Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

1855 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • EAST BRITTANY SURVEY: QUST-VILAINE UATERSHED REPORT ON FIELDWORK IN MARCH-APRIL 1985 The fourth season in a programme of fieldwork, itself part of a larger, multi-discipl inary study of the rel ati onshi p between land-use and seulement during the last two thousand years, took
  • ; in addition, environmental analysis and a survey of standing buildings is being undertaken. The larger study involves (amongst other éléments) analysis of documents, including the very detailed cadastral maps and records of the early nineteenth century (Asti 1 1 and Davies 1982a, 1982b
  • covered, ail fields under plough and with young crop within the three transects were walked at 50m 1 intervais, using collection units of 100m; field conditions, features, présence of schi ste and local pronunci ations were noted on standardised recording forms. 463 fields were thus
  • . As in previous years there were considérable variations in the concentration of recovered material, and the same conventions are hereby used to distinguish between them: fields in which more than two neighbouring units each produced five or more sherds of the same broad period (or five
  • that are mapped, far less than in 1984, while a further 39% were up to 500m, and 25.6% more than 500m, away; it was largely sites in F that caused this anomaly. Comparison was systematical ly made with the early nineteenth-century pattern of land-use and settlement, as evidenced by the ancien
  • in nineteenth-century meadow and/or pasture (3.8%), marginal 1 ande (unculti vated land, not fallow - a high 8.6%), woodl and (0.5%), curtilage and areas of mixed land-use; ail but the latter suggest some measurable change in land-use by indicating pre-nineteenth-century arable or settlement
  • . In some parts cadastral land-use, naming and road patterns themselves indicate former settlement sites, especially where very small fields of very mi scell aneous^ land-use are arranged in relation to tracks, like the curti 1 agesand clos that surround settlements both now
  • tests suggested that thèse were only useful if taken at much narrower intervais. Schiste was collected, totally from A107, D221 and B216, and in a limited sample from B347 (from one square in every nine). This was subsequently classified in three colour catégories (black/grey, green
  • usters of other classes of material. 5 Excavations (EBS85 Tl and T2) Small -scale excavation of earthworks was undertaken in order to begin investigation of the soils and archaeology within field boundaries near sites identified in fieldwalking. As indicated previously, one
  • of the areas of greatest environmental potential lies in attention to the pedology and sedimentol ogy of the soils themselves, especially where this can be precisely rel ated to the archaeol ogi cal évidence (Astill and Davies 1984c: 58). The features chosen were close to A116
  • interests put their mark on this landscape. The bank, which lies in an area of nineteenth-century meadow and is not shown on the ancien cadastre, may therefore relate to earlier land-use; the lynchet lies at the edge of the château arable, about which - at least - it should furnish some
  • useful information. After three days préparation, excavation took place over eight days with a team of nine people, making a total of 52 working days. The weather during this period was appalling, with torrential rain and high winds: one complète day was lost and extremely difficult
  • conditions prevailed on another three. Excavation therefore had to be more limited than was intended. The excavation strategy was similar to that used by Martin Bell to sample lynchets and valley bottoms in the south of England (Bell 1977; 1983). A 2m-wide trench, 14m long, was eut across
  • the large lynchet (Site Tl), and a lm-wide trench, 18m long, across the bank (Site T2). This was done using a JCB, a method that would allow a preview of the stratigraphy . lm-wide trenches were excavated to the side of the machine cuts, and thèse were divided into mètre squares
  • to facilitate excavation and recording. Soil was excavated using trowels and ail the finds, with the exception of schiste, were three-dimensional ly recorded. Because of the quantities recovered and the lack of time, the schi ste was collected in 5cm spits. The bad weather prevented total
  • of the 18 mètre squares) was dug. Soil samples for micromorphol ogical and pollen analysis were taken in columns from the sections, using purpose-made meta! containers. Small test holes were also eut by machine at every 15m to the north of Trench 1 (up the side of the south-facing valley
  • area, with 11% of fabric 5, a soft cream fabric used for médiéval table wares. There was a small proportion of both Roman and early médiéval types (3% [fabrics 13 and 16] and 2% [fabric 10] respecti vel y; see below, 10). The absence of the highly fired quartz-tempered wares
  • and tile coul d indicate that this happened before brick and tile were in common use. Both trenches have shown that lynchets could have a complicated history, with their origins in other features. From the point of view of land-use history, the pottery suggests that this area of Ruffiac
  • practice. Since the two trenches showed différent amounts of soil buildup and material in the two areas, changes in manuring practice rather than lapse in cultivation may be more relevant in explaining the data from Trench 1. The land-use around Trench 2 clearly changed when
  • there, with some useful focussing on early modem, pre-cadastral use: the relevant problems are those of distinguishing manuring from settlement scatters and of determining the extent of scatter generated from inhabited buildings (Astill and Davies 1984c: 55-8). It is even clearer that crude
RAP01709_3.pdf (QUIMPER (29). Les vestiges des places Laennec et Saint-Corentin et l'histoire de l'urbanisme médiéval de quimper. Rapport de fouille)
  • dépotoir (ex: US 78, 60, sondage H-Cl, US 89...). La composition de ces lots est assez variée et comprend régulièrement des restes de petits mammifères (chats, lièvres...), de poissons et d'oiseaux (coq, oie, pigeon et quelques rares oiseaux sauvages). Le second groupe se caractérise
  • l'ensemble, on remarque une sélection par la taille des os. Cette sélection peut être très marquée dans le matériel issu des niveaux de sols (ex : US 57) avec beaucoup d'os usés, érodés. Le bœuf y paraît largement majoritaire et les os seraient de taille supérieure à la moyenne. Dans
  • majorité de cas, le niveau de sélection est moindre et entraîne surtout une faible représentation ou une absence des petites espèces, surtout oiseaux et poissons (ex : US 52 ou 23). Ceci peut s'expliquer soit par une disparition (conservation) soit par une sélection (type d'accumulation
  • a conduits à regrouper les petits échantillons, pour l'analyse de base, pour la caractérisation des modes de dépôts. Les gros osseux ensembles : US 23 et 82 L' US 23 - L'US 23 livré plus de la moitié du matériel étudié. Il s'agit de remblais et produits de remaniement pouvant
  • . * a Laboratoire d'Archéozoologie de Compiègne, C.R.A.V.O. 21 rue des Cordeliers 60200 Compiègne ** AFAN, ESA 8045 du CNRS, Laboratoire d'Archéozoologie de Compiègne, C.R.A.V.O. 21 des Cordeliers 60200 Compiègne rue Tab. 1 = Décomptes des restes osseux, US 23 (NR poids de restes et
  • PM = poids moyens des os). : porc M3 273 86 caprinés 280 US 23 boeuf %NR 41 ,6 13,1 42,7 0,3 0,6 0,6 0,3 0,2 0,2 0,2 0,2 2 cheval chien chat coq lièvre oiseau sauvage labridé morue vieille Déterminés Indéterminés TOTAL 4 4 2 1 1 1 1 1 656 0,2 42,0 905 1 561 100
  • par Répartition anatomique catégories, pour l'US 23. 2 US 23 Tête Vertèbre Côte Membre Pieds TOTAL (NR) des restes : boeuf porc caprinés 29,7 3,3 3,7 20,5 42,5 26,7 4,7 0,0 47,7 20,9 39,3 1 ,4 1,4 25,0 28,9 273 86 280 Dans le détail, on se induit par une grande os
  • longs. grandes rend compte que le fort taux de restes crâniens est quantité de dents isolées. Pour les bas de patte, on observe à la fois une bonne représentation des métapodes mais aussi des phalanges (particulièrement pour le bœuf). 100 US 23 -i Pieds 80- Membre 60
  • - Côte Vertèbre 40- Tête 20- boeuf porc caprinés des restes Fig. 1 : Répartition anatomique osseux par grandes catégories, pour l'US 23. Tab. 3 : Répartition anatomique détaillée des restes osseux des trois principales espèces, pour l'US 23. US 23 Corne Crâne Mandibule Dent
  • organiques daté de la 1ère moitié XlVe siècle. Le matériel de cette US est très caractéristique et diffère des autes - Beaucoup de ces os présentent des traces d'usure de corrosion dues à un séjour sur le sol. De plus il existe toute une série d'ossements dont la surface se desquame, ce
  • qui fait penser à un problème de conservation différentielle, peut-être dû à un battement de la nappe phréatique. contextes. Tab. 4 = Décomptes des restes osseux, US 82 (NR poids de restes et PM = poids moyens des os). : US 82 boeuf hR 295 77 120 2 porc caprinés cheval chien
  • particulièrement bien représenté, mais ceci pourrait correspondre au rejet des restes de quatre individus dont plusieurs bas de pattes. répartition anatomique des Répartition anatomique catégories, pour l'US 82 Tab. 5 : US 82 Tête Vertèbre Côte Membre Pieds TOTAL (NR) Cet échantillon
  • fait de manière homogène sur tous les os longs et ceintures des membres antérieurs et postérieurs. 100 —i US 82 1H 1| 80- 60- Pieds Membre Côte H Vertèbre 40- I Tête 20mmlmKKKKnfs! 0- mmm 11| boeuf porc Fig. 2 : Répartition anatomique catégories, pour l'US 82
  • . caprines des restes osseux par grandes Tab. 6 Répartition anatomique détaillée des restes principales espèces, pour l'US 82. : US 82 Corne Crâne Mandibule Dent Vertèbre Boeuf %NR 0 3 2 0 1 0 1 0 12 9 39 3 5 8 4 7 2 4 Côte Scapula Humérus Radius Ulna 1 0 Carpe Métacarpe
  • 4,2 0,8 14,4 14,4 7,6 1 1 ,0 1 2,7 2,5 0,0 1 ,7 0,0 5,1 9,3 9,3 0,0 0,0 0,8 0,0 1 ,7 0,0 0,0 Les US de taille moyenne A l'inverse des précédentes ces US présentent une surabondance d'os de bovins et de faibles taux de caprinés et de porc. Là encore le gibier à poil est uniquement
  • représenté par le lièvre. Chacun de livre quelques restes résiduels d'équidés. ces échantillons L' US 52 - Niveau d'occupation d'esplanade, organiques ; Xle au XlVe siècle. Tab. 7 = : sédiment Décomptes des restes poids de restes et PM US 52 boeuf porc caprinés cheval
  • Déterminés Indéterminés TOTAL = chargé osseux, US 52 (NR = poids moyens des os). NR %NR 1 37 42 49 2 230 1 02 332 59,6 18,3 21 ,3 0,9 69,3 30,7 100 PR 3999 628 442 61 5130 423 5553 en nombre de restes, PR %PR PM 78,0 12,2 8,6 1 ,2 92,4 7,6 29,2 15,0 9,0 30,5 22,3 4,2 16,7
  • 100 matières NMI 6 3 4 Répartition anatomique Tab. Répartition anatomique catégories, pour l'US 52. 8 : US 52 Tête Vertèbre Côte Membre Pieds TOTAL (NR) des restes boeuf porc caprinés 5,8 5,8 19,0 41,6 27,7 21,4 2,4 0,0 69,0 4,8 4,1 2,0 0,0 59,2 34,7 1 37 42 49
  • osseux par grandes La répartition anatomique de cette US est marquée par la surreprésentation des os longs des membres (42 à 69 % du total suivant les espèces). 100 —i US 52 nnnnns Pieds 80- j|j||j Membre 60- Côte Vertèbre 40- Tête 20' ' fHHM :• \ ■ISIlS§lg3 0
  • - . lÉftÉStS boeuf . : , : • ■■ porc Fig. 3 : Répartition anatomique catégories, pour l'US 52. - caprines des restes osseux par grandes L' US 84 Lambeaux de sols empierrés, avec mobilier organique, 1ère moitié XlVe siècle. Cette US comprend une grande quantité de restes de
RAP03493 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport intermédiaire de FP)
  • d’ouverture, mais aussi à foyers ou à des vidanges de foyer. L’objectif est de fouiller indépendamment chacune de ces unités stratigraphiques (US), puis de les assembler en phases successives. Il importe également d’enregistrer précisément tous les éléments archéologiques et tous les
  • rapidement. 3. La fouille est réalisée par passes successives au sein des différentes US, avec un tamisage à sec puis à l’eau par quart de mètre carré. Les passes se calent sur la base des pierres, qui correspond peu ou prou aux niveaux de circulation des anciens occupants du site. 4. Le
  • les US 4, 101 et 120. Les pièces archéologiques ont été relevées et conservées néanmoins. 3.3. CONSIDERATIONS TOPOGRAPHIQUES, STRATIGRAPHIQUES ET GEOMORPHOLOGIQUES Les fouilles de 2017 ont concerné la zone sableuse de Beg-er-Vil, qui peut se résumer à un niveau sableux
  • de la fouille (US 120 et 121), d’autre part de retrouver des unités précédemment décrites en 2016, lorsque nous avions étendu la zone de fouille (essentiellement les US 4, 100 et 101). Les unités 120 et 121 pourront être globalisées lors des études des mobiliers. Elles
  • correspondent à une même réalité, à savoir les 10 cm de la base de la couche SOUS le niveau de fonctionnement principal du site (qui est – rappelons-le encore – la base de l’US 101). Les nouvelles unités stratigraphiques sont décrites dans le tableau 2. US Année 113 2017 120 2017 121 2017
  • brûlées (max 5 cm), différencié de l’US 101 pour mieux approcher le fond de la couche Limon noir chargé en gravillons et en micro-galets issus de la plage fossile, posée soit sur le socle granitique, soit sur la plage fossile. 23 Campagne 2017 US Année 122 2017 123 2017 Position
  • OSL en 2018. Si cette hypothèse d’altération de la partie supérieure de la couche (US 4) est la bonne, les cartes de répartition des objets – en cours d’élaboration en octobre 2017 – seraient à prendre avec des pincettes, de même que les dates par le radiocarbone. C’est en tous les
RAP03345.pdf (QUIBERON (56). Beg-er-Vil : Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP)
  • . Vous pouvez également être confrontés à des remplissages et déblais de fosses, toujours complexes à détecter à leur niveau d’ouverture, mais aussi à foyers ou à des vidanges de foyer. L’objectif est de fouiller indépendamment chacune de ces unités stratigraphiques (US), puis de les
  • site. Cette configuration apparait comme idéale, car elle permet une grande souplesse dans l’organisation de la fouille, tout en assurant la correction des données rapidement. 3. La fouille est réalisée par passes successives au sein des différentes US, avec un tamisage à sec puis à
RAP03817 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019)
RAP03819 (SAINT-GLEN (22). La Touche ès Pritiaux : le site du premier âge du Fer. Rapport de FP 2019)
RAP02769.pdf (ÎLE-DE-MOLÈNE (29). programme archéologique molenais, rapport n°17, beg ar loued : un habitat en pierres s7ches du campaniforme/âge du bronze ancien. rapport de fouille programmée 2011)
  • ................................................................. 100 A – LISTE DES UNITES STRATIGRAPHIQUES, DES UNITES ARCHITECTURALES ET DES STRUCTURES EN CREUX ............................................................................... 100 1 – Liste des unités stratigraphiques (US
RAP03187.pdf (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP 2015)
  • ..................................................................................................... 67 1.2.2. Première époque : sous le niveau coquillier (US 7) .................................. 67 1.2.3. Seconde époque : la base du niveau coquillier (US 6) ............................. 68 1.2.4. Troisième époque : le niveau à pierres brûlés (US 5.3 à 5.5
  • ) ................... 68 3 Campagne 2015 1.2.5. Quatrième époque : le sommet du niveau coquillier (US 5.1. et 5.2) ..... 69 1.2.6. Cinquième époque : l’interface avec la dune (US 4) ................................. 69 1.2.7. Premier bilan de l’enveloppe sédimentaire des restes archéologiques . 70
  • biannuelles. Au cours de l’hiver 2010-2011, nous avions pu observer un recul incroyable de la falaise (plus d’un mètre ; figures 1.7 et 1.8). Un foyer apparaissait même en coupe en mai 2011, au milieu du niveau mésolithique (il correspond probablement à des pierres de notre US 5.3). En
Les premier peuplements de l’ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne (2018) (Les premier peuplements de l’ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR 2018)
  • qu’une datation de 403 +/- 70 ka (début MIS 10) a été obtenue dans un niveau sous-jacent (US 11). L’échantillonnage a été guidé par la présence de dépôts organiques, propices à la conservation du matériel sporo-pollinique ; opportunité rare de pouvoir documenter la végétation
  • contemporaine de l’occupation paléolithique des lieux. Fig. 5 : Localisation du site de Pen Hat et des dépôts pléistocènes associés (in : Laforge, 2012, p.96). 1. Matériel et méthode 1.1. L’échantillonnage Les sept échantillons proviennent des US 9 (podzol hydromorphe) et 7’ (lits de vase
  • organique). Ils ont été prélevés en différents points de la coupe afin de documenter les différents lits organiques qui constituent l’unité 7’ (Fig. 6 et Fig. 7). De bas en haut, la nature des sédiments peut être résumée comme suit :   22 US 9 bas : sable limoneux brun, avec graviers
  • de schistes de couleur blanche ; US 9 milieu : limon argileux brun noir, avec graviers de schistes de couleur blanche ; Rapport final d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne  US 9 haut : limon argileux brun noir, avec graviers de schistes de couleur blanche et ocre ;  US 7
  • ’ base (point 2) : limon argileux brun clair, avec particules végétales carbonisées de taille millimétrique (épaisseur du lit: 1 cm) ;  US 7’ haut (point 2) : limon argileux brun clair, avec particules végétales carbonisées de taille millimétrique et graviers de schiste de couleur
  • blanche (épaisseur du lit : 1 cm) ;  US 7’ point 3 (lits supérieurs, au-dessus de point 2) : limon argileux brun clair avec particules végétales carbonisées. (épaisseur du lit : 0,5 cm) ;  US 7’ ? point 4 (US sommitale) : limon argileux brun avec particules végétales carbonisées
RAP03790 (PLOUHINEC (29). Menez-Dregan I, des prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. Rapport de fouille)
  • ............................................................................................................................... 89 ANNEXES....................................................................................................................................................... 90 DESSINS DE L’INDUSTRIE LITHIQUE REALISES LORS DE LA CAMPAGNE 2019........................................... 90 US
  • 4b ..................................................................................................................................................... 90 US 4c
  • ...................................................................................................................................................... 92 Couche 5, toutes US .............................................................................................................................. 94 US 5a
  • ’..................................................................................................................................................... 95 US 5b ..................................................................................................................................................... 96 US 5b
  • ’..................................................................................................................................................... 96 US 5c...................................................................................................................................................... 98 US 5c
  • ’ ................................................................................................................................................... 100 US 5d ................................................................................................................................................... 102 US 5d
  • ’................................................................................................................................................... 102 US 5e ................................................................................................................................................... 103 US 6
  • ’..................................................................................................................................................... 104 US 7 ..................................................................................................................................................... 106 US 8b
  • ................................................................................................................................................... 108 US 9 ..................................................................................................................................................... 110 US 9a
  • nombreux hiatus (érosions). Trois unités stratigraphiques (couche 9, couche 7 et couches 5 & 4), séparées par des dépôts littoraux correspondant à des phases d’interruption majeure de la présence humaine (US 8 et 6), renferment des niveaux d’occupation s’échelonnant entre les MIS 12 et
  • 8. Seuls les US 9, 9a et 8c (SIM 12), 5d, 5c, 5b et 5a (SIM 9a) ne contiennent aucun élément acheuléen, biface ou hachereau (Ravon, 13 2017, 2019), et s’intercalent entre les autres niveaux archéologiques qui témoignent de la production et de l’utilisation sporadique de ces
  • découverts ces dernières années, en particulier dans les couches 8 et 9, ainsi qu’à l’extrême base du remplissage dans le fond de la cavité (US 10) sont également en cours d’étude (M. Laforge). Les analyses micromorphologiques et microstratigraphiques, dont certaines sont en cours (Y
  • d'étude doit être poursuivi surtout dans les niveaux riches en matière organique, et notamment en couche 9, afin de déterminer la présence d’éventuels repaires de carnivores dans cette US. Toutefois, les analyses effectuées en 2016 sur deux échantillons de la couche 4 et quatre de la
  • site est donc proposée ici. 1 Radiofluorescence infra-rouge des feldspaths 16 datation RPE / ESR en ka US matériau daté datation TL Monnier et al., 1996b Voinchet et al., in : Gaillard et Ravon (dir.), 2016 en ka (Mercier et al. 2004) 3a quartz 141 +/- 16 3a quartz
  • , la stratigraphie conservée à Menez-Dregan présente une alternance de 17 niveaux d’occupation prénéandertaliens et de 4 dépôts marins, entre environ 500 et 150 000 ans (US 9a et 3a). La faune n’est pratiquement pas conservée en raison de l’acidité du sol et seule l’industrie
  • sur cordon littoral à galets, d’une épaisseur variable (US 6). Les 20 à 30 derniers centimètres de cette unité sont perturbés par une occupation humaine dont témoigne une abondante industrie lithique, la base de la couche restant quant à elle stérile (Monnier et al., 1996a). Cet
RAP03316.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez-Dregan 1 : des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. Rapport de FP)
RAP02448.pdf (SAINT-VOUGAY (29). l'esplanade nord du château de Kerjean. archéologie des jardins. rapport final de synthèse de fp2 1998-1999.)
  • , "Archéologie des jardins et restauration", dans Monumental, 4, septembre 1993, pp. 60-63. "The techniques and uses of garden archaeology", dans Journal of garden history, vol. 17, n°l, january-march 1997. Garden Archaeology, CBA Research Report, n°78, 1991. The Archaeology of garden
  • and field, edited by N. F. Miller and K. L. Gleason, Univesity of Pennsylvania Press, Philadelphia, 1994. 13 D. Jacques, "Archéologie des jardins et restauration", Monumental. 4, septembre 1993, pp. 6063. "The techniques and uses of garden archaeology", lournal of garden history, vol
  • conséquent énormément, elle est fonction des connaissances que possède le propriétaire. Quant à la datation mentionnée, elle concerne souvent celle de la construction du château. Par conséquent, les renseignements fournis par cette recherche sont à prendre avec précaution. Us ont
  • . 17, n°l, january-march 1997. Garden Archaeology, CBA Research Report, n°78, 1991. The Archaeology of garden and field, edited by N. F. Miller and K. L. Gleason, P h i l a d e l p h i a , 1994. 19 l'étude des couches profondes du sol, fouillées lorsqu'on s'attend à y trouver des
RAP03047.pdf (QUIBERON (56). beg er vil : un habitat du mésolithique sur le littoral du Morbihan. rapport intermédiaire de fp 2013-2015)
  • milieu du niveau mésolithique (il correspond probablement à des pierres de notre US 5.3). En septembre 2011, c’est toute la plage fossile à la base de la coupe qui était largement attaquée, mettant évidemment en péril les niveaux supérieurs. Figure 1.7. Visite du site de Beg-er-Vil
RAP02179.pdf (FOUESNANT (29). l'île aux Moutons. rapport de fp intermédiaire 2005 de fp 3 2005-2008)
  • néolithique (Hamon et al. 2004). Les archéologues ont aussi remarqué la présence d'une couche intermédiaire (US 2) dépourvue de vestiges. Cette couche doit être caractérisée plus finement dans nos études. 3.2.2. Les profils de sol Profil A Le profil A a été observé sur la coupe nord-est
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • ENTRE 2014 ET 2016 ET PRÉCISIONS SUR L'HOMOGÉNÉISATION DES US ................................................................................................................... 47 11.3. RÉSULTATS ET INTERPRÉTATION DE L'ÉTUDE MICROMORPHOLOGIQUE ET DES ANALYSES GRANULOMÉTRIQUES (M
  • MAXIMUM GLACIAIRE – US-103.......................................................................................... 52 11.4.2. LE DRYAS ANCIEN - DÉPÔT DE L'US-102 ................................................................................................ 52 11.4.3. BØLLING
  • /ALLERØD – US-102 .............................................................................................................. 52 11.4.4. DRYAS MOYEN OU RÉCENT – US-104 ..................................................................................................... 52 11.4.5. SUB
  • -BORÉAL ET SUB-ATLANTIQUE – US-108 .......................................................................................... 53 11.4.6. PÉRIODE MODERNE – US-101 .............................................................................................................. 53 3
  • rock shelter discovered by M. Le Goffic at the Rocher de l’Impératrice at Plougastel-Daoulas, aims to progressively fill in this gap. The first results of this archaeological operation actually suggest this shelter dominating the Elorn estuary and the Brest roadstead to have been
  • regular blades, setting up of meticulous production methods, use of non-local raw material, few evidences of “en éperon” preparations), but also testify of a clear progression to the Azilian (systematic use of soft hammerstone, disappearance of bladelets productions, and corollary
  • assemblage, these artistic productions appear to be caught between the Magdalenian and the Azilian. Various studies allowed: starting proposing hypothesis about technical gestures used to produce these engravings; identify colorants; or identify a probable arrhythmia between technical
  • and symbolic changes during the Azilian. The Rocher de l’Impératrice rock shelter is an unavoidable site for the understanding of Northwestern Europe Lateglacial societies. Because of the diversity of the archaeological evidences this site allows to develop a global thought about the nature