Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

1276 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00566.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • not reveal were any f eat ures ., Trench 12 The trench was excavated by machine and -for most of its 28m length merely provided a record of the depth of plough soil» However in its extrême north end a section of stone walling was excavated- The wall, 30cm high, consisted of coursed
  • EAST BRITTANY SURVEY 1986 EAST BRITTANY SURVEY EAST BRITTANY SURVEY EASTER AND SEPTEMBER SEASONS 1986 Easter Season 2 Fi el dwal ki ng at 50m intervais 2 Fi g . A 3 Sampling outside the core 6 7 Fig. B Excavations Al 16 8 Fi g. C 10 September Season Fi g
  • and labour patterns» The complète fieldwork programme consists of systemaitic fieldwalking of ail available ploughed fields within the four core communes of Ruffiac, St-Nicolas, Tré'al and Carentoir, together with sélective geophysical and geochemical surveys, and smal 1 excavations
  • involved fieldwalking over large areas at wide intervais, as in 1982 85, in the four core communes; sampling in the communes surrounding the core? and excavation of parts of a field from which 'total' collection had previously been made. Two days (21-22 March) were spent in préparation
  • and two others, returned on 28 April for three days in order to complète the excavations. Overall, 317 mandays were spent on this year's Easter seasons (303 by the main team), including travelling time and time off 5 255 (244) of thèse were working days. The weather was dreadful
  • for most of the main season, with considérable rai nf ail; fields were usually in idéal condition for walking and surface collection was not seriously impeded, but it made excavation al most impossible. Conditions for the return visit were much better, allowing the desired program
  • to be completed on the excavation site» Fieldwalking in Runs at 50m intervais (Transect Walking) A. Within the core Fieldwalking over large areas within the four core communes was organised within transects running south/north across them» Transects A (Ruffiac), D, E, 6 (Carentoir), B
  • material; field E230, where there was also a large tile scatter, provided a parti cul arl y good example of this. Comparison of the distribution of surface material was made with the early n i neteenth-cent ur y p atterri of 1 and -use and settlement, as e v i d e n c e cl b y
  • a 1 1 er n s i n t h emse 1 ves 31); such cadastral suggestions coincided and Davi.es 1982b. 21f o-î with a concentration >ur ace material at the 'probable site B85. As usual , the 1 opographic position of the sites was also analysed. Again, a third of them loo. OA) were on fiât
  • in the core, and more are on south- (32.7), north(18.47.) and west--facing (12.27.) slopes - again reflecting the h i g h er t op og r ap h y „ Excavations. Al 16 Excavation was designed to sample the medieva\l settlement. of Al 16, located by fieldwalking and classified as a "site
  • features, Work on the excavation was eventually abandoned in the main season because of the rising water table; however, the smal I team that returned in late April was able to complète the trial. Altogether excavationtook place on 8 days, with an average of 6 people per day, thereby
  • absorbing 42 working days. Two 6m squares were excavated (see fig. G), One, T3, was located on the highest part of the field, where surface prospection had identified both large amounts of pottery and concentrations of phosphates (Asti 11 and Davies 1983s 16, 18). The second, T4
  • because of the weather. Quadrats with 6m si des were chosen since a smal 1er cutting could fall within a structure, failing to reveal its existence. However, in the later stages of the excavation a machine (JCB) was used to eut three 1m wide trenches to extend the investigation
  • y excavated by hand. The plough soi 1 was removed in 10-20cm spits by shovel s the spoi 1 was searched for finds (including schi ste) on the si de of the excavation. As a control a randomly chosen 60cm square (57. of the main cutting), was removed separately and wet sieved
  • actor which may explain the relatively large amount. of pottery found on the surface by comparison with that recovered by excavation. Quartz and conglomerate blocks °\ EBS 85-86 0 20 40 60m were -found embedded in the sur-face of the naturel schi ste; since several groups
  • fa\bric was coarse, with lairge angular lumps of quartz (2—4mm) and no mica» This pottery maiy be prehistoric and could indicate the date of the features excavated in T4» Overlying thèse features was about 70cm of a 1 oamy soil, interpreted as colluvium. The long exposure
  • , 387. of fabric 3), with a small amount of fabric 5, a fine ware (87). The résulte of thèse excavations are important» It is clear from T3 and T7 that where soils are shallow the only archaeol ogi cal features that are likely to survive are those il which cleeply penetrate
  • the natural 5 thèse can only be understood by extensive excavation,, Such large— scale work was impossible and it is therefore difficult to assess whether the area with dense pottery and phosphates marks the site of the settlement» If i t does, then much of the airchaeol ogi cal assemblage
  • , means that this kind of feature can only be detected by excavation, because even the deepest ploughing is unlikely to bring material to the surface, even assuming the laxnd is cultivable» This may be one reason for the dearth of prehistoric material recovered in the core communes
  • from fieldwalking» The T4 features were excavated in an area where there was a small amount of médiéval pottery and high phosphate concentrations» While the small quanti ty of pottery is commensurate with the agricultural nature of the médiéval land-use, the high phosphates around
RAP00395.pdf (SAINT-MALO (35). la cité d'Alet, rapport de fouille programmée)
  • ; ..ant le ur Kord ci® la Cathédrale du "*é»e siècle , cette excavation , ouverte dans la nef et le colatéral .Nord de cet édifice , contenait «eux su >structions ( f plan) : - le tur .»ord a© l'édifice médiéval III , arasé au niveau »loyea i ..¡CF environ , orienté ¿st-. uect , - dans
  • fouilles t ont révélé -.lu fleure - le &ur méridional de 1© nef .le l'église III , au ud des excavation*. . e dé but d'une structure , incluse dans 1« nef (très probablement un clocher) se détecte dan.; I«extrémité occidentale de ce ur . l'est , l'autre extr'. lté c puye rur une
  • enael,-. nement diffusé par le Ce* c,.'*! , ont ccatrifeaé à 1'«vaneeaent ses travaux i « CâSïîC Vincent » FIîCCl..Jacqtie« - ; • ?!! -, m s M Loïc * &£G&XHtltlu ;'ric » .iaSI!• Patriéis, «* jIIï-% iJcaittiqee - MMSMi'ü • lefeel - u m t - m 1-aecal « sax .stagiaire qui teat .• ur le
  • * f cette année t 1« fouille de ce trottoir * Les excavations ¿1* 1*. et :• correspondent A cette opération « ...•excavation 1. ne sera paa décrite bien que l'on ait tent de l'ouvrir Î les ruine a v'une ta« i son du ..vXïïéme siècle -eneer caves erîpSchaient d'sapérsr toute
  • découverte archéologique« i-ei deux autre© excavations 11 et 1 11 t ouvertec au ..-ord de li Cathédrale » ont permis ce faire la liaison entre l'exesv- tionx £?9| explorée en « et les précédente« excavations 1 , V 1; et FO 1.? 15« use petite fouille fut aussi faite (;' 'H ) pour
  • cossbler un vide dans le plan de feuille de 1973« ...u dehors « ces excavation® « quatre grandes soœt- furent explorées é , F 7 i SB 7 et SHt | elle« correspondent â notr- souci de poursuivre vers l'ouest l'exploration de le parcelle 77 et de compléter les plans et datation* u
  • découvertes, excavation ->r excavation , avant d'aborder la synthèse des résultats « ar» chéolc
  • ¡O ' ! i i I I "T — "n V f \ N \ \ \ _ —i / G H 7 •I -P---3,i i ¡ I ! U.—i G H 8 i I I I r i ^ i r i i i ! I J L I LL ii M xc v^tlon .10 dette excavation , ouvert;© pour combler un vid« des précédai» cassps^Aîsiis ue fouilles t a permis de retrouver
  • deux structures anciennes i - tout Ù*abord , une portion d'un ur bien appareillé , aux pierres jointes par tia mortier jaunâtre ; c'est la continuation de l'édifice 211 caractérisé par 1® eoubasaaaieat constitué si.® grosses pierre® • » ensuite ua ml «a , «rti«r «se tuileau
  • « typiquasent gallo-romain $ c'est la continuation du soi de l'édifice II déjà décelé dans deux excavation® c o u t i l s » % U »^ ) |il fut «•; foncé pour construire ÏII , la tranchée de foadaiioa eet visible- taat sur le plan que sur la coupe stratigrapbique • -ix couches ¿¿latine tes
  • le coin ,
  • , on obtient les limites chronologiques suivantes : taq tpq couche 3 début 1er s ap J.C Vl-VIIé s . éboulis gallo-rooaln 1er s &p J.C a n t . à couche 3 fosse P1 ? début 1er s ap J.C Cn fait cette excavation , en dehors des découvertes mobilières importantes faites , n'a pas permis de faire
  • Substructions de III EP 6 Mobilier de S 2 ..ycîiyation ? Cette grande excavation fait 1* liaison co-.oiète entre OH? et le :>«r iora de la Cathédrale (Xé s) . i>eux odificee encieaa ont été mia au jour (Cf Plan) : - 1 »édifice 111 f église du Haut ojen Age . . e mur é-ord de sa
  • aef e été dégagé «ur 3 mètres « - l'édifice elIo-r»42sin (II) « eux mur» orientes Cord» ud , d'é» ; si i .tmra inégales (1 aètre pour le plur occidental , < ,'C être pour le plus oriental) , reliés par un mur orient-': et»- ueat « ' é p a i ^ e u r . ,4g a complètent
  • excavafer c a r a e t
  • piliers ..or« de l a dethédrele (Xé s) , - la tr a c m e , conten -nt beaucoup d'enduite • »*int : et de tuiles datant de la c e m traction de II« sr le r-eul» observation ie cette streti r^-phie * on i tin?-«» une mettv différence entre le parties fc ©t ud ue cette excavation , de
  • •-•rt et d*i»utre du mur "factice" . a Cord ou . un remblai déposé vers le C l l é m e siècle , m diéval (ardoises) ; au uu ; Imr souche a et y :M»t respective eat gauloise et gallo-roïsslae . 11 doit exister sous l e c;ur "factice" une sont de transition , peut-ltre avec une
  • .-lon'- de «le«., -un col de jatte noire à lèvre sarron ( ; ), -un col de poterie g--.nl ai se , jeune (¿7)» Ga '«ut r- ouaer , sour fc r»e de tableau , 1er indications chronologique« obtenues dane cette excavation « îV.-c couche couche couche coucha couche if m "J > fia 1er » av
  • • ementa ont été déplacés lors de re.snieraeata ult rieurs.(i « .¡dé') . 11 semble que cette sé ulture a entraîné la destruction du sol blanchltre » c© qui dé- .outre a - postério- rité • ¿e* couches relevées dans la fouille et figurant . ur les coupes strati^raphiquee sont le
  • er.pierre eut a*une structure-renfort de II» • obiller de die dsns la conche , parsi un mobiliar récent « on peut distinguer t - uu doad de 1 t , otarie »dllée « varala extérieur rouge brillaat i verain ini.-ria ur corro« é . e sou« » Iléae elicle • - un coi de poterle paulolse
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • the four communes named above, and sampling of fields in the surrounding communes, together with sélective geophysical and geochemical survey, and smal 1 excavations to test results; compl ementa.ry envi r onmental analysis is al so being undertaken . The fieldwalking programme
  • ; the cadastral work allows total reconstruction of the early rà neteenth- century ] andscape and is of parti cul ar value for the fieldwork programme (Asti 11 and Davies 1982, 1983, 1984, 1985, 1986, 1987)." The 1988 season involved sample excavation of parts of seven fields (B409, A92, A31
  • /79, H 132, 874, L26, D153) from which 'total' collection had previously been made (fig. 1). Of thèse, A92 had been started in 1986 and remained to finish. The ai rn of thèse smal 1 excavations was the investigation of surf ace/'sub-surf ace rel at i onshi ps; fields were selected
  • that had provided a wide range of différent surface data so that excavation might produce results that would allow interprétation of the whole mass of surface mater i al. Three days (25 - 27 August) were spent in préparation for the main season by two people, in addition to two spécial
  • . The square T36 was excavated in the same way as H 145 and A92 in 1986: a 5% sample was taken for sieving to check recovery rates and l'iand tools were used (Asti 11 and Davies, 1987). The excavation took 85 working days, with a team of five. Trench 36 The plough soi 1 (1) was excavated
  • ) of introduced stone pink siltstone (K-01M) , Brioverian shale (B2-3) , sandstone (02) and many lumps of fine black siltstone (03-4), of a quality often used for roofing, material which occurs natural ]y about lkm, away (58kg, 317. of stone excavated ) . A layer of yel 1 owi sh-brown sandy
  • loam lay under the plough soil (2). It contai ned little stone by comparison with the plough soil (59kg, as against 188kg) and very little clearly introduced stone (including only 1kg o-f 03-4, 27. o-f stone excavated); there were large amounts o-f charcoal , usually flecks although
  • some pièces were 5mm across. This layer varied in thickness -from 0.75m on the eastern, up-slope, side o-f the trench to 0.38m on the west. At the east end the top sur-face o-f 2 curved as i -f the layer had been mounded up. This layer could not be total ly excavated over the whole
  • at the base of context 2, eut into what looked like a buried soil (32). AI 1 had si mi 1 ar fills of yel 1 owi sh-brown sandy loam with charcoal flecks. On the north side of the trench part of a large pit was excavated (3: lm wide, 0.42m deep > . It had a lower fi II with sliqhtly more
  • fragments. Mear the east section was an oval pit (25: lm x 0.75m and 0.28m deep); the fill again produced no finds (27). Another pit in section (26: fill 28, no finds) had been eut into by a smal 1er pit (7: fill 8). Three intercutting pits were excavated in the centre of the trench
  • -orange clay (24) from the surface of which came 20 sherds of Iron-Age pottery, the majority of which were of Fabrics 86 (607) and 89 (257). There was no sign of feat ures eut into this layer, which 1 ay directly on the degraded, manganèse— stai ned , quartzitic bedrock (05a) (33
  • with a 2m-hi gh crop on the field meant that. the excavations could not establish the reasons for the médiéval di str i but i on . It is however now clear that in E409, like H80 and K446 before, the occurrence of small quanti ti es of prehistoric mater, i al on the surface of the field
  • was not présent in such quanti ti es. Although the area excavated was so small, it is sufficient to reveal that this zone is of exceptional importance as a long-used settlement area - Iron Age, Roman nearby to the south east, two seigneurial sites hardby (Le Bois Guillaume and La Touche au
  • ZK67) Excavation o-f Trenches 28 and 29, started in 1986, was completed. Thèse two 6m squares were located over a dense tile scatter located by -fieldwalking at 50m intervais in 1982 and rewalked in 5m squares for 'total' collection in 19B6. The fieldwalking data suggested a Roman
  • sett 1 ement . In 1986 the plough soil in T2B
  • material was obtained from T29 (as was reflected by the results D -f the total collection) but more Roman pottery was found. Time ran ont and the sites had to be backfilled at the point, when ditches were recognised (Asti 13. and Davies 1987, 118-21). In 1988 the excavation was resumed
  • and irnplied that p>lough damage was greater than anticipated. 4m of the 6m length of the exposed ditch was excavated: it was steep sided with a fiai, bottom (0.8m deep and 1.3m wide). The ditch sloped down towards the east. It was filied with a silty soil with rounded quartz pebbles
  • larger, some 3m wide, 0.6m deep and flat bottomed. The fill (38) produced one sherd of grey coarse ware and 0.838kg of ceramic roofing tile. Both thèse ditches appear to have been at right angles to ditch 5 excavated in T29 (see below). In both T43 and T44 a ditch was found, in ail
  • and 19). Ditch 5 was eut into natural (21) , and a 4m length was excavated. In 1986 it was sugge?sted that this was the saune ditch as that (10) located in T28. The similarity of size, profile and filling would confirm this interprétation, as would the similarity of the stone fill
  • into natural. The edges were not as clearly defined as ditch 5, and the profile was more irregular; a 2m length was excavated, which was 0.6m deep and 1.2m wide. Although it was parallel with 5, its filling (12) was much sandier and the range of finds was différent. Large quanti ties
RAP00077.pdf (MORLAIX (29). la Boissière. rapport de sauvetage urgent.)
  • étant destiné à être aménage en e¿ pace vent, ne présente pa¿ poat l'heure un caractère de première urgence. Ve pluA la visite de nombreux curieux, nouA faisait cAalndre pour leA ¿tructuru encore en place. NOUA avon¿ donc concentré notre e{¡{¡ort ¿ur le ¿ecteur B ¿Itué ¿OUA la
  • parcelle 656. Van¿ la coupe ¿ud de la future lmpa¿¿e Camille COROT, ¿OLLA le¿ lotA 52, 53, 54, deA aménagementó de maçonnerie de moellonA et de nombreux fragment de tulles dénonçaient la présence deA reAteA d'une conAtructlon.. . NOUA entrepre nlonA done ¿ur ce ¿ecteur un décapage
  • qu'il, fallut étendre ¿ur une ¿ur^ace vol¿ nant 280 m?. leA premien, vingt centimètres de terre végétale furent déplacée à l'aide d'un tracto-pelle mis gracleuAement à notre dlspo¿ltlon par la ville de Morlalx. VéA l'apparition deA premières pierres, le travail ¿e pouAAulvalt ave
  • un outillage pluA adapté permettant de Aulvre et de mettre en évidence toutes leA ¿tructureA archéologlqueA conAervéeA en place. Nou¿ avonA mis au jour leA reAteA d'un grand bâtiment orienté E¿t-0ueAt dont le mur ¿ud conAtrult ¿ur une fondation de 60 cm atteint une largeur de 100
  • mètres à l'est livrait à divers types de poteries. excavation, et d'tmbrtces Sous ce qui nous est apparue comme le niveau d'occupation 0,40 m environ, yage de cette de tégulae le sol archéologique. de forme ovulalre - Plus de 1,00 m de dia- furent tAouvés aux aboAds des
RAP01659.pdf (QUIMPER (29). rapport de fouille de sauvetage sur le terrain le Bozec, route de Bénodet)
  • à Locmaria-Quimper, nous auto¬ risé,' en septembre 1974, à entreprendre une fouille de sauvetage dans son jardin situé route de Bénèdete. Deux zones étaient parti¬ culièrement Sienaeées: dans la partie "basse du jardin une excavation en vue d'aménager un lavoir, égjait déjà
  • fastidieux, nous; avons, en cet endroit, atteint directement le sol vierge» III) LA FOUILLE DUE SECTEUR A..B. C.D). ; Présentation du carré: Lorsque nous intervenons "une excavation servent lïXtaix de limite de sondage:. A»B.: B.C.: C.D„: D.A.: 4, 10 m 3, 00 m 4, 50 m 3 » 00 m
  • ^ j ri-ur: zrÀ.r [titrlr. :f, :.r: Sfif SSiit îSs •f- i: | : • ••""-rra r"'r!":~g; • r; : ■ ■ lilSilf s --.-t—U-rr-fT-r-r'-T:.- ; m: mr »: .f—r :-i ' Llill M g : H®! : : WËM gif 1 U '.|
RAP02207.pdf (PAULE (22). les enclos de Saint-Éloy. rapport final de synthèse de fp 2 (2005-2006))
  • , A. Villard-Le Tiec, M. Hadelmann, I. Le Goff, M. Dupré d’une période de forte hygrométrie, voire de pluie battante, qui a facilité l’observation des différences de couleurs des terres. Suivie sur une distance de 20 m sur la façade nord, cette excavation a été détruite à l’ouest par une
  • délimitant cet enclos a toutefois pu être identi ée jusqu’en bordure de la route communale, à l’issue d’un décapage sur une dizaine de centimètres d’épaisseur des matériaux tapissant cette voie. Le pro l de cette excavation est caractéristique (Fig. 6). Large de 0,30 à 0,40 m à l
  • claire correspondant au substrat extrait lors du creusement de cette excavation et rejeté pour caler les poteaux. La fouille d’une section de cette tranchée sur la façade sud de l’enclos (1, Fig. 6), dans un secteur où le comblement était constitué de pierraille, a permis de
  • distance d’environ 50 m, cette large excavation s’interrompt à 7 m au sud de l’enclos (Fig. 5). Cela est vraisemblablement dû à la nature du substrat, constitué de grès fracturé moins altéré dans ce secteur, ainsi qu’à la pente plus faible de cette partie du site. Les roues des
  • strictement parallèles montre toutefois que ce chemin se poursuivait au cœur de l’enclos sur une distance minimale de 4 m. En effet, il s’agit probablement des ultimes traces d’ornières, tout à fait comparables à celles mises au jour au fond du chemin creux (cf infra) mais qui n’ont ici
  • altéré le substrat que de manière très super cielle. Ces ornières montrent que ce chemin s’incurvait vers l’ouest à proximité de l’enclos, comme s’il se dirigeait vers le cœur de cet espace. Les traces s’interrompent dé nitivement à 3m des premières urnes (Fig. 5). Il est impossible
  • , à l’appui de cette hypothèse, réside dans la fouille de cette partie de la tranchée et dans la présence des ornières qui débutent à l’aplomb de cette excavation et se poursuivent 3,50 à 4 m au delà. En effet, la fouille méticuleuse, par passes successives, de la tranchée à cet
  • chemin moderne qui barre l’enclos (Fig. 5) et sur lequel un fer à cheval brisé a été retrouvé. Le tracto-pelle n’a été utilisé pour ce second décapage, d’une épaisseur d’environ 0,10 m, que pour les limites de l’enclos. A l’issue de ce décapage, une trentaine d’excavations ou d
  • stèle haute, un f oyer et un rejet de cendres. A 3 A' A 0 10 A' 50 cm II.2.4 Les emplacements vraisemblables de stèles Plusieurs excavations ont pu recevoir des stèles hautes ou basses. Deux d’entre elles sont indubitablement des fosses de fondations de poteaux en bois ou de
  • stèles hautes en pierre (Fig. 15). La première (n° 3), fouillée en 2004, « creusée dans une vaste fosse qui avait à peine entamé le substrat, avait un plan ovale long de 0,60 m et 0,40 m. Cette excavation, aux parois presque verticales, entaille le substrat très compact sur une
RAP00743.pdf (PLOUARET (22). l'armorique. rapport de synthèse de sauvetages programmés 1984 et 1985)
  • Armorique e n PlouareX (22) *outemaine immédiatement gauloi* dont deux étaient faut menée en août té du une excavation un *outerrain A la *uite du terrain Raoul, agriculteur était du *ite étudiée un grand décapage de *urfaace faut par trançon de 1 ml du faait de l'exiguï
  • : A3 1466.1467.1485. Coordonnée LAMBERT. I : x : 172.300 y : 119.000 Le *ite de VArmorique ret-Lannion est localisé au Nord-E*t, *ur un bombement granitique celui de Bermntec encadré par le au Sud-Ouest, village et la voie SNCF, Ploua- au Nord. Cette hauteur ofafare
  • plusieurs donnéei*ur *on versantOuest, granitique au profail beaucoup plu* doux. C'est ve le *ite archéologique de ce bombement. alors carrières de granit à ciel que la faace Nord-E*t pré*ente *UA cette entre le nouveau lotis*ement ouvert un *ol jiband'arène dernière
  • plus dure. Cette roche décompsée a été déblayée SUA une longueur Hère prolongement 3 Lorsque désagrégation une chatière un linteau remblayée au dessus du linteau à l'argile. dans le à V équerre 1,14 m de longueur *ur 1,22 m de et *a hauteur est de 1,25 m. Son angle
  • Voccupation cl après ces résultats de poteaux, montrée la présence surface. Il paraissait semble du site avait un vaste décapage a été réalisé 17 m sur 10 ont été fouillés suivant sur une sur- la méthode de V o- excavation. A : L'occupation Post L'ensemble Uédlavale de la
  • . uniquement aux excavations ou si elle étalent sumontées d'un second niveau d'occupation par un plancher, par étaient Il est se faouille vers l'Ouest d'autre apporterait part de voir n'est pas éclairci. des éclaircissements à enre- dlfafaicile prolongeait, de dire qui se
  • verrait exemple. Le rôle du faossé F 4 (est-ouest) mettrait à ciel poteaux T 9, T 10, T 11, T 11 et T 13. Il est .également dlfafaicile si ces excavations déjà que le second nous montre une symbiose et aériennes. par une structure de dire si celle-ci alors entre n'ayant
RAP00898.pdf (MOUTIERS (35). le bourg. ancienne école publique. rapport de fouille préventive)
  • Pam t Cardie . St^ymph-oner St-Medard »ur lile • Mimac »ous-Béchcrel a m rU n
  • ;!a ®phe£/e$Bû|i Princé Mouaiô! % LIFFRÉ Quidíllac V 0 \5t-Sulpice © ^JSl M Hervon J . » C r o u a l u . LavMéi i è ni l ' , $ Mont a ut o ur jChevdi g r. é / l a Fcret "x-< ®( J '.-.; * La Chapelle du-Loii ' Romilé .Gev»^ N v ^ ; C" q 0 '/ÄLe Lou-du-Lac^ _ Balazé ' © • LI^NTAUBAN-DE
  • CHATEAUBOURG •sou»Vltré St-Gonlay Talensac" Noyai sur Vilaine" w © • • Mondevert; Landei Chant e pi e "St-Dldier/ Salnt-Malon-»ur-Mel Oomagné' Cornili« Iß Verger M O R D E L L E S . St-Jacques-de-la-Lande" '--.-• Etrellei A R G E N T R É - D U - P L E S S I S •'••/ 9 •>J ""V'Domloup-. . i
  • * + Bruz St Erblon- .', e \ Amanlis:; Si Gennain-du Pinel Moulin: ¿Domaloi * .. "St Armel^-L I • • Genne» »ur-Selch) PLÉLÁN-LE-GRANP Irgères. .Mbullert •Nuds Baulon Boistrudar 9 Avail< Seiche Marclló-Robért GUICHEN JANZÉ t a Seile-Guerchait» ;Bovel ^Chantait LA GUERÇHE-DE-BRETAGNE
  • " « \ Baln*-«ur-Ou(l /?' LÉGENDE , V - Salnu-Mirl» i a ChapelU-St-Meli b:...¿ —y J Í ^PREFECTURE S «SOUS-PREFECTURE © C H E F LIEU DE • Commun» CANTON + j. _ Limita da Départamant 1- t + + 1 Umita d'arriMidlaaamanl Limita du cantan Limita da aammuna Échelle 1/5C0.000 env
RAP00977.pdf (ELLIANT (29). quénéac'h huet. rapport de fouille préventive)
  • LA DECOUVERTE : Au mois de juillet 1980, au moment de la récolte des peti agricole s'effondra dans une excavation souterraine brusquement o appartenant à. M. LE MEUR, propriétaire, demeurant au village de Q Références cadastrales : Année du cadastre : 1955-1960 Section du cadastre
  • sera largement facilité par 1'excavation car, sur 1,40-1,50 m de voûte, il ne faudra creuser de la surface qu'à, une profondeur de 0,80 m pour percer la salle 5. Il faut noter qu'au bas de cette excavation il n'y avait pas de cône d'éboulement et que le puits a été creusé dans la
  • »I \ retila \ \ « \ orarne : Sa H e 5* d ì a w è f r t du c o l CouUüf ; -i 3 i v Fond cm : '• Ílnrc^c-Ur jus^e traces Porpes rtCoins fc luKow Fouv Llc5 au-dessous 3oftt Morceaux en 2. S c r i e s - ? f-ïl Coi CCt vu o-Kof» ; A 0 M 4 » » I I > • I I
RAP00579.pdf ((35). la vallée de la Vilaine. trois communes : Counon)
  • -Médard-sur-llle.- * ' t .,' O * ST-AUBIN-D'AUBIGNÉ /'' ;....StjSymphb'rièii .\ Madrèac '"-■■-, # St Germaln.. Quedillai La Cfouala/ © V ur -I[l e © î © St.On.r.îa-Ch.p.11. . -' ! Gévazé ( } Ro mille • \ • ■ ' Ç, Jj*d . ^ ' E.c'après.L.ilré |f[ BI,dlc i
  • >^^ «* ï r / l '■ jr e pompierre-du-Chemin '^^MoniAuirde^Land^ j,, / .\ B4dé .-..>./ ,U ^.:---. '--. i'Ç \*>La Nouaye > ■., , ^ " Val d'Izé X p\^' St-Gilles ' Thotig'né-iur-Vilaine Pacé J •l Tal.nsac^ 7 t "'^■JOo">loup . è 1 '• 'Vern sur Seiche Noyai.-.ur-S.ich
  • auprès a du propriétaire du site il nous est refusé de pouvoir ouvrir quelques excavations. Malheureusement ce refus fondé sur peu de choses vis à vis desquelles nous pourrions négocier intelligement semble condanner à toujours une fouille sérieuse de ce gisement. qtra
RAP00757.pdf (PLOUNEVEZ-MOEDEC (22). kergrec'h - an anigoz bras. rapport de fouille préventive)
  • ipt'af dos AftiiqmiiJs H i i',m i q«s & Bi'iwAfiN£ ê M A l a s u i t e des travaux de remembrement de l a bo'urs d ' a v r i l 1983, une excavation est apparue dans un chamD nommé "an aniqoz bras", près du hameau de Kerqrec'h en Plounevez Moedec ( F i n i s t è r e ) . La Direction
  • U2EL" \ Sï •l P»o«né*ai -Q»»lnbn _,I Trrffrrt** « .* ' : .•tAMBALLE « : / - „• PLŒUC ^ 0 /' \ S f-,," La Méaugon BOUR IC ©BRA •• Hén«n»»r • PLOUAGAT'-. _ Fiacre / : GUlNGAMP. * MERSORG INAC • LES PHESSES METOWMES. ST.»UEUC LA TRN IT IÉ-PORHOÊT « GUÉMÊNÉS -UR
RAP01441.pdf (GUICHEN (35). la basse Bouëxière. une occupation de l'âge du bronze en moyenne Vilaine. rapport de fouille préventive)
  • T.P. 100 T.P. 39 T.P. 102 Tranchée M, st. 1 fosse 83/84 fosse 85 fosse 82 fosse 77 T.P. 79 T.P. 80 T.P. 81 fosse 49 ensuite de 1 à lors du établie (fouille) L'essentiel des structures est représenté par des excavations de petite dimension de type fosses et trous de poteau. Les
  • du mobilier archéologique. Des prélèvements systématiques de sédiments ont été opérés dans les excavations attribuées avec certitude à l'Age du Bronze. Des analyses palynologiques Fig.5 : Plan général de la zone décapée. peuvent effectivement aboutir à d'intéressants résultats
  • datations absolues. La topographie du site est réalisée au théodolite. Chaque excavation est repérée par rapport au point de nivellement côté à 25,20 m NGF. Deux mesures sont prises, correspondant à la surface de décapage et au fond de la structure. Les côtes apparaissent en m NGF sur
  • excavations de grosses dimensions sont inexistantes sur le site. Seules quelques fosses allongées ou circulaires supérieures à 1 m de diamètre sont identifiées. Encore ne présentent-elles que de faibles pronfondeurs conservées et des stratigraphies simples. Les fosses 120 et 102 (carré D5
  • . Il se situe en carré B5, autour de la fosse de rejet de clayonnage 153 {cf. infra). Encore ne s'agit-il que de quelques excavations peu profondes, sans agencement particulier permettant d'identifier un plan. La présence de la zone humide à proximité (F. 175), associée à la période
  • 136 est une autre structure liée au feu dont les caractéristiques diffèrent cependant de la précédente. Elle se situe en carré E4, juste au nord du secteur riche en éléments de l'Age du Bronze. Il s'agit d'une excavation oblongue d'environ 1,3 m de long, conservée sur 35 cm de
  • excavations aient été réutilisées comme dépotoir après l'abandon du bâtit, simplement pour combler la dépression subsistante. Le comblement inférieur est ainsi composé de sédiment homogène, alors que le colmatage supérieur comprend de nombreux tessons de céramiques appartenant à plusieurs
  • , 128, 137 et 134), formant un arc de cercle d'environ 12 m de longueur (fig. 13). L'espacement entre les poteaux est régulier, de l'ordre de 2 m. Les excavations sont assez semblables, de 30 cm de diamètre en moyenne pour 15 à 30 cm de profondeur conservée, ce qui assure à
  • , 104, 141, 140, 142 et 143) forme également un arc de cercle (fig. 13), ouvert au nord. Un peu plus fermé et moins régulier que le précédent, il se développe sur plus de 10 m de long. Les excavations, bien que de formes moins GUICHEN La Basse Bouëxière' 35.126.037.1997 F. 127 F
  • : Chronologie: Archâologische Daten der Schweiz (datation archéologique en Suisse). Schweizerische Gesellschaft fur Ur- und Frïihgeschiste (Société Suisse de Préhistoire et d'Archéologie). Antiqua, 15, Basel, Suisse, 241 p. Collectif, 1989 : Dynamique du Bronze moyen en Europe occidentale
RAP01544.pdf (VANNES (56). boulevard de la Paix - rue Desgrées du Lou. rapport de diagnostic)
  • occupation postérieure LIEU DE DEPOT : du mobilier : SRA, Rennes des fonds documentaires : N° des 10 à 20 diapo. les plus représentatives (fouille et mobilier) : SRA, Rennes 38 à 44 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU DFS \NNEE : 1998 AUTEUR: SIMON Laure COLLABORATEUR (s) : URE
  • fragments d'ossements d'animaux) et immobiliers (nombreuses excavations, plusieurs foyer, une dizaine de puits) : des activités de boucherie, éventuellement de tabletterie et de tannage peuvent y être restituées. Le quartier est desservi par deux axes viaires qui se rejoignent à angle
  • seconde phase témoigne de la restructuration du lieu au début du Ilè s., avec notamment l'apparition de nouvelles excavations. Au cours du Ilè s., l'activité artisanale du secteur semble péricliter, le site étant ensuite utilisé comme lieu d'extraction de matériaux avant d'être
  • est question ici. La réalisation d'une coupe stratigraphique de 26 m dans le sens de la longueur de la parcelle atteste l'existence d'une excavation creusée dans la roche, de 5,80 m de long et profonde d'environ 1,50 m. Celle-ci ainsi que le substrat étaient 4 SIMON 1998. BAILLIEU
  • basses de deux collines : pente suivant l'axe de la rue Saint-Symphorien d'une part (au nord) et l'axe du boulevard de la Paix d'autre part (au sud-est). L'aménagement de rigoles s'écoulant dans une excavation réalisée dans le substrat par la pelle mécanique à notre demande, à un
  • endroit dénué de vestiges, a permis de palier à ces inconvénients (Cl. 1). L'usage d'une pompe électrique nous a permis d'autre part d'évacuer l'eau retenue dans cette excavation dans le conduit d'un ancien caniveau découvert lors du décapage. De fait, la fouille a été menée jusqu'au
  • ailleurs (fig. 6). En effet, l'U.S. 1001 est posée sur l'U.S. 1006, une couche très argileuse, brune, mélangée à du sable et des fragments d'ardoise grise. Celle-ci a elle-même recoupé un niveau U.S. 1002, de nature et de texture similaire, qui vient combler une excavation de faible
  • mobilier céramique, ossements d'animaux et fragments de tuiles romaines (fig. 6). L'U.S. 2000 10 Cl. 1 : Puits F3 (à gauche) et F4 (à droite) au-devant de la coupe C1. En arrièredu puits F3, excavation réalisée en cours de fouille afin d'évacuer l'eau remontant des sols. 1000 1005
  • recouvrait dans la partie ouest du sondage deux autres excavations de forme circulaire, F3 et F4, creusées dans la roche, relativement altérée à cet endroit (fig. 4). F3 présente des parois rectilignes et un fond faiblement incurvé en U (Cl. 4). Il est profond d'1,25 m, son diamètre est
  • des excavations F3 et F4 (fig. 11), puits creusés dans le substrat, ainsi que des niveaux 2000 et 2002, deux couches découvertes dans l'angle nord du sondage (fig. 6). Les niveaux 2002 et 2000 ainsi que le puits F3 peuvent être attribués à une première séquence chronologique, le
RAP01149.pdf (BAIN-DE-BRETAGNE (35). la Coudray. rapport de fouille préventive)
  • priorité fut portée au bayle dont toute la partie septentrionale fut excavéeo 8 excavations furent là ouvertes. Les excavations d'origine sont D 0 2 , D3 D 0 4 E»4o Les sondages E„4 et E 0 4 b ainsi que D 0 3oa G-,4 et le coin sud de E 0 3 furent ouverts en annexes des principaux
  • carrés en général après la fouille du remblai de nivellement d'origine des excavations d ' originé à l.itn ^ & ) Les 3 sondages de la partie sud de la basse cour qui ont livré aussi beaucoup de vestiges de construction et une bonne quantité de céramique furent dégagés également en
  • l'apport de terre proprement dit. Cela pose le problème de la simultanéité des 2 dépôts. . Tranchée G . 4/5. Cette excavation dont 1'ouverture a mené à dégager un four assez volumineux, n'entame le rempart que sur 2 m , ce qui rend délicat l'interprétation principale que nous aurions
  • a moitié intégré s es. 3 la levée de terre terent argileuse. La largeur des murs est de 70 cm. Le muret circulaire a 2 faciès. te extérieur, il présente une ordonnance soignee de j* armoricains . A l'intérieur per contre, sur 30 à 35 cm d'élévation-, an ne distingue >ur. feuilletage
  • cette déblave rejoignait le point le plus élevé du niveau d'incendie de l'état I . Dans les limites de la pièce en abside, nous avions donc l'embouchure du four et un cendrier assez étendu à l'intcrie ur de l'habitation. La superficie de cette déblave est de l'ordre de 16 m 2 . Pour
  • libre cours au penaage naturel du rempart, notamment le dôme II, dès que son entretien cessa. D'où dans les excavations E4 et surtout E 3 , l'originalité du remblai simplement formé par le glissement des couches supérieures. Il est sûr par endroit que parmi les matériaux de ce
  • remblai, nous avons les dernîèèsgfbrouettées du dôme I La couche (3) forme un milieu sédimentaire médiéval beaucoup plus homogène. 2 sous ensembles demoellons et d'ardoise de toiture j sont inclus. Dans chaque excavation il a pu être dégagé intégralement à jjypsométrie variant de 5
  • , on constate qu'y est mêlé une titude de petits cailloux détritiques qui s'ordonnent parfois en un hérisson g rudimentaire, A 1'intérieur des excavations elle se présente sous la 1 d'une nappe discontinue ( Voit PL V| Jperturbue par les ébouiis pu feclement disparue. Seule la pièce la plus
  • accumulés soit à l'occasion de la construction du Bâtiment II, soit lors d'une réfection. Il s'agit d'une coutume de construction assez fréquente pendant le Moyen âge. ç f Le secteur Sud du Bayle, 3 excavations .....exploratoires furent cur ouvertes dans un menu espace déterminer si
  • excavation.. ( 9 jours de feuille ojulment) ^ mobilier intéressant a pu ttre dégagé et rassemblé? sur des couches d'occupation N - i individualisées?. ( Voir PL ) I Les seuls morceau de verrerie trouvées proviennent des ces sondages, ce ^ tend à prouver un luxe supérieur. S'agit-il
  • effet lors de la fouille des excavations C 3 et G L , il a été mis au jour des fragment,., de vases jettes à l'extérieur du logis car vraisemblablement hors d'usage. A l'Inverse des autres tessons trouvés, ils ne présentaient pas de traces de feu ou si peu qu'on est en droit
RAP03187.pdf (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP 2015)
  • Hoedic, également célèbre, est à 22 km pour le même oiseau vers le sud-est, mais un être humain devra prendre une embarcation pour rejoindre ce campement insulaire, aujourd’hui comme au 7ème millénaire avant notre ère. Excavations L’occupation mésolithique de Beg-er-Vil a été