Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3865 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03284.pdf (éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2015)
  • éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2015
  •  ANNEXES  Le  Bronze  moyen  et  l’origine  du  Bronze  final  en  Bretagne  par  S.  Blanchet,  M.  Mélin,  T.  Nicolas et P. Pihuit  Le  macro‐outillage  lithique  sur  les  sites  de  l’âge  du  Bronze  armoricain :  quelques  hypothèses fonctionnelles pour aborder la notion
  •  problématique dans notre région.  Si  la  pratique  de  l’inhumation  semble  exclusive  au  Bronze  ancien,  elle  est  beaucoup  plus  difficile  à  11 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne percevoir  pour  le  Bronze  moyen  et  éventuellement  le  Bronze
  • Compte‐rendu d’activité 2015 Projet Collectif de Recherche Eléments pour une nouvelle approche de  l’âge du Bronze en Bretagne  Le cadre chronologique et les formes de l’habitat  Stéphane BLANCHET (coordination), Vérane BRISOTTO, Anne‐Françoise CHEREL, Klet  DONNART, Muriel
  • Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 2 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2015  SOMMAIRE  LISTE DES PARTICIPANTS  p.5  1. LE PROJET INITIAL : quelques rappels p.7  2. L’ACTIVITE EN 2015 p.9  2.1 Typologie des céramiques de l’âge du
  •  Bronze :  p. 93 exemples d’analyses spatiales portées sur les enclos circulaires par E. Le Goff    2.6  Étude  archéo‐anthropologique  des  squelettes  de  l’âge  du  Bronze  en  Bretagne  par  L.  Tonnerre  p. 107 3. PRINCIPALES PERSPECTIVES POUR L’ANNEE 2016 P.133  DOCUMENTS
  •  n’est bien sûr pas  figée et évolue en fonction des problématiques, des travaux mis en place mais aussi des besoins. La  trame grise signale les agents de l’Inrap bénéficiant de jours PAS.  5 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 6 Projet Collectif
  •  Bronze. Ils serviront à préciser les marqueurs chronologiques et culturels.     fournir un premier référentiel sur les formes de l’habitat et l’occupation du sol.  En  lien  avec  le  thème  précédemment  évoqué,  l’étude  des  formes  de  l’habitat  nous  permet  bien évidemment de
  •  principaux axes du projet et de dresser un bilan de l’activité 2015.   Les résultats de plusieurs travaux en cours ont par ailleurs fait l’objet de présentations :               ‐ Habitat Bronze final de Caudan (M. Levan)  ‐ Etude des enclos circulaires de Bretagne et Pays de la Loire (M
  •  leur représentativité, un travail  9 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne de hiérarchisation et d’analyse a donc été réalisé en parallèle. Le référentiel continu à être alimenté  en fonction des découvertes (diagnostics, fouilles) dont le rythme
  •   Maire,  le  travail  sur  les  enclos  circulaires a été poursuivi en 2015. L'objectif initial était de dresser un inventaire (le premier) le plus  complet possible des enclos circulaires connus en Bretagne (cf. rapport d’activité 2014). L'analyse des  10 Projet Collectif de
  • Précisions Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne G. Leroux, en cours J.-Y. Robic, 1989 J.-P. Le Bihan, 1999 J.-P Le Bihan, 1999 J.-P Le Bihan, 1999 J.-P. Le Bihan, 1996 et 1998 E. Roy, 2000 E. Roy, 2000 S. Hinguant, E. Le Goff, 1998 S. Mentele 2014
  •  d’artisanat par C. Hamon et S. Blanchet   FICHES D’ENREGISTREMENT DE DECOUVERTE  3 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne                                                                                                       4 Projet Collectif de
  •   précédentes.  Rappelons simplement qu’à partir des données disponibles en Bretagne, deux axes prioritaires ont, au  démarrage du projet, été définis :      construire  un  référentiel  chrono‐culturel  pour  l’âge  du  Bronze  régional  en  prenant  notamment  en  compte  la  typo
  • du Bronze en Bretagne                                                                                                         8 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2015  2. L’ACTIVITE EN 2015 Dans le cadre de la programmation 2015, le PCR a été reçu favorablement
  •  par le SRA de Bretagne et a  été validé en CIRA Grand‐Ouest. Des moyens financiers (5000 euros) ont été attribués pour couvrir les  frais  de  fonctionnement  de  l’équipe  comme  l’organisation  de  réunions  ou  l’acquisition  de  documentation  (clichés  de  l’IGN…).  Cependant
  •  des années précédentes, nous avons essayé de planifier au plus tôt l’activité 2015. Malgré  tout  et  en  particulier  pour  les  agents  de  l’INRAP,  l’engagement  des  travaux  et  de  l’essentiel  des  moyens (jours/homme) intervient une nouvelle fois en fin d’année (mi
  • ‐novembre et décembre). Ce  démarrage  tardif  résulte  principalement  d’un  plan  de  charge  très  important  sur  le  terrain  (fouilles,  diagnostics) pour les agents de l’INRAP. Les moyens alloués ont néanmoins été consommés.  Au  cours  de  cette  année,  une  unique  réunion
  •  activité qui reste soutenue.     Les travaux concernant le premier axe prioritaire du projet, à savoir construire un référentiel chrono‐ culturel pour l’âge du Bronze régional en prenant notamment en compte la typo‐chronologie des  productions  céramiques  mais  aussi lithiques sont une
  • . dans l’Ouest » (dirigée par Y. Menez) et  suivent une méthodologie similaire. A terme, un des objectifs serait de parvenir à l’élaboration d’une  typo‐chronologie  continue,  depuis  l’âge  du  Bronze  final  jusqu’à  La  Tène  finale,  en  conciliant  les  résultats des équipes
  • ). Pour tous les corpus du Bronze moyen, il  semble  que  nous  ayons  affaire  à  l’utilisation  d’un  nombre  relativement  limité  de  profils  qui  sont  majoritairement  des  formes  hautes.  En  outre,  celles‐ci  se  déclinent  à  la  fois  en  termes  de  classes  volumiques
RAP02969.pdf (éléments pour une nouvelle approche de l'âge du bronze en Bretagne : le cadre chronologique et les formes de l'habitat. rapport du projet collectif de recherche 2013)
  • éléments pour une nouvelle approche de l'âge du bronze en Bretagne : le cadre chronologique et les formes de l'habitat. rapport du projet collectif de recherche 2013
  •   plus  importants,  notamment  ceux  relatifs  au  Bronze  ancien  en  Bretagne orientale.    Pour le Bronze moyen, 16 sites domestiques et 6 sites funéraires ayant livré du mobilier céramique ont  été inventoriés. Si les données concernant le Bronze moyen reposent sur les
  •   Dép.  15 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Commune  Lieu‐dit  Nature du site  C  14  Attribution  chrono  35  LA MEZIERE  Zac Cap Malo  Domestique     Bronze moyen  35  LE PERTRE  Le Haut Brétorin et la Gré  Domestique
  • pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne En  l’état,  il  ressort  que  les  données  relatives  au  Bronze  ancien  sont  moins  lacunaires  que  celles  du  Bronze moyen et final. Il reste cependant à vérifier un certain nombre d’attributions chronologiques
  • Compte-rendu d’activité 2013 Projet Collectif de Recherche Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Le cadre chronologique et les formes de l’habitat Stéphane Blanchet (coord.) Vérane Brisotto Anne Françoise Cherel Quentin Favrel Muriel Fily Mickaël
  • D’ENREGISTREMENT DE DECOUVERTES ARCHEOLOGIQUES p. 89 3 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne LISTE DES PARTICIPANTS  (La trame grise signale les agents de l’INRAP bénéficiant de jour PAS)    BIZIEN‐JAGLIN  Catherine  BLANCHET Stéphane  CeRAA  Archéologue, Pré
  •   référentiel  chrono‐culturel  pour  l’âge  du  Bronze  régional  en  prenant  notamment en compte la typo‐chronologie des productions céramiques et en constituant  un véritable corpus de datations 14C.  ‐ fournir un premier référentiel sur les formes de l’habitat et l’occupation du sol
  •  intégrés à  l’analyse  des  données,  tant  du  point  de  vue  de  la  chronologie  que  des  formes  de  l’habitat  et  de  l’occupation du sol.             5 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 2. L’ACTIVITE 2013     Dans le cadre de la
  •   présent  une  continuité chronologique des dates, sans phase apparente de ruptures. Les datations récentes viennent  combler certains vides pour le Bronze moyen et le Bronze final. A terme, il fait peu de doutes que le  référentiel de dates en cours de constitution permettra de
  •  préciser la typo‐chronologie des mobiliers.                                                            9 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 3 - LA CHRONOLOGIE ET L’HABITAT : Les premiers résultats     3.1 Le mobilier céramique (par T. Nicolas
  •  documentée, ce aussi bien du point de vue des contextes domestiques que des  contextes funéraires. Néanmoins, on note un déficit des informations en Bretagne centrale ainsi qu’en  Bretagne  orientale  (fig.  4  et  5).  Le  Bronze  ancien  est  relativement  bien  documenté  avec
  •   LE FOLGOET  Guicquelleau  Funéraire     Bronze ancien  13 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Commune  Lieu‐dit  Nature du site  C  14  Attribution  chrono  29  LENNON  Pendréo  Funéraire        29  LESNEVEN  Gouer‐Ven
  •   Figure 3 : ensembles et éléments céramiques actuellement répertoriés (extrait de la base de données).   spatiale des données : en Bretagne occidentale, la transition entre le Bronze ancien et le Bronze moyen  n’est pas documentée alors quelle l’est pour la partie orientale. D’un
  •  précédente, les sites du Bronze final ont une répartition homogène  au  sein  de  la  région  à  l’exception  là  encore  de  la  Bretagne  centrale  (fig.  6).  Le  Bronze  final  reste  cependant la période la moins bien caractérisée en ce qui concerne le mobilier céramique, notamment
  •  des tombes.   Ces travaux sur la céramique ont cependant vocation à évoluer du fait d’une inégale répartition des  données.  En  effet,  les  assemblages  datés  du  Bronze  ancien  sont  surtout  représentés  en  Bretagne  occidentale  alors  qu’ils  font  pratiquement  défaut
  •   détaillée  du  PCR,  déjà  largement  développée  dans  les  rapports  et  les  comptes‐rendus  produits  les  années  précédentes.  Rappelons  simplement,  qu’à  partir  des  données  aujourd’hui  disponibles  en  Bretagne,  deux axes prioritaires ont été définis :     ‐ construire  un
  •  la culture matérielle et de la chronologie des sociétés de l’âge du Bronze régional. Avec le  développement de l’archéologie préventive, nous disposons effectivement d’ensembles suffisamment  importants et nombreux pour proposer un premier séquençage des productions sur la base
  •  programmation 2013, le PCR a été reçu favorablement par le SRA de Bretagne et a  été  validé  en  CIRA  Grand‐Ouest.  Des  moyens  financiers  (5000  euros)  ont  notamment  été  attribués  pour  couvrir  les  frais  de  fonctionnement  comme  l’organisation  de  réunions  ou  l’acquisition
  •   de  documentation  (clichés  de  l’IGN…).  Ces  moyens  financiers  permettent  surtout  d’assurer  un  volume  de datations 14C sur les mobiliers (suie sur la céramique…) ou des analyses ponctuelles (matériaux…).     Après  avis  favorable  du  conseil  scientifique,  des  moyens
  • ,  nous  avons  essayé  de  planifier  au  plus  tôt  l’activité  2013.  Malgré  tout  et  en  particulier  pour  les  agents  de  l’INRAP,  l’engagement  des  travaux  et  de  l’essentiel  des  moyens  (jours/homme)  intervient  une  nouvelle  fois  en  fin  d’année  (mi‐novembre  et
  •   de  la  carte  archéologique  (fiches  d’entité  archéologique,  dossiers  communaux) ainsi que des rapports de fouille sont aujourd’hui traitées. Les informations qui avaient  été recueillies pour la Bretagne dans le cadre de l’enquête nationale sur l’habitat de l’âge du Bronze
RAP03455 (Éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2016)
  • Éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2016
  • Préhistoire Récente : Habitations et habitat du Néolithique à l’âge du Bronze en France et ses marges) où nous avions proposé un premier bilan sur les formes de l’habitat en Bretagne, un premier article de synthèse typo-chronologique a été effectué et proposé (cf. infra). Dans la
  • chacune (cf. 2.2 Analyse fonctionnelle des outils macrolithiques impliqués dans la métallurgie du cuivre et du Bronze de la fin du IIIe au IIe millénaire avant notre ère en Bretagne). Le programme que nous proposons de développer s’appuie donc sur une approche multi-méthodes. En
  • . Reguer (CNRS), K. Donnart (EVEHA) L’identification de la métallurgie du cuivre et du bronze sur les occupations de la fin du IIIe millénaire au 2nd millénaire en Bretagne est un enjeu de recherche important pour mieux aborder les changements sociaux et économiques majeurs de cette
  • Projet Collectif de Recherche Rapport activité 2016 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Le cadre chronologique et les formes de l’habitat Stéphane BLANCHET (coordination), Vérane BRISOTTO, Anne-Françoise CHEREL, Klet DONNART, Quentin FAVREL
  • suivent une méthodologie similaire. En complément de la typologie des formes réalisée en 2015, la typologie des décors des productions céramiques du Bronze moyen a été menée à bien. (cf. 2.1 Typologie des céramiques de l’âge du Bronze moyen : les registres décoratifs). A l’instar de ce
  • occupations de la fin du IIIe millénaire au 2nd millénaire en Bretagne fait partie des enjeux de recherche importants pour mieux aborder les changements sociaux et économiques majeurs de cette période en particulier sur la façade atlantique. Cependant, elle demeure une question complexe à
  • croisant les résultats de l'approche tracéologique avec deux approches XRF complémentaires sur un échantillon d'objets issu des principaux sites de l’âge du Bronze ancien de Bretagne, il devrait ainsi être possible d’identifier et de proposer une analyse fonctionnelle précise des
  • (Dijon du 19 au 21 novembre 2015). Pour les actes de ce colloque, un premier article de synthèse typo-chronologique sur l’habitat en Bretagne a 9 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2016 été produit cette année (cf. 2.5 Les Formes de l’habitat et l’occupation du sol
  • en Bretagne). Il a été accepté par le comité de lecture. Enfin, suite à une synthèse sur la transition IIIe/IIe millénaire en Bretagne que nous avions présentée à l’EAA de Glasgow en 2015 puis au Congrès Préhistorique de France organisé à Amiens cette année (session 5 : « La fin
  • du Néolithique et la genèse du Bronze ancien dans l’Europe du Nord-ouest »), un second article a été réalisé pour les actes du Congrès (cf. 2.6 Le Campaniforme et la genèse de l’âge du Bronze ancien en Bretagne : De nouvelles donnes ?). Il a également été retenu par le comité de
  • . HENAFF X. (2015) – Typologie des céramiques de l’âge du Bronze moyen : premiers éléments de réflexion. In : Blanchet (dir.), Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Btretagne. Le cadre chronologique et les formes de l’habitat. Projet Collectif de Recherche, Compte
  • question des outils dits de métallurgistes est récemment revenue au centre des discussions suite à l’étude du macro-outillage du site Bronze ancien de Plonéour-Lanvern et sa mise en contexte en regard d’une synthèse amorcée dans le cadre du présent PCR sur les outils macrolithiques de
  • l’âge du Bronze en Bretagne. Sur ce site, l’analyse tracéologique de plusieurs outils a permis de les interpréter comme des outils de concassage impliqués dans la transformation du minerai et des outils de percussion et abrasion impliqués dans le façonnage des objets métalliques à
  • Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2016 SOMMAIRE LISTE DES PARTICIPANTS p. 4 1. LE PROJET INITIAL : quelques rappels p. 5 2. L’ACTIVITE EN 2016 p. 7 2.1 Typologie des céramiques de l’âge du Bronze moyen : les registres décoratifs par X. Hénaff p.11 2.2 Analyse
  • fonctionnelle des outils macrolithiques impliqués dans la métallurgie du cuivre et du Bronze de la fin du IIIe au IIe millénaire avant notre ère en Bretagne par C. Hamon, S. Blanchet, V. Brisotto, C. Le Carlier, K. Donnart p. 25 2.3 Le « petit mobilier » en bois des tumulus armoricains
  • : première approche par V. Guitton p. 33 2.4 Les tumuli de l'âge du Bronze dans le nord-ouest des Côtes-d'Armor par M. Le Maire p. 43 2.5 Les Formes de l’habitat et l’occupation du sol en Bretagne par S. Blanchet, M.Levan, S. Sicard, S. Toron p. 53 2.6 Le Campaniforme et la genèse de
  • précédentes. Rappelons simplement qu’à partir des données disponibles en Bretagne, deux axes prioritaires avaient, au démarrage du projet, été définis :  construire un référentiel chrono-culturel pour l’âge du Bronze régional en prenant notamment en compte la typo-chronologie des
  • question de la culture matérielle et de la chronologie des sociétés de l’âge du Bronze régional. Avec le développement de l’archéologie préventive, nous disposons effectivement d’ensembles suffisamment importants et nombreux pour proposer un premier séquençage des productions sur la
  • chronologiques et culturels.  fournir un premier référentiel sur les formes de l’habitat et l’occupation du sol. En lien avec le thème précédemment évoqué, l’étude des formes de l’habitat nous permet bien évidemment de remettre en contexte les corpus céramiques mis au jour ces dernières
  • a été reçu favorablement par le SRA de Bretagne et a été validé par la CTRA Ouest. Des moyens financiers (5000 euros) ont été attribués pour couvrir les frais de fonctionnement de l’équipe (organisation de réunions) et surtout la réalisation de datations 14 C sur des éléments
RAP01689.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire 2000 de fp 2000-2002)
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • identifiés en 1995 (Us. 118). 2.2.2.2. Datation - interprétation Tout le mobilier céramique exhumé dans la couche Us.220 date du Bronze ancien et moyen (fig 14). Cette couche peut être interprétée comme un reste de sol ou de dépôt datant de la vaste occupation Bronze ancien et moyen
  • titre) sont découverts (fig.34 et 35). Il en est ainsi d'une petite poignée en bronze, de monnaies, de fibules, gallo-romaines, entières ou brisées, mais aussi d'autres pièces difficiles à identifier et à dater. Un regard posé sur l'ensemble du mobilier métallique du secteur 5 laisse
  • , fin de fouille 2000) Ch.3 PRÉPARATION DE PUBLICATION Second objectif du programme trisannuel, la préparation du volume consacré aux périodes anciennes du site, Néolithique et Bronze ancien et moyen, exige une réflexion sur les vestiges immobiliers antérieurs à l'âge du Fer et à
  • limon (Us. 16), un nouveau niveau d'occupation se met en place (petits galets, petits éclats de silex, très petits fragments de poterie). Également au Néolithique - Du mobilier lithique du Bronze ancien moyen est ensuite piégé dans ces limons (Us.07) : une grosse dalle perforée
  • décimètres. La chronologie relative entre les limons et le talus n'est pas encore clairement définie. Des empierrements du Bronze ancien ou moyen (Us.65c) se plaquent contre ce talus puis, au 1er âge du Fer, un sol en pierres et une ligne de grosses pierres le recouvrent en ménageant sans
  • de pierres est plaqué au fond de cette dépression au Bronze ancien ou moyen (Us.60). Ensuite, au 1er âge du Fer, une voie en pierres, extrêmement robuste et soignée, emprunte cette dépression et pénètre dans le village (Us.63, fig.54 et 55). Malheureusement, au nord comme au sud
  • au Bronze final. Une telle occupation était simplement suggérée à la suite de la découverte de quelques tessons de poteries de cette époque sur l'ensemble du site et d'une gouge à douille en bronze dans le secteur 5. Les choses sont désormais plus précises. Il faut même se
  • les chances d'abandon momentané du site après le Bronze moyen. 1.1.4. Premier âge du Fer S'il convient d'exclure le tumulus Us.68 du champ des installations du 1er âge du Fer, il faut y ajouter un segment de voie d'accès au village. Elle traverse une zone empierrée, aménagée en
  • de la colline Saint-Michel, sur un replat délimité au sud par le vigoureux talweg septentrional qui traverse l'île d'est en ouest et, à l'ouest, par un autre talweg moins marqué, orienté nord-sud, affluent du précédent (fig.3). Le sol du gisement archéologique descend donc en
  • semble-t-il sur une aire plus vaste, d'après les observations faites le long des tranchées de prospection (1988), l'arène granitique (Us. 17) est recouverte par deux couches de formation naturelle et stériles en ce qui concerne la période de l'Age du Fer (Us.07 et Us. 16). Les
  • des lieux et la terrasse sur laquelle s'assoit le site archéologique suggèrent une superficie totale d'environ 2 ha. 2. LE PROJET TRISANNUEL DE FOUILLE PROGRAMMÉE 2.1. LES DONNÉES ARCHÉOLOGIQUES A LA FIN DE 1999 Les rapports annuels et les publications, parues ou en cours d'édition
  • à la fin de l'Antiquité romaine (Us. 157) suggère un prolongement des installations du Bronze ancien et moyen au nord-ouest du site (secteur 5). Cela porte la longueur est-ouest de ces aménagements anciens à près de 150 m. 2.1.3. Un village du premier âge du Fer Le 1er âge du Fer
  • archéologique de Mez-Notariou et le village du premier âge du Fer, au printemps 2001. Une coédition Centre de recherche archéologique du Finistère - Revue archéologique de l'Ouest est décidée. 2.3 LE PROJET TRISANNUEL Un nouveau programme trisannuel est mis sur pied pour la période 2000-2002
  • manuscrit à la fin de l'année 2002. L'ouvrage sera consacré aux phases anciennes de l'histoire du site, à sa mise en place au Néolithique et aux vestiges, mobiliers et immobiliers, du Bronze ancien et moyen. Un tel programme peut justifier la réalisation de quelques sondages ponctuels
  • fouille se déroule du 21 juin au 14 août, soit une période de près de deux mois. En outre, deux semaines sont nécessaires pour la préparation et le transfert du matériel de fouille. Trois mois doivent être réservés au travail de post-fouille. 3.1. LES MOYENS MATÉRIELS Outre les
  • nord-ouest du site, un creusement régulier de l'arène granitique est observé sur une superficie de 100 m2 (Us.210 ; fig. 11, 38 à 41). Le bord oriental de cette dépression correspond exactement au pied occidental d'un mur talus de pierres encore en place lors de notre intervention
  • . Elle n'a pas encore été découverte sur toute sa surface et seul un sondage de faible dimension atteint la base de cette couche. Le profil nord - sud des sédiments conservés met en évidence son creusement brutal au sud (limite nord de la dépression Us. 157) et une taille en sifflet
  • terre blanche : quelques petits fragment dont un de Vénus anadyomène (fig.29). - Le verre Les fragments de verre sont assez nombreux (fig32 et 33) : bol à verre côtelé, bouteilles, flacons. - Le mobilier métallique De nombreux fragments d'objets en métal (fer, bronze et même or à bas
  • connaissances (fig.42 à 50). - Occupation au Bronze ancien et moyen (trous de poteaux dans l'Us. 157 et limons Us. 118-220 encore en place). Curieusement toutes les traces d'occupation du 1er âge du Fer ont disparu, arrachées par les occupants de l'époque antique. - Creusement des grandes
  • échancré au nord de la fosse gallo-romaine Us.222 Fig. 11 - Nord-ouest du secteur 5 : sol naturel mis au net par les agriculteurs de l'époque moderne Fig. 12 - Vue verticale de la fosse Us.222 : au sud (haut du cliché) une banquette de sol Us.220 demeure en place (Bronze ancien
RAP02832.pdf (éléments pour une nouvelle approche de l'âge du bronze en Bretagne : le cadre chronologique et les formes de l'habitat. rapport du projet collectif de recherche 2012)
  • éléments pour une nouvelle approche de l'âge du bronze en Bretagne : le cadre chronologique et les formes de l'habitat. rapport du projet collectif de recherche 2012
  • Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 2. L’ACTIVITE 2012     Dans le cadre de la programmation 2012, ce projet a été reçu favorablement par le SRA de Bretagne et  a été validé en CIRA Grand‐Ouest. Des moyens financiers (6000 euros) ont notamment été
  •  situe sur la commune de Tréglonou ; ? : possible tumulus non‐vérifié sur le terrain ; x :  tâches claires vérifiées sur le terrain ne révélant pas la présence de tumulus.            9 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne • L’Ille‐et‐Vilaine
  • Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 3. PROGRAMME PREVISIONNEL 2013-2014       Pour l’ensemble de l’équipe, au moins deux réunions seront organisées en 2013 pour faire le point sur  l’avancement  du  projet  et  éventuellement  opérer  des  réajustements
  • Compte-rendu d’activité 2012 Projet Collectif de Recherche Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Le cadre chronologique et les formes de l’habitat COORDINATION : Stéphane Blanchet CONTRIBUTIONS : Vérane Brisotto Muriel Fily Muriel Mélin Clément
  •   La base de données constitue un élément important du projet puisque c’est en grande partie à partir  de celle‐ci que l’exploitation des données sera finalement effectuée.    Les informations qui avaient été recueillies pour la Bretagne dans le cadre de l’enquête nationale sur
  •   l’exploitation des orthophotographies de Géoportail croisée avec des visites au sol constitue un outil  très utile à la localisation et à la découverte des tumulus.    5 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Bilan 2012 pour le Finistère  M. Fily (CG 29), C
  •   départements puissent être inventoriés de façon à avoir une vision globale du phénomène funéraire  en  Bretagne  à  l’âge  du  Bronze.  Cela  permettrait  notamment  de  mettre  en  exergue  la  diffusion  de  modes funéraires tels les enclos que l’on retrouve plutôt dans la partie
  •  continentale (Haute‐Bretagne)  ou les tumulus concentrés plus à l’ouest (Basse‐Bretagne).    Cet  inventaire  a  permis  également  de  se  faire  une  meilleure  idée  des  lacunes  dans  les  datations  des  tombes  de  l’âge  du  Bronze  en  Bretagne.  La  majorité  des  dates  obtenues
  •  Bruz  en  1989  constitue  un  exemple  parfait  qui  doit  nous  inciter  à  la  prudence.  Initialement  interprétée  comme cercle funéraire de l’âge du Bronze, la structure s’était révélée être du Moyen Age. Cependant,  les fouilles récentes (Lannion – Bel Air, Bédée – Le Pont
  • l’activité 2012 Fig. 4 – Documents sur la découverte à Martigné Ferchaud (35) d’un bracelet en or associé à une hache à talon   (Dossiers communaux de l’UMR 6566 CReAAH, Université de Rennes 1)                11   Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne
  •   Centre  – ouest que vers le groupe Manche‐Mer du Nord.  13 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne En  revanche,  pour  les  ensembles  découverts  anciennement,  inédits  ou  alors  moins  conséquents,  ces  études typologiques et chronologiques sont le
  •   et  offrent  des  mesures  plus  fines.  Les  prochaines  datations  14C  s’effectueront  donc  en  priorité sur le Bronze ancien et le début du Bronze moyen et notamment sur les ensembles mobiliers  de référence issus des sépultures.     Afin  d’interpréter  et  de  valoriser  au
  •   logiciel  pour  le  traitement  des  données  de  datation  en  archéométrie,  archéologie  et  sciences  de  la  terre »  et  coordonné par P. Lanos (Université de Bordeaux III).         17 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 2.4 Les formes de
  •   ancien. Le Master sera soutenu en juin 2013.  18 Projet Collectif de Recherche Compte rendu de l’activité 2012 19 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne       20 Projet Collectif de Recherche Compte rendu de l’activité 2012   Fig. 10
  •   conservent  les  défauts  liés  aux  jointures  entre  les  valves  des  moules,  semblent  brutes.  Il  s’agit  principalement de haches de type breton. Une d’entre elles se rapproche de modèles normands.       23 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne
  •   essentiel  de  produire  des  informations  de  base ;  à  savoir  construire  un  référentiel  chrono‐culturel  (typo‐chronologie  des  productions  céramiques)  pour  l’ensemble  de  l’âge  du Bronze breton et fournir un premier référentiel sur les formes de l’habitat et l’occupation
  •   prolongement tout à fait naturel de l’enquête nationale sur l’âge du Bronze pilotée par M. Talon, C.  Marcigny et L. Carrozza mais aussi d’autres travaux (PCR Bronze en Normandie…).     Une  réunion  d’équipe  a  été  organisée  à  la  fin  du  moins  de  janvier  afin  d’engager  au  plus
  • , principalement  composé de céramologues, a été créé en vue de mettre en place d’une base de données « céramique ».  Un  deuxième  groupe  doit  s’investir  plus  spécifiquement  sur  les  formes  de  l’habitat  (typologie,  topographie…)      2.2 Inventaire de la documentation et des données
  •   tombes  de  l’âge  du  Bronze  et  en  particulier  leur  répartition  à  la  pointe  de  la  BretagneEn  effet,  un  tel  travail  visant à l’exhaustivité et une telle précision, n’avait été mené jusqu’ici qu’à l’échelle des monts d’Arrée  (Briard  et  al.,  1994).  Ce  travail
  • ,  si  on  nous  donne  les  moyens  humains  de  le  faire  aboutir,  permettra  sans  nul  doute  de  mettre  en  évidence  des  concentrations  de  tombes  passées  inaperçues.  La  reconnaissance  de  ces  nécropoles  constitue  de  notre  point  de  vue  un  bon  point  de
RAP03524 (PONTIVY (56). Kernaud 2 : une ferme de l'âge du Bronze final. Rapport de fouille)
  • PONTIVY (56). Kernaud 2 : une ferme de l'âge du Bronze final. Rapport de fouille
  • par le département du Morbihan. Le niveau d’épandage de mobilier de l’âge du Bronze final mis en évidence lors du diagnostic (Crowch, 2016) était au centre de la prescription. Cette dernière portait également sur une possible occupation du Néolithique moyen I, sous-jacente. La
  • BLANCHARD Avec les contributions de Annabelle DUFOURNET, Julie GEREZ, Mevenn LAINÉ, Geoffrey LEBLÉ, Chloé POIRIER-COUTANSAIS. Plans et mises au net : Audrey BLANCHARD, Annabelle DUFOURNET Mise en page : Sandrine SWAL I3I I Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze
  • meilleure préservation de la stratigraphie dans ce secteur. La fouille a permis de mettre en évidence un petit établissement rural de l’âge du Bronze final. Un niveau d’occupation (US003A), comprenant des lambeaux de paléosol, a été reconnu sur 220 m² au centre de l’emprise. Épais de
  • fréquentation du secteur au cours de l’âge du Bronze moyen a également été discernée. Une concentration de mobilier livre ainsi un corpus céramique homogène daté du xve s. av. J.-C. Cette structure demeure néanmoins bien esseulée, au cœur de l’US003A. En dépit d’un second décapage, aucune
  • une épaisseur d’une trentaine de centimètres maximum. Il a été fouillé manuellement sur près de 120 m² en 4 passes. Au terme de ce travail, un second décapage a été réalisé à la mini-pelle en vue d’identifier, s’il en était, une occupation antérieure. Toutes les structures ont été
  • également été mis au jour dans les communes avoisinantes, fossoyés ont été repérés sur les communes de Neuilliac et de Noyal-Pontivy non loin de là. aussi livré des vestiges de deux enclos, deux stèles et un souterrain. D’autres ensembles Bronze situé sur la
  • commune de Cléguérec et confirmé sur le terrain en 1981. Cette commune a La Protohistoire est représentée (prospection aérienne) par un tumulus de l’âge du l’aménagement du contournement de Pontivy, ont été aperçus. quadrangulaires sur le site de Kerouillen en
  • projet (44 668 m²) et le contexte géologique et de Cléguérec a donné lieu à un diagnostic archéologique en 2011 et 2015 (2 tranches). Le projet de contournement nord de Pontivy par le département du Morbihan sur la commune 1 METHODOLOGIE PARTIE B – PROTOCOLE
  • fossés sont légèrement courbes, conservés sur Les fossés semblent se répartir en deux ensembles distincts à moins qu’ils n’illustrent une structures fossoyées (fosses, trous de poteaux) qui ont été mis au jour. une occupation de l’âge du Fer. Ce sont
  • . L’occupation néolithique est Un premier site, faisant l’objet de cette prescription, a mis en évidence une occupation 668 m². Le diagnostic a révélé plusieurs occupations sur deux zones distinctes. d’Aurélie Crowch (Conseil départemental du Morbihan), a porté
  • périodes concernées au niveau régional. nécessitent une étude détaillée en raison de la rareté des vestiges d’habitat connus pour les Les deux niveaux d’occupation conservés dans un contexte stratigraphique favorable en relation avec les découvertes sur le
  • occupation de l’âge du Bronze final et du Néolithique ancien. L’ensemble de localisés sur les parcelles A1 463, 466, 469. Elle concerne une surface totale de 5600 m² et n°2016-140, le 29 mars 2016. La prescription porte sur la fouille et l’étude
  • messagerie électronique, de l’état Régional de l’Archéologie de Bretagne. en fonction de la densité des vestiges mis au jour, de leur état de conservation, des conditions cahier des charges, nous proposons un calendrier d’intervention qui répartit les investigations
  • Vol I/I Rapport final d’opération d’archéologie préventive Texte - Figures - Inventaires Nantes - février 2018 Région Bretagne / Département du Morbihan (56) PONTIVY Kernaud 2 Une ferme de l’âge du Bronze final Code INSEE : 56 146 Arrêté de prescription : n° 2016-139 Arrêté
  • I Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final Avertissement Les rapports de fouille constituent des documents administratifs communicables au public dès leur remise au Service Régional de l’Archéologie, suivant les prescriptions de la loi no 78-753 du 17
  • et artistiques possédés par les auteurs et les contraintes qui en résultent pour tout consultant. Les prises de notes et les photocopies sont utilisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété
  • code pénal. I2I DÉPARTEMENT DU MORBIHAN (56) PONTIVY, « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final Rapport d’Opération d’Archéologie Préventive Illustration de couverture : Vue générale du site en cours de fouille (Cliché : S. Zin, Neelix) Sous la direction de Audrey
  • Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final 3.1.2.4. Le mobilier issu des structures.........................................................................................73 3.1.2.5. Conclusion
  • ................................................................ 85 4.2 L’occupation protohistorique................................................................................... 86 4.2.1. Une occupation à l’âge du Bronze moyen ?.......................................................................86 4.2.2. Une ferme de l’âge du Bronze
  • : Description micromorphologique................................................. 328 Annexe 6 : Rapports des datations par le radiocarbone................................... 329 I7I I Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final I8I 1 Données administratives
RAP02029.pdf (l'âge du bronze en centre Bretagne. rapport de prospection thématique)
  • l'âge du bronze en centre Bretagne. rapport de prospection thématique
  • Rapport de prospection thématique sur l'Age du Bronze en Centre Bretagne dans le département des Côtes d'Armor C0 . "fC Opération n° 2004-37 ^ Rapport de prospection sur les communes de : Bourbriac, Canihuel, Corlay, Gouarec, Kergrist-Moellou, Kérien, Lanrivain
  • , Plouguernevel, Plounévez-Quintin, Plussulien, Rostrenen, SaintNicolas-du-Pélem, Saint-Ygeaux, Sainte-Tréphine, Trémargat Présenté par Muriel Fily Rapport de prospection thématique sur l'Age du Bronze en Centre Bretagne dans le département des Côtes d'Armor Rapport de prospection sur les
  • des tumulus en Centre Ouest Bretagne. Cette recherche a pour objectif de rendre compte de la répartition des sites de l'Age du Bronze dans une zone géographique définie. Nous voulions mettre en évidence des préférences dans le choix d'édification des structures en liaison avec la
  • pu constituer une base de données que nous avons exploitée dans une étude de D.E.A. sur l'occupation du territoire à l'Age du Bronze dans le Centre Ouest Bretagne. Nous avons obtenu des résultats probants et significatifs et avons ainsi remarquer des préférences dans le choix de
  • Mémoire de la Société d'Emulation des Côtes du Nord, Guyon, Saint-Brieuc, Tome XVII, 1880,p.97. Fily, M., 2003, le Bronze Final 1 en Bretagne : le site à dépôts de Saint-Ygeaux dans les Côtes d'Armor, mémoire de maîtrise, Rennes 2. Fily, M., 2004, Nouvelles données sur la répartition
  • anneau latéral et un fragment de lame de hache à douille en bronze. INTERPRÉTATION Nature Affixe 1 Affixe 2 Quantité dépôt bronze 1 Commentaire sur l'interprétation Ces deux haches font parties d'un semblant plus conséquent découvert par le pharmacien mais aujourd'hui dispersé
  • Commentaire sur les structures Plusieurs coins en bronze de diverses tailles, une hache à douille, une hache à talon. INTERPRÉTATION Nature Affixe 1 dépôt bronze Commentaire sur l'interprétation A ffixe 2 Quantité 1 MOBILIER Contexte du mobilier : Lieu de dépôt du mobilier
  • Quantité 81 INTERPRÉTATION Nature (limité à 2 ) Dépôt Affixe 1 Affixe 2 Quantité bronze aucun 1 Commentaire sur l'interprétation Dépôt découvert sous une pierre plate. Les objets étaient disposés les uns sur les autres en trois couches circulaires avec le tranchant positionné vers
  • sur la période de l'Age du Bronze a été entreprise au cours de l'année 2004 dans quinze communes du Centre Ouest Bretagne, soit un total de 45 480 hectares. Zone de prospection sur la carte de Bretagne Communes prospectées 3 - (Bourbriac : 22013) - Canihuel : 22029 - Corlay
  • Bronze. La zone prise en compte pour ce D.E.A comprend trente-six communes dont vingt-et-une prospectées par Alain Provost au cours de l'année 2003. Les quinze communes restantes sont les communes prospectées par moi-même lors de l'année 2004. Choix de la zone Notre choix s'est porté
  • sur ce groupement de communes car peu de sites de l'Age du Bronze y étaient répertorié, à l'exception de la commune de Bourbriac, très riche en sites de cette période. En effet, la zone retenue se situe entre le groupe tumulaire de Bourbriac au Nord et celui de Malguenac au Sud. La
  • dépouillement des fichiers de la Carte archéologique des Côtes d'Armor, conservée au SRA Bretagne à Rennes. L'objectif était de prendre note des structures de l'Age du Bronze déjà répertoriées dans le secteur étudié. Nous avons donc pris note des diverses informations sur les différentes
  • réalisée par Fanny Tournier sur la commune de Bourbriac dans lequel elle inventorie notamment des structures de l'Age du Bronze en fournissant leurs coordonnées précises. Nous avons aussi étudié le mémoire de maîtrise d'Anne Balquet réalisée en 1992 sous la direction de Jacques Briard
  • et de Louis Pape et dans lequel elle répertorie des tumulus de l'Age du Bronze dans les Côtes d'Armor. Différents ouvrages ont été pris en compte lors de cette phase préalable. Les publications de Jacques Briard sur les tumulus d'Armorique et sur les dépôts de l'Age du Bronze en
  • résidant sur la commune de Saint-Nicolas-du-Pélem, au sujet de plusieurs découvertes qu'il avait réalisée dans ces communes. Une dernière phase de terrain a consisté en une prospection systématique dans quatorze des quinze communes concernées. Nous avons pris en compte les indices
  • distribution d'une partie du dépôt entre les ouvriers de la carrière. Nous avons également pu localiser le lieu d'enfouissement de la hache de Toul Goulic, découvert par François Le Provost en 1964. Nous connaissons le numéro de la parcelle, mais il faudrait retourner sur place avec un GPS
  • parcelle située sur la commune de Canihuel, près du lieu-dit de Restobert et aujourd'hui dénommée parc an tenou. Il nous semble que cette parcelle doit être celle dans laquelle deux dépôts de l'Age du Bronze ont été découverts en 1872 et 1875. En effet, le lieu de la découverte était
  • . Nous avons ainsi pu le répertorier et remarquer qu'une partie de la structure était encore conservée, contrairement à ce qui était admis. Ce tumulus que François le Provost nous a montré semble bien être ce tumulus du Bignat fouillé par l'abbé le Foll. En effet, il est situé sur une
  • Provost, F., Onnée, Y., 1974, Un tumulus du Bronze Ancien avec maison funéraire, B.S.P.F., pp. 622-641. Briard, J., 1965, Les dépôts bretons et l 'Age du Bronze Atlantique, T.L.A.R., 365. Briard, J., 1975, Nouvelles découvertes sur les Tumulus armoricains, Archaeologia Atlantica, pp 17
  • -32. Briard, J., 1984, Les Tumulus d'Armorique, l'Age du Bronze en France, 3, Picard, Paris, 304. Briard, J., Giot, P.-R., 1963, Fouille d'un tumulus de l'Age du Bronze à Saint-Jude en Bourbriac, Annales de Bretagne, Rennes, Tome LXX, Du Chatelier, P., 1883, Parallèles entre les
RAP03820 (QUIBERON (56). Manémeur : nouveau diagnostic sur l'ensemble mégalithique du Manémeur. Rapport de diagnostic)
  • QUIBERON (56). Manémeur : nouveau diagnostic sur l'ensemble mégalithique du Manémeur. Rapport de diagnostic
  • de poteries (…). Par-dessus ce terreau jaune, il y avait une couche de terre et de pierraille d’environ 0.70m d’épaisseur ; c’est sur cette couche qu’avaient travaillé les chercheurs de trésor » (Lavenot, 1872). Ce troisième dolmen a de nouveau été exploré par Z. Le Rouzic en 1930
  • Néolithique (Campaniforme) voire à l'Âge du Bronze. 3.2 L'industrie lithique taillée Ce petit ensemble est composé de 78 pièces, dont une quinzaine de pièces sont en quartz ou en quartzite, les autres étant en silex. La présence de cortex résiduel roulé sur 33 d’entre elles montre un
  • Chronologie NÉOLITHIQUE Rapport final d’opération Quiberon, Manémeur Bretagne, Morbihan, Quiberon, Manémeur Nouveau diagnostic sur l’ensemble mégalithique du Manémeur Les données recueillies seront exposées succinctement dans ce rapport, puisqu’en accord avec le SRA, l’essentiellement
  • universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 6 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Morbihan, Quiberon, Manémeur Fiche signalétique Localisation Région Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Bretagne
  • . Résultats 24 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Morbihan, Quiberon, Manémeur II. Résultats 1. 1 Circonstances de l'opération 25 1. Le cadre de l’opération 1.1 Circonstance de l’opération Suite au dépôt d’un permis de construire sur une parcelle, au lieu-dit Manémeur, sur
  • la commune de Quiberon dans le Morbihan, un diagnostic archéologique portant sur 288m² a été prescrit par le service régional de l’archéologie de Bretagne. Ce dernier était motivé par la localisation du projet, sur la parcelle contiguë à celle immédiatement à l’ouest qui avait
  • dans le dolmen. Enfin, sur l’estran, on observe des granites altérés en boules, boules également utilisées dans le monument. (fig. 3). Les formations superficielles sont limitées à une terre végétale constituée de limon sableux brun gris très meuble pouvant atteindre une
  • littoraux pléistocènes 1.4 Contexte archéologique Les données mises au jour sur l’emprise s’insèrent dans un contexte très riche en sites archéologiques, essentiellement explorés au XIXeme siècle et dans la première moitié du XXeme siècle (fig. 4). Le Néolithique est particulièrement
  • ). Cela a permis de constater que les vestiges archéologiques étaient cantonnés à l’extrême nord de la parcelle sur une trentaine de mètres carrés dont une dizaine seulement était encore bien structurée. En accord avec le SRA, il a alors été décidé de fouiller la totalité des vestiges
  • mégalithiques de cette zone dans le cadre du diagnostic, une fouille pouvant difficilement être engagée sur une surface aussi restreinte. C’est donc avec les mêmes méthodes que celles mises en oeuvre lors de la première campagne que nous avons fouillé et démonté la totalité des vestiges
  • , on utilise des logiciels tels que Autocad, CloudCompare et Qgis. L’enregistrement du mobilier archéologique a été réalisé en 3D grâce à un théodolithe présent en permanence sur le terrain. Deux faits ont été individualisés (F41 et F42). Ils correspondent tous les trois à des fosses de
  • compréhension nécessite la synthèse de tous les éléments à notre disposition. Trois orthostates complètes, en élévation, constituant la paroi occidentale du couloir ont été mises au jour. Un massif de renfort, très compact, était installé le long de cette paroi. Conservé sur environ 70cm de
  • seconde chambre funéraire Seul le côté externe de la paroi occidentale du couloir a pu être observé. Trois orthostates, entiers et encore en élévation matérialisent la paroi sur 2.50m de long. Ils permettent d’affirmer que le couloir avait une orientation nord-ouest/sud-est. Au-delà de
  • ces trois orthostates, seul des négatifs et des blocs de calage marquent la poursuite de la paroi de ce couloir sur 3.50m de long, ce qui porte sa longueur totale à au moins 6m. Des trois ortosthates encore en place, un seul a pu être totalement dégagé, les autres étant trop
  • sur tout le pourtour. Même si l’intérieur du couloir était à peine visible, nous avons pu constater la présence d’une belle dalle posée à plat qui semble constituer un élément de dallage du sol (fig. 8). Elle est en effet parfaitement ajustée à l’orthostates n°3, uniquement séparée
  • reposent sur un niveau de limon brun-noir qui correspond probablement à un paléosol remanié et rapporté préalablement à l’implantation du monument, déjà identifié en 2017. A l’extérieur de l’emprise du monument, ce niveau n’est pas présent sur le substrat. 3001 3002 3003 3004 3006
  • est intervenu lors de la mise en place de la paroi du couloir du second dolmen. Fig. 22 Vue de détail de l'orthostate cassé dans l'unité 3005 © E. Pierre, Inrap Au final, en associant les données de la fouille, on peut observer cette unité sur un peu plus de 6m de long et sur
  • moderne et trente-trois sont attribuables au Néolithique moyen 2. De rares tessons (8) pourraient attester d'une occupation plus tardive discrète, du Néolithique récent, tandis que le reste (20), pourrait représenter un nouveau témoignage de la fréquentation du site à la fin du
  • partiellement remanié et/ou agrandi pour intégrer ce nouveau monument. Cela permet donc d’établir une chronologie relative entre les deux monuments : le dolmen fouillé en 2017 est antérieur à celui plus particulièrement étudié au cours de ce diagnostic. Seule la façade parementée qui encadre
  • ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de
RAP03707 (TREMUSON (22). Le Coin des Petits Clos : du Néolithique à l'âge du Bronze entre traditions continentale et atlantique. Rapport de fouille)
  • TREMUSON (22). Le Coin des Petits Clos : du Néolithique à l'âge du Bronze entre traditions continentale et atlantique. Rapport de fouille
  • Bretagne, Côtes d'Armor Fouille préventive du 12/06/2017 au 10/08/2017 VOL. 1/1 VOL. 1/1 TRÉMUSON (22), LE COIN DES PETITS CLOS sur tranchée de fondation, foyer, four, citerne, céramique, industrie lithique. Aménageur SAINT-BRIEUC AGGLOMÉRATION ancien, Bronze final, Moyen
  • occupation domestique et artisanale du Néolithique moyen (bâtis sur poteaux, citerne, fours, …), deux bâtiment sur tranchée de fondation datés entre la fin du Néolithique et le début de l'âge du Bronze ainsi qu'un enclos circulaire et des structures en creux d'époques protohistorique (âge
  • bâtiment (UA 2) 4.3.3 Les bâtiments sur tranchée en amande : synthèse et comparaisons 4.3.4 Des unités domestiques de transition 3e-2e millénaire av. ? 99 99 99 102 4.4 Un monument à fossé circulaire du Bronze final 4.4.1 Méthodologie 4.4.2 Description du monument 4.4.3 Au centre, les
  • investigations archéologiques ont permis de mettre au jour une importante occupation domestique et artisanale du Néolithique moyen (bâtis sur poteaux, citerne, fours, …), deux bâtiments sur tranchée de fondation datés entre la fin du Néolithique et le début de l'âge du Bronze ainsi qu'un
  • enclos circulaire et des structures en creux d'époques protohistorique (âge du Bronze – âge du Fer) et médiévale. La période la plus représentée est le Néolithique moyen I ; on dénombre une quinzaine de structures de combustion ou de rejets de différents types, dont six ont pu être
  • première opération, l'Inrap réalise en 2013 et puis en 2017 deux diagnostics au lieu-dit La Colignère. Ces opérations mettent au jour des indices d'occupations datés de la transition entre le Campaniforme et le Bronze Ancien correspondant à une série de trois fosses réparties sur une
  • un enclos trapézoïdal à l'intérieur duquel on été identifiés plusieurs trous de poteau et fosses (EA 22 372 0011). Le troisième ensemble correspond à une incinération en fosse datée de l'âge du Bronze moyen (EA 22 372 0013). Le dernier indice de site se matérialise par un réseau
  • du Bronze – âge du Fer) et médiévale. La période la plus représentée est le Néolithique moyen I ; on dénombre une quinzaine de structures de combustion ou de rejets de différents types, Auteurs dont six ont pu être datées entre 4700 et 4200 avant notre ère. Dans cette SÉBASTIEN
  • trous de poteau n'a pu être rattaché à l'occupation du Néolithique moyen I. Toutefois, une présence continue jusque 3700 av. notre ère est révélée par quelques indices épars. Il s'agit d'un bâtiment sur poteaux et de rejets en fosse ou en surface de chablis. L'occupation du
  • ) 4.2.4 La fosse 105 : un dépôt volontaire 4.2.5 Les rejets détritiques (fosses et chablis) 4.2.6 Le bâti sur poteaux 67 67 71 75 75 84 88 95 99 4.3 L'occupation de la fin du 3e au début du 2e millénaire avant notre ère 4.3.1 Le bâtiment en amande (UA 1) 4.3.2 Une amorce de second
  • TORON Dates d’intervention sur le terrain du 12/06/2017 au 10/08/2017 1.3 Mots clefs Chronologie Néolithique moyen, Néolithique final, Castellic, Campaniforme, Bronze ancien, Bronze final, Moyen Âge Sujets, thèmes (interprétation des vestiges immobiliers et des vestiges mobiliers
  • par la mairie de Trémuson et l'intercommunalité de Saint-Brieuc. Le site s'implante en bord de plateau sur une terre en légère pente vers le sud et le sud-est. L'altitude maximum se situe au nord-ouest à environ 150,20 m NGF, le point le plus bas en partie sud étant de 145,20 m NGF
  • l'étude exhaustive et manuelle du bâtiments piriforme et des structures constituant son environnement immédiat. D'autre part, les vestiges datés du Néolithique moyen seront également fouillés intégralement, un soin tout particulier sera mis en œuvre dans la recherche de plans
  • , avoir une bonne expérience de la fouille en contexte rural sur des substrat à la lecture difficile comme le loess, et posséder une bonne connaissance de l'archéologie régionale. Il doit être assisté d'un spécialiste de la céramique de cette période. RÉSULTATS SCIENTIFIQUES 2
  • sommet de plateau, justifie cet arasement (fig. 7). Le socle se compose ici d'une altérite argilo-sableuse, dérivant des formations gneissiques et micaschisteuses sous-jacentes. En effet, le secteur est assis sur un substrat appartenant à la Formation de Lanvollon-Erquy (λL), mise en
  • géologique, la couverture superficielle se compose d'une mince pellicule lœssique (Œy) principalement préservée sur les crêtes d'interfluve, comme c'est le cas sur le site. La position altitudinale haute du secteur étudié laisse en effet supposer une très faible sédimentation sur ce
  • plateau, et donc un contexte érosif dominant. Les seules particules ayant pu sédimenter sur ce haut de versant sont en effet représentés par des limons éoliens, déposés ici à la faveur des maxima glaciaires du Pléistocène. Description stratigraphique (fig. 8) Deux logs stratigraphiques
  • , 22-18 ka env.). Sur ces loess, se développe par la suite un sol brun lessivé attribuable au Tardiglaciaire weichselien et à l'Holocène (Antoine et al. 2003 ; Van Vliet-Lanoë 1988). Il est représenté ici par son horizon Bt, fortement érodé en son sommet. En effet, les formations
  • du Bronze ancien et la première moitié du Bronze moyen. L'opération permet également de repérer sur sa marge sud plusieurs fossés gaulois (IVe siècle) correspondant à un système d'enclos, probablement lié à une ferme (Blanchet 2001 et 2002). À moins de 300 m au nord-est de cette
  • Âge ; Habitat rural, bâtiment sur poteaux, bâtiment Arrêté de prescription 2016-336 DU 14 NOVEMBRE 2016 Mots clefs : Néolithique moyen, Néolithique final, Castellic, Campaniforme, Bronze couverture Responsable : Sébastien TORON FOUILLE PRÉVENTIVE 31 rue Soyouz - ESTER
RAP03292.pdf (HILLION (22). Champ du Pommier : découverte de vestiges protohistoriques anciens. Rapport de diagnostic)
  • n'a pu être restitué. Les éléments d’ordre technologique permettent de proposer une datation au Bronze moyen. Elle a également permis la mis au jour de 2 fragments de céramique grossière, et d'un petit mamelon sur carène en céramique fine. Il s'agit d'un fragment de récipient en
  • . Un vaste système fossoyé, se met en place à partir de l'âge du Bronze moyen (datation obtenue par le biais de quelques fragments de céramiques attribués à cette époque). L'orientation du parcellaire perdure au moins jusqu'à l'âge du Bronze final (datation C14 effectuée sur de la
  • il est possible que deux fosses « à pierres chauffées » soient plus anciennes. Ces structures sont habituellement relevées sur des sites néolithiques. Un vaste système fossoyé, se met en place à partir de l’âge du Bronze moyen. L’orientation du parcellaire perdure au moins jusqu’à
  • 2016 de Bretagne à demander une évaluation du potentiel archéologique (fig.01 à 03). Les travaux envisagés sont susceptibles par leur surface, d’affecter des éléments du patrimoine archéologique. En effet, l’emprise des travaux est placée sur un secteur de plateau en bord de mer
  • la Tène ancienne prélevés dans trois fossés : 10, 13 et 22 (fig.12). Ces éléments semblent suivre en partie, l'orientation du système fossoyé attribué à l'âge du Bronze. Le fossé 13, orienté N/E-S/O, uniquement relevé sur une distance de 10 m au niveau de la tranchée de diagnostic
  • soit possible de déterminer s'ils font parti d'un même et seul récipient. Cet élément peut être daté du Bronze moyen. Le fossé 10 (Tranché de diagnostic n°23, fig.12) Cette structure a livré un récipient caréné à fond ombiliqué en céramique fine dont le profil a pu être restitué
  • Sujets et thèmes Habitat, fosse, trou de poteau, parcellaire Mobilier Céramique, lithique De nombreux vestiges archéologiques, ont été découverts sur les 47 955 m² de l’emprise archéologique. Les plus anciens indices d’occupation du site remontent à l’âge du Bronze moyen, mais
  • l’âge du Bronze final, voire jusqu’à la transition entre le premier et second âge du Fer (fin Hallstatt/début La Tène ancienne). De nombreux vestiges, sont attribués à la Protohistoire (au sens large du terme) dont un grand bâtiment, bien conservé, construit sur poteaux. De nombreux
  • 2016 3 Hillion (22), « Champ du pommier » ___________________________________________________ Juillet 2016 Dates d’intervention sur le terrain Localisation Statut du terrain au regard des Région législations sur le patrimoine et Bretagne l’environnement Fouille Non
  • lotissement sur une surface de 47 755 m², est situé sur sommet de plateau, sur un terrain quasiment plat, (dénivelé de 1%) en bord de mer, dont le point culminant, au niveau de l’emprise est placé à l'Est à 33 m n.g.f. (fig.04). Le projet se développe au S/E de la commune de Hillion, au
  • ancienne. De nombreux fossés figurent sur les plans cadastraux du XIXe siècle et certains d'entre eux ont livré un fragment de céramique Moderne (voire de la fin du Moyen âge). Enfin, de très nombreuses structures anciennes (par la texture de leur comblement) n’ont pu être attribuées
  • » _________________________________________________ Juillet 2016 La littérature archéologique montre par ailleurs que ce type de structures à pierres chauffantes est fréquent sur les sites néolithiques et en particulier du Néolithique moyen II. Ces fosses se rattachent probablement à la stricte sphère domestique mais pour certains
  • Blanchet (S.) et Le Boulanger (F.), 2015.- Ille-et-Vilaine, La Mézière, ZAC des Lignes de La Gonzée Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours.- Volume 1, D.F.S, Service régional de l'Archéologie de Bretagne, Inrap, Cesson Sévigné. 21 Hillion (22), « Champ du pommier
  • sur le substrat. Ils sont respectivement conservés, au niveau des deux sondages mécaniques, sur une profondeur de 0,80 m et 0,94 m. Leur creusement présente un profil en "V" pour le fossé 28 et en "Y" pour la structure 6. Les différentes strates de ces deux fossés trahissent une
  • attribués à l'âge du Bronze moyen (fig.11). Il pourrait s'agir, concernant la fosse 11, d'une construction sur poteaux se développant hors tranchée de diagnostic. La structure 12 pourrait correspondre à une fosse d'extraction ou à un simple chablis. Ces éléments n'ont pas été sondés
  • (correspondant apparemment à 22) orienté N/OS/E, a été suivi sur une distance de 50 m. Les deux coupes stratigraphiques effectuées sur son tracé, présentent un profil en "V", le fossé étant mieux conservé dans sa partie S/E. La coupe effectuée au niveau du fossé 10, laisse entrevoir par le
  • bâtiment est droit et celui du côté sud est en abside. Le bâtiment semble partitionné, au moins dans sa partie sud et peut-être dans sa partie nord. Sur ce dernier côté, les trous de poteaux forment une petite entité qui peuvent correspondre à une partition ou à un appentis flanqué
  • l'Inrap, 93 p. 34 Hillion (22), « Champ du pommier » _________________________________________________ Juillet 2016 Figure n°19 : Comparaison entre les rares bâtiments longilignes construits sur poteaux, datés entre le Chalcholitique et/ou de l'âge du Bronze ancien, découverts en
  • profondeur entre 0,16 m et 0,83 m. Tous ces fossés sont comblés de sédiments ou de remblais très clairs, à base de limon brun grisâtre. Certains d'entre eux, présentent un profil en "V", frôlant parfois le "Y" et sont conservés en profondeur. Les fossés découverts sur différents sites
  • des futurs travaux d'aménagement, mais n'ont pu être attribués chronologiquement faute d'éléments (fig.22). 9 A titre d'exemple, les éléments fossoyés découverts sur le site de l'âge du Bronze découverts à Lannion, au lieu-dit "Penn an Alé" en 2011 : Roy (E.), 2011.- Découverte
RAP01200.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire de fouille programmée 1993-1995)
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • dégagées sur environ 50 m2 est terminée. Au nord-ouest, une bonne clarification de l'organisation de ce secteur complexe semble réalisée. Les sols ou niveaux du Bronze final sont fouillés. Demeurent en place les sols et structures du Bronze ancien-moyen. Leur fouille demandera une
  • granitique ou sur un lit de pierres plus anciennes, plaquées sur ce sol naturel et appartenant à l ' U s . l l l . L'Us.73, étudiée en 1993, constitue le prolongement de ces structures. A l'ouest, l'Us.80 recouvre un sol d'occupation du Bronze ancien-moyen et au nordouest ce niveau Bronze
  • vestiges ainsi que les espoirs de réaliser une étude cohérente de ce site ancien. - L ' A g e du Bronze ancien-moyen est représenté par des vestiges d'activités artisanales, notamment de métallurgie du bronze. Une partie des installations découvertes et identifiées en 1992 sont
  • ce sondage, une méthode de fouille particulière est nécessaire pour mettre en évidence les trous de poteaux de bâtiments correspondant à la bordure sud du village Bronze/Fer. En effet, les passages successifs à la binette, habituellement utilisés sur les sites protohistoriques
  • la structure Us.63. Elle n'est pas menée à son terme et le niveau profond reste à fouiller. Un échantillonaage du sol du Bronze final - 1er A g e du Fer S.2701 est maintenu en place, de même que le foyer décoré du Bronze ancien-moyen (S.2719), mais la fouille des structures
  • pierres repose sur les sols en place du Bronze ancien-moyen (Us. 110). Par ailleurs, dans la partie sud-est des dalles perforées apparaissent. Disposées horizontalement et éventuellement entourées de calage (cf. infra.) elles sont peut-être sur le sol de l'Us. 110. La datation n'est
  • pas encore possible avec certitude mais les nombreuses poteries découvertes parmi les pierres appartiennent au Bronze ancien-moyen. La fonction et la date d'érection de ce talus demeurent imprécises. Nous savons que les pierres sont disposées sur un sol du Bronze ancien-moyen et il
  • découverts dans toute la partie nord-ouest du chantier. En effet, une série d'éléments architecturaux sont en rapport étroit et deux unités d'habitat apparaissent. 6.1. Les vestiges du Bronze ancien-moyen 6.1.1. Les sols Les sols d'occupation de terre mis en évidence en Us.110 et Us.111
  • /nord-ouest du chantier de Mez-Notariou livre un ensemble homogène et cohérent de vestiges de l ' A g e du Bronze ancien-moyen. 1520 O U E S S A N T M E Z - N O T A R I O U : Us 70, dalle perforée, en place, avec traces de rubéfaction Les découvertes de l'année 1994 confortent
  • site. Au sud-ouest, la fouille s'étend sur la terrasse limoneuse. 2 LE PROJET TRI-ANNUEL DE FOUILLE PROGRAMMEE 2.1. Les données archéologiques en 1993: Rappelons, brièvement, les principaux traits des découvertes réalisées depuis 1988: - Un établissement du Néolithique récent se
  • ensemble est bel un exemple d'agglomération compacte du Bronze final, bien connue à l'est des Alpes et du Jura, en Europe continentale, mais encore inédite en France. - Les périodes de la Tène finale et gallo-romaine sont représentées par des découvertes, sporadiques mais de plus en
  • étendue vers l'est et l'ouest pour découvrir d'éventuelles structures d'habitat liées à celles d'artisanat du Bronze ancien-moyen et pour préciser l'extension de la zone périphérique du village du 1er A g e du Fer. - 1994: Compléments de fouilles sur les zones nord-est et nord-ouest
  • -moyen et celle des niveaux plus récents mis au jour à l'ouest du tumulus Us.68. Il convient également de dater précisément le long alignement protohistorique de pierres affaissées mis au jour en 1993. Au sud-ouest du site, une fouille de 450 m2 doit permettre de vérifier l'étendue du
  • complexes, étendues et dans l'ensemble peu épaisses. Il est nécessaire de travailler sur une vaste surface (environ 200 m2). Il faut repérer les différents sols ou couches d'épandage en place et progresser ensuite niveau par niveau, quitte, faute de temps, à limiter la fouille de 1994
  • Bronze ancien ainsi que sur la structure circulaire Us.76 assimilée, en 1993, à un tumulus de Bronze final. La fouille menée sur environ 50 m2 répond à ces deux types de questions. Elle découvre deux niveaux archéologiques superposés mais bien distincts. L'ensemble rassemblé au sein
  • structure n'est pas parfait car des épierrements en ont arraché des lambeaux. Elle est donc discontinue. Toutefois, dans l'angle sud-est de la fouille, les pierres, mieux préservées, sont recouvertes par un lit de gros graviers et de petits galets de 2 à 5 cm de diamètre moyen. Les
  • petites billes de verre fondu. Des éléments semblables sont découverts dans les terres bien datées du Bronze ancien-moyen de l'Us.70. Sous cette terre apparaît une nébuleuse de trous de poteaux creusés dans le substrat. Elle prolonge étroitement les structures de même type mises au
  • réduite orientés nordest/sud-ouest. Un très beau foyer subcirculaire de 0,75 et 0,60 m de diamètre est également mis au jour parmi ces trous de poteaux. Sa surface présente un décor peigné analogue à ceux découverts sur plusieurs foyers du Bronze ancien-moyen de l'Us.70. Un bandeau
  • Les fragments de poterie mis au jour dans le niveau de terre brune et dans les calages de poteaux évoquent le Bronze ancien-moyen : fragments d'anse et cordons digités placés très près du sol. Ces observations sont très cohérentes avec celles effectuées en 1993 dans l'Us.81. L'Us
  • .107 constitue donc un prolongement de l'Us.81 et des installations de l'établissement du Bronze ancien-moyen. Celui-ci se prolonge également vers l'est, hors de la fouille et des terrains appartenant à la commune d'Ouessant. 4. LE RACCORDEMENT ENTRE L'US.106 ET LE TALUS MODERNE La
RAP02212.pdf ((29). les installations hydrauliques de l'abbaye cistercienne du Relec. rapport de prospection thématique)
  • (29). les installations hydrauliques de l'abbaye cistercienne du Relec. rapport de prospection thématique
  • de présence humaine à l'intérieur des terres, le Néolithique, ancien et moyen, demeure quant à lui difficile à appréhender. A l'Age du Bronze, nulle part ailleurs en Bretagne, il existe une si grande densité de tumuli, pouvant indiquer un peuplement important de la région
  • un aqueduc en dalles de schiste captant une source sur les pentes boisées au nord du site, surveillée grâce à un regard maçonné, montre le besoin des religieux de réaliser de profondes douves dans le dessein d'assécher le site dont de nombreux bâtiments souffrent de l'humidité
  • -Aurélien, pour fonder un nouveau monastère. Celui-ci prendrait place sur l'ancien théâtre de la confrontation entre Conomor et Judual en 555, ce dernier serait sorti vainqueur de l'affrontement sanglant. C'est ainsi qu'aurait été fondée l'abbaye du Relec, abritant les reliques des
  • à jour en 1968, de Plounéour-Ménez et 800 du cadastre de 1837, auraient été l'emplacement des communs médiévaux, abandonnés au XVII e siècle, transformés en un nouveau jardin : le jardin neuf. D'ouest en est s'articulent les dépendances, le cloître et la résidence abbatiale. Un
  • de Notre-Dame du Relecq comme nom pour désigner l'abbatiale est le plus courant dans les publications sur l'abbaye. Cependant, la plus grande part des ouvrages utilisant ce nom sont à but touristique et destinés à un large public. Lors du colloque scientifique tenu à l'abbaye en
  • département du Finistère. Deuxième fondation des moines blancs en Bretagne, elle accueillit une communauté de religieux jusqu'en 1791. Des bâtiments de l'ancien moutier, il demeure en élévation l'église, la sacristie et des vestiges de l'aile est. Le site primitif était ordonné autour de
  • la construction de nouveaux communs : écurie, étable, grange, logement des domestiques, infirmerie, buanderie et maison servant de forge (1 Q 2498). Durant cette même période, le cloître est abandonné, les anciens communs aussi, transformés en un nouveau jardin. Depuis 2001
  • abbayes, dans une certaine mesure, étaient plus proche des réalisations urbaines. En conséquence, le projet de prospection pédestre thématique naît de la problématique sur la maîtrise de l'eau par les moines, avait comme objectifs, une compréhension des atouts du site monastique, en
  • correspondant véritablement à la région dénommée les monts d'Arrée. Son histoire peut être résumée en trois étapes principales : à l'ère primaire, une période de sédimentation sur un socle précambrien, au cours de l'orogène hercynien des plissements avec des venues magmatiques et depuis la
  • espèces rudérales disparaissent également, cette rupture d'occupation est non attestée aux tourbières du Mendy (AOUSTIN 2005). Le début du Haut Moyen Age correspond à un déboisement important, des défrichements et la mise en culture de nombreuses terres, le sondage du Vennec en
  • exaltait la foi de ses contemporains en laissant une bonne part à l'invention dans ses vies de saints. Toutefois, il ne faut pas occulter l'implantation au Haut Moyen Age d'ermitages dans les terres arides des monts d'Arrée (TANGUY 1994). Les fouilles archéologiques au Relec n'ont mis
  • au jour aucun habitat du Haut Moyen Age. Cependant, les sondages dans et autour de l'abbatiale ont révélé des traces de rubéfaction et des charbons de bois, un prélèvement dans le bras sud du 22 transept réalisé en 2001 a été confié au centre d'étude par le Radiocarbone de
  • l'implantation d'un monastère au VI e siècle, reprise dans toutes les notices sur l'abbaye, il évoque simplement un défrichement par le feu, déjà mis en évidence par les études palynologiques, et antérieur à l'arrivée des moines blancs (PÉRENNEC 2005). Cette tradition est pourtant si forte
  • le siècle suivant (PÉRENNÈS 1932). Le chanoine H. Pérennès émettait l'hypothèse d'une fondation de l'abbaye par la famille ducale (PÉRENNÈS 1932). Ermengarde veuve d'Alain Fergent, duc de Bretagne joue un rôle influent auprès de son fils Conan III, érigé seul à la tête du duché en
  • bâtiment de la forge du Relec existe encore mais il est beaucoup moins important » (AUBERT & MAILLÉ 1943). Le Relec est interprété au même titre que le monastère de Fontenay comme « une petite abbaye » s'adonnant à l'industrie. En 1960, B. Gille dans son article sur « Les origines du
  • : fin XV e -début XVI e siècles, une campagne de travaux est menée sur l'ensemble du monastère, en partie visible sur les élévations subsistantes. Phase IV : fin XVII e -début XVIII e siècles, Dom Moreau, prieur du Relec entreprend de grands travaux au monastère, notamment une
  • religieux. Phase Vlb : XX e siècle, les constructions restantes, même celles de la phase Via, sont démolies et le site aplani. Une maison est bâtie à l'angle nord-est du cloître, à l'emplacement de l'ancien réfectoire. 2.4. MOYENS HUMAINS ET TECHNIQUES MIS EN ŒUVRE Cette opération
  • ruisseau du Clos. Les moyens matériels mis en œuvre étaient simples, puisque la prospection à vue se déroulait dans un rayon maximal de 4 kilomètres de l'abbatiale et la nature des objectifs demandait peu d'investissement. Le matériel utilisé était constitué par un topochaix, un
  • PROSPECTION PEDESTRE THEMATIQUE 2.2. ZONAGE DU TERRITOIRE PROSPECTE 2.3. PHASES CHRONOLOGIQUES 2.4. MOYENS HUMAINS ET TECHNIQUES MIS EN ŒUVRE 2.5. ENREGISTREMENT DES DONNEES 2.6. RELEVES ARCHEOLOGIQUES. 2.6.1. LE MOULIN HYDRAULIQUE DE LA CHAUSSEE INFERIEURE 2.6.2. LE « CHATEAU D'EAU » 3
  • . INTERPRETATION : VERS UNE PREMIERE CHRONOLOGIE DES ETANGS 3.2.5. FOSSES 3.2.5.1. DESCRIPTION 3.2.5.2. INTERPRETATION 3.2.6. ASSAINISSEMENT DE L'ABBATIALE 3.2.6.1. LOCALISATION SUR LE CADASTRE. 3.2.6.2. DESCRIPTION 3.2.6.3. INTERPRETATION 3.2.7. LES DOUVES 3.2.7. 1. LOCALISATION SUR LE
RAP01871.pdf (SAINT-IGEAUX (22). rapport de sondage sur dépôts de l'âge du bronze et ferme antique de Kerboar)
  • SAINT-IGEAUX (22). rapport de sondage sur dépôts de l'âge du bronze et ferme antique de Kerboar
  • , vraisemblablement située dans une partie semée en orge, est indiscernable du fait du mûrissement plus avancé de ces céréales. Lors d'une vérification au sol effectuée sur ce site les 25 et 26 août 2002, Mme Claudine Bernard a découvert une trentaine de fragments d'épées de bronze dans la terre
  • . infra, l'étude de Muriel Fily) n'était pas originellement disposé en tas, sur les sols de l'âge du Bronze ou dans une fosse peu profonde, à proximité immédiate du chaudron. Atteint par les labours lors des débuts de l'utilisation de charrues puissantes, il aurait été progressivement
  • sur l'ensemble de la parcelle n'avaient permis de détecter aucune nouvelle anomalie magnétique et le seul objet en place, le chaudron, n'était apparu comme environné d'aucune structure, d'aucun tesson de l'âge du Bronze. La partie dégagée au cours du sondage présentait un substrat
  • en or, long de 12 mm et d'un diamètre de 7 mm (fig. 27), mis au jour dans les terres labourées à 40 m au sud-ouest du premier sondage ; d'autre part, un dépôt de 5 haches à talon, en bronze, empilées les unes sur les autres à quelques mètres de là. J'ai donc décidé, malgré des
  • encore conservées. Une origine nordique n'est pas non plus à exclure. Le troisième dépôt, découvert par Mme Bernard à l'emplacement du second sondage, se compose de cinq haches à talon à anneau latéral en bronze, de différents modules, posées à plat les unes sur les autres dans une
  • permettant ainsi la fixation des goupilles ou rivets assujettissant le manche en bois ou en os à la lame de bronze... Leshaches, du typeà talon, sont très massives avec un anneau latéral. Elles sont décorées sur le plat de la lame d'une forte nervure médiane ou d'un motif en chevron en
  • participe à cette fouille et prenne en charge sur ses frais de déplacement les autres participants. Merci également aux bénévoles, et plus généralement à l'équipe qui, malgré un temps parfois très humide, voire franchement pluvieux, a œuvré dans la bonne humeur pour extraire ces quelques
  • . Gautier a signalé à Mme Bernard la présence d'un enclos partiellement observé en 1996 dans une parcelle en blé, près du hameau de Kerboar, sur la commune de Saint-Igeaux (fig.2). Sur ce cliché, on observe les tracés de fossés qui délimitent deux enclos dont seule la limite ouest
  • nouveaux fragments d'objets en bronze ont été retrouvés. Numérotés dans l'ordre de leur apparition, ils ont été relevés en plan avant d'être prélevés. Peu à peu, une zone de plus grande concentration a pu être définie et un décapage manuel de cette zone, sur une superficie de 12 m 2
  • . Dans la mesure où cet objet, à la différence des fragments d'épée, était manifestement en place depuis son enfouissement, j'ai décidé d'arrêter à ce stade cette première intervention, afin de mettre en place les moyens nécessaires à une seconde phase de travail, plus ambitieuse
  • redressement des clichés pris par Maurice Gautier lors des survols, en intégrant des traces fugaces visibles sur un cliché vertical de l'Institut Géographique National (fig.14). Le document ainsi élaboré permet de proposer la restitution d'un enclos quadrangulaire auquel sont adossés, au
  • de cette fosse a montré que l'on était en présence d'un vaste four dont l'alandier, long de 1,60 m avait entaillé le substrat sur une profondeur d'environ 40 cm, hormis à son extrémité est où deux blocs de quartz, très durs, avaient été laissés en place et émergeaient encore du
  • interprétée comme un four destiné à sécher les grains, fréquemment rencontrés sur les sites du haut Moyen Age mais que l'on rencontre également aux périodes plus anciennes, notamment au second âge du Fer sur le site de Paule (Côtes d'Armor). Le mobilier retrouvé dans le comblement de ce
  • sole de labour (fig.18). Sa partie supérieure, une tôle de bronze presque verticale, était entaillée et pliée en de nombreux endroits par le passage des charrues. A une vingtaine de centimètres au nord du récipient, une petite anse couchée rivée à une tôle de bronze, identique à
  • } H M i Une fois le plâtre sec et le chaudron ainsi consolidé, le terrain avoisinant, compact et parsemé de multiples blocs de quartz, a été entaillé sur une profondeur d'environ 40 cm à la pioche ou à proximité de l'objet, à l'aide de piochons ou de truelles, en évitant
  • chaudron, avec la couche de paille en place, à l'aide d'un sèche-cheveux. 23 - La tentative d'application du paraloïd sur une bande de gaze apposée sur le fond et la paroi du chaudron. A elle seule, elle a entraîné l'utilisation de plus du tiers du paraloïd préparé parle laboratoire
  • . JtU 24 - Fanch Le Provost regardant le chaudron, consolidé à l'intérieur par l'application d'un couche de plâtre sur un niveau de papier humidifié. Le substrat autour du récipient a été défoncé sur une épaisseur d'environ 40 cm, à la pioche puis, à proximité du chaudron, au
  • piochon et à la truelle. 25 - Jean-Pierre Bardelet Pierre Carné à l'issue de l'application des bandes plâtrées sur la face externe du chaudron, protégée par environ 10 cm de sédiment laissé en place autour de la tôle de bronze. 26 - Le chaudron, consolidé, est soulevé et mis en place
  • l'intervention Le mardi 26 novembre, une nouvelle équipe constituée de moi-même, Muriel Fily, Claudine Bernard, Thierry Lorho et Fanch Le Provost s'est donc réunie à nouveau à Kerboar, pour une nouvelle intervention sur le terrain. Un rectangle, centré sur les deux fiches plastiques marquant
  • deux fragments d'un tel récipient, dont la "fraîcheur" des cassures apparaît semblable à celle des fragments de l'âge du Bronze, semble pourtant en contradiction avec l'hypothèse de "vieux tessons", restés épars sur les sols jusqu'au creusement de la fosse. Ce caractère typologique
RAP02428.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). Persivien, étude d'un tronçon des aqueducs romains et de leur environnement. Rapport de FP 2008)
  • fonctionnement du conduit ont pu être enregistrées dans les secteurs où le canal a été entièrement fouillé ainsi qu’au niveau des regards. La réalisation de sondages transversaux à l’aqueduc primitif a également permis d’apporter un éclairage nouveau sur ce conduit. Jusqu’alors, il était
  • étudié (voir infra). 19 CARHAIX -PLOUGUER , « Persivien » Rapport de fouille programmée annuelle Campagne 2008 Figure 10 : Détail du cuvelage dans le regard R2 (cliché É. Philippe) Dans ce secteur, l’aqueduc principal de Vorgium était couvert au moyenune voûte maçonnée en
  • puisqu’aucun aménagement de ce type n’était jusqu’alors connu pour l’aqueduc de Carhaix. Trois regards supplémentaires ont été mis au jour sur le tronçon étudié en 2008. 1.2.1 - Regard R1 Il s’agit du regard situé le plus en amont sur le conduit. Il se présente sous la forme d’une
  • mortier de chaux. Seul le regard R4 conserve une partie des murs transversaux installés perpendiculairement à l’axe du conduit. Ces murs, larges d’environ 0,45 m en moyenne, sont posés directement sur les piédroits et la voûte du canal. L’ensemble du regard construit atteint en moyenne
  • auteurs anciens ne semblent avoir été adoptées qu’exceptionnellement sur les adductions antiques. Il convient en outre d’ajouter que, compte tenu des distances séparant les regards, il est plus que probable d’un cinquième regard se trouve dans l’emprise de la fouille, dans la zone qui
  • ) Les regards de l’aqueduc de Carhaix-Plouguer s’avèrent donc être des structures aménagées en surface du canal et reposant directement sur ce dernier. C’est certainement l’une des explications à l’étroitesse des ouvertures : les murs des regards reposant sur les piédroits, ils ne
  • des sondages avait également livré un regard sur le second aqueduc, aménagement jusque-là inédit pour les deux adductions de Vorgium. Le diagnostic avait également permis la mise au jour de structures antiques et postérieures dans l’environnement immédiat du second conduit. L
  • de la mise en œuvre de la couverture de l’aqueduc. Un nettoyage fin de la voûte et de l’intérieur canal mené sur quelques secteurs choisis a permis d’enrichir les données collectées lors de l’étude de l’adduction en eau de la ville antique menée par A. Provost et B. Leprêtre dans
  • ville actuelle pour accueillir les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer a motivé en 2007, de la part de la municipalité de Carhaix-Plouguer, une demande volontaire de diagnostic archéologique auprès du Service Régional de l’Archéologie de Bretagne. Il était en effet admis de
  • ’élaboration d’un projet de fouille programmée annuelle se concentrant sur les adductions antiques et sur le secteur qui a livré des structures à proximité du grand aqueduc. En effet, il s’agissait ici de profiter de l’occasion offerte d’étudier les traces d’une occupation semblant
  • réutiliser l’adduction abandonnée, et de déterminer la fonction de l’aqueduc durant cette occupation. En outre, les parcelles diagnostiquées offraient l’opportunité d’étudier finement les conduits d’alimentation de la ville antique de Vorgium sur un tronçon de près de 300 m de long
  • , ouvrant ainsi des perspectives d’études plus larges que sur de courtes sections. Enfin, la découverte d’un regard dans la tranchée 28 du diagnostic, structure jusqu’alors inconnue sur les aqueducs de CarhaixPlouguer, imposait à la fois la recherche d’éventuels autres aménagements de ce
  • type et leur étude fine. Il s’agissait donc d’enrichir les données collectées lors de l’étude menée sur l’ensemble du tracé de l’aqueduc par A. Provost et B. Leprêtre entre 1993 et 1999. La préparation en cours d’une publication portant sur ces adductions a également motivé la
  • -totalité du tracé du grand aqueduc a été suivie sur une largeur de 5 m en moyenne. Seul le talus qui sépare les parcelles 27 et 28 a été conservé, ainsi qu’un passage pour les besoins de l’agriculteur à l’extrémité nord-ouest de la parcelle 28. L’adduction a donc été mise au jour sur
  • nettoyage relativement lentes et fastidieuses. En outre, l’étendue des vestiges, leur fort potentiel et la mise en évidence de nouveaux indices ont conduit à recentrer les objectifs de cette campagne sur quelques points majeurs. Une éventuelle campagne future permettrait d’achever les
  • investigations sur les aspects qui n’ont pu être exploités. En attendant une telle échéance et dans le but de faciliter une poursuite des recherches, l’ensemble des vestiges mis au jour ont été protégés et mis en sécurité à la fin de la campagne, en accord avec les représentants du Service
  • . L’ensemble du tronçon mis au jour affecte un tracé légèrement courbe ; une seule inflexion nette, d’environ 20° vers le nord, a été identifiée dans la parcelle 28, en amont du regard R4. Un nettoyage rapide du linéaire découvert a permis de mettre en évidence la présence d’au
  • moins 4 regards et de cibler les secteurs qui ont fait l’objet d’une fouille plus approfondie sous la forme de sondages localisés. A l’occasion du décapage mécanique, une coupe complète de la canalisation a été effectuée en limite d’un secteur où la couverture était arasée. Figure 7
  • une tranchée creusée en U à fond plat s’évasant au sommet (us 2200). Elle entaille le substrat schisteux sur une largeur d’1,40 m en moyenne en partie basse et ses parois sont assez irrégulières, très certainement à cause de la nature de la roche. Au fond de cette tranchée, un
  • coupe totale réalisée en 2008, cette couche de béton a subi une désagrégation partielle dans sa partie nord-est. Indéniablement, cette dernière a été causée par les infiltrations circulant vers le bas du versant. Sur ce niveau bétonné, une couche de mortier de chaux mêlé à des
RAP03648 (LANNION (22). Route de Petit Camp : un ensemble funéraire et un habitat de l'âge du Bronze. Rapport de fouille)
  • LANNION (22). Route de Petit Camp : un ensemble funéraire et un habitat de l'âge du Bronze. Rapport de fouille
  • de probables enclos est aménagé et organise le paysage. Aucune structure d’habitat n’a été reconnue pour cette période. En revanche, un petit cimetière à inhumations attribué au Bronze ancien et plusieurs incinérations du Bronze moyen indiquent que ce secteur possède plutôt une
  • . foiuille archéologique Menée en 2016 sur 7 900 m², l’intervention archéologique réalisée au lieudit route de Petit Camp à Lannion a permis de mettre au jour un ensemble de vestiges dont la chronologie s’échelonne du Néolithique moyen au haut Moyen Âge. Cependant, les éléments les plus
  • millénaire avant J.-C. Le cimetière à inhumation Autres indices d’occupation de la transition IIIe-IIe millénaire av. J.-C. La question du récipient retourné de la fosse F149 en contexte de nécropole. Une occupation de la fin du Bronze moyen et du Bronze final Une incinération, le fait 93
  • vestiges se situent dans la stricte continuité spatiale du site de Penn an Alé étudié en 2013. Les structures archéologiques et le mobilier associé attestent d’une forte occupation entre 2200 et 1000 ans avant notre ère. Au Bronze ancien et au Bronze moyen, un réseau fossoyé délimitant
  • tombe à crémation attribuable au Bronze moyen à également été mis au jour. Cette découverte est à mettre en relation avec la présence d’une sépulture de même type et d’un cercle funéraire à moins de 80m au nord sur le site de Penn an Alé. Ces découvertes attestent l’existence d’un ou
  • Projet d'intervention du Bronze mais également des vestiges fossoyés d’un important établissement rural du début de l’Antiquité en grande partie étudié sur le site de Pen an-Alé. L’épaisseur moyenne des stériles nécessitant un décapage archéologique est d’environ 0,50 m d’épaisseur
  • architecturale des bâtiments de l’âge du Bronze qui feront l’objet d’une fouille manuelle de leurs principales composantes. A l’issue du diagnostic, il semble se dessiner au moins un grand type de bâtiments : une maison circulaire sur poteaux déjà reconnue en deux exemplaires sur le site de
  • Sujets et thèmes Habitat, Funéraire Mobilier Céramique Macrooutillage Les structures archéologiques et le mobilier associé attestent d’une forte occupation entre 2200 et 1000 ans avant notre ère. Au Bronze ancien et au Bronze moyen, un réseau fossoyé délimitant des parcelles et
  • de cette première opération. Rapport final d’opération Chronologie Néolithique Âge du Bronze Néolithique Antiquité Moyen Âge route de Petit Camp, Lannion, Côtes-d’Armor, Bretagne Un ensemble funéraire et un habitat de l’âge du Bronze Côtes-d’Armor, Lannion, Route de Petit
  • chronologie La répartition et l’état de conservation des vestiges Les limites du site Une discrète occupation du Néolithique moyen La structure F146 La structure F102 Synthèse et discussion L’occupation de l’âge du Bronze Un système fossoyé Le fossé F10 Les fossés F40 et F240 D’autres
  • Localisation Région Bretagne Département Côtes-d'Armor Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement — Proprietaire du terrain Armor Habitat Organisme de rattachement Inrap Grand Ouest 37, rue du Bignon 35 577 Cesson-Sévigné cedex grand-ouest
  • a permis de mettre au jour un ensemble de vestiges dont la chronologie s’échelonne du Néolithique moyen au Haut Moyen Âge. Cependant, les éléments les plus remarquables - des structures funéraires et des structures d’habitat – sont attribuables à l’âge du Bronze. On notera que ces
  • des parcelles et de probables enclos est aménagé et organise l'environnement. Aucune structure d’habitat n’a été reconnue pour cette période. En revanche, un petit cimetière à inhumations attribué au Bronze ancien et plusieurs incinérations du Bronze moyen indiquent que ce secteur
  • possède plutôt une vocation funéraire. Au cours du Bronze final, cinq constructions sur poteaux plantés, dont trois maisons rondes sont édifiées au sein du système agraire et à proximité des structures funéraires antérieures. En plus de plans particulièrement intéressants du point de
  • particulier une structure de combustion, le site est encore occupé au cours du haut Moyen Âge. Lannion (22), Route de Petit Camp État du site La fouille réalisée sur le site de la route de Petit Camp a nécessité un décapage d’une surface de 7900 m². A l’issue de l’opération et
  • projet scientifique d’intervention, a été élaboré sur la base de ce document par Michel Baillieu, directeur adjoint scientifique et technique en charge de la région Bretagne, avec l’étroite collaboration de Thomas Arnoux pour l’étude des moyens techniques (adjoint du DAST, région
  • Bretagne). Il rappelle les objectifs scientifiques de l’opération, détaille le mode d’intervention (de la phase terrain à la réalisation du rapport d’opération), les conditions techniques de sa mise en œuvre, et quantifie les moyens humains, techniques et logistiques nécessaires à son
  • la prescription de fouille édictée par le Service Régional de l’Archéologie (DRAC Bretagne). L’occupation principale est constituée de plusieurs ensembles de vestiges fossoyés attribuables à l’âge du Bronze et concentrés majoritairement sur les deux tiers nord de la parcelle
  • . L’ensemble le plus significatif est une maison circulaire du Bronze final, implantée à l’extrémité nord de la parcelle soit à une quarantaine de mètres des deux maisons de plans identiques, étudiées sur la fouille de Penn An Alé (S, Blanchet, Inrap). Quatre autres ensembles de trous de
  • . En cela, le site de Lannion (Penn an Alé et Route de Petit Camp) qui bénéficie d’un contexte géographique et topographique favorable nous offre une opportunité rare sur le plan régional, d’observer la formation et l’évolution d’un habitat important qui pourrait trouver son origine