourg de Guidel situé dans les terres, au centre de la commune. L’emprise, d’une superficie
  • totale de 25 000m2, occupe partiellement un petit plateau encadré par deux vallées où coulent les rivières de la Saudray à l’ouest et le Saut du Renard à l’est. Figure 1 : Vue aérienne et localisation de l’emprise Environnement archéologique Un riche patrimoine archéologique est
  • sont attribuées à la période néolithique et correspondent pour la plupart à des vestiges en lien avec le mégalithisme et le domaine funéraire. Immédiatement à l’est de l’emprise, une stèle de l’Age du Fer (560780052) est présente. De manière générale le patrimoine protohistorique et
  • caractériser un double enclos. Celui-ci, repéré initialement par photographie aérienne en 1990 (Ginet, Bertrand 2012), et daté de la fin de la Tène, aurait perduré jusqu’à la fin du 3ème siècle. Plus récemment et immédiatement à l’est de cette opération, un second diagnostic des « Hauts
  • du Gouéric » comprenant des vestiges préhistoriques mégalithiques et des vestiges protohistoriques a été mené par Sébastien Raudin (Raudin, 2017) Récemment, un projet d’aménagement routier a donné lieu à un diagnostic réalisé par le Service départemental d’archéologie du
  • potentiellement du plateau concerné par le projet d’aménagement de cimetière paysager. Le mobilier céramique découvert est daté de la protohistoire ancienne. Une forte probabilité existe donc de mettre au jour des vestiges d’occupation liés à cette période chronologique lors de l’opération à
  • compétences. Le service départemental d’archéologie du Morbihan a fait part de sa volonté de prendre en charge la réalisation de ce diagnostic par courrier adressé à M. le Préfet de Région en date du 18 juin 2018. Une convention, définissant les modalités et délais de mise en œuvre de
RAP03524 (PONTIVY (56). Kernaud 2 : une ferme de l'âge du Bronze final. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • PONTIVY (56). Kernaud 2 : une ferme de l'âge du Bronze final. Rapport de fouille
  • ................................................................ 85 4.2 L’occupation protohistorique................................................................................... 86 4.2.1. Une occupation à l’âge du Bronze moyen ?.......................................................................86 4.2.2. Une ferme de l’âge du Bronze
  • romaine  Empire romain  ancien  Haut-Empire (jusqu’en 284)  moyen  Bas-Empire (de 285 à 476)  récent  Epoque médiévale  Chalcolithique  Haut Moyen Âge  Protohistoire  Moyen ÂgeÂge du Bronze  Bas Moyen Âge  ancien  Temps modernes  moyen  Epoque
  • l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective
  • préventive, Kernaud 2, 2016 Couverture géographique : Bretagne > Morbihan (56) > Pontivy Code INSEE de la commune : 56 178 Mots-clés du thésaurus : Habitat rural, bâtiment agricole, foyer, fosse, artisanat, niveau d’occupation Chronologie : Néolithique moyen, Age du Bronze moyen, Age du
  • par le département du Morbihan. Le niveau d’épandage de mobilier de l’âge du Bronze final mis en évidence lors du diagnostic (Crowch, 2016) était au centre de la prescription. Cette dernière portait également sur une possible occupation du Néolithique moyen I, sous-jacente. La
  • 0,25 à 0,35 m, cet horizon a fait l’objet d’une fouille manuelle, par passe et a livré un abondant corpus céramique de l’âge du Bronze final III. Deux concentrations de blocs, comprenant des alignements, sont apparues au nord. Vraisemblablement arasés et incomplets, ces aménagements
  • fréquentation du secteur au cours de l’âge du Bronze moyen a également été discernée. Une concentration de mobilier livre ainsi un corpus céramique homogène daté du xve s. av. J.-C. Cette structure demeure néanmoins bien esseulée, au cœur de l’US003A. En dépit d’un second décapage, aucune
  • Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final Fiche d’état du site Les 5 600 m² prescrits ont été décapés. Les vestiges sont apparus sous 0,30 à 0,40 m de terre végétale labourée. Leur état de conservation est hétérogène. Le secteur médian, enserré par les doubles
  • moment à des fragments de céramique, des stèles, ou des La période gallo-romaine a laissé des indices d’occupations à Cléguérec, Malguénac et comme à Pontivy où un ensemble de haches à douille de l’âge du Bronze a été exhumé. Quelques dépôts de mobilier ont
  • a également été découverte. l’entité archéologique (EA 56 178 0008). Une céramique à décor poinçonné du Néolithique représentée par un dépôt d’ébauches de hache en métadolérite, et serait à mettre en lien avec néolithique et une occupation de l’âge du Bronze final
  • géomorphologue expérimenté Un deuxième décapage sera réalisé, notamment dans les secteurs à faible densité de mobilier, simple épandage, etc. ? activités. Le but étant de caractériser l’occupation : habitat, secteur d’activité spécialisée, répartition du matériel
  • Vol I/I Rapport final d’opération d’archéologie préventive Texte - Figures - Inventaires Nantes - février 2018 Région Bretagne / Département du Morbihan (56) PONTIVY Kernaud 2 Une ferme de l’âge du Bronze final Code INSEE : 56 146 Arrêté de prescription : n° 2016-139 Arrêté
  • universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 I Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final Avertissement Les rapports de fouille constituent des documents administratifs communicables au public dès leur remise au Service Régional de
  • constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. I2I DÉPARTEMENT DU MORBIHAN (56) PONTIVY, « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final Rapport d’Opération d’Archéologie Préventive Illustration de couverture : Vue générale du site en cours de fouille
  • Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final sommaire Données administratives techniques et scientifiques................................ 9 Fiche signalétique du site............................................................................................... 10
  • Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final 3.1.2.4. Le mobilier issu des structures.........................................................................................73 3.1.2.5. Conclusion
  • : Description micromorphologique................................................. 328 Annexe 6 : Rapports des datations par le radiocarbone................................... 329 I7I I Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final I8I 1 Données administratives
  • techniques et scientifiques I9I I Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final Fiche signalétique du site Localisation du site Région : Bretagne Département : Morbihan Commune : Pontivy Lieu-dit : Kernaud 2 Code INSEE : 56 178 N° de l’opération : 2016-139 Références
  • Mots-clés des thésaurus Thésaurus « Chronologie »  Paléolithique  Âge du Fer  inférieur  Hallstatt (premier âge du Fer)  moyen  La Tène (second âge du Fer)  supérieur  Antiquité romaine (gallo-romain)  Mésolithique et Epipaléolithique  Néolithique  République
  • osseuse  Sculpture  Conservation  Structure urbaine  Céramique  Inscription  Restauration  Foyer  Restes végétaux  Autre : Eléments en terre (torchis, revêtement, etc.)  Autre : I 11 I I Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final Générique de
RAP03176 (LA MÉZIÈRE (35). ZAC des Lignes de la Gonzée : fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • LA MÉZIÈRE (35). ZAC des Lignes de la Gonzée : fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours. Rapport de fouille
  •  connaissances. Rapport final d’opération Chronologie Néolithique moyen et récent, âge du Bronze récent, âge du Fer/ La Tène, haut Moyen âge, Empire romain. Ille-et-Vilaine, La Mézière, ZAC des Lignes de La Gonzée  : Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Vol. 2
  • connaissances. Rapport final d’opération Chronologie Néolithique moyen et récent, âge du Bronze récent, âge du Fer/ La Tène, haut Moyen âge, Empire romain. Ille-et-Vilaine, La Mézière, ZAC des Lignes de La Gonzée : Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Vol. 1 Fenêtre
  • Moyen âge 297 Inventaire n° 19 : Inventaire du mobilier lithique du haut Moyen âge Annexes 6 Inrap · RFO de fouille La Mézière (Ille-et-Vilaine), ZAC Les Lignes de La Gonzée − Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Vol. 2 Annexes 7 Annexe 1
  • elles permis de recueillir des silex taillés dans les labours, accréditant l’hypothèse d’implantations néolithiques. D’ailleurs, en 1992 et en préalable à un précédent projet de lotissement, un diagnostic va mettre en évidence les indices d’un habitat du Néolithique moyen (Kayser
  • vaste cimetière du haut Moyen Âge est mis au jour au milieu de l’emprise, à proximité de l’occupation antique. Environ 70 sépultures à inhumation sont identifiées dans les tranchées, sur une surface d’environ 1 hectare. L’organisation de l’ensemble funéraire semble assez
  • Moyen Âge, une découverte majeure et totalement inédite, ouvrant de nouvelles perspectives de recherches, tant au niveau local que régional. Il faut aussi noter la présence d’indices d’occupation de l’âge du Bronze et d’un système fossoyé, dont l’attribution chronologique n’est pas
  • du site s’est avérée relativement conforme à celle soupçonnée lors du diagnostic. Comme cela a déjà été souligné, le site se caractérise par une importante occupation diachronique allant du Néolithique au haut Moyen Âge. La forte densité de structures archéologiques et/ou
  • de la période antique pour de nouveau observer une importante implantation domestique sur le secteur. Le tiers nord du décapage a ainsi révélé la pars rustica d’une grande villa se développant plus au nord à proximité du bourg actuel de La Mézière. L’approche territoriale mise en
  • place dans le cadre de l’opération montre que les Lignes de La Gonzée, situées en bordure du projet, sont probablement édifiées aux cours de l’Antiquité tardive. Enfin, une nécropole du haut Moyen Âge fait partie des éléments remarquables mis au jour dans le cadre de cette opération
  • Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Volume 2 – Annexes et inventaires sous la direction de Stéphane Blanchet Françoise Le Boulanger Inrap Grand Ouest novembre 2015 Conditions d’utilisation des
  • 720 16 Inrap · RFO de fouille La Mézière (Ille-et-Vilaine), ZAC Les Lignes de La Gonzée − Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Vol. 2 CAL IB RATIO N O F RAD IO C AR BO N AG E T O CALE ND AR Y EAR S (V ariab les: C 1 3/C 1 2 =-24 .3 :lab . m ult =1 ) L abo
  • Lignes de La Gonzée − Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Vol. 2 CAL IB RATIO N O F RAD IO C AR BO N AG E T O CALE ND AR Y EAR S (V ariab les: C 1 3/C 1 2 =-23 .1 :lab . m ult =1 ) L abo ratory n um ber: B eta -3 7 158 4 C on ve ntion al r adi ocarb on a ge
  • -2195 (sépultures en fosse). 32 Inrap · RFO de fouille La Mézière (Ille-et-Vilaine), ZAC Les Lignes de La Gonzée − Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Vol. 2 2016 Sépulture en fosse / ensemble 1 / E-O Dimensions : 2,35 m L / 1 m l / 0,12 m prof
  • de la période antique pour de nouveau observer une importante implantation domestique sur le secteur. Le tiers nord du décapage a ainsi révélé la pars rustica d’une grande villa se développant plus au nord à proximité du bourg actuel de La Mézière. L’approche territoriale mise en
  • place dans le cadre de l’opération montre que les Lignes de La Gonzée, situées en bordure du projet, sont probablement édifiées aux cours de l’Antiquité tardive. Enfin, une nécropole du haut Moyen Âge fait partie des éléments remarquables mis au jour dans le cadre de cette opération
  • ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Volume 1 sous la direction de Stéphane Blanchet Françoise Le Boulanger Inrap Grand Ouest novembre 2015 Code INSEE 35119 Volume 1 Arrêté de prescription 2011-141 Code
  • structures présentes en périphérie du grand bâtiment Un ensemble de structures excavées à l’est du grand bâtiment Des « structures isolées » ? D’autres structures en creux néolithiques dans l’emprise du décapage ? Les structures de chauffe et les structures de combustion Localisation et
  • utilisés comme combustible pour le fonctionnement des structures à pierres chauffées ? Comparaisons. Conclusion Agriculture, cueillette et alimentation végétale d’un habitat du Néolithique moyen II Introduction Les résultats carpologiques Discussion et conclusions Glossaire Synthèse et
  • banlieue autour de Rennes ? Un seul terreau d’explication : le dyke anglais L’objet d’une histoire à écrire : la transition entre l’Empire romain et le haut Moyen Âge en Bretagne Épilogue : les origines de La Mézière L'espace funéraire Les structures non contemporaines de l’utilisation
  • Bronze Âge du Fer er nd Antiquité romaine (gallo-romain) Haut-Empire (jusqu’en 284) Argile : atelier Bas-Empire (de 285 a 476) Atelier Époque médiévale Carrière Études annexes Géologie haut Moyen Âge Datation Moyen Âge Anthropologie bas Moyen Âge Paléontologie Temps
RAP02556.pdf (LAMBALLE (22). ZAC de la Tourelle : une occupation de longue durée sur le plateau de la tourelle. rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • LAMBALLE (22). ZAC de la Tourelle : une occupation de longue durée sur le plateau de la tourelle. rapport de fouille
  • petit enclos. L’enceinte de l’âge du Bronze semble alors utilis ée comme basse-cour. Dans le même temps, un système parcellaire et un réseau de chemins se mettent en place suivant un plan rayonnant autour de l’enceinte à fossé interrompu. L’habitat gaulois va ensuite connaitre
  • palynologiques 402 1.6.1 Origine des prélèvements 1.6.2 Les données polliniques de la Mare Adam 2 – INTERPRETATION 2.1 – Une implantation stratégique à l’âge du Bronze 2.1.1 L’héritage néolithique 2.1.2 L’antagonisme des enceintes de la Tourelle et du Val Aubin 2.1.3 La complémentarité des
  • . Une vaste enceinte à fossé interrompu, datée du Bronze final, semble se développer autour d’un tertre néolithique. A partir de l’âge du Fer, une série d’enclos (unités agricoles) mais aussi des systèmes parcellaires vont se greffer et se développer autour de cette enceinte bronze
  • espace de près d’un hectare. Occupée à la fin de l’âge du Bronze (1200 à 1000 avant J.-C), l’enceinte pourrait avoir été implantée autour d’un tertre néolithique édifié vers 4200 avant J.-C. Les nombreux outils lithiques (meules à céréales, polissoirs, pilons…) et la céramique
  • du site est que l’enceinte du Bronze final va par la suite connaître une série « d’abandons » qui alterneront avec des phases de réutilisations. Une première réoccupation du site va avoir lieu à la fin du premier âge du Fer (550 avant J.-C.). Des fossés supplémentaires viennent
  • alors se greffer sur l’enceinte primitive et sur un axe de circulation probablement actif durant l’âge du Bronze. Apparemment, le secteur ne semble plus occupé pendant quelques siècles. Il faut attendre 250 avant J.-C pour voir la mise en place d’un habitat gaulois délimité par un
  • l’opération a ensuite été confiée à l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (Inrap). Sur la partie occidentale du projet (site 1), une première fouille d’une superficie de 23000 m² a été prescrite afin d’étudier l’habitat du second âge du Fer. Ce secteur
  • couches de limon et un ennoiement des sondages. Chapitre 1 – Présentation générale précises. En ce qui concerne la palynologie dont l’étude a été confiée à D. Barbier (Inrap), les échantillons test issus des fossés de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer ont apportés des résultats
  • des structures de l’âge du Bronze final. L’occupation est principalement matérialisée par une enceinte curviligne à fossé interrompu qui a été fouillée intégralement. Elle a livré un ensemble céramique et du macroroutillage significatifs. L’entité 3 correspond à une occupation de
  • partie du plateau de la Tourelle 421 425 426 2.4 – Du haut Moyen-Age à l’époque féodale: le premier Lamballe et la voie de la Tourelle 431 2.4.1 La voie de la Tourelle : un chemin important 2.4.2 Un chemin lié au site primitif de Lamballe ? 2.4.3 Conclusion 431 438 444 2.5
  • Protohistoire Âge du Bronze ancien moyen récent Âge du Fer Hallstatt (premier âge du Fer) La Tène (second âge du fer) Antiquité romaine (gallo-romain) République romaine Empire romain Haut-Empire (jusqu'en 284) Bas-Empire (de 285 à 476) Époque médiévale haut Moyen Age Moyen Age bas Moyen
  • semble s’être déplacé. Comme l’atteste la trame parcellaire du Haut-Moyen-Age (800 après J.-C), on sait que l’enceinte bronze, édifiée depuis deux millénaires, était encore perceptible dans le paysage. Enfin, la fouille a permis de reconnaître un important axe de circulation qui se
  • fin du second âge du Fer. Ils matérialisent un habitat et un probable atelier de forge. Sur la partie orientale du projet, un deuxième ensemble (site 2) particulièrement complexe a également été découvert. Il comprend notamment une vaste enceinte curviligne à fossé interrompu datée
  • du Bronze final. Au cours de l’âge du Fer, plusieurs enclos ainsi qu’un système parcellaire vont venir se greffer sur cette enceinte. C’est ce deuxième ensemble qui sera présenté dans ce rapport    site 1 site 2 ZAC de la Tour elle   Fig
  • effectuées a également été mise en place sur les parcelles ZT 179 et 183 (figure 3). Il s’agissait d’étudier une série d’occupations s’échelonnant du Néolithique au haut Moyen Âge. Le présent rapport restitue l’ensemble des données issues de cette opération. L’intervention archéologique s
  • générale Photo 1 – Site 2 en cours de décapage. L’enceinte à fossé interrompu de l’âge du Bronze, matérialisée par des segments de fossé, est parfaitement visible (cliché : Hervé Paitier). partie des structures et notamment des plus légères (trous de poteau…). La phase de décapage
  • , nous avons – en regard de ce qui a été réalisé pour les enclos de l’âge du Fer – également multiplié les sondages et les relevés. Il s’agissait d’y effectuer un maximum d’observations mais également de constituer un corpus mobilier de référence. continue de 1 à n. Dans la mesure du
  • constituée d’un système d’enclos, d’un système parcellaire et d’un réseau viaire assez complexes qui viennent se greffer sur l’enceinte du Bronze final. L’ensemble est daté du second âge du Fer. Les différents enclos vont, en fait, évoluer de façon concentrique au cours de La Tène moyenne
  • et de La Tène Finale. Ils ont livré une importante production céramique et du mobilier métallique. L’entité 5 correspond aux vestiges attribuables à la période gallo romaine et/ou au haut Moyen Age. Il s’agit pour l’essentiel de fossés de faible gabarit (parcellaire) et d’axes de
  • Rapport final d’opération Lamballe, Côtes-d’Armor, ZAC de la Tourelle Une occupation de longue durée sur le plateau de la Tourelle sous la direction de Stéphane Blanchet Inrap Grand-Ouest Mars 2010 « L’utilisation des données du rapport de fouille est régie par les
RAP03448 (PLELO (22). La Braguette, ZAC du Haut Leff : nécropoles et habitats de l’âge du Bronze à l’âge du Fer. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • PLELO (22). La Braguette, ZAC du Haut Leff : nécropoles et habitats de l’âge du Bronze à l’âge du Fer. Rapport de fouille
  • quatre structures de combustion probablement liées à une activité métallurgique et datées du haut Moyen Âge. Bretagne, Côtes d’Armor, Plélo La Braguette - ZAC du Haut Leff Nécropoles et habitats de l’âge du Bronze à l’âge du Fer sous la direction de Valérie Le Gall Valérie Le
  • Gall Chronologie Âge du Bronze Âge du Fer Haut Moyen Âge Rapport de Fouille Nécropoles et habitats de l’âge du Bronze à l’âge du Fer Inrap Grand Ouest Août 2017 Fouille archéologique Rapport final d'opération 22182 221820011 SRA 2009-070 Lambert 93-CC48 F024996 Code INSEE
  • d’occupation se référant à un habitat rural. La fouille a permis d’étudier la limite nord de la nécropole. Trois monuments funéraires ont été découverts sur l’emprise. Il s’agit d’un enclos circulaire comprenant une sépulture centrale datée du Bronze moyen et une sépulture secondaire
  • rencontrés constituent un élément marquant. Il ne s’agirait sans doute pas d’une nécropole familiale mais plutôt d’une vaste nécropole occupée et utilisée sur une longue période (âge du Bronze et premier Fer au moins) à l’image des grandes nécropoles du nord et de l’est de la France mais
  • pourtant une longue occupation de grande ampleur. La seconde période d’occupation importante mise en évidence au cours de la fouille concerne le 1er âge du Fer. Il s’agit cette fois d’un habitat ayant fonctionné entre la fin du Hallstatt D1 et le début de Hallstatt D2-D3. Cet habitat
  • et âge du Fer) 57 4.1 Un enclos circulaire du Bronze moyen 57 59 60 63 63 4.1.1 4.1.2 4.1.3 4.1.4 4.1.5 Le fossé La fosse centrale La sépulture secondaire La question du tertre Eléments de comparaison et discussion 64 4.2 Les sépultures en fosses empierrées 64 65
  •  Les fosses de grandes dimensions 81 4.4.1.2  Les fosses de petites dimensions 84 .4.2 Les fosses à proximité de l'enclos circulaire 4 4.4.3 Deux fosses isolées 4.4.4 Synthèse et discussion 85 86 88 4.5 Un ensemble funéraire de la fin du 1er âge du Fer 88 88
  • dispersion de la céramique de cette période sur l’ensemble du secteur fouillé suggère pourtant une longue occupation de grande ampleur. La seconde période d’occupation importante mise en évidence au cours de la fouille concerne le 1er âge du Fer. Il s’agit cette fois d’un habitat ayant
  • d’occupation du secteur perçue au cours de cette fouille est matérialisée par quatre structures de combustion probablement liées à une activité métallurgique et datées du haut Moyen Âge. Etat du site L’opération de fouille archéologique de Plélo - La Braguette, ZAC du Haut Leff a permis
  • de décaper une superficie de 25618 m². Les structures apparaissent directement sous la terre végétale, à une profondeur variant de 0,20 m à 0,40 m. Les deux principales périodes d’occupations mises en évidence au cours de la fouille concernent l’âge du Bronze et le 1er âge du Fer
  • . L’occupation de l’âge du Bronze regroupe une nécropole et un habitat. Seule la partie nord de la nécropole a été décapée. En superficie se sont plus des deux tiers qui restent à découvrir au sud de l’emprise de fouille. Quant à l’habitat, aucune organisation homogène n’a pu être perçue. Il
  • semble se développer au nord et à l’ouest du secteur fouillé. L’occupation du 1er âge du Fer correspond à un habitat matérialisé par un système d’enclos fossoyés accolés se développant hors de l’emprise de fouille, de part et d’autre du secteur est. Enfin, des structures se rapportant
  • chronologique très large allant de l’âge du Bronze au premier âge du Fer. En cela, l’étude d’un éventuel réseau viaire sans doute commun et contemporain aux deux ensembles (nécropole et habitat) constitue un élément prépondérant de cette étude. Bien entendu, si des vestiges funéraires
  • permettre d’affiner la chronologie du site pour chacune des grandes phases de son occupation et au-delà pourrait constituer un référentiel au niveau régional, en particulier pour la période du Bronze final et du premier âge du Fer. Les principaux objectifs de l’opération peuvent se
  • , nous pourrons avoir recours à un anthropologue dès la phase terrain (provision de 5 jours) afin de mettre en place les différents protocoles de fouille et de prélèvement des sépultures et du mobilier qui s’y rattache. La nature et la chronologie des occupations (Bronze moyen/final
  • secteur étudié a principalement révélé des vestiges du Bronze ancien et du Bronze moyen. Durant cette période, deux types d’occupation semblent se développer, l’une funéraire, il s’agit d’une nécropole occupant une superficie de 6 hectares et l’autre domestique marquée par des indices
  • Nr site non communiqué Entité archéologique Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap Bretagne, Côtes d'Armor, Plélo La Braguette - ZAC du Haut Leff Nécropoles et habitats de l'âge du Bronze à l'âge du Fer sous la direction de avec la collaboration de Valérie
  • 3.2.2 Le mobilier céramique de la structure F7 (A.F. Cherel) 52 3.2.2.1  Description du mobilier céramique 53 3.2.2.2  Résultats des analyses chimiques du vase B I. Données administratives, techniques et scientifiques 57 4 3 Une nécropole protohistorique (âge du Bronze
  • sépulture F293 4.5.2 Une nécropole à incinération de la fin du 1er âge du Fer (M. Le Puil-Texier) 4.5.2.1  Le traitement des défunts 95 4.5.2.2  Le mobilier d'accompagnement 95 4.5.2.3  Composante de la population 96 96 4.5.3 Etude du mobilier funéraire (A.F. Cherel
  • structures de combustion du haut Moyen Âge 238 239 240 241 242 244 7.3.1 7.3.2 7.3.3 7.3.4 7.3.5 7.3.6 La tranchée-foyer F276 La tranchée-foyer F451 La tranchée-foyer F449 Le four F12 Le mobilier lithique des structures de combustion (V. Brisotto) Conclusion 245 7.4 Une
RAP04068 (GUIDEL (56). Sous Kergroise : Occupation funéraire et espace de constructions de l'âge du Bronze. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • GUIDEL (56). Sous Kergroise : Occupation funéraire et espace de constructions de l'âge du Bronze. Rapport de fouille
  • sèches, dont certaines étaient recouvertes par un cairn, ont été érigées. Inscrites ainsi dans le paysage, elles devaient être connues de la population durant plusieurs siècles. Cela expliquerait peut-être pourquoi, à la fin du Bronze moyen/début du Bronze final, cet emplacement
  • pierres sèches de l’âge du Bronze ancien 50 2.1.1 Secteur sud 2.1.2 Secteur nord 64 2.1.3 Discussion 59 66 2.2 Une tombe à crémation secondaire du Bronze moyen/final (étude archéoanthropologique Myriam Le Puil-Texier, Inrap) 66 2.2.1 Objectifs et méthode
  • Quelques structures liées à la combustion 98 4.1 Une structure à pierres chauffantes du Néolithique moyen  4.2 Un four du Néolithique moyen ou de l’âge du Bronze final ? 4.3 Un reste de sole du Bronze final ? 4.4 Des structures de rejets de combustion ? 99 101 101 104
  • « tradition ». Le corpus funéraire est composé de quatre à cinq sépultures dites « en coffre », caractéristiques de la période du Bronze ancien, auxquelles s’ajoute une urne funéraire datée de la fin du Bronze moyen/début du Bronze final. Les indices de constructions sont représentés par
  • et scientifiques Bliographie Beurion 2015 BEURION (C.) – Un Habitat du Bronze final et une installation agricole gallo-romaine, Val-de-Reuil, Le Cavé (27), ZAC du Parc d’affaires des Portes, 4e tranche, Inrap Grand Ouest, Cesson-sévigné, 2015, 234p. Blanchet 2016 BLANCHET (S
  • Touzé », DFS 1198, Caen, SRA-DRAC Basse-Normandie, 1997. Le Gall 2015 LE GALL (V.) – Des habitats de l’âge du Bronze, Guidel « Pen Mane » (56), RFO de fouille, Inrap Grand Ouest, 2015, 131p. Leroux 2013 LEROUX (G.) – Les occupations de l’âge du Bronze et du haut Moyen-Age, ZAC du
  • Sujets et thèmes Funéraire Construction Front de taille Mobilier Céramique Lithique Os humains Fouille archéologique La fouille de Guidel « sous Kergroise » à mis au jour un site archéologique daté très majoritairement de l’âge du Bronze. S’étendant du Bronze ancien au Bronze
  • accueillait toujours des sépultures sous la forme d’incinération. Un seul spécimen a été retrouvé, probablement du à des problématiques de conservation. Puis, au court de l’âge du Bronze final, plus certainement au cours du début du premier millénaire avant notre ère, des constructions se
  • oeuvre 44 1.4.1 Objectifs de la fouille 45 1.4.2 Le décapage 45 47 47 1.4.3 L’enregistrement des données et la fouille 1.4.4 Études et post-fouille 1.5 Généralités sur les vestiges 49 2 Un corpus funéraire de l’âge du Bronze 49 2.1 Des sépultures en coffre à
  • ensembles sur quatre (à six) poteaux 3 83 88 92 94 97 3.1.2 Des plans de constructions incomplets ? 3.2 Des constructions circulaires ? 3.3 Des zones de concentrations de céramique 3.4 Une fosse du Bronze ancien (2150-1900 av.n.è.) richement dotée 3.5 Synthèse 98 4
  • générales 6.2 Le Fait 205 : un ensemble céramique de la transition entre le IIIème et le IIème millénaire avant notre ère 6.3 Une incinération de la fin du Bronze moyen ou du début du Bronze final 6.4 Des indices d’occupation du Bronze final 119 7 L’assemblage lithique et
  • décapage à 10 600 m². Elle concerne le cœur et la périphérie d’un petit habitat ouvert de l’âge du Bronze final caractérisé par plusieurs concentrations de vestiges (trous de poteaux et fosses) qui témoignent de la présence d’au moins deux bâtiments sur poteaux. Par conséquent
  • formation et l’évolution d’un site d’habitat de la fin de l’âge du Bronze. Il convient de préciser qu’en l’état des recherches, le site de Guidel ne trouve que peu de précédant à l’échelle du département du Morbihan et pourrait à ce titre constituer un ensemble de référence à l’échelle
  • d’opération et de quatre techniciens de fouille. Dans un premier temps, une partie des moyens sera consacrée au dégagement, au nettoyage et au relevé précis des vestiges. Des levées topographiques seront réalisées au fur et à mesure de l’avancée du décapage puis de la fouille afin de
  • l’Etat (SRA Bretagne), il sera procédé au remblaiement des terres issues du décapage afin de restituer le niveau de sol actuel et permettre une remise en culture des terres agricoles. Ce remblaiement sera effectué par un prestataire de l’Inrap (terrassier) à l’aide de moyens
  • apparaît plus qu’évidente. Un céramologue, spécialiste de l’âge du Bronze assurera l’étude des mobiliers. Si d’autres types de mobiliers étaient mis au jour (faune, lithique…), leur étude serait confiée à des spécialistes afin d’en assurer la caractérisation et éventuellement la
  • .) – [Lannion, Pen an Alé, Côtes d’Armor] RFO de fouille, Inrap Grand-Ouest, CessonSévigné 2016 Blanchet, Le Boulanger 2015 BLANCHET (S.), LE BOULANGER (F.) – Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours. La Mézière, ZAC des Lignes de La Gonzée, Ille-etVilaine. RFO de fouille
  • ., – Une occupation de longue durée sur le plateau de la Tourelle, Lamballe, (Côtes d’Armor), RFO de fouilles, Inrap, Cesson Sévigné, 2010, 625p. Blanchet 1996 BLANCHET (S.) dir. – Un habitat de l’âge du Bronze final, Saint-Sauveur-desLandes « Le Champs Blanc » (35), DFS de fouille
  • résultent ont poussé le Service Régional de l’Archéologique à prescrire une opération de fouille préventive sur environ 10  600 m2 de la parcelle ZY 533 p (Fig.1). En effet, les mises au jour de fragments de céramique attribuables à l’âge du Bronze final ainsi que de possibles plans de
  • final, il allie espace funéraire et espace de constructions. Situé sur un plateau depuis lequel l’océan est visible, ce lieu a du paraître propice à l’installation d’un espace dédié aux défunt.e.s. Aussi, dès le début de l’âge des métaux, quatre à cinq sépultures en coffre à pierres
RAP02596.pdf (OUESSANT (29). les limites orientales du site de Mez-Notariou. rapport intermédiaire de fp 2009-2011)
  • OUESSANT (29). les limites orientales du site de Mez-Notariou. rapport intermédiaire de fp 2009-2011
  • 1 2.1.3. Un site du Bronze final ? 2.1.4. Un grand village du Premier âge du Fer 2.1.5. Des vestiges de sanctuaire du Second âge du Fer 2.1.6. Des vestiges complexes d'époque romaine 2.1.7. Un abandon au début du haut Moyen Age 2.2 LE PROJET TRISANNUEL 2.2.1. Le programme de
  • complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du Premier âge du Fer. Le village apparaît comme un des derniers exemples des agglomérations compactes de l'âge du Bronze bien connues à l'est des Alpes et du Jura, en Europe
  • siècle après J.-C., ou au début du VI e , d'une vaste partie du secteur de fouille n°5, entraîne l'accumulation désordonnée d'un très riche mobilier osseux, céramique et métallique datant de toutes les périodes du Bronze moyen à la fin de l'Antiquité. Le Second âge du Fer est
  • jour dans l'espace habité au Premier âge du Fer n'ont pas été 10 précisément attribués à cette époque plus ancienne. Il ne faut donc pas écarter totalement l'hypothèse d'un habitat gaulois sur le site, si modeste fut-il. Un tel scénario n'a pas été retenu lors de la publication
  • limoneuse sur laquelle était implanté le cœur du village du Premier âge du Fer. Exposés à l'ouest et à des vents dominants du sud-ouest et nord-ouest, ces terrains ne sont pas les plus favorables à une implantation de zones d'habitat. En revanche, en bordure du grand village ils peuvent
  • du village du Premier âge du Fer. Cela avait été impossible vers le nord car une large bande de terrain avait été totalement détruite par l'agriculture récente, cette dernière n'ayant laissé en place que les niveaux très dégradés du Bronze moyen - final I. La présence et
  • Secteur 1, empreinte de talus moderne au sud du sondage, vue vers le sud-ouest Il est permis de penser qu'une grande partie de la surface des secteurs 9 et 10, sinon 11, fut empierrée, mais que l'on se trouve à l'extrême limite du village du Premier âge du Fer. Une tranchée de
  • zone proche du site ; l'existence d'une carrière est envisagée au nord de celui-ci. L'interface entre la couche Us. 16 et la couche supérieure (Us.07), accumulée dès l'âge du Bronze moyen, livre de nombreux éclats de silex et des galets de faible diamètre (3 à 5 cm). D'autre part
  • ancien et les premiers siècles du Bronze final I moyen livre des vestiges d'architecture mais aussi d'activités artisanales, 7 notamment de métallurgie. Dans la partie nord du site (secteur 2), la fouille révèle un ensemble de fondations de bâtiments et d'espaces de travail en
  • franc et certainement extrêmement rapide entre des aménagements à caractère Bronze ancien finissant et un faciès très caractéristique d'un milieu Bronze final I de type continental ; ceci dans une fourchette chronologique allant, grosso-modo, de la fin du XVI e siècle au XIII e
  • évidents et les vestiges de Mez-Notariou posent d'une manière très originale, mais très documentée, la double question du Bronze moyen et des relations façade atlantique/domaine continental entre le Bronze ancien et le début du Bronze final. 2.1.3. Un site du Bronze final ? Les vestiges
  • Bronze final III, les rapproche de la période de fondation du village du Premier âge du Fer. Il est difficile d'établir un lien direct entre tous ces vestiges. L'hypothèse de l'inhumation sous tumulus de personnages importants, peut-être les fondateurs de ce village, ne peut être
  • écartée. Dans ce cas, et de la même manière, il faut peut-être rattacher les vestiges du dépôt métallique aux premières activités rituelles de cet établissement hallstattien. 2.1.4. Un grand village du Premier âge du Fer 2.1.4.1. Un village remarquable Au Premier âge du Fer, un
  • de la fin du Premier âge du Fer 9 et, très vraisemblablement, dédiés à des activités artisanale : textile, fabrication d'objets en lignite et, peut-être, métallurgie. La durée d'occupation se situe vraisemblablement autour de 300 ans pour une population moyenne et constante
  • lentille de sédiments du Premier âge du Fer contenant de très abondants ossements et coquillages auxquels se mêlent des céramiques fines de qualité. L'état de conservation de ce mobilier est excellent. Le caractère sélectif des ossements, déjà perçu au Bronze moyen, est confirmé, et
  • petit édifice (Us.279) et un réseau de poteaux de palissade ont permis de suggérer l'existence d'un vaste espace réservé à ces activités rituelles, ceci à l'ouest de la zone d'habitat groupé (Le Bihan, 2005, D.F.S.). La méconnaissance de l'Histoire et des vestiges du Premier âge du
  • Fer en Armorique donne un intérêt particulier à tous ces vestiges. L'absence de fouille de site de référence dans la région se fait cruellement sentir, en particulier pour dater le mobilier avec précision. Si les éléments du Bronze final III évoqués précédemment se raccrochaient
  • bien aux tous débuts de l'histoire du village du Premier âge du Fer, voire à sa fondation, cela donnerait une image encore plus forte et plus exceptionnelle de cet établissement. 2.1.5. Des vestiges de sanctuaire du Second âge du Fer Le bouleversement, sans doute à la fin du V e
  • autour de structures primaires d'un sanctuaire gaulois assez voisin est envisagée. Il convient également de rappeler que quelques trous de poteaux ont livré des tessons de la Tène finale au cœur du village du Premier âge du Fer. Par ailleurs, un grand nombre de trous de poteaux mis au
  • du tome I de « Archéologie d'une île à la pointe de l'Europe ». Une meilleure perception de l'ampleur des destructions subies par le site incite à reconsidérer la question. 2.1.6. Des vestiges complexes d'époque romaine Comme pour le Second âge du Fer, les découvertes effectuées
RAP00354.pdf (MORDELLES (35). Sermon. rapport de sauvetage programmé.)
  • MORDELLES (35). Sermon. rapport de sauvetage programmé.
  • tuiles. 8 - Objets en fer Les objets en fer trouvés sur le site sont dans un état de conservation moyen, et après un premier nettoyage leur identification (mis à part une dizaine de clous) a été possible. 1 - Gouge (fig. 5) à gorge profonde en auge L : 20,8 cm I : 2,2 cm
  • Ç / / irandffallic,. /y. i [a Sjìivaijiiliì, les Chambres ' .,1 l/Gunòmìaisv • >• i Localisation du site la S o n d ï i s i « 1 V \ lo P â t i s \ i ile la S a u d i a i s ' L v Cramoux la R u u ' d u Pas . le Grand Clien/n' Noe de Vciïrl la G u i c h a r ì l a ì
  • est encadré par deux chemins creux, larges et encaissés qui se croisent à angle droit. Le premier, nord-sud, est à 100 m à l'ouest de l'épicentre, le second estouest est à 200 m au nord. Ce dernier pourrait être la voie romaine "Rennes-Vannes". Enfin à 200 m, à l'est du site, une
  • relier l'actuelle R.N. 24 à la fu- ture voie expresse RENNES-LORIENT (construction en cours 1985, mise en service 1986). En septembre 1984, la Direction des Antiquités, avec la participation du G.R.A.M.J.C. de Pacé, a effectué des sondages:..de reconnaissance sur une partie du
  • avec une celia héxagonale est pour l'instant inédit dans I. l'ouest de la France et en Grande-Bretagne et probablement très rare au niveau européen. Description des secteurs fouillés et Etude archéologique de la structure du temple (cliché 4) Le décapage et la fouille de 1986 ont
  • , très peu de moellons ont pu résister aux labours. Fouille du temple 1986 (Fig* 4,clichés 5 et 6) L'étude archéologique nous a permis de fouiller à l'intérieur de cet édifice, un remplissage très homogène d'argile limoneux. Couche 9 : Le nettoyage de la base de la couche arable
  • a mis au jour des fondations d'un bâtiment carré de 10 m x 10 m à l'extérieur avec une annexe à l'est de 2,60 m nord-sud x 3,00 m est-ouest. Les fondations sont composées de blocs et pierrailles de schiste du briovérien, schiste rouge de Pont-Réan et de blocs de quartz. Ces blocs
  • et pierrailles sont assis sur une couche de gravillon de rivière. Au milieu du mur sud de l'édifice une cave à pommiers du XIXe siècle nous a permis d'étudier sous la couche de gravillons de rivière une assise de schiste vert briovérien pilée. Le niveau du sol d'occupation de cet
  • on note : - tessons de céramique (la Tène II-III à la fin du 1er siècle ap J.-C.) . - une monnaie gauloise (billon) - une monnaie : As de Lyon 10-14 ap J.-C. - une fibule Ettlinger n° 20 - un tesson de céramique, décoré, estampé et incisé ancienne. (la Téne 5 Couche 11 Secteur
  • Couche n o r d - e s t _ d e _la__galerie représentée par un remplissage d'argile limoneux très homogène. Mobilier : tessons de céramique la Tène III à la fin du 1er siècle ap. J.-C. Couche 18 Secteur nord-ouest_de _la_galerie Couche représentée par un remplissage
  • d'argile limoneux homogène. Mobilier : tessons de céramique la Tène III à la fin du premier siècle ap J.-C. - un tesson la Tène finale, décoration par incision. - un fragment de col d'amphore Dressel IB. - une monnaie TIBERE 13 ap J.-C. Couche 22 Secteur sud-ouest de_Ia galerie
  • Couche représentée par un remplissage d'argile limoneux homogène. Mobilier : tessons de céramique la Tène III à la fin du fin du 1er siècle ap J.-C. Fouille de la cella (cliché 6) Couches 14 à 17 L'intérieur de la cella a été divisée pour une fouille en quatre secteurs. Comme dans
  • la galerie du porticus, la couche archéologique est représentée par un remplissage d'argile limoneux homogène, Aucune autre structure ou anomalie n'a été notée pendant la fouille à l'intérieur de la cella. 6 Mobilier - : tessons de céramique la Tène III à la fin du 1er siècle
  • ap J.-C. - un fragment de sigillé - Drag 27. Fouille de l'annexe est (cliché 7) Couches 12 et 13 La couche archéologique à l'intérieur de l'annexe est représentée par un remplissage d'argile limoneux, identique à celui de l'intérieur du temple. Une seule anomalie, postérieure à
  • cette couche a été notée dans ce secteur oriental : un fossé situé contre le mur de l'annexe. Mobilier : tessons de céramique la Tène III à la fin du 1er sicèle ap J.-C. - un fragment de "Butt-Beaker" 0-40 ap J.-C. Etude archéologique des abords du temple Couche 19 Sur
  • l'ensemble du secteur décapé, sur 3 mètres à l'extérieur à l'ouest du temple, la fouille à mis au jour une couche caractérisée par une terre grise humique contenant par endroits des fragments de mortier de chaux, provenant probablement du temple lui-même. Mobilier : tessons de céramique
  • la Tène III à la fin du 1er siècle ap J.-C. Couche 21 Sur l'ensemble du secteur décapé sur 5 mètres à l'extérieur à l'est et au nord de l'annexe, la fouille a mis au jour une couche homogène d'argile limoneux avec parfois des fragments de briques et de tuiles. Mobilier
  • Trouvée à la jonction de la terre labourée et de la couche d'argile limoneux. 2 - Crochet en fer (fig. 6, n° 1) Son extrémité repliée fermant un anneau de suspension. L : 10 cm 0 (environ). 0,9 cm. Trouvé dans le mur est de la cella. 3 - Poignée de clef (fig 6, n° 2) Trouvée
  • ) ; elles ; à supposer qu'il y en ait une, l'éventuelle connotation symbolique de ce genre de dépôt nous échappe totalement. En Bretagne, si l'on excepte le cas exemplaire du temple romano-celtique de Trogouzel en Douarnenez vré une belle série delles (Finistère), qui en a li- (2
  • ) , le petit ensemble du fanum de Sermon, à Mor- (Ille-et-Vilaine), est une trouvaille dont on ne connaît pas d'équivalent. La fibule n° 1 appartient ETTLINGER n° 25a / FEUGERE n° 15a au type dit "à disque médian", (3). En dépit d'un état de dégrada- tion avancé, elle porte
Port-Louis. La Citadelle, basse-cour nord (PORT-LOUIS (56). La Citadelle, basse-cour nord. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • PORT-LOUIS (56). La Citadelle, basse-cour nord. Rapport de diagnostic
  • ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que
  • , d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la
  • Restes Mesolithique et Epipaleolithique Structure funéraire Végétaux Voirie Faune Neolithique Ancien Hydraulique Flore Moyen Habitat rural Objet métallique Récent Villa Arme Batiment agricole Outil Âge du Fer
  • Chalcolithique Structure agraire Parure Protohistoire Urbanisme Habillement Maison Trésor Âge du Bronze Ancien Structure urbaine Monnaie Moyen Foyer Verre Recent Fosse Mosaïque Sepulture Peinture Âge du Fer Hallstatt (premier
  • jusqu’au XXe siècle (fig. 2). La presqu’île de Port-Louis, connue au moyen âge sous le nom de Blavet, est un port de commerce reconnu. Un fort y est construit en 1590-91, sous les ordres de Mercoeur, par les Espagnols qui viennent lui porter main forte afin de reprendre la ville aux
  • , l’Irrégulier et le grand Bastion. Une partie de la caserne que nous connaissons aujourd’hui est construite, ainsi que la longère formée par la chapelle, le logis du Major et celui du Gouverneur. En 1636, la construction de la demi-lune avec son pont dormant, son fossé, la contrescarpe et le
  • ). 2.2 Un niveau détritique, Tr.1 La tranchée 1 (fig. 6) d’une largeur de 3,50 m et d’une longueur de 13,20 m n’a révélé aucune structure. L’affleurement granitique est apparu rapidement à l’est, 21 cm sous le niveau actuel. On a pu suivre le dénivelé du terrain vers le sud-ouest soit
  • allant en direction du caniveau cité précédemment. Il est possible que ce pavage n’était pas présent sur toute la surface de la cour mais principalement en son centre dans le sens de la pente permettant le contrôle des eaux de pluie. Il est en effet bordé à l’ouest par un sol de
  • ). Il apparaît 3007 à une dizaine de centimètres sous le haut du sol pavé décrit précédemment et recouvert par un remblai limoneux (us 3003) plutôt 6,01de faune. Ce niveau recouvre également le homogène comportant un peu pavage et l’arase d’une maçonnerie (us 3007) (fig.13) dégagée
  • Arase de maçonnerie 3007. © Inrap 12 13 II. Résultats 35 2.4 Une rampe d’accès à la caserne : Tranchée 2 Fig. 14 Parement ouest du mur 2005 et niveau de circulation 2002. © Inrap Fig. 15 Parement est du mur 2005. © Inrap 14 L'arase d'un mur (us 2005) de 70 cm de large
  • sa face sud-est ne semble pas destiné à être vu.. Il semblerait que celui-ci correspond à la construction du mur dont les déchets sont rejetés au pied. Cette construction est visible sur les plans à partir de 1717 (fig.15) et semble être un mur de soutènement d'une rampe
  • XVIIe siècle (cf étude céramique). De part et d'autre de cette maçonnerie, a été observé un remblai (us 2001) composé principalement de déchets de taille de pierre de granit Ce niveau très meuble à l'est devait être surmonté du sol de la rampe dont il ne reste plus rien, tandis qu'à
  • comparable à celui observé dans la tranchée 1 et présente du mobilier datant des XVIII et XIXe siècle. Ces observations indiquent bien que nous nous trouvons sur un espace ouvert côté ouest servant de niveaux de circulation (de niveau de cour), tandis qu’à l'est de ce mur, les niveaux
  • début du XIXe siècle, d’après les plans que nous disposons, la rampe est remplacée par un perron et un escalier à double volée. Le côté esthétique et ostentatoire remplacent alors la fonctionnalité. 15 36 Inrap · RFO de diagnostic Port-Louis, Morbihan, La Citadelle Basse-cour
  • , éliminant ainsi le problème de dénivelé. Un remblai ayant servi à aménager cette rampe contient énormément de mobilier XVIIIe (Fourteau, rapport en cours) comme l’ensemble du mobilier découvert dans la cour. Fig. 16 Plan de la tranchée 4. © Inrap Fig. 17 Vue du mur de soutènement sud de
  • % d’entre-elles sont des productions à pâte fine blanche recouverte d’une glaçure au plomb de couleur verte (un total de 125 restes, Gt 02m), à pâte beige-rosé (Gt 02c) ou beige-orangé (Gt 02k). es autres productions à glaçure plombifère sont de couleur jaune (16 L restes) ou brun
  • (assiette 3-1, Fig. 144, p.84, Horry 2015) est certainement une production lyonnaise (Fig.144, p.184 ; Horry 2015). Son procédé décoratif à effet marbré ou jaspé, s’amenuise au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle. La seconde assiette est décorée de traits verts et bruns sur fond
  • différents aménagements de la citadelle. L'absence de niveaux de circulation dans la partie nord-est en témoigne également. Un remblai dont le mobilier daterait du XIXe voire de la fin du XVIIIe siècle fixe la fin des phases de grand travaux. Deux accès caractérisés par des rampes ont été
  • caractériser et dater d'éventuels vestiges supplémentaires. Cette opération s'est déroulée au début du mois de septembre 2018. Les sondages ont mis en évidence un terrassement important de cette place sans doute motivé par l'extraction de la pierre pour les travaux de gros œuvres liés au
  • développement défensif de la citadelle. Un remblai détritique de nivellement date la fin de ces gros travaux aux alentours de la fin du XVIIIe - courant XIXe siècle. Les restes d'un pavage ont été mis au jour dans la partie nord-ouest de la cour ainsi qu'un mur de soutènement d'une seconde
RAP01689.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire 2000 de fp 2000-2002)
  • OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire 2000 de fp 2000-2002
  • à la fin de l'Antiquité romaine (Us. 157) suggère un prolongement des installations du Bronze ancien et moyen au nord-ouest du site (secteur 5). Cela porte la longueur est-ouest de ces aménagements anciens à près de 150 m. 2.1.3. Un village du premier âge du Fer Le 1er âge du Fer
  • connaissances (fig.42 à 50). - Occupation au Bronze ancien et moyen (trous de poteaux dans l'Us. 157 et limons Us. 118-220 encore en place). Curieusement toutes les traces d'occupation du 1er âge du Fer ont disparu, arrachées par les occupants de l'époque antique. - Creusement des grandes
  • vestiges, rendant très difficile une étude cohérente du site ancien. 2.1.2. Un habitat du Bronze ancien et moyen L'âge du Bronze ancien et moyen est représenté par des vestiges d'activités artisanales, notamment métallurgiques. La fouille des installations découvertes et identifiées au
  • situer vers 450 av. J.-C. La fondation, à partir d'un noyau de population assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthogonal et complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du 1er âge du Fer. Le village
  • manuscrit à la fin de l'année 2002. L'ouvrage sera consacré aux phases anciennes de l'histoire du site, à sa mise en place au Néolithique et aux vestiges, mobiliers et immobiliers, du Bronze ancien et moyen. Un tel programme peut justifier la réalisation de quelques sondages ponctuels
  • , fin de fouille 2000) Ch.3 PRÉPARATION DE PUBLICATION Second objectif du programme trisannuel, la préparation du volume consacré aux périodes anciennes du site, Néolithique et Bronze ancien et moyen, exige une réflexion sur les vestiges immobiliers antérieurs à l'âge du Fer et à
  • décimètres. La chronologie relative entre les limons et le talus n'est pas encore clairement définie. Des empierrements du Bronze ancien ou moyen (Us.65c) se plaquent contre ce talus puis, au 1er âge du Fer, un sol en pierres et une ligne de grosses pierres le recouvrent en ménageant sans
  • de pierres est plaqué au fond de cette dépression au Bronze ancien ou moyen (Us.60). Ensuite, au 1er âge du Fer, une voie en pierres, extrêmement robuste et soignée, emprunte cette dépression et pénètre dans le village (Us.63, fig.54 et 55). Malheureusement, au nord comme au sud
  • les chances d'abandon momentané du site après le Bronze moyen. 1.1.4. Premier âge du Fer S'il convient d'exclure le tumulus Us.68 du champ des installations du 1er âge du Fer, il faut y ajouter un segment de voie d'accès au village. Elle traverse une zone empierrée, aménagée en
  • chez les mammifères et les oiseaux). Cela donne de la consistance à l'hypothèse d'un sanctuaire ou, tout au moins, d'activités d'abattage rituel. La méconnaissance de l'histoire et des vestiges du 1 er âge du Fer en Armorique donne un intérêt particulier à cette fouille. En fait
  • secteur de fouille n°5. Il est admis que ces sédiments appartiennent à des vestiges d'activités rituelles datables du 1er âge du Fer à l'époque romaine (cf. supra). En outre, les limites occidentales et septentrionales de la zone des dépôts demeurent inconnues. Une première étude du
  • identifiés en 1995 (Us. 118). 2.2.2.2. Datation - interprétation Tout le mobilier céramique exhumé dans la couche Us.220 date du Bronze ancien et moyen (fig 14). Cette couche peut être interprétée comme un reste de sol ou de dépôt datant de la vaste occupation Bronze ancien et moyen
  • sédiments Us.129, découverte au nord du secteur 2 au cours des campagnes précédentes, apparaît au sud des zones fouillées en 2000 (fig.38 à 45). Il s'agit de limons bruns ayant une allure de nappe, intercalée entre des sédiments de remplissage des grandes dépressions Us.157 et Us.222
  • perceptibles. - Mobilier du Bronze ancien et moyen Peu abondant, ce mobilier est représenté par quelques rebords de pot avec cordon près du col, des boutons de préhension et deux tessons comportant un décor de rainures profondes et d'ocelles estampées (fig.23). Ces tessons sont intéressants
  • . - Mobilier du 1er âge du Fer Ce sont des fragments de vase à carène vive qui illustrent surtout le premier âge du Fer. Us ne sont pas très nombreux et constituent davantage un bruit de fond de l'environnement plus qu'ils ne traduisent tel ou tel événement particulier de l'histoire des
  • gallo-romain constitue l'essentiel du lot de poteries, de fragments de verre et de petits objets en bronze ou en fer découverts dans la fosse. C'est une céramique extrêmement fragmentée qui représente l'essentiel de ce mobilier. - Céramique sigillée (fig.26 à 28 et 30) : plus de 60
  • titre) sont découverts (fig.34 et 35). Il en est ainsi d'une petite poignée en bronze, de monnaies, de fibules, gallo-romaines, entières ou brisées, mais aussi d'autres pièces difficiles à identifier et à dater. Un regard posé sur l'ensemble du mobilier métallique du secteur 5 laisse
  • d'ailleurs la même impression à J.-P. Guillaumet. Il est certain que des pièces, datables du Bronze à l'Antiquité, ont terminé leur parcours ici : fragments de statuettes, de haches, de bracelets. Un ruban d'or illustre un tel trajet (fig.36). Sa fabrication peut remonter à l'âge du
  • Fig. 22 - Fosse gallo-romaine Us.222 : vue oblique par le nord-ouest, niveau profond (Us.218), pierres reposant au fond de la fosse Us 212 Fig. 23 : poteries du Bronze moyen, fosse Us 222. o 5 cm Fig- 24 - Poterie estampée de La Tène ancienne (Us.212) Fig. 25 - Poterie à
  • cendres Terre limoneuse claire (Us 118,220) Structure en creux 1 1 Sol naturel (Us 17) LUI Lll XLI Lambeaux de sols limoneux du Bronze ancien/moyen XL1I Q Structures en creux Fig. 42 - Secteur 5, partie occidentale, localisation des vestiges antérieurs à la période gallo