Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4116 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03524 (PONTIVY (56). Kernaud 2 : une ferme de l'âge du Bronze final. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • PONTIVY (56). Kernaud 2 : une ferme de l'âge du Bronze final. Rapport de fouille
  • proposer une datation du site à la fin de La Tène moyenne ou La Tène découverts. Le mobilier recueilli (fragments de bracelet en lignite, de vases, d’amphores Dans les comblements de l’un de ces fossés, des vestiges d’activité de cuisson ont
  • l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective
  • par le département du Morbihan. Le niveau d’épandage de mobilier de l’âge du Bronze final mis en évidence lors du diagnostic (Crowch, 2016) était au centre de la prescription. Cette dernière portait également sur une possible occupation du Néolithique moyen I, sous-jacente. La
  • Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final Fiche d’état du site Les 5 600 m² prescrits ont été décapés. Les vestiges sont apparus sous 0,30 à 0,40 m de terre végétale labourée. Leur état de conservation est hétérogène. Le secteur médian, enserré par les doubles
  • ) documentation et du mobilier (fin officielle du marché) 18 mois après le démarrage de la fouille : remise au SRA du rapport, de la Chaque mois : compte-rendu au MO et au SRA o o Un mois après la fin de la fouille : Après la fouille * Le Service Régional de
  • commune de Cléguérec et confirmé sur le terrain en 1981. Cette commune a La Protohistoire est représentée (prospection aérienne) par un tumulus de l’âge du l’aménagement du contournement de Pontivy, ont été aperçus. quadrangulaires sur le site de Kerouillen en
  • Bronze final Rappel des objectifs de la fouille 11 les possibles spécialisations des espaces (habitation, zone de stockage, production, élevage, cette démarche doit permettre de comprendre l’ensemble du site, son organisation interne et comblement) afin d’établir
  • occupation de l’âge du Bronze final et du Néolithique ancien. L’ensemble de localisés sur les parcelles A1 463, 466, 469. Elle concerne une surface totale de 5600 m² et n°2016-140, le 29 mars 2016. La prescription porte sur la fouille et l’étude
  • différentes phases d’occupation du site jusqu’à son abandon. La fouille devra De façon générale, il s’agira d’établir un phasage des différents ensembles mis au jour et précise la relation entre chaque ensemble de vestiges et le mobilier qui y sera collecté
  • l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la
  • contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus
  • universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 I Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final Avertissement Les rapports de fouille constituent des documents administratifs communicables au public dès leur remise au Service Régional de
  • . Par ailleurs, l’exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (Loi no78-753 du 17 juillet, art. 10). Le non respect de ces règles
  • constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. I2I DÉPARTEMENT DU MORBIHAN (56) PONTIVY, « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final Rapport d’Opération d’Archéologie Préventive Illustration de couverture : Vue générale du site en cours de fouille
  • Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final sommaire Données administratives techniques et scientifiques................................ 9 Fiche signalétique du site............................................................................................... 10
  • archéologiques...................................................................................51 2.3 Le niveau d’occupation de l’âge du Bronze (Épandage _ US003A).......................... 51 2.3.1. Les structures de la zone B
  • Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final 3.1.2.4. Le mobilier issu des structures.........................................................................................73 3.1.2.5. Conclusion
  • : Description micromorphologique................................................. 328 Annexe 6 : Rapports des datations par le radiocarbone................................... 329 I7I I Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final I8I 1 Données administratives
  • techniques et scientifiques I9I I Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final Fiche signalétique du site Localisation du site Région : Bretagne Département : Morbihan Commune : Pontivy Lieu-dit : Kernaud 2 Code INSEE : 56 178 N° de l’opération : 2016-139 Références
  • préventive, Kernaud 2, 2016 Couverture géographique : Bretagne > Morbihan (56) > Pontivy Code INSEE de la commune : 56 178 Mots-clés du thésaurus : Habitat rural, bâtiment agricole, foyer, fosse, artisanat, niveau d’occupation Chronologie : Néolithique moyen, Age du Bronze moyen, Age du
RAP02413.pdf (LE CONQUET (29). île de Triélen. rapport de sondages 2008)
  • LE CONQUET
  • LE CONQUET (29). île de Triélen. rapport de sondages 2008
  • . Le suivi morphosédimentaire mené sur Triélen depuis 2002 par B. Fichaut et S. Suanez (UBO) apporte un éclairage particulièrement utile sur le site archéologique qui nous intéresse ici et sur sa vulnérabilité. Les vestiges archéologiques de l'Âge du Fer sont logés au cœur de la
  • . M.Y. D.). 13 Figure 9 - L'évolution du site de Triélen entre 2007 (à gauche) et 2008 (à droite) (cl. J.Y. Le Gall et M.Y. D.). On note en particulier la disparition de la dernière grande dalle verticale de parement du four, le « vidage » par la houle de la structure S3 (fosse à
  • droite des clichés), le démaigrissement en avant de la plage ancienne visible sur une plus grande épaisseur. Le site archéologique de Triélen montre t un recul certes progressif lorsqu'on l'observe à l'échelle de plusieurs années, mais aussi avec des « à coups », dus en particulier à
  • 2006 et sites fouillés) (DAO L. Quesnel, d'après Daire, inédit). 15 1.3.3 - La richesse d'un ensemble faunique Un second aspect de la problématique d'étude du site de Triélen est lié à la présence, au sein du niveau archéologique de l'Âge du Fer stratifié, d'une couche très
  • (DAO L. Quesnel). 19 2.3. Le sondage du carré 5 Figure 14 - Détail du sondage, (cl. M.Y.D.). Un sondage a été pratiqué par au sein du carré 5 sur une largeur de 0,50 m et une profondeur équivalente, dans la partie saillante de la base de la coupe, ce qui n'a donc entraîné aucune
  • dégradation de la partie végétalisée du site. Le sondage avait pour objet d'effectuer un prélèvement des abondants vestiges archéologiques contenus dans le niveau N2 et d'analyser plus précisément la nature et la taphonomie des dépôts. Figure 13 - Le sondage au niveau du carré 5 (cl
  • dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la
  • concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http
  • - L'île de Triélen et son patrimoine archéologique 1.2.3 -Le site gaulois de la plage nord-ouest de Triélen : localisation, découverte et travaux antérieurs 7 1 8 9 1.3 - Problématique de l'opération de sondages de 2008 1.3.1. Le site de Triélen : un ensemble archéologique menacé
  • 1.3.2 - Le site de Triélen et la production de sel en Armorique 1.3.3 - La richesse d'un ensemble faunique 2 - LES SONDAGES DE 2008 : RÉSULTATS 11 11 13 15 16 2.1 - Conditions préalables et stratégie adoptée 16 2.2 - L'analyse stratigraphique 16 2.3 - Le sondage du carré 5 19
  • -ichthyologue, Annexe 2-Le projet « ALERT » Annexe 3 - Les briquetages armoricains et la production du sel Annexe 4 - Inventaire du mobilier Photo de l°couverture : Maisons de l'île de Triélen (cl. M.Y.D.). 36 38 41 45 5 1 - PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE 1.1 - Présentation générale 1.1.1
  • antérieures (cf. infra), une opération de sondage a été menée sur le site de l'Âge du Fer de l'île de Triélen, dans l'archipel de Molène, entre le 16 et le 18 juillet 2008. L'équipe de terrain était constituée de Marie-Yvane Daire (chargée de recherche au CNRS, UMR 6566 « CReAAH
  • 6566 « CReAAH») s'est joint à l'équipe pour la phase de post-fouille et en particulier la réalisation des documents en DAO et Yvon Dréano a réalisé une première évaluation du matériel archéoichthyologique.. Nous remercions chaleureusement les personnes et organismes sans lesquels
  • de l'île de Triélen, en coupe de microfalaise, une première structure archéologique fut mise au jour par l'érosion : le premier élément constituant la structure est apparu un peu avant août 2002, sous l'aspect d'une dalle rubéfiée ; puis le recul du trait de côte dégagea
  • -B', réalisée sur 1 m de large dans une zone déjà largement érodée - un sondage dans l'amas de patelles S5, en façade de falaise, avec analyse de la taphonomie et du contenu du dépôt - un sondage dans la structure SI, destiné à analyser le comblement de la structure et à effectuer
  • des prélèvements de matières. L'intérêt scientifique des données recueillies, doublé de la vulnérabilité sur site archéologique, nous conduisirent alors à déposer une demande d'autorisation de suivi archéologique pour 2008 auprès du Département du Finistère et de la SEPNB-Bretagne
  • Vivante, d'une part et du Ministère de la Culture-SRA Bretagne, en partant du principe que de nouveaux épisodes d'érosion du site pouvaient survenir. Les événements du mois de mars 2008 nous ont, malheureusement, donné pleinement raison ! 10 Typa «agi*tf«»sstei PArlCHλ
  • côtière, - le site de Triélen et la production gauloise de sel ; - les possibilités d'analyses fauniques offertes par le dépôt de l'Âge du Fer associé aux structures artisanales. C'est donc assez naturellement que l'équipe de terrain fut constituée par M.Y. Daire (au titre des deux
  • partie de la plage orientée au nordouest et donc relativement exposée aux houles dominantes diffractées (Fichaut et Suanez, 2005 et 2007). Figure 7 - Le site archéologique de l'Âge du Fer de Triélen dans son contexte hydrosédimentaire (d'après Fichaut et Suanez, 2007). 12 Ce suivi
  • géliturbée qui jusqu'alors n'affleurait que partiellement et épisodiquement » (Fichaut et Suanez, 2007, p. 9). L'accélération du recul de la micro falaise a pu être observée sur un laps de temps assez court, de 5 ans (entre 2003 et 2008) et nous avons pu noter que le recul du trait de
RAP02832.pdf (Éléments pour une nouvelle approche de l'âge du bronze en Bretagne : le cadre chronologique et les formes de l'habitat. rapport du projet collectif de recherche 2012)
  • projet collectif de recherches
  • Éléments pour une nouvelle approche de l'âge du bronze en Bretagne : le cadre chronologique et les formes de l'habitat. rapport du projet collectif de recherche 2012
  •  sur le terrain ne révélant pas la présence de tumulus.            9 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne • L’Ille‐et‐Vilaine    Environ 200 entités archéologiques concernant l’âge du Bronze ont été rassemblées. Les sites et indices  de  sites
  •  tumulus.    5 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Bilan 2012 pour le Finistère  M. Fily (CG 29), C. Nicolas (Univ. Paris 1), Y. Pailler (Inrap)  avec la collaboration de P. Stéphan (CNRS) et L. Duigou (bénévole)      Inventaire des sépultures    En
  •   Le travail de récolement de la documentation a, pour le moment, permis de rassembler un corpus de  près de 200 références. Les dates retenues couvrent toute la période de l’âge du Bronze et débordent  légèrement  sur  les  périodes  du  Chalcolithique  et  du  Premier  âge  du
  •  enclos, des structures  agraires, des espaces funéraires ou encore des dépôts d’objets métalliques.               3 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 2. L’ACTIVITE 2012     Dans le cadre de la programmation 2012, ce projet a été reçu favorablement
  •  Normandie…).     Une  réunion  d’équipe  a  été  organisée  à  la  fin  du  moins  de  janvier  afin  d’engager  au  plus  tôt  les  moyens pour 2012. Malgré tout et en particulier pour les agents de l’INRAP, l’engagement des travaux  et de l’essentiel des moyens (jours/homme) s’est
  •   se  faire  une  meilleure  idée  des  lacunes  dans  les  datations  des  tombes  de  l’âge  du  Bronze  en  Bretagne.  La  majorité  des  dates  obtenues  jusqu’à  présent  étant  peu  fiables  (écart‐type  important,  contextes  perturbés  ou  polluées  des  échantillons  datés
  •   Lostmarc’h,  nous  avons  pu  nous  rendre  sur  l’enceinte  de  Kernavéno  (Crozon)  sur  un  terrain  appartenant  au  Conservatoire  du  littoral. Le site offre une position dominante sur la plage de Goulien et l’anse de Dinan. Cette enceinte,  de  forme  subcirculaire,  mesure  plus
  •  de petits enclos carrés (fig. 6) qui, dans la moitié nord  de la France, semblent, eux aussi, le plus souvent avoir une vocation funéraire. Dans la mesure où ces  derniers paraissent un peu plus tardifs (âge du Fer voire Antiquité ou Antiquité tardive) cela suggère  bien  sûr  une
  • ,  archéologie  et  sciences  de  la  terre »  et  coordonné par P. Lanos (Université de Bordeaux III).         17 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 2.4 Les formes de l’habitat   Pour l’habitat, le corpus actuellement disponible compte une cinquantaine de
  •  l’âge du Bronze). Les découvertes des années 2011 et 2012 n’ont  cependant pas encore été prises en compte. Leur intégration à la base de données dédiée au PCR ne  posera aucune difficulté dans la mesure où il s’agit d’opérations récentes parfaitement renseignées.    Concernant
  •  hache entière, très déformée, à ailerons subterminaux ;  fragments d’épées à languette tripartite, vraisemblablement de type pistilliforme atlantique.  ‐ 3 cônes de coulée et un déchet de coulée.  ‐ 3 bracelets entiers, un anneau large dont les extrémités se recouvrent (âge du Bronze
  •  ?) et enfin un anneau fermé  (âge du Bronze ?).  ‐ 2 fragments indéterminés : peut‐être un petit fragment de bouterolle losangique, ainsi qu’un fragment de lame à  un tranchant ( ?).    La composition de cet ensemble, bien que probablement incomplet, est relativement classique pour
  •   « atlantiques ».  C’est  ici  un  exemplaire  très  occidental.    Cet  ensemble  vient  compléter  avec  intérêt  le  corpus  de  dépôts  du  Bronze  Final  2  connu  à  l’heure  actuelle dans la région. Une description plus précise des pièces mentionnées, les dimensions et poids,  ainsi
  • Compte-rendu d’activité 2012 Projet Collectif de Recherche Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Le cadre chronologique et les formes de l’habitat COORDINATION : Stéphane Blanchet CONTRIBUTIONS : Vérane Brisotto Muriel Fily Muriel Mélin Clément
  • propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont
  • donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions
  • l’activité 2012 1. LE PROJET       Dans  ce  compte‐rendu  de  l’activité  2012,  nous  ne  reviendrons  pas  sur  la  présentation  détaillée  du  PCR,  déjà  largement  développée  dans  le  rapport  remis  en  2011.  Rappelons  simplement,  qu’à  partir  des données actuellement
  •   de  l’âge  du Bronze breton et fournir un premier référentiel sur les formes de l’habitat et l’occupation du sol du  Chalcolithique/Bronze ancien à l’étape finale du Bronze final (Hallstatt C).    • Typo-chronologie des productions céramiques et lithiques   Les  ensembles
  •   mobiliers  valorisables  –  notamment  la  céramique  dont  les  découvertes  se  sont  longtemps  limitées  aux  structures  funéraires  –  permettent  aujourd’hui  de  reprendre  largement  la  question de la culture matérielle et de la chronologie des sociétés de l’âge du Bronze
  •  sur la région – sont relativement nombreuses et permettent aujourd’hui d’amorcer un travail  sur l’habitat et plus largement sur l’occupation du sol. Les éléments exploitables comprennent à la fois  des constructions sur poteaux, des maisons de pierre sèche, des enceintes, des
RAP01685.pdf (PONT-L'ABBÉ (29). aménagement d'un lotissement au lieu-dit Kerarthur. rapport de fouille)
  • PONT-L'ABBÉ (29). aménagement d'un lotissement au lieu-dit Kerarthur. rapport de fouille
  • et milieu naturel en Europe de 2000 à 500 Av. J.C. Exposition de Loons-le-Saunier, 1990, p.37-44. 49 Desfossés et alii, 2000 : Desfossés (Y.), Martial (E.) et Vallin (L.) : " Le site d'habitat du Bronze moyen du Chateau d'eau à Roeux (Pas-de-Calais. " Habitats et nécropoles à
  • Étude 3.2 La meule 4. SYNTHÈSE CHRONOLOGIQUE ET ÉVOLUTION DU SITE DE KÉRARTHUR 26 31 31 4.1 Phase I (Age du Bronze ancien et final) 31 4.2 Phase II (l'occupation gauloise : fin Vie - début le s. avant J.C.) 32 4.3 Phase III (Haut Moyen-Âge : entre le Vile et Xe s. ?) 32 5
  • en plan une avancé triangulaire. Il s'agirait soit d'un poteau renfort soit de l'emplacement d'une échelle d'accès. On notera leur faible représentativité dans les contextes chronologiques anciens (de la fin du Néolithique au début du Bronze final), à l'exception du site de
  • que la superficie, donnée par l'emprise au sol des supports, n'est pas un critère discriminant. Les bâtiments de plan rectangulaire à une ou deux nefs sont plus fréquent à l'âge du Bronze. On le trouve sur le site de bord de lac de Clairveaux (station n i ) dans le Jura, dans un
  • ou indices de sites de 1' Âge du Fer sont connus à Pont-1'Abbé 5 . Plusieurs souterrains et stèles isolées ont été découverts dans le Finistère. Trois souterrains ont été mis au jour dans la région de Pont-1'Abbé, un au Moulin de l'Ecluse 6 , un à Poulleac'h 7 et un autre à
  • Rosveign8. Plusieurs stèles basses ornées ont été trouvées hors contexte archéologique, à la fin du siècle dernier sur le site de Kermaria 9 , une autre à proximité du site archéologique de Kéralio et une dernière dans les remblais de comblement d'une fosse d'extraction d'argile, sur le
  • Ghesquière etMarcigny, 1997 : Op. cit. 37 Thuillier, 1994 : Thuillier (F.) : " Le site gallo-romain de Bioville, à Campagne -les Hesdin (Pas-deCalais)." DFS de sauvetage urgent, SRA du Nord : Pas-de-Calais : Lille, 1994,45 p. 38 Catteddu, 1992 : Catteddu (I.) avec la coll. de Clavel (B
  • , 1981 : Lepage (L.) : " L'Age du Bronze dans le département de la haute-Marne." Préhistoire et Protohistoire en Champagne-Ardennes, n°5,1981, p.57-78. 43 Mordant, 1978 : Mordant (D.) : " Structures d'habitats néolithiques et protohistoriques dans la vallée de la petite Seine (77
  • de plan trouve de nombreux équivalents dans les sites d'habitat du domaine atlantique47. On citera pour mémoire les sites de la "Grosse Roche" à Saint-Jacut-dela-Mer en Bretagne 48, les deux cabanes de Roeux "le Château d'eau" dans le Pas-de-Calais 49et les nombreux bâtiments de
  • attribué à la fin du Bronze final ou au début du premier Age du Fer. Le bâtiment 7 présente de fortes affinités avec des exemples britanniques qui ont livré de nombreux vestiges liés à des activités domestiques et culinaires54. L'absence de sol d'occupation ne permet cependant pas de
  • , CTHS, Paris, 1992, p.177-191. 47 Civilisation de l'ouest de la France au Bronze final. 48 Briard et alii, 1990 : Briard (J.), Gebhard (A.), Marguerie (D.), Nicolardot (J.P.) et Robino (P.) : " Habitats et environnements de l'Age du Bronze en Bretagne." Un monde villageois,. Habitat
  • Drewettt, 1990 : Drewett (P.) : " La fouille d'un habitat de l'Age du Bronze final à Black-Patch - East Sussex, Angleterre." in Un monde villageois, habitat et milieu naturel en Europe de 2000 à 500 av. J.C., Cercle Girardot, Loons-le-Saunier, 1990, p.31-35. Parker , 1993 : Parker
  • ancien et assez répandu jusqu'au Bronze final57.Toutefois, le système n'est pas un critère chronologique déterminant puisqu'il est encore utilisé au Moyen-Age 58 . La confrontation de nos plans de bâtiments 1 et 3 avec d'autres, issus de différentes fouilles du haut Moyen Age, révèle
  • de l'âge du Bronze (fig.5). Du fait de ces découvertes, le Service Régional de l'Archéologie a également mis en place une opération de sauvetage urgent. Les recherches effectuées par une équipe de trois personnes sous la direction d'Eddy Roy 4 n'ont débuté qu'en septembre 2000
  • site même lors des fouilles de 1995 10. Pendant de ces recherches, quelques fragments de céramiques ont été découverts dans une fosse attribuée chronologiquement de l'âge du Bronze. 1.4 Méthodologie Les résultats du diagnostic archéologique effectué en 1994 ont permis d'évaluer le
  • Le Goff (E.) : « Les stèles de l'Âge du Fer à décors géométriques et curvilignes. État de la question dans l'ouest armoricain ». Revue Archéologique de l'Ouest, n°13,1996, p.123-156. 10 Hinguant, 1995 : Hinguant (S.) avec la coll. de Grall (B.) et de Le Goff (E.) : " Un habitat
  • Référence établi arbitrairement sur un point fixe du chantier. Ce point de référence n'est pas rattaché au Nivellement Général de la France. Les indications portées sur les plans et les coupes concernent toujours ce Niveau Général de Référence, qui se situe à l'extrémité sud et au centre
  • sondage. Par exemple l'US 40.01 désigne l'US 01 du sondage 40. Pour éviter des US identiques, lesde sondage suivent également une numérotation de 1 à n sur l'ensemble du site. Les faits 14une fois identifiés reçoivent un indice formé de deux lettres (abréviation de la nature du
  • Fossier, 1985 : " Le village et la maison au Moyen-Age. " Bibliothèque d'archéologie, Hachette, 1985. 23 Giot et Morzadec, 1989 : Giot (P.R.) et Morzadec (H.), aveec la coll. de Marguerie (D.) et Onnee (Y.) : " Un enclos ceinturé du Second Age du Fer : Kersigneau-Saint-Jean en
  • surtout à démontrer que la présence d'une échelle d'accès au niveau du cinquième poteau n'est pas en contradiction avec le plan. Gr 14 : (Fig.40 et 21) Les trous de poteaux 49, 72, 73 et 86 ont un diamètre respectif de 34, 38, 36 et 50 cm pour une profondeur de 18, 8, 8 et 12 cm. Ils
RAP01912.pdf (BÉNODET (29). découverte d'une entité agricole de l'âge du fer "route de kernéost" . dfs de fouille préventive)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • BÉNODET (29). découverte d'une entité agricole de l'âge du fer "route de kernéost" . dfs de fouille préventive
  • a été repérée sur le site de Tournedos-sur-Seine en Haute Normandie . 17 18 1 6 Lambot (B.), 1989.- Les sanctuaires du Bronze final et premier âge du Fer en France Septentrionale.- 1 7 Rialland (Y.)» 88.- Un village de la transition Hallstatt - La Tène à Plaimpied-Givaudins
  • étudiés dans le Nord de la France (à Roeux dans le Pas-de-Calais ) et du Bronze final et de l'Hallstatt, en Franche - Comté (Dampierre-sur-Doubs et Besançon-saint-Paul dans le Doubs ). 34 35 Une grande construction sur tranchée périphérique de 11 m de diamètre, à quatre poteaux
  • moyen du Château d'eau à Roeux (Pas-de-Calais).- Habitats et nécropoles à l'Age du Bronze sur le transmanche et le TGV nord, travaux I, Bulletin de la Société Préhistorique Française, p.69. 3 0 3 1 3 2 3 3 3 4 3 5 Pétrequin (P.)» 1979.- Le gisement néolithique et protohistorique
  • occupation du premier Âge du Fer et quelques traces du haut Moyen Âge . 1 Plusieurs fossés palissadés, dont un à profil en « Y » de 90 centimètres de profondeur, attribués au premier Âge du Fer, subdivisent le secteur surtout dans la partie N.O du site. Un long foyer rectangulaire
  • °152, 154, 156 et 158 n°l 91 du cadastre actuel (fig.3). L'emprise des travaux est située à 200 mètres du bord de mer (fig.6) et occupe une très légère pente. Le site s'intègre dans un îlot suburbain se développant entre les routes de Kernéost et de Poulmic. La géologie du Massif
  • sont pas synchrones et témoignent de l'évolution de la zone bâtie durant l'occupation du site . 12 2.2.1 - La construction n°l sur tranchées palissadées : (fig.14 et 15) Les restes d'une grande construction quadrangulaire sont apparus à 50 cm sous le niveau de sol actuel, dans la
  • Bretagne à Inguinel . La construction n°l présente des similitudes avec une grande maison également construite sur tranchées à poteaux jointifs, du Ve siècle avant J.C., découverte sur le site de Saint-Symphorien à Paule (côtes d'Armor) . 20 21 24 22 23 er 25 26 2.2.2 - La
  • Découverte d une entité agricole de I âge do fer « route de Kernéost » à Bénodet dans le Finistère Document final de synthèse arcnéologique Sef. INRAi» : 31 Ûô 03 08 02 Êddié Roy avéc la collaboration d^ Eric Nicolas, Anm Françoise ¿ t la participation d é J é a n François
  • - l'occupation gauloise ; une entité agricole de la fin du 1 Age du fer er 42 42 3.2 - Phase II - l'occupation du début du second Age du Fer ; Tène ancienne 43 3.3 - Phase III - l'occupation d'époque romane, X - Xlle siècles ; le parcellaire et une probable petite exploitation familiale de
  • métamorphisme important transformant les matériaux en gneiss et de nombreux massifs granitiques se mettent en place. 5 6 Entre la fin du Primaire et le milieu du Tertiaire , une altération des roches granitiques, la plupart du temps émergée, sous l'action de climats agressifs et d'érosions
  • photographique concernant certaines structures et plus particulièrement les plans de bâtiments sur poteaux. 5 6 7 8 9 4 5 2 - Résultats : (fi.7) g Après le décapage de toute la zone prescrite, la vision d'ensemble du site a été obtenu par un relevé topographique. Les structures
  • et fig.20 second état) se superposant à l'état précédent. Cette nouvelle installation présente une ouverture toujours du côté est de l'enclos, mais plus large. En effet les nouveaux poteaux ne sont pas implantés jusqu'à l'extrémité du fossé. La tranchée d'implantation est située
  • état de palissade soient disposés en quinconce de façon à recevoir un clayonnage (fig.23). Les remblais d'abandon du second état de palissade ont livré un mobilier céramique conséquent attribué à la fin du 1 Age du Fer (fig.) Le petit fossé 122, comblé de limon brun argileux (us. 17
  • constructions allongées dit « en trou de serrure » ou précédées d'une antichambre matérialisée par ce type de petit fossé essentiellement en Europe occidentale, mais apparemment pas en France, et ce pour l'Age du Bronze final et le premier Age du Fer . 16 Eléments de comparaison de la
  • archéologique, 1987.- Le site de Bourges. Son territoire aux âges des métaux 2500 à 50 av.J.C., catalogue d'exposition de la Ville de Bourges, édité avec le concours de la Direction Régionale des Affaires Culturelles du Centre, p. 15 - 17. Dechezleprêtre (T.) et al., 2000. - Architecture des
  • synthèse, Service Régional de l'Archéologie des Pays de la Loire, 2 vol. Tanguy (D.), 2000. - Le site d'habitat de l'âge du Fer de Kervern Teignousse (Inguinel, Morbihan).- Revue Archéologique de l'Ouest, 17, p. 143-173. Menez (Y.), 2001 : Le Camp de Saint-Symphorien à Paule (Côtes
  • -d'Armor). Forteresse aristocratique du second Âge du Fer. Rapport de fouille, Service Régional de l'Archéologie de Bretagne, p.27. 19 2 0 21 2 2 2 3 2 4 2 5 2 6 10 11 structure côté ouest peut d'ailleurs s'expliquer par la présence du banc rocheux, les cavités n'ayant pas
  • pourrait signifier un espace domestique de type habitat. Nous pouvons restituer une épaisseur de 35 à 50 cm pour le mur périphérique de la construction, à partir de la distance séparant les deux accès du souterrain, (fig.30). 29 Hypothèse n°2 : Cet ensemble de trous de poteaux peut
  • du second Age du Fer . Deux bâtiments dont un de 15 m de diamètre attribués à la transition entre les deux Ages du Fer ont également été étudiés dans cette région à Courseulles-sur-Mer . 40 41 Quelques constructions circulaires de l'Age du Bronze et de l'Age du fer, étudiées en
  • et perdurer jusqu' à la fin du premier Age du Fer . Sur ce site deux bâtiments circulaires à poteau central atteignent des diamètres de 8.50 et 10 m. 45 La similitude entre les plans de bâtiments de Grande Bretagne et ceux du continent peut confirmer d'étroites relations entre
RAP01689.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire 2000 de fp 2000-2002)
  • OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire 2000 de fp 2000-2002
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • à la fin de l'Antiquité romaine (Us. 157) suggère un prolongement des installations du Bronze ancien et moyen au nord-ouest du site (secteur 5). Cela porte la longueur est-ouest de ces aménagements anciens à près de 150 m. 2.1.3. Un village du premier âge du Fer Le 1er âge du Fer
  • situer vers 450 av. J.-C. La fondation, à partir d'un noyau de population assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthogonal et complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du 1er âge du Fer. Le village
  • , fin de fouille 2000) Ch.3 PRÉPARATION DE PUBLICATION Second objectif du programme trisannuel, la préparation du volume consacré aux périodes anciennes du site, Néolithique et Bronze ancien et moyen, exige une réflexion sur les vestiges immobiliers antérieurs à l'âge du Fer et à
  • décimètres. La chronologie relative entre les limons et le talus n'est pas encore clairement définie. Des empierrements du Bronze ancien ou moyen (Us.65c) se plaquent contre ce talus puis, au 1er âge du Fer, un sol en pierres et une ligne de grosses pierres le recouvrent en ménageant sans
  • recouvrant la zone centrale du site (Us.07 et Us. 16). De nombreux éclats de silex et des haches en pierre polie ressurgissent dans tous les niveaux plus tardifs. Malheureusement, l'implantation des villages de l'âge du Bronze et du 1er âge du Fer a détruit la majeure partie de ces
  • vestiges, rendant très difficile une étude cohérente du site ancien. 2.1.2. Un habitat du Bronze ancien et moyen L'âge du Bronze ancien et moyen est représenté par des vestiges d'activités artisanales, notamment métallurgiques. La fouille des installations découvertes et identifiées au
  • la faune du premier âge du Fer, . des mobiliers archéologiques céramiques et organiques de la Tène et de l'époque gallo-romaine, . des pratiques religieuses sur le site de Mez-Notariou - C'est aussi l'occasion de vérifier l'hypothèse de l'étendue de l'établissement du Bronze
  • manuscrit à la fin de l'année 2002. L'ouvrage sera consacré aux phases anciennes de l'histoire du site, à sa mise en place au Néolithique et aux vestiges, mobiliers et immobiliers, du Bronze ancien et moyen. Un tel programme peut justifier la réalisation de quelques sondages ponctuels
  • tessons. Les vases décorés sont tous des D.37, hormis un exemplaire de Dr.29. Parmi les formes lisses apparaissent le Curie 21 et l'assiette Walter 75. Un certains nombre de tessons sont brûlés. La même remarque peut être faite pour une bonne partie du mobilier du 1er âge du Fer
  • . Cela confirme largement l'hypothèse d'une zone de carrière creusée au nord du site (Le Bihan, D.F.S 1992, et 1993-95). Le sable et la roche ont été recherchés, dès une phase ancienne de son occupation : lors de l'aménagement du site au Bronze ancien, ou même avant. 1.2. CONCLUSIONS
  • durant plusieurs millénaires. Un mur de pierres et un aménagement en terrasses des parcelles respectent encore leur tracé à la fin du XXe siècle. Un phénomène identique a d'ailleurs été noté, au sud du site archéologique, sur le tracé de la voie romaine qui le borde. 1.3. CONSÉQUENCES
  • lac de Neuchâtel. Les ateliers de Frattesina ont fonctionné de la fin XIIe à la fin du Xe s. av. J.-C. L'observation des clichés des fragments de collier encore en terre suggère la présence d'au moins une autre perle de ce type. Associées à une perle en bronze en " bobéchon ", et à
  • au Bronze final. Une telle occupation était simplement suggérée à la suite de la découverte de quelques tessons de poteries de cette époque sur l'ensemble du site et d'une gouge à douille en bronze dans le secteur 5. Les choses sont désormais plus précises. Il faut même se
  • les plus anciennes du site et des âges du Bronze progresse. Couplée aux réflexions concernant les structures en place, elle incite à réaliser quelques recherches complémentaires de terrain afin de mieux comprendre la mise en place du site du Néolithique au Bronze final. Ch. 4
  • nettement confirmée. Ce site atteint 150 m m de longueur d'est en ouest. L'extraction de sable arénitique et de pierres a dû se poursuivre au nord du site à cette époque. La liaison et la continuité entre les structures de la fin du Néolithique et celles du Bronze ancien restent à
  • les chances d'abandon momentané du site après le Bronze moyen. 1.1.4. Premier âge du Fer S'il convient d'exclure le tumulus Us.68 du champ des installations du 1er âge du Fer, il faut y ajouter un segment de voie d'accès au village. Elle traverse une zone empierrée, aménagée en
  • pente douce vers le sud, sud-ouest. L'assiette du site correspond à un banc arénitique (Us. 17) d'une centaine de mètres de large du nord au sud, au pied d'une croupe de roches granitiques. Ceci explique la formation du replat par érosion différentielle. Dans la zone fouillée, et
  • des lieux et la terrasse sur laquelle s'assoit le site archéologique suggèrent une superficie totale d'environ 2 ha. 2. LE PROJET TRISANNUEL DE FOUILLE PROGRAMMÉE 2.1. LES DONNÉES ARCHÉOLOGIQUES A LA FIN DE 1999 Les rapports annuels et les publications, parues ou en cours d'édition
  • nord du site depuis 1991 (secteur 2) est achevée depuis 1998. Le programme trisannuel 1996-1998 confirme la présence de structures d'habitat et de travail en place et en position stratigraphique identifiable. Un lot important de mobilier céramique est mis au jour. Il présente des
  • chez les mammifères et les oiseaux). Cela donne de la consistance à l'hypothèse d'un sanctuaire ou, tout au moins, d'activités d'abattage rituel. La méconnaissance de l'histoire et des vestiges du 1 er âge du Fer en Armorique donne un intérêt particulier à cette fouille. En fait
RAP02596.pdf (OUESSANT (29). les limites orientales du site de Mez-Notariou. rapport intermédiaire de fp 2009-2011)
  • OUESSANT (29). les limites orientales du site de Mez-Notariou. rapport intermédiaire de fp 2009-2011
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • jour dans l'espace habité au Premier âge du Fer n'ont pas été 10 précisément attribués à cette époque plus ancienne. Il ne faut donc pas écarter totalement l'hypothèse d'un habitat gaulois sur le site, si modeste fut-il. Un tel scénario n'a pas été retenu lors de la publication
  • pas impossible d'imaginer un scénario peu pacifique pour l'histoire de la fin du site. L'acharnement à consacrer, pendant deux millénaires, le secteur 5 du site à des activités rituelles de nature très comparable, à des gestes identiques sur le bétail, a pu conférer à Mez-Notariou
  • 1 2.1.3. Un site du Bronze final ? 2.1.4. Un grand village du Premier âge du Fer 2.1.5. Des vestiges de sanctuaire du Second âge du Fer 2.1.6. Des vestiges complexes d'époque romaine 2.1.7. Un abandon au début du haut Moyen Age 2.2 LE PROJET TRISANNUEL 2.2.1. Le programme de
  • archéologique. Colluvionnement et érosion éolienne ont participé à la formation de ces épais dépôts de sédiments. La présence de l'homme, clairement attestée du Néolithique à la fin de l'âge du Bronze, n'est pas non plus étrangère à la formation de ces couches. Les fouilles de 1999 (Le Bihan
  • nord, le nord-est et vers l'ouest. - La topographie générale des lieux et la terrasse sur laquelle s'assoit le site archéologique suggèrent une superficie totale d'au moins 2 ha. 2. L E P R O J E T TRISANNUEL DE F O U I L L E PROGRAMMÉE 2.1. LES DONNÉES ARCHÉOLOGIQUES AU DÉBUT DU
  • vestiges plus anciens, rendant très difficile une étude cohérente d'un site néolithique sans doute assez intéressant. 2.1.2. Un établissement entre Bronze ancien et Bronze final 1 2.1.2.1. Un village doté de structures artisanales Une période incluse entre la fin de l'âge du Bronze
  • ancien et les premiers siècles du Bronze final I moyen livre des vestiges d'architecture mais aussi d'activités artisanales, 7 notamment de métallurgie. Dans la partie nord du site (secteur 2), la fouille révèle un ensemble de fondations de bâtiments et d'espaces de travail en
  • évidents et les vestiges de Mez-Notariou posent d'une manière très originale, mais très documentée, la double question du Bronze moyen et des relations façade atlantique/domaine continental entre le Bronze ancien et le début du Bronze final. 2.1.3. Un site du Bronze final ? Les vestiges
  • Bronze final III, les rapproche de la période de fondation du village du Premier âge du Fer. Il est difficile d'établir un lien direct entre tous ces vestiges. L'hypothèse de l'inhumation sous tumulus de personnages importants, peut-être les fondateurs de ce village, ne peut être
  • complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du Premier âge du Fer. Le village apparaît comme un des derniers exemples des agglomérations compactes de l'âge du Bronze bien connues à l'est des Alpes et du Jura, en Europe
  • Fer en Armorique donne un intérêt particulier à tous ces vestiges. L'absence de fouille de site de référence dans la région se fait cruellement sentir, en particulier pour dater le mobilier avec précision. Si les éléments du Bronze final III évoqués précédemment se raccrochaient
  • bien aux tous débuts de l'histoire du village du Premier âge du Fer, voire à sa fondation, cela donnerait une image encore plus forte et plus exceptionnelle de cet établissement. 2.1.5. Des vestiges de sanctuaire du Second âge du Fer Le bouleversement, sans doute à la fin du V e
  • siècle après J.-C., ou au début du VI e , d'une vaste partie du secteur de fouille n°5, entraîne l'accumulation désordonnée d'un très riche mobilier osseux, céramique et métallique datant de toutes les périodes du Bronze moyen à la fin de l'Antiquité. Le Second âge du Fer est
  • du tome I de « Archéologie d'une île à la pointe de l'Europe ». Une meilleure perception de l'ampleur des destructions subies par le site incite à reconsidérer la question. 2.1.6. Des vestiges complexes d'époque romaine Comme pour le Second âge du Fer, les découvertes effectuées
  • rituelles anciennes a été franchement bouleversée vers la fin du V e ou au début du VI e siècle de notre ère : une monnaie du V e siècle, une boucle de ceinture en fer et un important fragment de fibule en bronze argenté barbare ont été mis au jour dans ce secteur du site. Il n'est donc
  • saints d'origine bretonne et de la forme du christianisme qu'ils imposaient, avec des personnages tels que Paul Aurélien qui débarquèrent sur l'île entre la fin du V e et le début du VI e siècle, le sens de la désertion définitive du site de Mez-Notariou prend alors une autre
  • du village du Premier âge du Fer. Cela avait été impossible vers le nord car une large bande de terrain avait été totalement détruite par l'agriculture récente, cette dernière n'ayant laissé en place que les niveaux très dégradés du Bronze moyen - final I. La présence et
  • CHAPITRE 2 : L E S VESTIGES DÉCOUVERTS 1. VESTIGES DE LA PARTIE ORIENTALE DU SITE 1.1. VESTIGES DU SECTEUR 9 Fig. 7 à 10 D'une superficie de 160 m2, le secteur 9 livre peu de vestiges. Deux éléments peuvent être retenus. - Dans la partie septentrionale du secteur, un lit de pierres
  • LES LIMITES ORIENTALES DU SITE DE MEZ-NOTARIOU (OUESSANT -FINISTERE) 29 155 0022 AP RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE F O U I L L E P R O G R A M M É E TRISANNUELLE ANNEÉ 2010 Sous la direction de Jean-Paul L E BIHAN CENTRE DE R E C H E R C H E ARCHÉOLOGIQUE DU FINISTERE CONSEIL
  • : INTRODUCTION 1. SITUATION 1.1. MILIEU NATUREL ET INSULARITÉ 1.2. LE SITE DE MEZ-NOTARIOU 2. L E P R O J E T TRISANNUEL DE F O U I L L E PROGRAMMÉE 2.1. LES DONNÉES ARCHÉOLOGIQUES AU DÉBUT 2010 2.1.1. Un établissement néolithique ? 2.1.2. Un établissement entre Bronze ancien et Bronze final
RAP03223.pdf (PLOUDANIEL (29). Le Parcou, route de Kerno. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • PLOUDANIEL (29). Le Parcou, route de Kerno. Rapport de fouille
  • charbonnières avait également été émise pour le site de Leslouch' à Plouedern (Blanchet 2013). Les datations obtenues ici par radiocarbone placent cette activité entre le début du premier âge du Fer et la fin du second, avec peut-être un débordement sur la période antique. Il est difficile
  • associées) caractérisant une zone d'habitat de la même période, un souterrain daté du deuxième âge du Fer, ainsi qu'une quarantaine de fosses de charbonnages appartenant à l'âge du Fer. LE PARCOU, ROUTE DE KERNO Mots clefs : Âge du Bronze, premier et second âges du Fer (Hallstatt/La
  • 187 3 INVENTAIRE DU MOBILIER ARCHÉOLOGIQUE 187 113 113 113 4.3 Étude lithique 4.3.1 Deux pièces taillées hors structures 4.3.2 Trois meules dans un puits de la fin de l'âge du Bronze (St337) 4.3.3 Trois macro-outils dans un souterrain du second âge du Fer (St122) 3.1 Liste des
  • locaux, dans cette même sphère d'influence culturelle. Un cercle fossoyé de l'âge du Bronze La mise au jour d'un enclos circulaire, associé donc dans le cas présent à une grande enceinte, constitue la deuxième découverte majeure sur le site de Ploudaniel. Par association avec les
  • de réseau qui se met en place, depuis le sud de l'Angleterre, autour de la Manche et de la Mer du Nord. Un souterrain du second âge du Fer La découverte d'un souterrain sur le site de Ploudaniel Le Parcou lors des tous derniers jours de fouille, daté du début du second âge du Fer
  • dépressions de cette zone (Outin et al., 2000). Le site du Parcou repose sur un substrat composé de Gneiss de Lesneven (OζL) appartenant à la formation des Orthogneiss de Plounevez-Lochrist (OζPL) et dont l'âge de mise en place n'est pas connu. La couverture sédimentaire surmontant le
  • entre le 12 janvier et le 27 février 2015, ont permis de mettre au jour une occupation diachronique du site. Cette dernière concerne ainsi une structure annulaire à probable vocation funéraire de l'âge du Bronze final, un grand enclos quadrangulaire (et des structures en creux
  • Tène), Antiquité ; Enclos circulaire (funéraire), enclos quadrangulaire (domestique), souterrain (second âge du Fer), foyers/structures de séchage de grains (Antiquité) ; Osismes (correspondant à la période d'occupation du site au second âge du Fer) ; Bronze Age, First Iron Age
  • l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective
  • et la référence de l'ouvrage dont elles sont issues (article L 122-5, 3°, a). Bien qu'un rapport de fouille soit un document reçu par l'État, il n'est communiqué que sous réserve des droits de propriété littéraire et artistique. Les informations qui y sont contenues ne sont pas
  • responsabilité de Christophe Sévin-Allouet. Elles interviennent dans le cadre du projet d'aménagement de la ZAC du Parcou par la Communauté de communes du Pays de Lesneven (29). Ces investigations ont permis de mettre au jour une occupation diachronique du site. Cette dernière concerne
  • du deuxième âge du Fer, ainsi qu'une quarantaine de fosses de charbonnages appartenant à l'âge du Fer. L'enceinte domestique de l'âge du Bronze Une enceinte quadrangulaire, datée ici du Bronze final, entre 1260 et 1050 av. J.-C. d'après les datations radiocarbones, a été mise au
  • sites normands et bretons mentionnés ci-dessus, nous avons décidé de lui attribuer, par défaut, une fonction funéraire. Cependant, il convient de signaler que si la céramique est susceptible de rattacher ce dernier à la période du Bronze final, sans plus de précisions ni de
  • , toujours d'après ces travaux, seulement une trentaine de ces derniers ont été fouillés et présentent donc des données exploitables. De plus, sur cette trentaine, ce ne sont que dix-neuf cas qui semblent rattachables à la période de l'âge du Bronze prise dans son ensemble. Ainsi, si les
  • , et plus précisément de la fin du Ve début du VIe siècle d'après les études céramiques, constitue certes une découverte intéressante, mais qui vient simplement enrichir un corpus régional qui, à l'inverse des enclos circulaires mentionnés précédemment, est déjà très largement
  • (with associated features : postholes, pits, wells, ditches, etc.), an underground of the Iron Âge, and dozen of hearths dated as well of the Iron Age period. PLOUDANIEL (29) – Le Parcou, Route de Kerno – 2016 12 5 ÉTAT DU SITE Au terme des sept semaines d'interventions sur le terrain, la
  • l'âge du Bronze moyen. Découverte 1971 (Briard 1971 ; Briard et Goultequer 1972) (1). - Ploudaniel (site 29 179 027) – Kerannou : dépôts. Découverte 1905 (2). - Ploudaniel (site 29 179 0038) – Le Parcou : habitat (système d'enclos). Découverte 2013 (diagnostic INRAP) (3). Sites de
  • ensemble concernait une structure circulaire de type enclos dont le diamètre supposé était de 13 m environ. La datation de cette structure restait encore incertaine. Le comblement supérieur du fossé périphérique avait en effet livré un tesson appartenant à la période du Bronze final
  • diagnostic ont favorisé dans leur rapport un rattachement de cette structure au Bronze final ; hypothèse que nous conservons également au terme de la fouille. Le deuxième ensemble, localisé à une soixantaine de mètres à l'ouest du premier, consistait en un enclos sub-rectangulaire qui
  • renfermait, d'après le rapport de diagnostic, un bâtiment circulaire sur poteaux plantés. Cet ensemble, qui se prolongeait très vraisemblablement vers le sud au-delà de l'emprise de fouille prescrite, était clairement rattaché à la période du Bronze final. Cela était aussi bien mis en
RAP02273.pdf (LE CONQUET (29). Île de Triélen. archipel de Molène. rapport de sondage)
  • LE CONQUET
  • LE CONQUET (29). Île de Triélen. archipel de Molène. rapport de sondage
  • A N C H E \ •{ Baie du Mont Saint-Michel # atelier fou • atelier reo o 50 Figure 10 - Sites de production de sel gaulois (gisements recensés fin 2006 et sites fouillés) (DAO L. Quesnel, d'après Daire, inédit). 11 1.3.3 - La richesse d'un ensemble faunique Un second aspect
  • 2 mm de diamètre provient de la rectification de la coupe BB' (n°7, fîg. 24). Il est difficile de déterminer à quel objet cette Flgure 24 ~ Mobilière du site de Triélen. 1 à 6 S e d u F e r - 7 " Fragment de tige Cei amic ues d e r A ; l e n bronze - 20 2.6 - Analyse
  • , il n'est pas envisageable de réaliser sur ce site une fouille, même peu extensive, qui attaquerait de toute manière les niveaux végétalisés et contribuerait à la dégradation du site naturel. Cependant, ce site mérite un suivi particulier et des études complémentaires sont
  • plus élevées mesurant 0,75 m et les plus petites 0,20 m de hauteur. Elles formaient un coffre ouvert au nord, la jonction entre les pierres étant assurées par une croûte d'argile cuite présentant, par endroits, des traces de lissage. L'ensemble du site, touché par l'érosion
  • l'opération de sauvetage menée en 2004 et montre bien l'importance de ces observations et de la communication de ces informations. Le site montre en effet un recul certes progressif, mais aussi avec des « à coups », dus en particulier à des tempêtes hivernales qui ont deux effets nets
  • archéozoologique de cette occupation (alimentation, ressources, exploitation du milieu....). D'où une raison supplémentaire d'intervenir sur ce site, menacé de destruction totale dans les mois qui viennent, et porteur de données scientifiques de premier ordre sur la connaissance des peuplements
  • recueillir des informations qui seront très vite définitivement perdues. 10 1.3.2 Le site de Triélen et la production du sel en Armorique En ce qui concerne l'aspect artisanal, l'étude du site de Triélen s'inscrit dans une problématique et une étude plus générales développées depuis
  • de briquetages, relativement peu nombreux dans cette partie du site, et à quelques tessons de céramiques domestiques. Entre les coquilles de patelles, le sédiment est brun, humique peu compacté. Ce niveau de l'Âge du Fer a également livré un fragment de mince tige en bronze de 4
  • proposées. La collaboration qui s'est instaurée sur ce site avec les membres de la Réserve Naturelle d'Iroise (et en particulier avec Jean-Yves Le Gall et Davis Bourlès qui fréquentent l'île de manière très régulière) nous assure d'un suivi régulier sur l'évolution du site, et un
  • rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes
  • de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de
  • et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants
  • ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle
  • PERSPECTIVES 23 Bibliographie 24 ANNEXES Annexe 1 - Le projet « ALERT » Annexe 2 - Les briquetages armoricains et la production du sel Annexe 3 - Inventaire du mobilier Photo de l°couverture : la plage ouest de Triélen, vue sur l'île Molène. 25 27 31 2 1 - PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE
  • ), pour nous avoir alertés sur les menaces sur le site et avoir assuré le contact avec l'équipe de la « Réserve », - Frédérique Fromentin et Jean-Yves Tinévez (SRA Bretagne), pour avoir assuré en urgence le suivi administratif du dossier, - l'Association AMARAI (Association Manche
  • . Triélen, l'un des fours de 6 1.2.3 - Le site gaulois de la plage nord-ouest de Triélen : découverte et travaux antérieurs Sur la face nord-ouest de l'île de Triélen (fig. 5-8), en coupe de microfalaise, une première structure archéologique fut mise au jour par l'érosion : le
  • premier élément constituant la structure est apparu un peu avant août 2002, sous l'aspect d'une dalle rubéfiée ; puis le recul du trait de côte dégagea rapidement d'autres dalles. En 2003, la structure visible était constituée de 7 pierres en gneiss rubéfiées de manière homogène, les
  • , en fin de rapport. Depuis cette opération, le site fait l'objet d'une surveillance régulière par les gardes de la Réverve d'Iroise. Tv(Kl!IJÎJirr ifH* h 11*t. ! + ; iMOuiiM',» Périaiw -cI^H aÎÇts ffN limi «nr.!, X»*b*«KfK•> MH I'*' '.''."llhl jj£| umtta g|} l'jfe^lj^iiMi.T S
  • '; H-éj^lHjW
  • , LETG, d'après Sparfel et al). 7 Figure 6 - Localisation du site de l'Âge du Fer sur l'île de Triélen (source : IGN, Géoportail). I- * v.» • M»-,,. -O-, i -, Figure 7 - Le site de la plage nord-ouest de Triélen, vu du nord-est. Figure 8 - Le site de la plage nord-ouest de
RAP02899_1.pdf (OUESSANT (29). structures d'habitat et de mobilier du village du premier âge du fer de Mez Notariou. rapport final de fp 2012-2013)
  • OUESSANT (29). structures d'habitat et de mobilier du village du premier âge du fer de Mez Notariou. rapport final de fp 2012-2013
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • niveaux postérieurs aux époques néolithiques. Malheureusement, l'implantation des villages de l'âge du Bronze et du Premier âge du Fer a détruit la majeure partie des vestiges les plus anciens, rendant très difficile une étude cohérente d’un site néolithique sans doute assez important
  • , semblent provenir d’un dépôt dispersé. Compte tenu du contexte du site, un tel dépôt pourrait se rattacher aux pratiques religieuses qui s’y déroulaient. 20 La datation de ces tombes et de ces artefacts, à la toute fin du Bronze final III, les rapproche de la période de fondation du
  • grand village du Premier âge du Fer 2.1.2.1. Un village remarquable Entre la fin du Bronze final III et le début du Premier âge du Fer, un important village à organisation spatiale régulière se met en place (fig. 9) : ruelles perpendiculaires, îlots de bâtiments, zone périphérique
  • modèle social du Bronze final III était toujours présent. Cela pose le problème général de la nature du Premier âge du Fer dans nos régions. 2.1.2.2. Un espace à activités rituelles À l’ouest du site, au-dessus des dépôts du Bronze moyen-final I, la fouille du secteur 5 découvre une
  • âge du Fer en Armorique donne un intérêt particulier à tous ces vestiges. L'absence de fouille de site de référence dans la région se fait cruellement sentir, en particulier pour dater le mobilier avec précision. Si les éléments du Bronze final III évoqués précédemment se
  • 0,40 m d’épaisseur) conduisent bien des débuts du Premier âge du Fer à La Tène ancienne). 2.1.3. Les vestiges du Second âge du Fer L’occupation du site au Second âge du Fer pose un problème. Son bouleversement, d’abord au début de l’époque romaine, puis à la fin du Ve siècle après J
  • anciennes a été franchement bouleversée vers la fin du Ve ou au début du VIe siècle de notre ère : une monnaie du Ve siècle, une boucle de 24 ceinture en fer et un important fragment de fibule en bronze argenté barbare ont été mis au jour dans ce secteur du site. Il n’est donc pas
  • âge du Fer, voire la fin du Bronze final III, et le Second âge du Fer. Ces fondations, seront étudiées dans une perspective d’analyse précise du mobilier. Leur exploration exigea donc une fouille particulièrement minutieuse. Il faut rappeler que, lors des fouilles antérieures (1988
  • l’âge du Bronze moyen à la fin de l’époque gallo-romaine. 3. L’HISTOIRE DU VILLAGE DU PREMIER ÂGE DU FER : UNE RELECTURE Fig. 7, 8 et 10. 3.1. DE NOUVELLES APPROCHES La localisation et l’accumulation des structures découvertes en 2009 et 2010, ainsi que les datations avancées pour
  • néolithique ? 2.1.1.2. Un établissement entre Bronze ancien et Bronze final 1 2.1.1.3 Un site du Bronze final III ? 2.1.2. Un grand village du Premier âge du Fer 2.1.3. Les vestiges du Second âge du Fer 2.1.4. Des vestiges complexes d’époque romaine 2.1.5. Un abandon au début du haut Moyen
  • nature de la modification profonde du village 1.1.7. Le cas de la structure Us. 382 1.2. UN MOBILIER ARCHÉOLOGIQUE ABONDANT 1.2.1. Généralités 1.2.2. Observations typo-chronologiques 1.3. L’HISTOIRE DE MEZ-NOTARIOU À PARTIR DE LA FIN DE L’ÂGE DU BRONZE FINAL 1.3.1. La mise en place
  • des sédiments et les structures néolithique 1.3.2. Bronze final III 1.3.3. Premier âge du Fer 1.3.4. Second âge du Fer 1.3.5. Antiquité 2. LES PUBLICATIONS 10 3. PERSPECTIVES 3.1. À COURT TERME : UNE RÉVISION DU PROGRAMME EN COURS 3.1.1. Fouille recherche sur le site 3.1.2
  • réserves étant posées, il n’est sans doute pas abusif de classer le site de MezNotariou parmi les lieux de pratique archéologique relevant du singulier, d’en faire un cas particulier méritant attention et traitement appropriés. Les raisons d’un tel classement sont multiples, tout à la
  • sous l’emplacement du secteur 1 de fouille. La présence de l’homme, clairement attestée du Néolithique à la fin de l’âge du Bronze, n’est pas non plus étrangère à la formation de ces couches. Les fouilles de 1999 (Le Bihan, 1999) laissent deviner la part de construction qui revient
  • . 2.1.1.2. Un établissement entre Bronze ancien et Bronze final I - Un village doté de structures artisanales Une période incluse entre la fin de l'âge du Bronze ancien et les premiers siècles du Bronze final I moyen livre des vestiges d’architecture, mais aussi d'activités artisanales
  • assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthogonal et complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon chronologique et culturel proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du Premier âge du Fer. Le village apparaît comme un des derniers exemples des
  • céramiques de même époque était mis au jour au sud de l’Us. 11. Toutefois, l’hypothèse d’un habitat gaulois sur le site, si modeste fut-il, ne fut guère retenue lors de la publication du tome 1 de « Archéologie d’une île à la pointe de l’Europe ». Une meilleure perception de l’ampleur des
  • impossible d’imaginer un scénario peu pacifique pour l’histoire de la fin du site. L’acharnement à consacrer, pendant deux millénaires, le secteur 5 du site à des activités rituelles de nature très comparable, à des gestes identiques sur le bétail, a pu conférer à Mez-Notariou une
  • d’origine bretonne et la forme du christianisme qu’ils imposaient, avec des personnages tels que Paul Aurélien qui débarquèrent sur l’île entre la fin du Ve et le début du VIe siècle, le sens de la désertion définitive du site de Mez-Notariou prend soudain une autre dimension (Vita de
  • - 2011) ont entraîné des modifications de ce programme en ce qui concerne la conduite des travaux tant sur le site qu’à propos des publications. Un programme biennal de recherche concernant le Premier âge du Fer a été élaboré, fondé d’une part sur une reprise de fouille de bâtiments
RAP03522 (SAINT-NICOLAS-DU-PELEM (22). Kerfornan : rapport de prospection pédestre et géophysique. Rapport de FP 2017)
  • SAINT-NICOLAS-DU-PELEM
  • SAINT-NICOLAS-DU-PELEM (22). Kerfornan : rapport de prospection pédestre et géophysique. Rapport de FP 2017
  • -Bronze ancien indifférenciés Le mobilier Néolithique final Le mobilier Néolithique final - âge du Bronze indifférenciés Le mobilier de l’âge du Bronze indifférencié Le mobilier des âges du Bronze moyen-final indifférenciés ~3~ Remerciements Au terme de la rédaction de ce rapport de
  • sélectionnés, pour ensuite tenter une comparaison pertinente sur des critères objectifs (© Géoportail : tous droits réservés et Jallot modifié)……………..12 Figure 2 : Etude de l’ensemble territorial Néolithique-âge du Bronze à fort potentiel de Croaz Dom Herry/Kerfornan, localisé dans la
  • d’araire en métadolérite de Plussulien (Jallot, D.AO, Catz évocation des gestuelles sauf a. site officiel du département du Pas-de-Calais, section archéologie)………………………………...63 Figure 44 : Décompte du mobilier retrouvé sur les quatre secteurs parcellaires de Kerfornan …………………………64
  • ; évocation gestuelle : site off. du Pas-de-Calais)…………………86 Figure 67 : Localisation précise de découverte des percuteurs dont un échantillonnage des secteurs 1, 2 et 3. (© Géoportail modifié; clichés et schéma : Jallot ; évocation gestuelle : Catz)…………………………………………………...87 Figure 68
  • territoriales en présence durant la période élargie du « Néolithique final – âge du Bronze indifférenciés », sur le critère des concentrations mobilières spécifiques d’outils ubiquistes. Il ne s’agit que d’une première étape de réflexion qui sera confrontée aux autres concentrations
  • talus, l’unité stratigraphique contenant le matériel néolithique est conservée à plus d’1 m de profondeur. B) Le creusement des fossés atteint le niveau néolithique. Une partie du mobilier archéologique est intégrée dans le talus. C) Suite à la destruction du talus, le mobilier
  • lecture du dernier ouvrage de Jean-Paul Demoule (2017), et plus particulièrement de sa conclusion et du résumé de la quatrième de couverture, une prise de conscience saisissante s’impose; quels intérêt et quels desseins à nos recherches actuelles portées sur le Néolithique et les âges
  • propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont
  • donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions
  • Figure 18 : Collection particulière Michel Connan ; bracelet, lissoir, hache et peson de métier à tisser en schiste cornéen provenant de Kerfornan en Saint-Nicolas-du-Pélem (D.A.O : Jallot; illustrations d’usage du lissoir et de la hache : Catz; pour le métier à tisser : site officiel
  • partage des eaux ; ici en bleu soutenu (© Géoportail, Fond « IGN relief », tous droits réservés, modifié)…………………………………………………………………………………….33 Figure 29 : Réseau hydrographique du secteur sédimentaire où se localisent les indices de sites d’occupation et la tombe Néolithique moyen de
  • du champ magnétique terrestre. Le champ magnétique peut être assimilé à celui que produirait un barreau aimanté dipolaire, figuré en noir et blanc, au centre de la Terre. L’angle entre l’axe du barreau et l’axe de rotation de la Terre est de l’ordre de 11°. Le champ magnétique est
  • étoile correspond à un petit lot de haches ou herminettes ébauchées, prêtes à l’emploi, utilisées voire recyclées. Les plages orangées correspondent à des dépôts ferrugineux liés à un séjour dans la terre, la plage rouge à une fracture d’usage du tranchant. (© Géoportail modifié
  • schéma : Jallot ; illustration pirogue : site officiel du Pas de Calais, section archéologie)…………………………………………………..........................................................91 Figure 71 : Localisation des éclats de taille en métadolérite du secteur 1(© Géoportail modifié; clichés et
  • éléments d’organisation territoriale potentiels durant les âges du Bronze moyen et final indifférenciés » dans le secteur 2 (© Géoportail modifié)..........................................................................................................120 Figure 94 : Localisation des
  • zones prospectées sur le site de Kerfornan. En bleu la zone 1 et en rouge la zone 2. Fond orthophotographique issu du site Géoportail (© GEOPORTAIL ; http://www.geoportail.fr). Coordonnées UTM30 WGS84…………………………………………………………………………………………………121 Figure 95 : Kerfornan, relevé des
  • photographies illustrant les fonds des phases 3 et 4 sont issues du site Géoportail (© GEOPORTAIL ; http://www.geoportail.fr)……...125 Figure 98 : Kerfornan, schémas explicatifs de la présence de mobilier néolithique en surface du sol. A) Avant le creusement des fossés et la constitution d’un
  • ………………………………………………………………………………………………….132 Figure 104 : Évocation d’anomalies circulaires potentiellement associé à des tramages continus simple ou alors est-ce simplement des leurres sur le site de Kerfornan (Mathé modifié).………………………………………………..136 Figure 105 : Visualisation des anomalies de la zone 2 du secteur 1 de
  • nous est régulièrement servit par un relais « journalistique » à la solde du politique et de l’économique de notre société sédentaire. Ce serait donc pour tenter de définir avec plus de justesse et d’adaptabilité les modalités de notre « Protohistoire du futur », qu’un intérêt pour
  • -on avancer le terme d’« Archéo-territoriale », notamment pour les populations sédentaires à partir de la Protohistoire?  Sans oublier la professionnalisation aboutie de la médiation archéologique permettant une transmission optimiser des découvertes les plus récentes. Depuis les vingt
RAP02234.pdf (CHÂTEAUGIRON (35). ZAC de la Perdriotais. tranche 1. dfs de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CHÂTEAUGIRON (35). ZAC de la Perdriotais. tranche 1. dfs de diagnostic
  • d'entre eux est identifié comme un habitat. Le dernier site (ensemble 4) est mal daté. I l est situé sur le versant oriental du vallon (parcelle ZB 318) (fig. 6). I l est matérialisé par des structures fossoyées (trous de poteaux, fosses indéterminées). La fonction de cette occupation
  • ) appartiennent à une organisation du paysage beaucoup plus récente (périodes moderne et contemporaine). Le site le plus étendu (ensemble 1), est localisé directement à l'est de la ferme de "La Perdriotais" sur les parcelles ZB 18 et 318 p (fig. 6). I l s'agit d'une vaste occupation ayant
  • d'habitat abandonné vraisemblablement vers la fin de la Tène moyenne. Le troisième site, ensemble 3, est implanté à l'est du projet sur la parcelle ZB 338p (fig. 6). Le diagnostic a permis de mettre au jour un groupement de deux enclos fossoyés datés du haut Moyen Age. Le plus vaste
  • petit enclos à larges fossés (endos n°l) Les fossés de l'enceinte Les quatre fossés délimitant cette petite enceinte rectangulaire ont tous été identifiés. Celle-ci est implantée sur la partie haute du site, à une altitude moyenne de 62,50 m NGF. L'ouverture de deux fenêtres de
  • pas attestée, les limites étaient matérialisées par une profonde raie de charrue formant rigole16». 2.1.1.7 - Le réseau viaire (chemins n°l et 2) Deux axes de circulation ont été identifiés sur le site (fig. 3 et 12). Si le souvenir du chemin n°l était encore bien présent dans
  • appréhendés et caractérisés. De plus, une occupation ténue de la période protohistorique ancienne (néolithique?) a également été identifiée. Le premier ensemble (site n°8) est constitué par une série d'enclos emboîtés à dominantes rectilignes associés à du parcellaire. Une petite nécropole
  • à incinération se développe en marge de cet habitat. La configuration du site est particulièrement délicate à cerner du fait de la très forte densité de structures fossoyées présente dans les tranchées de sondage. L'intérêt de ce vaste habitat, est qu'il est circonscrit sur au
  • moins deux de ces côtés (nord et ouest), par des axes de circulation lui étant probablement contemporains. La partie méridionale du site est quant à elle, ouverte sur un large vallon débouchant sur un talweg. Chronologiquement, cette occupation a fonctionné de la fin de l'Age du Fer
  • sa phase la plus tardive, à la fin de la Tène moyenne. Le dernier ensemble (site n° 13), est constitué par un groupement de deux enclos quadrangulaires. Les tranchées de sondage entreprises dans le plus vaste, montrent la présence d'un nombre important de structures (trous de
  • géographiques sur l'emprise du projet. Un précédent diagnostic réalisé par l'INRAP en mai 20062 sur le doublement de la conduite de gaz, avait permis de confirmer la présence d'une f o r t e densité de vestiges fossoyés appartenant à l'Age du Fer et à l'époque gallo-romaine (site n°8). Les
  • la présence d'animaux et/ou d'arbres nous a empêché de sonder. Une réserve a néanmoins été notifiée sur le procès verbal de fin de chantier concernant la parcelle Z C 167p. 8 LEROUX G., 1987 à 2004, programme de prospection inventaire du bassin oriental de la Vilaine qui touche le
  • -romaine. Aucun site du paléolithique et du néolithique n'est à ce jour identifié. Le sud de la commune est également traversé par deux axes routiers antiques importants (fig. 3 et 4). Selon certaines sources historiques10, ceux-ci emprunteraient, selon un axe est/ouest, l'actuel chemin
  • ). Cette enceinte est probablement délimitée sur son côté sud par un large fossé (F. 7, extension 158d). Ce dernier, orienté est/ouest, pourrait ainsi marquer la limite maximale du développement de cet habitat (fig. 9). La surface interne de cet enclos qui avoisine les 850 m 2
  • . Certains d'entre eux recoupent ou sont recoupés par ce réseau de fossés. 2.1.1.5 - La présence d'autres enclos sur le site Deux d'entres eux (enclos n°4 et 5) avaient été identifiés par prospection aérienne13 au contact de l'ensemble n°l (fig. 7 et 10). L'observation du plan général
  • bordure de la haie mitoyenne (parcelles ZB 126 et 18). On distingue parfaitement les traces sombres correspondants au comblement du chemin moderne durant le remembrement. Les structures au comblement plus clair, sont probablement associées au réseau viaire contemporain du sitel
  • 450 mètres prend naissance au contact du chemin n°l, à l'angle de la parcelle ZB 126 (fig. 2 et 12). Elle traverse la parcelle ZB 18 en biais selon un axe nord-ouest/sud-est avant de franchir la route départementale 32 (Châteaugiron - Piré sur Seiche). Le tracé de ce chemin se
  • sur le versant oriental du plateau, à une altitude de 54,50 m NGF. Elle est également située à moins de 100 m de l'enclos n°l (fig. 2). Elle a été découverte au contact de la tranchée n°212 (fig. 13). Après décapage des 0,50 m de niveau stérile sont apparues quatre fosses au
  • - PRESENTATION DES DONNEES ARCHEOLOGIQUES 2.1 - Un ensemble d'enclos emboîté à dominante rectiligne (ensemble 1). 2.1.1 - Descriptions des vestiges archéologiques 2.1.1.1 2.1.1.2 -Le petit enclos à larges fossés (enclos - La partie interne de l'enclos n°l) 2.1.1.3 2.1.1.4 2.1.1.5 - Un
  • réseau viaire (chemins n °1 et 2) - La nécropole gallo-romaine - Les structures plus récentes 2.1.2 - Résumé 2.2 - Un enclos d'habitat de la fin de la Tène moyenne (ensemble 2) 2.2.1 - Descriptions des vestiges archéologiques 2.2.1.1 - Un enclos de plan quadrangulaire (endos
  • 2.2.1.2 - L'organisation interne de l'enclos 2.2.2 - Résumé n°6) 2.3 - Un groupe d'enclos du haut Moyen Age (ensemble 3) 2.3.1 - Descriptions des vestiges archéologiques 2.3.1.1 2.3.1.2 2.3.1.3 2.3.1.4 - L'endos n°7 L'endos n°8 La zone affectée à l'habitat Les vestiges
RAP03957 (Projet Collectif de Recherche. Formes, nature et implantations des occupations rurales en Bretagne du IVe s au XIe s.)
  • programme collectif de recherche
  • Projet Collectif de Recherche. Formes, nature et implantations des occupations rurales en Bretagne du IVe s au XIe s.
  • LE BOULANGER Françoise
  • (Catteddu, Lauwers, Watteaux, 2021b, à paraître). L’essor de l’archéologie préventive en France, à partir des années 1980 et en particulier dès la décennie 1990, révèle alors une densité et une variété insoupçonnées de sites ruraux du premier Moyen Âge, qui mettent rapidement à mal les
  • . Truc)... D’autres programmes visent des thématiques plus ciblées, comme celui conduit sur les habitats perchés du Jura de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (D. Billoin, Ph. Gandel) ou encore celui traitant de la céramique du haut Moyen Âge (Ph. Husi en région Centre, Michel
  • agropastorales : la fin du paradigme de la déprise agricole 23 I.5 Référentiels typochronologiques et datations numériques 23 I.6 Les lieux de débats : une multiplication des lieux d’échanges et de dialogues 26 I.7 En conclusion 29 II. Bilan d'activité 2020
  • participants Poursuite de l’inventaire et de l’enregistrement des sites de la région Alimentation de la bibliographie en lien avec la thématique du PCR Réalisation du rapport de fin d’exercice 2020 Demande de renouvellement d’autorisation du projet dans le cadre de la trisannuelle 2020-2022
  • différents paradigmes. L’« objet » village médiéval et les occupations rurales du premier Moyen Âge sont alors discutés au sein de colloques, de congrès et d’articles évoquant cette fois une stabilisation plus précoce de l’habitat, c’est-à-dire, dès le premier Moyen Âge, voire dès
  • potentiel de cet axe de recherche et de sa documentation au sein du PCR. Si les établissements privilégiés se multiplient à partir de la fin du IXe siècle ou du Xe siècle en lien avec la montée en puissance des élites locales, ce phénomène s’accélère ensuite. I.3 Retour sur une
  • territoriales, l’Inrap, le CNRS, les universités, les élus… I. Introduction 21 I.4 Archéologie agraire, pratiques agropastorales : la fin du paradigme de la déprise agricole Grâce à une recherche transdisciplinaire, c’est donc un espace rural altomédiéval dynamique qui est aujourd’hui
  • archéogéographiques fait partie des pratiques développées dans la région Bretagne (Watteaux 2003, 2013). Ces études montrent tout le potentiel de ces récentes recherches sur le premier Moyen Âge que vient également servir l’usage du SIG. Cet usage du SIG dans l’interprétation des sites mis au jour
  • sites du premier Moyen Âge (Poilpré 2014b, 2015, 2016a, 2016b, 2017, 2020). Les études documentaires5 même s’il est complexe de les mettre en œuvre en contexte préventif ont permis de replacer un grand nombre des sites fouillés dans leur contexte historique et de cerner l’histoire du
  • Montpellier en 2015 (Catteddu, Le Gall 2020b). En 2019, à Nantes, le site de la Primaudière à Noyal-sur-Vilaine a fait l’objet d’une communication de D. Cahu et Fr. Labaune-Jean (Cahu, Labaune-Jean à paraître) et un poster résumant les objectifs de ce PCR a été exposé par E. Ah Thon (Ah
  •  ». En 2007, la table ronde de Saint-Germain-en-Laye a été consacrée à « L’archéologie du village, archéologie dans le village », organisée à l’initiative du PCR « Habitat rural du premier Moyen Âge en Île-de-France », associé au Groupe de recherche archéologique sur le premier Moyen
  • Âge. L’objectif  était de poursuivre la réflexion sur la naissance du village, une fois libéré de la polémique opposant historiens des textes et archéologues. La rencontre visait à tenter de détailler les enjeux, les étapes de la chaine opératoire, les difficultés rencontrées et
  • relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage
  • commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de
  • et géographiques – a renouvelé en profondeur notre connaissance du premier Moyen Âge (Ve-XIe siècle). Grâce au développement de l’archéologie préventive, aux prospections et aux fouilles programmées, la multiplication des sites ruraux altomédiévaux est sans précédent. Si des
  • sites ruraux altomédiévaux et de proposer de nouvelles synthèses. Ce PCR constitue le cadre adéquat pour réunir l’ensemble des données et pour effectuer une relecture de celles-ci à la lumière des nouveaux questionnements et des derniers outils méthodologiques. L’ensemble des
  • « naissance » – utilisée comme marqueur de césure entre le premier et le second Moyen Âge – est alors associée à la fixation de l’habitat autour de l’église, du cimetière ou du château en liaison avec le cadre paroissial et seigneurial (ou villageois). En formulant cette théorie, Robert
  • Fossier rejoignait la thèse de Pierre Toubert au début des années 1970 sur l’incastellamento (Fossier 1992 ; Barcelo, Toubert 1998). Le premier Moyen Âge est alors considéré comme une période d’entredeux, à l’organisation rudimentaire et surtout peu et mal documentée, ce qui accrédita
  • l’idée qu’il ne s’était pas passé grand-chose avant la formation 16 Rapport 2020 PCR « Formes, natures et implantation des occupations rurales en Bretagne du IVe s. au XIe s. » des « villages » aux Xe-XIe siècles, si ce n’est le délitement des structures de l’ancien monde romain
  • ou la définition du village, ils souhaitent s’attacher davantage à sa dynamique de développement dans la durée et sur un large espace, en lien avec les territoires. Ils élaborent des méthodes permettant de mieux identifier les réseaux et la diversité de l’habitat, notamment en
RAP03438 (BADEN (56). Rue du Lannic : installation funéraire à l’âge du Bronze et occupation domestique de la Tène au début de l’époque romaine. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • BADEN (56). Rue du Lannic : installation funéraire à l’âge du Bronze et occupation domestique de la Tène au début de l’époque romaine. Rapport de fouille
  • générale du site 45 45 49 51 53 53 4.2 Un espace funéraire de l'âge du Bronze 4.2.1 Le cairn 121 4.2.2 La ciste 122 4.2.3 La ciste 127 4.2.4 Le coffre rectangulaire 120 4.2.5 Synthèse et comparaisons 77 77 77 77 78 80 5.1 Étude du mobilier céramique protohistorique 5.1.1
  • sur la commune de Baden, au lieu-dit Mériadec (n° 8). 3.2.2 L'âge du Bronze Sur la commune de Baden, le tumulus de Rohello (n° 15) et une sépulture (n° 20) sont à rattacher à l'âge du Bronze. Par ailleurs, l'éperon barré de la Pointe du Blair (n° 19) ainsi que le site de Toulindac
  • , situé à Toulindac-Er Bill (n° 27), est tout proche du site de la rue du Lannic. Avec la stèle signalée à Toulindac (n° 30), et la structure chauffée datée de l'âge du Bronze ou du premier âge du Fer mise au jour sur le site de Toulindac 3 (n° 38), les indices d'une fréquentation de
  • datées au radiocarbone, pour l'une, de l'âge du Bronze ancien (2120-2090 av. J.-C.) et pour la seconde de la fin de cette période (825-790 av. J.-C.). Code INSEE de la commune 56 008 Le projet d’aménagement du lotissement la Résidence de la Baie se situe à l'extrémité orientale du
  • Présentation 5.1.2 Méthodologie 5.1.3 Observation générale de l'assemblage 5.1.4 Analyse du corpus 5.1.5 Conclusion 57 57 5.2 Étude du mobilier céramique antique 5.2.1 Méthodologie 5.2.2 La céramique issue du fossé 119 5.2.3 Synthèse 65 67 67 4.3 Un habitat de La Tène finale 4.3.1 Les
  • d’intervention sur le terrain du 29/08/2016 au 28/09/2016 1.3 Mots clefs Chronologie Âge du Bronze ancien, âge du Bronze final, La Tène finale, Antiquité, Époque moderne. Sujets, thèmes (interprétation des vestiges immobiliers et des vestiges mobiliers) Cairn, chemin, ciste, enclos, fossé
  • , de l'âge du Bronze ancien (2120-2090 av. J.-C.) et pour la seconde de la fin de cette période (825-790 av. J.-C.). Le troisième coffre de forme oblongue (1,60 m par 0,80 m) a quant à lui été mis au jour au sud du monument. Partiellement endommagé, il n'a livré que des éléments
  • à l'extrémité orientale du bourg de Baden, la parcelle 565 où se trouve le site archéologique se situe au point culminant d'une crête rocheuse avançant dans le Golfe du Morbihan. L'extrémité sud de cette zone est classée zone protégée Natura 2000 – Directive habitat. Le cadastre
  • commune se situe sur un territoire de mégalithes néolithiques majeurs auquel s'ajoutent dans le secteur de Toulindac plusieurs observations anciennes qui font état de traces d'installations depuis les périodes de l'âge du Bronze et du Fer et jusqu'à l'Antiquité. La surface sondée au
  • sur le cadastre napoléonien. » (Sicard 2015). - Récapitulatif des résultats Chronologie : âge du Bronze, âge du Fer (La Tène ?) ; période gallo-romaine précoce, Époque moderne Structures : structures funéraires (tombes en coffre, cairn), fossés (parcellaire), voirie (chemin
  • d'ossements retrouvés dans les partie fouillées ne permet pas d'être totalement affirmatif. La datation des différents empierrements ne peut être établie dans le cadre du diagnostic mais il existe probablement deux périodes d'occupation, l'une au cours de l'âge du Bronze, l'autre au Gallo
  • coffre et le/les empierrements ; - de rechercher autant que possible la détection d'autres éléments (fosses, trous de poteaux, empierrements, etc.) nécessaires à une meilleure compréhension de l'organisation générale du site par la reconnaissance de leurs relations spatiales et
  • contexte archéologique). 33 BADEN (56) – Rue du Lannic – 2017 34 2.5 Relevé en photogrammétrie Une couverture photogrammétrique du site a été réalisée par Stéven Lemaître (pour la couverture générale après décapage) et par l'équipe de terrain (pour les étapes de fouilles). Le
  • remontée des eaux s'est fortement affaiblie (10 mm/an ; Stanford et al., 2011). À l'échelle régionale, quelles sont les conséquences paléogéographiques de cette remontée progressive du niveau marin sur le site de la rue du Lannic ? Peut-on proposer une esquisse de reconstitution
  • partielle du paysage de l'époque, les simulations paléogéographiques proposées par les auteurs permettent de proposer un équivalent pour la zone environnant le site de Baden. Cette restitution est cependant partielle, car les évolutions sédimentaires ne peuvent être figurées dans la zone
  • briques ayant été découverts dans son voisinage (Dare, Brunie 2012). Les inventeurs du site indiquent qu'il adopte la même orientation que la portion de la voie Vannes-Locmariaquer découverte en photo-interprétation à quelques centaines de mètres au nord. Une villa romaine est signalée
  • l'Île-Longue (n° 06), qui dépend de la commune de Larmor-Baden. 3.2.5 Le Moyen Âge Le Moyen Âge est pour ainsi dire absent du paysage archéologique de ce secteur du Morbihan. Des indices – ténus – d'une fréquentation du site voisin de Toulindac au bas Moyen Âge ont été mis en
  • dans un niveau empierré partiellement conservé sur une superficie de 16 m2 environ. Cette circonférence pourrait être le vestige d'un monument de type cairn ou tout du moins la base d'un tertre. Malgré l'absence de restes osseux et de mobiliers contemporains, ces deux tombes sont
  • bourg de Baden (56) sur une pointe avançant dans le Golfe du Morbihan. Ce projet a fait l'objet d'un diagnostic archéologique par l'Inrap en mai 2015, et a donné lieu à la prescription d'une opération de fouille préventive réalisée par le bureau d'études Éveha en septembre 2016
  • . FOUILLE PRÉVENTIVE Keywords : Cairn, path, cist, enclosure, ditch, settlement, posthole. RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Mots clefs : Âge du Bronze ancien, âge du Bronze final, La Tène finale, Antiquité, Époque moderne ; Cairn, chemin, ciste, enclos, fossé, habitat
RAP01562.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport final de synthèse de fouille programmée 1996-1997)
  • OUESSANT (29). mez notariou. rapport final de synthèse de fouille programmée 1996-1997
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • SITE D E M E Z - N O T A R I O U 1.3.1. La topographie 1.3.2. Le sol 1.4. HISTOIRE G E N E R A L E D U SITE D E M E Z - N O T A R I O U 1.4.1. A u Néolithique 1.4.2. A l'âge du Bronze ancien-moyen 1.4.3. D u Bronze final au 1er âge du Fer 1.4.3.1. Bronze final ou 1er âge du Fer
  • ? 1.4.3.2. La question des monuments funéraires 1.4.3.3. Le village du 1er âge du Fer 1.4.4. 1.4.5. 1.4.6. 1.4.7. A u 2e âge du Fer A l'époque gallo-romaine Durant l'époque médiévale Durant les époques moderne et contemporaine 1.5. L ' E T E N D U E ET LES L I M I T E S D U SITE 1.5.1
  • . 1.5.2. 1.5.3. 1.5.4. 1.5.5. 1.5.6. 1.5.7. 1.5.8. Le problème posé Le site néolithique Le site du Bronze ancien-moyen Le site du Bonze final et du 1er âge du Fer Le site du 2e âge du Fer Le site de l'époque gallo-romaine Les vestiges médiévaux Conclusion 2. HISTORIQUE D E L A R E C
  • . Valeur des résultats 2.2. L E P R O G R A M M E D E S A U V E T A G E 1988- 1992 2 . 2 . 1 . Les objectifs 2.2.1.1. 2.2.1.2. 2.2.1.3. 2.2.1.4. Comprendre la nature du site et des vestiges. Justifier le bien-fondé de l'étude Définir une stratégie à court, moyen ou long terme Conduire
  • pour s'appliquer, à leur tour, à l'étude d'autres sites. La mise au point de méthodes de fouilles, si appropriées fussent-elles, ne devait pas suffire pour répondre aux problèmes soulevés par l'originalité et la complexité des habitats du 1er âge du Fer et de l'âge du Bronze
  • mis au jour, voire d'architecture pour un certain nombre de bâtiments, demeure inédit sur toute la façade nord-ouest et atlantique de l'Europe en ce qui concerne la fin du Bronze final et le 1er âge du Fer. - Le mobilier du Bronze final est fort mal connu en Armorique péninsulaire
  • la vie de la recherche. Ceci n'est pas grave. I l l'est beaucoup plus de perdre le f i l de la pensée du chercheur et les conditions dans lesquelles celui-ci croit avoir compris le site, dans lesquelles i l a tenté de l'expliquer. Existe alors un risque d'atteinte grave à
  • village du 1er âge du Fer de Mez-Notariou sont très originales, nombreuses, relativement cohérentes ; i l ne semble pas que les prochains développements de la fouille entraîneront des découvertes spectaculaires au sujet de cet aspect du site. En effet, nous avons pu conclure, à l'issue
  • aménagements 9.2.4. Les aménagements récents du Bronze ancien-moyen 9.2.5. Fin du Bronze final - 1er âge du Fer 9.3. La perception globale 9.3.1. 9.3.2. 9.3.3. 9.3.4. Datation et chronologie Nature et répartition des modes de construction Orientation et organisation du site Les activités
  • I L A N H I S T O R I Q U E 1.1. L e site néolithique et les premières occupations du site de Mez-Notariou 1.1.1. Un site néolithique ? 1.1.2. Une continuité vers l'habitat du Bronze ? 1.2. L e site de l'âge du Bronze ancien-moyen 1.2.1. 1.2.2. 1.2.3. 1.2.4. La géographie du
  • secteur 5 2.3. Préparation de publications 2 . 3 . 1 . Les structures du village du 1er âge du Fer 2.3.2. L'habitat du Bronze ancien-moyen 2.3.3. Relevé topographique 2.4. La recherche méthodologique 2 . 4 . 1 . L'enregistrement en trois dimensions 3. L ' A V E N I R D E L A R E C H E
  • l'histoire du site, si nous avons pu lancer des études approfondies sur bon nombre de mobiliers, sur des techniques d'enregistrement, i l n'a pas été possible de les achever et d'en produire les résultats définitifs trois mois après la fin de la fouille. Le recours nécessaire à des
  • programmes généraux 2.3.3. Les programmes annuels 2.3.4. L'avenir du projet de Mez-Notariou 2.4. B I L A N D E L ' E T U D E 2 . 4 . 1 . Les aspects positifs 2.4.2. Les limites de la méthode 2.4.3. Conclusion 3. P R O B L E M A T I Q U E D'ETUDE 3 . 1 . L A C O M P L E X I T E D U SITE
  • saisie des données L'observation et la photographie du site Les aspects positifs Les faiblesses du système 2.2. U N E T E C H N I Q U E N O U V E L L E : L ' A I R C O M P R I M E 2.3. LES PROCEDURES D E F O U L L E 2 . 3 . 1 . La maîtrise de l'espace et l'identification des
  • b 2. L E M O B I L I E R E T L E S P R O B L E M E S D E DATATION : DES DEBORDEMENTS SUR L E BRONZE F I N A L O U SUR L E 2ème A G E DU F E R ? 2.1. CONDITIONS DE DECOUVERTE 2.2. L A POTERIE 2 . 2 . 1 . Le mobilier 2 . 2 . 1 . 1 . La poterie du 1er Fer 2.2.1.2. Le mobilier de
  • traîne 2.2.1.3. La poterie du 2e âge du Fer 2.2.2. Répartition 2 . 2 . 2 . 1 . Répartition des divers mobiliers 2.2.2.2. Répartition générale 2.2.2.3. Interprétation 2.3. L E M O B I L I E R L I T H I Q U E 2 . 3 . 1 . Le mobilier 2.3.2. Répartition 2.4. M O B I L I E R ET L A D A T
  • T U R E L L E 4 . 2 . 1 . Le village au coeur de l'île 4.2.2. Le site et la façade armoricaine 4.2.3. Le site et l'Europe du 1er Fer CONCLUSION 1. L E V I L L A G E DU P R E M I E R A G E DU F E R 2 . L E S I T E D E MEZ-NOTARIOU E T L ' I L E D'OUESSANT DANS L E C O N T E X T E
  • simple. A u coeur de l'île d'Ouessant, Mez-Notariou est, en effet, un site original ; un site à caractère particulièrement marqué. S ' i l ne nous était pas devenu aussi familier, nous serions tentés de le présenter comme un site rebelle. Il intrigue l'homme du continent par sa
  • débuts de l'âge du Bronze, et sans doute avant, j u s q u ' à la fin de l'époque romaine, la présence humaine se manifeste sur le site, faible ou dense. L'élargissement progressif des espaces fouillés a constamment étayé ce point de vue. L'archéologue bien né redoute d'utiliser le
  • -moyen. En outre, seule une partie de ces dépôts tardifs a été fouillée. - I l faut encore citer la mésaventure des archéologues qui, durant plusieurs années, s'acharnaient à inclure dans le modèle architectural du village du 1er âge du Fer des centaines de dalles perforées ; objets