Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4104 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02495.pdf (GUICHEN, GUIGNEN (35). rd177 tranche 1, section Guichen/Guignen, secteur de la Croix Vallée et du Canut. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • GUICHEN, GUIGNEN (35). rd177 tranche 1, section Guichen/Guignen, secteur de la Croix Vallée et du Canut. rapport de diagnostic
RAP01775.pdf (contribution à l'étude du mésolithique des vallées de la moyenne Vilaine et du Meu. rapport de prospection thématique)
  • contribution à l'étude du mésolithique des vallées de la moyenne Vilaine et du Meu. rapport de prospection thématique
  • . Contribution à l'étude du Mésolithique des vallées de la Vilaine et du Meu - Rapport 2001 1 2 . LA METHODOLOGIE MISE EN ŒUVRE La prospection au sol reste un travail indispensable et efficace pour l'acquisition des données de base mais elle présente aussi des limites et en particulier
  • être dénommés "silcrète ". Contribution à l'étude du Mésolithique des vallées de la Vilaine et du Meu - Rapport 2001 2 2 eme p ART | E . PROSPECTIONS 2001 : LES RESULTATS Contrairement aux années 1998, 1999, 2000 et pour des problèmes de calendrier aucun sondage archéologique
  • ) de la vallée du Meu et de ses abords. Le choix de la vallée du Meu comme zone d'étude complémentaire est lié à deux éléments principaux déjà exposés dans le rapport 2000 : Le premier est que d'une manière générale le relief de cette vallée est beaucoup moins incisé (rareté des
  • escarpements, des cluses...) que celui rencontré dans la vallée de la Vilaine. Dans cette dernière, nous commencions à bien et peut-être à trop connaître les critères d'implantation des sites de chasse mésolithiques. Pour atténuer les problèmes de déterminisme topographique ou géographique
  • auxquels nous étions soumis (Blanchet - 2000), nous avons donc choisi d'étendre les prospections sur la vallée du Meu où les critères d'implantation des mésolithiques ont toutes les chances d'être différents de ceux rencontrés dans la vallée de la Vilaine. Le second élément qui a motivé
  • ce choix est lié à l'étude des matériaux utilisés par les derniers chasseurs-cueilleurs. C'est en effet sur cette zone que des assemblages pétrographiques très différents de ceux habituellement rencontrés dans la vallée de la Vilaine ont été reconnus {cf. rapport 1999). Au sein de
  • cette dernière, le silex représente 80% à 100% des matériaux dans les séries lithiques mésolithiques. Par contre, sur les secteurs prospectés en bordure de la vallée du Meu les proportions tendent à s'inverser. Le silex devient minoritaire et se trouve remplacé par le silcrète (80 à
  • -breton. Les prospections effectuées dans la vallée du Meu au cours de l'année 2000 s'étaient révélées décevantes puisque aucune découverte digne d'être signalée n'avait été réalisée. Seuls quelques objets isolés (débitage, microlithes) avaient été recueillis. Nous pensions que cette
  • absence de découvertes significatives correspondait à une méconnaissance de notre part du terrain et des critères d'implantation des sites mésolithiques sur ce secteur. A l'issue de cette campagne 2001, qui s'avère également décevante en ce qui concerne la vallée du Meu, nous devons
  • constater que des colluvions et des alluvions récentes sont omniprésentes dans la vallée. A l'instar du bassin de Rennes5 , il se pourrait que ces dépôts superficiels masquent une bonne partie des vestiges laissés par les derniers chasseurs cueilleurs. Pour palier à cette indigence en
  • découvertes, une partie des prospections a été réorientée dans un second temps et au début du mois de septembre vers les abords de la vallée du Meu. Nous avons prospecté préférentiellement deux secteurs qui nous semblaient plus favorables à la découverte d'artefacts mésolithiques. Nous les
  • vallées de la Vilaine et du Meu - Rapport 2001 3 intervenus dans des paysages semblables à ceux rencontrés dans la vallée de la Vilaine (cluses, abrupt, vallées encaissées...). 7 Figure 1 : Localisation des zones prospectées (trame grise). 1 . LE SECTEUR 1 Le secteur 1 couvre
  • une partie des reliefs paléozoïques situés au sud de la vallée du Meu. La notice de la carte géologique de Montfort sur Meu (n°316) indique que les cours d'eau qui descendent de ces reliefs "empruntent le plus souvent les zones de fractures du socle, forment d'étroites vallées à
  • forts taux d'incision (ruisseaux de Casse, de Boutavent, de la Noé Noguette). Le Briovérien, à proximité du contact avec les séries paléozoïques, offre un paysage de vallées et de buttes gréseuses. Ces dernières contrôlent l'écoulement du réseau hydrographique principal (Meu et
  • au jour par J.L. Monnier mais surtout d'identifier un premier locus mésolithique (cf. rapport de prospection 1999) que nous appellerons locus 1. Contribution à l'étude du Mésolithique des vallées de la Vilaine et du Meu - Rapport 2001 4 Cette année, les prospections menées de
  • circonscrite et semble importante. Le locus 2 occupe à la fois un replat à la base d'un mamelon topographique et l'entrée d'un talweg. Cette position topographique privilégiée constitue un bon poste d'observation et permet en particulier le contrôle d'une petite vallée encaissée au fond de
  • . 3ème partie : L'étude des matières premières ). Le silex est quant à lui utilisé à hauteur de 17 %. Son origine reste difficile à déterminer puisqu'il est presque systématiquement brûlé (90 %). Contribution à l'étude du Mésolithique des vallées de la Vilaine et du Meu - Rapport
  • - nucleus globuleux ; 7 - nucleus unipolaire. Contribution à l'étude du Mésolithique des vallées de la Vilaine et du Meu - Rapport 2001 6 TYPE MATERIAUX DEBITAGE Silex Silcrète Quartzite Autre TOTAL Eclat d'entame épais Eclat d'entame mince 1 1 Eclat de sous entame 3
  • scalène 1 Pièce esquillée 1 Eclats retouchés TOTAI TOTAL (débitage + outils > 2 4 2 6 35 168 8 2 1 206 Tableau 1 : Décompte du mobilier lithique. Contribution à l'étude du Mésolithique des vallées de la Vilaine et du Meu - Rapport 2001 7 III ! m • • I
  • à une répartition à part égale entre les silcrètes et le silex. Nous sommes loin des taux supérieurs à 80 % de silcrète mais la part des matériaux concurrents du silex est quand même importante par rapport à ce que l'on peut rencontrer sur les indices de site de la vallée de la
RAP00512.pdf (BRÉAL-SOUS-MONTFORT, CHAVAGNE (35). rapport de prospection inventaire)
  • BRÉAL-SOUS-MONTFORT, CHAVAGNE (35). rapport de prospection inventaire
  • permis d'appréhender l'extension du gisement. Commune de CHAVAGNE I- TURGE Gisement de Tegulae ,1e petit clos, parcelles n°II9 , section ZH, le site occupe le rebord ouest ,en pente douce, de la vallée de la Vilaine, à 300m. du fleuve. Le creusement d'un abreuvoir a mis au jour
  • ; section El; à l'est de la Plume, le site occupe le rebord, en pente douce, de la vallée. le site a été découvert lors des travaux de terrassement du lotissement attenant à l'ouest au bour.'
  • i PROSPECTIONS IQ77 CLUB de RE CHERCHE ARCHEOLOGIQUE de la M.J.C. de PAGE 5 sites gallo-romains inédits Commune de BREAL SOUS MONTPORT 4- LES PONCIAUX Gisement de Tegulae ; parcelles n°27, 28,29,30,31,26; section AL. Le site est baigné par le Meu.Le toponyme "Les Ponciaux
  • " pourrait indiquer qu'à cet endroit une voie franchissait la rivière :on pense alors à la voie RENNE S-VANNE S. Dans cette hypothèse , le gisement , situé sur le passage de la voie et à 14 km. de Rennes , pourrait être un ancien relais routier, une "mutât io ", dans une situation
  • identique à la "mutatio" de La Salle en La. Chapelle-Thouarault décrite par J.Y. EVEILLARD ("La voie romaine de Rennes h Ca.rhaix" p.°4) Aucun tesson n'a été découvert, le terrain étant en majeure partie en prairie , 1 ' examen d'un talus et des rejets de trous de taupes ayant seuls
  • quelques tessons de céramique commune (frag. d'amphore s, de cruches , cér. noire décor à l'ongle ) ainsi que 2 minuscules tessons de Sigillée , érodés , probablement lédoziens .Dans les coupes , aucune structure n'apparaît. 1k- LA THEALAIS Gisement de Tegulae ; parcelles n° 44 , 6
  • , section ZH. A 700 m. environ du précédent (au sud), le site domine la Vilaine à l'ouest, et occupe le sorns» met du plateau dominant le confluent de ls Vilaine et du ¥eu. Aucun tesson n'a été relevé sur le site. Commune de PACE Gisement de Tegulae ; parcelles n° 3,4,5,6, 14
  • *Vo*ts émoi « b de l'existence d'un site appàramment totalement arasé. Parmi la céramique recueillie notons: un fragment de sigillée (pied d' assiette de LEZOUX-II 0 s.) ainsi que de la poterie médiévale ou post-médiévale.
RAP03776 (Autour du Golfe du Morbihan - Les Landes de Lanvaux et le Sud de la Vallée de la Vilaine.Rapport de Prospection Diachronique)
  • Autour du Golfe du Morbihan - Les Landes de Lanvaux et le Sud de la Vallée de la Vilaine.Rapport de Prospection Diachronique
  • Autour du golfe du Morbihan les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Arrêté d’autorisation n° 2018-190 Rapport de prospection diachronique 2018 Sébastien Daré avec la collaboration de Clément le Guédard, Mikaël le Maire, Bruno Régent et Daniel Tatibouët
  • le sud de la vallée de la Vilaine Arrêté d’autorisation n° 2018-190 Rapport de prospection diachronique 2018 Sébastien Daré avec la collaboration de Clément le Guédard, Mikaël le Maire, Bruno Régent et Daniel Tatibouët Centre d’études et de recherches archéologiques du
  • d’étude ne permet pas de formuler quelque hypothèse quant à la fonction de cette construction. On peut seulement relever qu’elle dispose d’une salle excavée et voûtée. Autour du golfe du Morbihan les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Arrêté d’autorisation n° 2018
  • diachronique S. Daré Céram Locmariaquer 2018-190 2018 Prospection diachronique S. Daré Céram Intitulé général de l’opération Prospection diachronique autour du golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Prospection diachronique autour du golfe du
  • Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Prospection diachronique autour du golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Prospection diachronique autour du golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la
  • Vilaine Prospection diachronique autour du golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Prospection diachronique autour du golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Prospection diachronique autour du golfe du Morbihan
  • , les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Prospection diachronique autour du golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Prospection diachronique autour du golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la
  • Vilaine Prospection diachronique autour du golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Prospection diachronique autour du golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Prospection diachronique autour du golfe du Morbihan
  • , les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Prospection diachronique autour du golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Prospection diachronique autour du golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la
  • Vilaine Prospection diachronique autour du golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Prospection diachronique autour du golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Prospection diachronique autour du golfe du Morbihan
  • , les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Us Propriétaire Date de l'inventaire N°identifiant Type Désignation Chronologie Nombre B H-S Mairie de Locmariaquer 2019 001 CER Céramique commune sombre Gallo-romain 4 2 H-S Mairie de Locmariaquer 2019
  • LOCMARIAQUER Parking Wilson Cé r a m Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Autour du golfe du Morbihan les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Arrêté d’autorisation n° 2018-190 Rapport de prospection diachronique 2018 Places Dariorigum et
  • Centre d’études et de recherches archéologiques du Morbihan Service régional de l’archéologie de Bretagne août 2019 Cé r a m Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Illustrations de couverture : en haut à gauche : vue de la crypte, cathédrale (Vannes) ; en haut
  • à droite : première pierre datée de 1648 des travaux de la crypte , cathédrale (Vannes) ; en bas à gauche : angle d’un bâtiment antique contre lequel vient s’appuyer une autre construction également antique, place Dariorigum (Locmariaquer) ; en bas à droite : deux fragments d’un
  • gobelet en verre jaune à décor de scènes de spectacle, ici une course de chars (2nde moitié du Ier siècle ap. J.-C.), jardin du presbytère (Locmariaquer) Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse
  • , sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce
  • auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces
  • rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes
  • de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de
  • courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance
RAP01566.pdf ((35). mésolithique et processus de néolithisation en vallée de la Vilaine. rapport de prospection thématique avec sondages)
  • (35). mésolithique et processus de néolithisation en vallée de la Vilaine. rapport de prospection thématique avec sondages
  • 7 6 - Occupation et matières premières 20 7 - Bilan et perspectives 20 Rapport de synthèse 1 998 - Contribution à l'étude du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine INTRODUCTION Comme chaque année depuis 1993, notre campagne de prospection a été menée dans la
  • vallée de la moyenne Vilaine. Ces recherches s'intègrent dans le programme 10 : Le Mésolithique, mis en place par le Conseil National de la Recherche Archéologique. La campagne de prospection menée en 1998 a fourni un ensemble de nouveaux points d'information concernant l'occupation
  • dans la moyenne vallée de Vilaine 1 première prospection qui réunissait 7 prospecteurs confirmés a été organisée au cours du dernier week-end de mars dans la région de Saint-Just et Sixt-sur-Aff. Même si les conditions météorologiques nous ont été défavorables - période sèche qui
  • vallée de la Vilaine {cf. rapport 1997). 2.2 Etude des séries lithiques L'étude typo-technologique des séries lithiques constituées dans le cadre de nos recherches reste une de nos priorités. La méthodologie employée pour l'étude de ces séries est globalement la même que celle définie
  • de La Gohérais 1 implanté en fond de vallée sur la commune de 2 Bourg-des-Comptes . Ces sondages ont mobilisé une part importante du temps consacré à nos recherches et en particulier au détriment du volume des prospections. En revanche, ils nous ont livré des résultats extrêmement
  • l'occupation mésolithique de la vallée de la moyenne Vilaine (figures 1 et 2). Nous réalisons ici une synthèse des découvertes les plus significatives. Pour la majorité des sites, un suivi sur plusieurs années reste nécessaire pour obtenir des ensembles exploitables. 1 Cette prospection
  • gentillesse. Rapport de synthèse 1 998 - Contribution à l'étude du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine 1 : Bourg-des-Comptes - La Gohérais 1,2: Bourg-des-Comptes - La Gohérais 2 ; 3 : Guichen - Le Boël ; 4 : Pléchatel - La Rochelle 2 ; 5 : Pléchatel - Le Bourg ; 6 : Renac
  • . La présentation du site et des premiers résultats sera effectuée dans le chapitre 5 . Rapport de synthèse 1998 - Contribution à l'étude du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine • Points d'information mésolithiques FIGURE 2 : L'occupation mésolithique dans les vallées
  • de la Vilaine et du Canut Rapport de synthèse 1998 - Contribution à l'étude du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaii 4 3.2 Bourg-des-Comptes : La Gohérais 2 Le site de la Gohérais 2 est implanté à environ 300 mètres au sud du précédent. Il se trouve dans le même
  • bordure d'une falaise qui domine la Vilaine d'une vingtaine de mètres. Sa position topographique permet de 0 1 cm contrôler l'entrée de la cluse et d'un talweg très encaissé qui assure le Guichen - Le Boël 4 passage de la vallée au replat. Ce secteur suivi depuis plusieurs partie
  • , nous Rapport de synthèse 1998 - Contribution à l'étude du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine notons des produits de débitage (dont un microburin) mais aussi des armatures. Signalons en particulier une pointe, un triangle isocèle. La série lithique semble homogène et
  • de mètres un large méandre de la Vilaine et contrôle l'accès à deux talwegs très encaissés qui assurent le passage de la vallée à un plateau rocheux. Ce site est la parfaite illustration de l'intérêt qu'il y a à suivre sur plusieurs années un contexte que nous jugeons favorable à
  • lande avaient livré quelques objets isolés et notamment un trapèze. La remise en culture récente de ce secteur a permis d'identifier un gisement de surface. L'épandage de mobilier a été localisé légèrement en contrebas 0 1 cm d'une crête rocheuse. Il domine une vallée où coule un
  • être présentés dans le cadre de ce rapport. Certains points n'ont livré Rapport de synthèse 1998 - Contribution à l'étude du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine que quelques objets, d'autres ont été prospectés dans de mauvaises conditions de lisibilité. Leur
  • de la parcelle 2 de la section ZN du cadastre. 5.1 Le milieu environnant Le gisement est implanté en fond de vallée (vallée de la Vilaine), à la sortie d'un secteur relativement encaissé et orienté N.S (photo 1). En aval du site, la vallée tend à s'élargir sur quelques centaines
  • datés, les alluvions grises (Fy) sont attribuées au Wùrm (Weichsélien). Rapport de synthèse 1998 - Contribution à l'étude du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine PHOTO 1 : Vue du site dans son environnement topographique (Cliché M. Gautier - 1998) FIGURE 3
  • : Localisation du site et des sondages (extraitde la carte IGN 1/25 OOOème, 12I90,BRUZJ Rapport de synthèse 1998 - Contribution à l'étude du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine 5. 2 Le Gisement Le site se caractérise par un épandage d'industrie lithique répartie à la surface de
  • quarts de mètres carrés, un pointage en trois dimensions ne semblant pas se Rapport de synthèse 1998 - Contribution à l'étude du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine FIGURE 4 : environnement actuel du site et implantation des sondages Rapport de synthèse 1 998
  • - Contribution à l'étude du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine 10 justifier. Chaque unité de fouille a été passée à sec au tamis de maille 7 mm puis 2 mm. Les refus de tamis de maille 2 mm ont ensuite été tamisés à l'eau pour récupérer les petits éléments. Cette méthode de
  • l'étude du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine 5.4.2 - Sondage 2 Il a été implanté à la périphérie de l'épandage d'industrie lithique, toujours sur la partie labourée. La fouille a seulement livré trois pièces, ce qui semble cohérent avec la quasi absence sur ce secteur
RAP02256.pdf (VIEUX-VY-SUR-COUESNON (35). le Grand Moulinet. dfs de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • VIEUX-VY-SUR-COUESNON (35). le Grand Moulinet. dfs de diagnostic
  • entre les vallées du Couesnon et du ruisseau des Vallées Ribault. Aucune fouille n 'ayant eu lieu sur ce site, il convient de vérifier l'hypothèse d'un vaste retranchement barrant le plateau au sud et s'étendant du Moulinet au Petit Bourgel. Des reliefs très adoucis et des limites
  • stratifiées du site, Objectifs ; Dès la fin du 18ème siècle, J.Ogée signale l'existence de deux « camps romains » dans la commune de Vieux Vy Sur Couesnon, dont celui se développant sur un plateau entre les vallées du Couesnon et du Ruisseau des Vallées Ribault. Aucune fouille n'ayant eu
  • de l'Archéologie ; CONSIDERANT que, en raison de leur localisation, les travaux envisagés sont susceptibles d'affecter des éléments du patrimoine archéologique ; en effet, la parcelle est située en bordure méridionale d'un vaste éperon délimité par les vallées du Couesnon à l'est
  • et du Ruisseau des Vallées Ribault à l'ouest, interprété comme une fortification protohistorique ; CONSIDERANT qu'il est nécessaire de mettre en évidence et de caractériser la nature, l'étendue et le degré de conservation des vestiges archéologiques éventuellement présents afin de
  • DRAC-SRA -'4 0CT. 200T COURRER/)RRIV EE Rapport De Diagnostic Septembre 2007 Laurent AUBRY VIEUX-VY-SUR-COUESNON « Le Grand-Moulinet » (Ille-et-Vilaine - Bretagne) Dates d'interventions : 10. 09.07 - 11.09.07 N° de prescription : SRA 2007/03 8 N° de projet INRAP : DA
  • 05 0211 01 INRAP - Direction interrégionale de Bretagne - Adresse - 37, rue du Bignon, CS 67737 35577 Cesson-Sévigné cedex Tél. : 02 23 36 00 40 /Fax : 02 23 36 00 50 Siège social : 7 rue de Madrid 75008 PARIS - Tél 01 40 08 80 00 - Fax 01 43 87 18 63 - N° SIRET 180 092 264 0001r
  • FICHE SIGNALETIQUE Numéro de projet INRAP : DA 05 0121 01 Région : Bretagne Département : Ille-et-Vilaine Commune : Vieux-Vy-sur-Couesnon.... Lieu-dit ou adresse : Le Grand Moulinet Références Cadastrales : Section A - Parcelle 482 Coord. Lambert : X : 316230 Y : 2379190 altitude
  • :55m NGF Statut du terrain : privé Propriétaire du terrain : M. et Mme Mikaël MARTIN Code INSEE : 35 355 Arrêté de prescription n° : 2007-039 en date du 22/05/2007 Responsable désigné : Laurent AUBRY Organisme de rattachement : INRAP Maître d'ouvrage des travaux : M. et Mme Mikaël
  • MARTIN Nature de l'aménagement : Maison individuelle Opérateur chargé des travaux : INRAP Interrégion Grand-Ouest Surface du projet d'aménagement : 1600 m2 Dates d'intervention sur le terrain : 10/09/2007 Surface diagnostiquée : 1600 m2 % de la surface sondée : 9,5 % INTERVENANTS ET
  • MOYENS MIS EN ŒUVRE Intervenants scientifiques : SRA : Anne VILLARD-LETIEC, Conservateur en charge du dossier INRAP : Laurent AUBRY, Responsable scientifique Michel BAILLIEU, Adjoint scientifique et technique Intervenants administratifs : SRA de Bretagne : Stéphane DESCHAMP
  • , Conservateur Régional de l'Archéologie INRAP Interrégion Grand-Ouest : Gilbert AGUESSE, Directeur Interrégional Aménageur : M. et Mme Mikaël MARTIN Financement : redevance. Organigramme de l'équipe scientifique : Préparation : Laurent AUBRY Terrain : Responsable d'opération : Laurent AUBRY
  • Technicien : Véronique CHAIGNE Post-fouille : Laurent AUBRY Intervenants techniques : Terrassement mécanique 1 pelle avec godet de curage de 2 m 1 CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE ET/OU PRESCRIPTIONS SCIENTIFIQUES Rappeler ici, si elles existent, les données archéologiques connues dans
  • l'environnement immédiat de l'emprise et/ou les objectifs scientifiques fixés éventuellement dans les prescriptions Dès la fin du WK siècle, J. Ogée signale la présence l'existence de deux « camps romains » dans la commune de Vieux-Vy-sur-Couesnon, dont celui se développant sur un plateau
  • parcellaires pourraient en effet reprendre le tracé d'un rempart aujourd'hui presque totalement arasé. D'après la topographie et la forme du parcellaire, la parcelle concernée par le diagnostic se situerait à l'emplacement ou en bordure immédiate de la fortification présumée, peut-être à
  • l'emplacement du fossé. CONTRAINTES TECHNIQUES Présence de grand arbre (Chêne principalement) en bordure de parcelle. La présence des arbres nous a contraint à réduire la longueur des tranchées de sondage qui ont été réalisées dans le sens de la largeur de la parcelle. 2 ELEMENTS DU
  • recouvert d'environ 50 cm de limon brun foncé riche en pierres. Méthode de diagnostic : Tranchées en quinconce X Tranchées continues Sur décapage intégral Carottages Recherche en archives Géo-physique Autres (précisez) % surface sondée : 9,5 % Archives consultées : Profondeur des
  • sondages ou carottages : Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : épaisseur de la terre végétale, nature du substrat, description sommaire de la séquence ...(joindre éventuellement des croquis de coupes. Répéter la description si le faciès
  • varie et joindre alors un plan de localisation) Contraintes techniques : Présence de grands arbres en limite parcellaire. Substrat atteint : OUI Notice scientifique résumant les principaux résultats de l'opération : Opération négative 3 316 - 3 S» ■319' -u î ■* ai
  • : Localisation géographique du diagnostic sur extrait de carte ISN au 1:25000 Liberté » Egalité * Fraternité RÉPUBHQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'IIIe-et-Vilaîne, Officier de la
  • Légion d'honneur, Commandeur de l'Ordre national du mérite, Prescriptions de diagnostic archéologique Annexées à l'arrêté préfectoral numéro 2007-039 région : Bretagne département : llle-et-Vilaine commune : VIEUX VY SUR COUESNON lieu-dit : Le Grand Moulinet cadastre : section
RAP01644.pdf ((35). la vallée de la moyenne Vilaine. rapport de prospection thématique avec sondage)
  • (35). la vallée de la moyenne Vilaine. rapport de prospection thématique avec sondage
  • - PROSPECTIONS 1999 : LES PREMIERS RESULTATS 4 - UNE SECONDE SERIE DE SONDAGES SUR LE SITE DE LA GOHERAIS 1 5 - OCCUPATION ET MATIERE PREMIERE 6 - BILAN ET PERSPECTIVES Rapport de synthèse 1 999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de
  • Vilaine 1 7 DEC, 1999 INTRODUCTION Cette campagne de prospections et de sondages a été menée en 1999 dans la vallée de la moyenne Vilaine et ses abords. Ces recherches s'intègrent dans le programme 10: Le Mésolithique, mis en place par le Conseil National de la Recherche
  • , zones humides...). Rapport de synthèse 1 999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine 2.2 Etude des séries lithiques L'étude typo-technologique des séries lithiques que nous avons à notre disposition constitue une des
  • seront présentés dans le chapitre 4 : une seconde série de sondages sur le site de la Gohérais 1 . Rapport de synthèse 1 999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine 3 - PROSPECTIONS 1999 : LES PREMIERS RESULTATS Bien que
  • découverte par A. Hamerlack a malheureusement été égarée depuis l2 cm Guichen - Le Châtellier 1 : nucleus ; 2 : pointe à dos ; 3 : pointe Rapport de synthèse 1999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine par ce dernier. Nous
  • -Senoux - La Fosse Auger ; 7 : Sixt-sur-Aff - La Croix des Gouturiers FIGURE 1 : Points d'information signalés dans le rapport 1999 Rapport de synthèse 1 999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine FIGURE 2 : L'occupation
  • épipaléolithique et mésolithique dans les vallées de la Vilaine et du Canut Etat des découvertes en 1999 Rapport de synthèse 1 999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine 3.2 Laillé : Le Breuil Durand La station de surface du Breuil
  • envisagés. Rapport de synthèse 1999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine 1 Laillé - Le Breuil Durand 1 : grattoir sur éclat ; 2 : perçoir ; 3 et 4 : burin transversal sur troncature latérale ; 5 : burin transversal sur
  • encoche ; 6 : burin multiple ; 7 : racloir ; 8 à 1 1 : raclettes et fragments de raclettes (?) ; 12 à 14 : éclats retouchés 3.3 Maure-de-Bretagne : Bout de Lande Ce site est localisé dans un fond de vallée, au point de convergence de plusieurs ruisseaux et à 500 mètres en aval d'une
  • synthèse 1999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine débitage alterne, débitage...) nous incitent à rattacher cet ensemble à une occupation épipaléolithique. Les prospections futures permettront certainement d'affiner
  • l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine Outillage Grattoir circulaire Grattoir unguiforme Grattoir divers Eclat retouché Perçoir Pièce esquillée Lamelle retouchée Lamelle cassée dans une coche Lamelle tronquée Triangle scalène Divers microlithique Débris de
  • . L'industrie lithique se trouve dans la partie basse d'un mamelon topographique qui offre un vaste point de vue sur la région et permet le contrôle d'un resserrement de vallée au fond de laquelle coule le ruisseau du Hélouin. Il est fort probable que le mobilier provienne du sommet du
  • synthèse 1 999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine lamellaires. Parmi l'outillage, nous notons la présence de plusieurs armatures. L'industrie recueillie sur le site de Lorinou offre de nombreuses analogies - tant sur le
  • l'occupation épipaléolithique de la région et en particulier au site de la Cadiais implanté au bord de l'abrupt qui fait face au site de la Fosse Auger. Rapport de synthèse 1 999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine 3.7 Sixt
  • leur implantation topographique. Le site de la Croix des Gouturiers est implanté en bordure d'un vallon qui assure le passage de la vallée du Canut à un plateau. Ce type de localisation est relativement classique dans la vallée de la Vilaine. La station de surface est matérialisée
  • Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine 4 - UNE SECONDE SERIE DE SONDAGES SUR LE SITE DE LA GOHERAIS 1 Après une première campagne de sondages en 1998, le site de la Gohérais 1 a fait l'objet de nouveaux sondages en 1999. En effet, à l'issue de la première campagne, il était
  • localisé à 500 mètres au S.W du village de la Gohérais sur la commune de Bourg-des-Comptes. Il occupe une partie de la parcelle 2 de la section ZN du cadastre. Le gisement est implanté en fond de vallée (vallée de la Vilaine), à la sortie d'un secteur relativement encaissé et orienté
  • N.S (photo 1). En aval du site, la vallée tend à s'élargir sur quelques centaines de mètres et débouche sur une zone de confluence (figure 3). Le site se trouve plus précisément sur une basse terrasse (Fy) qui domine le lit actuel du fleuve de 3 ou 4 mètres. La formation de cette
  • ont entraîné une dispersion de l'industrie lithique vers le bas de la pente, en surface des limons de débordement (Fz) qui bordent la rivière. Rapport de synthèse 1 999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine PHOTO 1
  • : Vue du site dans son environnement topographique (Cliché M. Gautier- 1998) FIGURE 3 : Localisation du Site (extrait de la carte IGN 1/25 OOOème, 1219 O, BRUZ) Rapport de synthèse 1999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de
RAP00453.pdf ((35). bassin oriental de la Vilaine. rapport de prospection inventaire)
  • (35). bassin oriental de la Vilaine. rapport de prospection inventaire
  • correspond donc au bassin oriental de la Vilaine. Il s'agit essentiellement du bassin hydrographique de la Vilaine, regroupant la vallée de la Vilaine et celles de ses principaux affluents : la Seiche, le Semnon et la Chère. Cette zone comprend, ou touche 13 cantons : ARGENTRE-duPLESSIS
  • des balayages à la fois directifs et systématiques. De la sorte, nous avons suivi les vallées des principaux affluents de la Vilaine, de même que nous avons survolé celles de plus petites rivières telles que l'Ardenne, la Quincampoix, l'Ise ou l'Aron. Les vols ont commencé dès le
  • parfois possible d'expliquer au seul regard de la carte pédologique. Nous prendrons ici l'exemple de la moyenne vallée de la Seiche, correspondant aux communes de Retiers, Marcillé-Robert et Essé, fournissant à elles trois près de 55 sites - en fait ce secteur correspond, non
  • protohistorique localisées dans la vallée de l'Ardenne illustre l'attrait qu'ont pu exercer de telles dispositions naturelles. La densité des structures repérées autour du monument mégalithique de la Roche-aux-Fées (Essé) répond à des paramètres identiques, même s'il vient s'y greffer un
  • cultivées faciliteront le repérage aérien des structures archéologiques. Tel n'était pas le cas des vallées du Semnon et de la Chère ; les résultats obtenus dans cette région du sud du département de 1 ' Ille-et-Vilaine en sont d'ailleurs l'exact reflet. Le degré d'hygrométrie propre à
  • . Le plus grand des 3 montre une entrée face au sud-sud-est. L'ensemble des structures s'étend sur une longueur de 150 m et une largeur de 80 m. Ces structures sont situées en bordure d'un plateau qui domine la vallée de la Seiche. La prospection au sol n'a livré aucun mobilier
  • forme d'un enclos rectangulaire (dimensions : 50 m x 40 m) associé à un petit enclos carré. Ces structures se situent sur le versant nord de la vallée de la Seiche, à environ 500 m de la rivière. La vérification au sol après labours n'a livré aucun indice chronologique, il pourrait
  • partition interne vers l'est. Il se situe dans la vallée de la Seiche, implanté sur un versant exposé au sud. Les labours ne livrent aucun indice chronologique à cet endroit. (Reconnaissance aérienne de Juin 1989). BOISTRUDAN-PIRE . ZO. Parcelle 58. Le Grand Chemin. Section ZM
  • délicat de l'attribuer d'emblée à cette période. (Reconnaissance aérienne de Juin 1989). CHANTELOUP. Le Riffray. Parcelle 59. Section ZS. Petit enclos circulaire d'une dizaine de m environ. Il est situé sur un plateau qui domine la vallée de l'Ise. Cette structure, apparemment
  • 80 m et une largeur de 50 m. Ces vestiges sont situés sur un versant exposé au sud, marquant la vallée de l'Ise. Ces vestiges appartiennent selon toute vraisemblance à la période protohistorique. (Reconnaissance aérienne de Juin 1989). CORPS-NUDS. Launay Péan. Parcelle 48
  • une structure carrée ouverte vers le nord-ouest. Cet ensemble fossoyé se situe dans un fond de vallée. Si l'on prend en compte les quelques fragments de tegulae retrouvés à cet endroit, il est possible d'attribuer ces vestiges à l'époque gallo-romaine. (Reconnaissance aérienne de
  • appartenance à la période protohistorique. (Reconnaissance aérienne de Juin 1989). CORPS-NUDS. Les Vallées. Parcelle 9d. Section ZR. Enclos carré à fossés assez larges, mesurant 40 m de côté. Il est situé en bordure d'un plateau qui domine la vallée de l'Ise. Les quelques éclats de
  • l'angle nord-ouest. Elle atteint une longueur de 70 m et une largeur de 50 m. Cette structure se situe en fond de vallée à proximité du ruisseau de la Bitaudais. Il s'agit vraisemblablement de l'enclos d'une ferme indigène. (Reconnaissance aérienne de Juin 1989). CORPS-NUDS. La
  • atteint 80 m de longueur et 50 m en largeur. Il est situé en fond de vallée, à proximité de la Seiche. ESSE. Le Haut Evard. Parcelles 40, 72. Section ZM. En cet endroit, il est possible de reconnaître un chevauchement de deux structures chronologiquement différentes. La plus
  • fossés parallèles. La structure atteint une longueur de 150 m et une largeur de 120 m. Elle est situé sur un plateau qui offre une vue panoramique sur cette région de la vallée de la Seiche. De plus, elle se trouve à 350 m à l'ouest du dolmen de la Roche-aux-Fées . (Reconnaissance
  • aérienne de Juin 1989). ESSE. La Haute-Trousselière 2. Parcelle 2. Section ZL. Enclos de forme rectangulaire (60 m x 40 m) possédant des angles arrondis, il présente une ouverture face au sud-sudest. Il est situé en bas de pente, dans la vallée du ruisseau de Ricordel. Il pourrait être
  • une longueur de 35 m et une largeur de 20 m. Il pourrait s'agir d'une structure édifiée à des fins rituelles et/ou funéraires, et peut-être en relation avec le dolmen de la Roche-aux-Fées, dont elle n'est éloignée que de 700 m. Cet enclos est situé au fond de la vallée du ruisseau
  • angle nordouest. Ils ont en moyenne entre 60 m et 40 m de côté. Ils sont situés dans la vallée de la Seiche et sur un versant exposé au nord. Il pourrait s'agir d'une ferme indigène d'époque gauloise, associée à des enclos à bétail. (Reconnaissance aérienne de Juin 1989). ESSE. La
  • , dans son angle nord-est, à un enclos carré plus petit (30 m x30 m) et possédant de larges fossés, à destination rituelle ou funéraire, mais présentant une orientation différente. Ces vestiges sont situés en limite ouest d'un plateau qui domine la vallée de la Seiche, et à 50 m d'un
  • fossés face au nord. Enfin, elle semble associée à un petit enclos, rituel et/ou funéraire, dont la forme est proche du losange, de 15 m de côté, et qui se trouve dans son angle nord-ouest à 100 m environ. Cet ensemble est situé sur le versant nord d'une colline qui domine la vallée
RAP00594.pdf (territoire des sources du Scorff et de l'Ellé.)
  • territoire des sources du Scorff et de l'Ellé.
  • HISTORIQUES ET CULTURELLES DE LA CORNOUAILLE ET DU PAYS POURLETH RAPPORT SUR LA PROSPECTION AERIENNE QUADRILLANT LE TERRITOIRE DES SOURCES DU SCORFF ET DE L'ELLE. I) Marcel TUARZE _ La haute vallée du Soorff . II) En préparation: Le haut Elle» 1990 - 2 - Le territoire survolé est
  • s'articulera en deux parties, la première consacrée à la Haute vallée du Scorff et la seconde au Haut Ellé. - 3 - Nous avons survolé à basse altitude le Scorff depuis Guémené jusqu'au hameau de Le Merzer en Langoëian, deouis Le Merze: nous avons suivi la voie gallo-romaine "Hent Àhès
  • précédent vol de 1989, nous avions repéré deux sites dans la vallée du Scorff mais en avons situé un seul à proximité de 3t Auny. Ce nouveau survol nous a uermis de placer le second site et d'en découvrir deux nouveaux que nous avons pu également localiser. Un cina.uième site, à
  • GROUPE D'ETUDES ET DE RECHERCHES ARCHEOLOGIQUES HISTORIQUES ET CULTURELLES DE LA CORNOUAILLE ET DU PAYS POURLETH RAPPORT SUR LA PROSPECTION AERJ l'Mttiï QUADRILLANT LE TERRITOIRE DES SOURCES DU S COREE ET DE L* ELLE. * GROUPE D'ETUDES ET DE RECHERCHES ARCHEOLOGIQUES
  • situé dans un ensemble géographique constitué de hauteurs proches des trois cents aietres, le pays offre de belles échappées sur la région cornouaillo—vannetaise. Le relief est caractérisé par des buttes le granit et granulite, envi ronnées de dépressions; ces intrusions cristallines
  • à travers le sédimentaire ont déterminé des zones métamorphisées, l'ensemble est l'un des plus difficiles à interpréter de toute la 3retagne. Dans ce paysage, qui a des allures montagnardes, de nombreuses sources prennent naissance et en font un "Bro an Doureier" (pays des eaux
  • vives). Ce relief détermine plusieurs zones de partage de eaux, les ruisseaux qui s'en échangent dévalent vers la Sarre, le Scorff, l'Ellé et l'Inam. Cette prospection a pu être entreprise grâce à l'octroi de subventions du Syndicat Intercommunal et du. Conseil Général. Le rapnort
  • " jusqu'à Locuon pour ensuite survoler la zone Mellionnec-St Auny d'où nous avons pris la direction de Plouray. A la hauteur du bourg de Plouray nous avons mis le cap sur Le Paouët en suivant l'Sllé. Nous avons atterri à Guiscriff vers 15 h 30. Les sites repérés (Fig.I) Aucours du
  • proximité d'un double élevage hors-sol n'a ou être situé. -I) Site entre Le 3otbras et Le 3otbihan -2) Site de Botcazo -3) Site au nord de Kerzoze -4) Site à l'ouest de St Auny -5) Site gallo-romain ? Les site suivant sont situés dans le Haut Ellé. Description. I) Site Le Botbras/Le
  • Botbihan (diauos I et 2) A kfT V9UA Xam ,i ~ lïL M ASJJ: ° feflRc Cadastre fleures 2 et 3Cooraoimées * tembert II. : 185,43 ! Y ■ 36û 30 ' ' 1 : 200m - ^ * La parcelle est plantée de choux. Le cultivateur, Monsieur NOAY Rémy, de Bofcbras, a retrouvé dans le Scorff, qui
  • coule en contrebas du site, une ébauche de meule brisée. En l'obss: vant j'ai découvert qu'elle portait des cupules, cette ébauche a dû être taillée dans une dalle, il faut noter que St Houarno est situé à environ 1,3 km au sud-est. I - 4 : , -i - 2) Site de Botcazo (diaoos 3 et
  • 4) 0 Cadastre figure 4 0 Coordonnées Lambert II. [ î X : 185,00 ; Y : 361,02 ; Z : 174 m. 0 1 1 1 Observations. Les plants de maïs occupent la parcelle, c'est dans cette zone que le dépôt de Bofccazo a été mis au jour. [ i 3) Site de_Kerzoze (diapo 5) 0 Cadastre
  • figure 5 0 Coordonnées Lambert II. X : 183,20 ; Y : 365,30 ; Z : 225 m. [ l Observations. 0 Il s'agit d'une enceinte surplombant une des sources du Scorff, la zone de cette source a été aménagée, on remarque la présence de blocs de granit régulièrement disposés. C'est une [ ! 1
  • zone de oâtures. 4) Site_à 1' ouest de St Aunj (diapos 6 et 7) 1 [ 1 Ov-
  • , Vestiges gallo-romains ? CONCLUSION. Le choix d'une période de prospection plus tardive en 1990, courant Août au lieu de fin Juin comme en 1989, s'est révélée plus rentable. Aux remarques concernant certaines cultures ( maïs , pois fourragers) plus favorables à la révélation des sites
  • , il semble que dans notre secteur les choux présentent également cette particularité . Figol Sites repères dans la haute vallée du Scorff |H5 159 (55!? j5B 1555 jsË? WSËT SKEHS
RAP00859.pdf (CARHAIX (29). "Kerniguez". rapport de sondage)
  • CARHAIX (29). "Kerniguez". rapport de sondage
  • . riche Pendant gallo-romaine, localisée en p l o m b vallée bassin de Roger à cette Les vestiges de l'époque thermal gallo-romaine. Pendant intervention des v e s t i g e s La deux jours d'évaluation au mois d e S e p t e m b r e a permis d ' é t a b l i r 1989
  • vallée à 100 thermal et fait plaqués Le mur terre localisés antique sud d ' u n e sources réputation mortier moellons été b o r d du r u i s s e a u la du s i t e et (non de vents couvrent d'hypocauste, du des considérable tubuli côté par de s é c h e r
  • e s s e découverte d1hypocauste, le établissement favorisé ont temps Sur plusieurs cet protégé Les v e s t i g e s une de l ' a g g l o m é r a t i o n hameau a c t u e l vallée sources par moment d e l a le au n o r d , et Les né d a n s sous f o n d de
  • ' H y è r e Emplacement schiste. de - la Thermes de piscine Kerniguez. dallée avec des plaques de 29 CARHAIX - PLOUGUER. Vallée de 1 ' H y è r e - Thermes de Kerniguez. Vue g é n é r a l e du mur n o r d c o n s t r u i t contre le cours d'eau. 29 CARHAIX
  • - PLOUGUER. V a l l é e de l ' H y è r e Vue de l ' a b s i d e - Thermes de interne de l a Kerniguez. pièce chauffée. 29 CARHAIX-PLOUGUER. Vallée de l ' H y è r e - Thermes de Vue de l ' é t a t g é n é r a l e des H y p o c a u s t e en place. Kerniguez. fouilles.
  • RAPPORT DE SONDAGE SUR DES THERMES GALLO-ROMAINES DE KERNIGUEZ COMMUNE DE CARHAIX -- PLOUGUER. (FINISTERE) SEPTEMBRE 1989 Michael CIRCONSCRIPTION BATT DES A N T I Q U I T E S DE BRETAGNE RAPPORT DE SONDAGE SUR DES THERMES GALLO-ROMAINES DE KERNIGUEZ - COMMUNE DE
  • CARHAIX - PLOUGUER (FINISTERE) Situation : Commune: CARHAIX-PLOUGUER. Lieu-dit: Kerniguez. Cadastre: Section Coordonnées Lambert: no. Carte no. Autorisation en un jour tuiles, travaux vaste de t e r r a s s e m e n t le piscine plaques de GUENVER, archéologue
  • piscine, un t u y a u ont identifiés schiste Circonscription des d'un d'eau qui de l ' H y è r e , ont Rennes. moellons, une 013. ITA. aménagement pendant y=1081,550. 89-24H Michael, travaux, été 29 024 de sondage: de B r e t a g n e , Les 574. x=159,000
  • , BATT, Antiquités mise au parcelle archéologique: Titulaire: constitue E1, mois de l a de J u i l l e t mortier de et l'époque a été bénévole de fut comme un 1 9 8 9 une z o n e cendres. par CARHAIX. alors bâtiment les dallée Monsieur Associé localisé
  • , une l'importance découverts. découverte se trouve au lieu dit Kerniguez, situé à 1200 mètres m o d e r n e de l a aubord d'un environ ville à l'est un matin au t o u r . sec, même concentration terrain et éléménts sondages praefurnium est constitué
  • intérieurs ont La l i m i t e de quelle pièce frigidarium . n'etre comme é t a i t situées jamais le à cas au délimités par 1989. tegulae, de t u i l e a u . Le pilettes décapage du provenant L'ensemble contre des . tubuli (orienté est-ouest) métrés sur
  • localisé conservée utilisée de l a Be s c h i s t e , par sous a été partie en à localiser. caldarium, du bâti décapée. montré au moins pour non de de que deux préciser tepidarium praefurnium La p i s c i n e , au tranchée ont pas d ' é l é m e n t s
  • L'emplacement parements une a c c u m u l a t i o n divisé co me été une murs, maçonnerie les a la Les s o n d a g e s Nous n ' a v o n s difficile de du de c e n d r e s l'édifice, a été ensoleillement des c o l l i n e s de trouve des q u a n t i t é s de l ' é d i
  • f i c e chauffées. se des mesure 20 se t r o u v e pièces par Malgré apparaître 1,50m d ' é p a i s s e u r . l'intérieur également il un 600m2 e n v i r o n , localisé). nord sud d e peldeteuse, et mètres de K e r n i g u e z . en J u i l l e t ont
  • au s o i r l'ouest d e CARHAIX. ruisseau son e x p o s i t i o n dans à a ou été chauffée, se t r o u v e à l'est bâtiment pas de du thermal, le mais situer un manque d ' é l é m e n t s à 1'intérieur ou à n e nous permet 1'extérieur de l'édifice. Le m
  • o b i l i e r . Très sondages été autre la de m o b i l i e r d'évaluation. construction, ont peu mobilier partie ruisseau Mis seulement trouvés. a été à quatre part à noter. humide au se t r o u v e Il nord du pendant mobilier de v e r r e de c é r
  • a m i q u e n'est du m o b i l i e r du fragments Un a b s e n c e t o t a l e est localisé pas i m p o s s i b l e bâtiment, en m a t i è r e dans de à et les vitre de tout que dans le lit du n'est pas pour la organique. Datation En l ' a b s e n c e
  • possible pour construction d'éléments l'instant, de d a t a t i o n , d'avancer ou a b a n d o n d e c e t une edifice il datation gallo-romain. Conclusion Le s i t e l'étude rural. dans de l a Ces t h e r m e s , l'instant pour ville l'ouest isolée découvert être
  • près ses d'une cet antique les plus Kerniguez d e CARHAIX importants l'Armorique, associés qualités contraires, cultuelle. de à source à une v i l l a et avait, en et important son découverts romaine. la récemment peut-être, pas Sa une pour situation
  • tradition l'absence pour environement paraissent r e p u t é e dans curatives, édifice ne est orale d'indications utilisation CARHAIX - Village de PLOUGUER (Finistère) Kerniguez, N Cadastre : Section E1 parcelle no. 574. 29 CARHAIX - PLOUGUER. V a l l é e de l
RAP02533.pdf ((35). prospection diachronique sur le massif de Paimpont. rapport de prospection inventaire)
  • (35). prospection diachronique sur le massif de Paimpont. rapport de prospection inventaire
  • . Le mégalithe de Haute-Forêt 3 14 5. Les Trois Roches 16 Les abris sous roche 18 Les sites métallurgiques 20 1. Les sites à scories piégées 20 1.1. La vallée de l'Aff 20 1.2. La Fenderie 22 2. Les sites à scories écoulées 23 2.1. LesBrieux 23 2.2. LeVauBossard
  • 262786 2341134 Vallée de l'Aff 4 262461 2341878 Vallée de l'Aff 5 262203 2342017 Vallée de l'Aff 6 262197 2342194 Vallée de l'Aff 7 262147 2342160 Vallée de l'Aff 8 262021 2342089 Vallée de l'Aff 9 261918 2342156 Vallée de l'Aff 10 261851 2342181 Vallée
  • de l'Aff 11 262435 2341883 Vallée de l'Aff 12 262502 2341859 Vallée de l'Aff 13 262415 2341673 Vallée de l'Aff 14 260720 2348155 Vau Bossard 15 266129 2346695 Pas du Houx 16 270841 2344023 Les Brieux Tableau 3 : Liste des sites paléométallurgiques
  • inventorié en 2009 1. Les sites à scories piésées 1.1. La vallée de l'Aff La vallée de l'Aff, limite entre les communes de Paimpont et Beignon, a été prospectée au cours de la campagne 2009. A cette occasion plus d'une dizaine de sites paléométallurgiques (table 3) ont été découverts
  • semblable à celui des Glyorels I, II et III fouillés par J.-B. VIVET en 2007 et 2008. Il s'agirait sans doute d'ateliers de réduction du minerai de fer datant du second Âge du Fer ou du début de la période gallo-romaine. 20 Figure 20 : Localisation des sites de la vallée de l'Aff sur
  • la carte au 1/25000. Figure 21 : Photographie de scories de la vallée de l'Aff. 21 1.2. La Fenderie Le site du Carrefour de la Fenderie se situe à environ 600mètres au nord des Forges de Paimpont. Un bloc scorie ainsi que de nombreuses scories en goutte et cordon ont pu être
  • observés. Comme pour les sites de la vallée de l'Aff, ces éléments nous permettent de penser qu'il s'agit, ici aussi, d'un atelier de réduction du minerai de fer datant du second Âge du Fer ou du début de la période gallo-romaine. Figure 22 : Localisation du site de la Fenderie sur la
  • OILLIC Jean-Charles Doctorant - Université de Rennes 1 , 3 UMR 6566 : CReAAH M/if Prospection diachronique sur le massif de Paimpont : Rapport 2009 î 25îb Remerciements Mes plus sincères remerciements à l'ensemble des personnes sans qui ce travail n'aurait pas pu être
  • réalisé : - Guy LARCHER -Jean BOUC ARD - Xavier BACHETER - Cécile LE CARLIER - Marie-Jo LE GARREC -Elise MERDY Nadège JOUANNET Manon DRUI Je remercie également le S.R.A. Bretagne, la Communauté de Communes de Brocéliande, le SIVU « Fer et Métallurgie » ainsi que la M.S.H.B pour leur
  • soutient financier. Enfin je remercie l'ensemble des propriétaires qui nous ont permis de prospecter sur leurs terrains. 2 Sommaire Introduction 4 Les sites mégalithiques 7 1. Les sites de Rauco 7 2. Le mégalithe de haute-Forêt 1 10 3. Le mégalithe de Haute-Forêt 2 12 4
  • 25 2.3. La Croix du Houx 28 3. Le Pas du Houx 29 Les amas anthropiques 31 Les charbonnières 35 Références bibliographiques associées 37 3 Introduction La campagne de prospection archéologique diachronique réalisée au cours de l'année 2009 à Paimpont et sur les
  • communes avoisinantes s'intègre dans des travaux de thèse réalisés à l'Université de Rennes 1 (UMR 6566 « CReAAH). Cette thèse intitulée « Etude de l'évolution du massifforestier de Paimpont (Ille-et-Vilaine) sous l'impact des activités humaines sur le long terme : inventaire des
  • occupations archéologiques et historiques et enregistrement de la végétation sur les 6 derniers millénaires. », a pour problématique la compréhension des transformations qu'a connu le massif forestier de Paimpont en relation avec les activités humaines qui ont eu lieu en son sein. Au cours
  • de ces travaux, il s'agit plus exactement de s'interroger sur les processus naturels et culturels de mise en place du massif forestier ainsi que sur l'évolution de ses limites. Il est en effet logique de supposer qu'au cours des siècles, la forêt a vu sa surface considérablement
  • varier. Les mouvements de populations humaines et leurs activités, dont la métallurgie, ont entraîné des phases de déforestation dans le but d'obtenir, entre autres, des terres agricoles et du combustible. Des phases de recolonisation forestière, lors de l'abandon de certains sites
  • , sont aussi à rechercher dans la composition floristique du peuplement forestier à différentes périodes chronologiques. Les modes d'exploitation du bois et du minerai de fer de son sous-sol ont dû grandement affecter l'écosystème forestier (charbonnières, minières, fourneaux, réseau
  • hydrographique, pacages...) La mise en évidence des réactions de cet écosystème particulier aux activités humaines variées par le passé est une occasion de comprendre l'évolution des rapports réciproques entre les sociétés et leur environnement. Dans le cadre de cette thèse, cette campagne de
  • prospection a pour but d'inventorier un maximum de vestiges archéologiques afin de mettre à notre disposition le plus d'outils possible pour comprendre l'évolution de la végétation et des signaux d'anthropisation qui seront mis en évidence au cours des approches paléoenvironnementales et
  • surtout via l'analyse palynologique de plusieurs tourbières et zones humides du massif de Paimpont. Au cours de cette année, les prospections se sont encore majoritairement concentrées en forêt de Paimpont avec quelques recherches de vestiges sur les communes de Plélan-le-Grand
  • , Concoret et Beignon (Figure 1). Plus de 300 sites, ou indices de sites, ont ainsi pu être enregistrés (Figure 2 ; Table 1). On peut noter, parmi eux, 15 sites métallurgiques, 6 mégalithes et 2 sites ayant pu servir d'abris sous roches. 4 5 Nombre Nature 206 Amas anthropiques 61
RAP00798.pdf (PLÉNEUF-VAL-ANDRÉ (22). le site paléolithique moyen des vallées. rapport de fp 2010)
  • PLÉNEUF-VAL-ANDRÉ (22). le site paléolithique moyen des vallées. rapport de fp 2010
  • Le site paléolithique moyen des Vallées (Pléneuf-Val-André, Côtes-d’Armor) Rapport final d’opération programmée sous la direction de Briagell Huet Avec le concours du Ministère de la Culture et de la Communication, Département des recherches archéologiques subaquatiques et
  • adresse : Plage des Vallées Cadastre : Site non cadastré (domaine publique maritime) Coordonnées Lambert (II étendu) : X : 240 555 ; Y : 241 926 ; Z : 0 (estran) Latitude : 48° 35.800’ N Longitude : 02° 32.26’ O Profondeur : 0 m (estran) Identité de l’opération Arrêté de prescription
  • site paléolithique moyen des Vallées (Pléneuf-Val-André, Côtes-d’Armor) Mots-clés : Paléolithique moyen, Saalien, industrie lithique, technologie lithique, typologie lithique, faune, archéozoologie, sédimentologie, datation. Localisé sur l’estran de la plage des Vallées, le site
  • paléolithique des Vallées correspond à un gisement de plein air implanté à proximité d’un petit cours d’eau. Sa position littorale actuelle n’est que le résultat de l’augmentation du niveau marin depuis l’époque de son occupation. C’est d’ailleurs l’érosion marine qui a mis au jour les
  • par là-même d’un abattage des bêtes in situ. Le gisement des Vallées correspond à un site d’activités spécialisées en lien avec du travail de boucherie. Tant du point de vue chrono-culturel qu’économique, il peut être rapproché de sites sub-contemporains connus à proximités
  • immédiate tels que Piégu et Nantois. 2 1. Présentation du site Par Briagell Huet 1.1. Cadre géographique et géomorphologique Le site des Vallées est localisé sur la commune de Pléneuf-Val-André dans les Côtesd’Armor, sur la façade est de la Baie de Saint-Brieuc (Fig. 1). Il se
  • trouve sur la bordure littorale nord de la commune, au niveau de l’estran de la plage des Vallées qui s’étend entre la pointe de Pléneuf prolongée par l’îlot du Verdelet au sud-ouest et une petite pointe au nordest qui la sépare de la plage Nantois. Fig. 1 – Localisation géographique
  • du site des Vallées (extrait de la carte IGN à 1/50 000, feuille de Saint-Brieuc) 3 Son emplacement correspond à l’entrée actuelle d’un petit vallon au fond duquel coule le ruisseau du Vauclair. Le gisement préhistorique se trouvait sur la rive gauche de ce cours d’eau. En
  • probablement en partie émergée et pouvait alors constituer une vaste plaine propice aux activités cynégétiques. Ainsi, bien qu’actuellement implanté sous le niveau des plus hautes mers, le gisement des Vallées, à l’époque de son occupation, s’inscrit dans un milieu ouvert et non littoral
  • (Fig. 2). Fig. 2 – Vue générale du site pendant sa fouille en direction du nord-ouest avec, au fond, la pointe de Pléneuf et l’îlot du Verdelet (cliché D. Chauvin) 1.2. Cadre géologique D’un point de vue géologique, le site des Vallées est implanté sur les terrains cadomiens du
  • Verdelet qui délimite la plage des Vallées à l’ouest (Fig. 3 ; Egal et al., 2004). Il est intéressant d’observer que des veines à quartz de puissance pluri-centimétriques peuvent être relativement nombreuses au sein de cette roche. Dans la partie ouest de la plage des vallées, sur une
  • roches dioritiques à gabbroïques, massives, généralement équantes à discrètement orientées, gris-vert sombre à la cassure, plus claire à la patine (Egal et al., 2004). Elles affleurent sous la forme de filons à l’est du site sur la grève des Vallées. - Au sud-ouest, la Formation
  • ’occupation paléolithique. Fig. 3 – Contexte géologique du site des Vallées (extrait de la carte géologique à 1/50 000, feuille de Saint-Brieuc) 5 2. Présentation de l’opération Par Briagell Huet 2.1. Circonstances de l’intervention En avril 2009, des travaux municipaux visant à
  • renforcer la base de la falaise de la plage des Vallées ont fait intervenir des engins mécaniques et ont mené à un décapage important du sommet de la plage provoquant la mise au jour accidentelle de vestiges archéologiques. Des artefacts lithiques en quartz et en silex ainsi que des
  • 12 juin 2010 avec l’aide d’une équipe de 10 personnes. Fig. 4 – Niveau archéologique affleurant avec éclats de quartz visibles et os apparaissant en coupe (clichés D. Chauvin et B. Huet) 2.2. Problématique et objectifs de l’opération La plage des Vallées est déjà connue pour
  • particulièrement rares, ceci pour des raisons d’ordre taphonomique et liées à la nature des sédiments encaissants les dépôts archéologiques. En fonction de l’état de conservation des vestiges, l’étude archéozoologique du site des Vallées permettra de compléter nos données sur les comportements
  • Uranium-Thorium. Il s’agit d’une opportunité rare pour la Préhistoire ancienne en Bretagne qui, au-delà d’apporter une attribution chronologique de cette occupation préhistorique des Vallées, viendrait préciser le cadre chronologique régional pour le Pléistocène et autoriser ainsi des
  • gisement connu sur la plage des Vallées. 2.3. Déroulement de l’opération La fouille s’est déroulée sur une durée de 2 semaines consécutives du 31 mai au 12 juin 2010 avec une équipe de 10 personnes. La période choisie est le résultat d’un compromis entre la nécessité d’intervenir en
  • ’eau intempestives à travers la plage actuelle et qui empêchaient d’atteindre le niveau de limons sableux. Fig. 7 – Vue panoramique de la plage des Vallées avec délimitation de la zone d’affleurement du limon sableux livrant des vestiges telle qu’elle se présentait en juin 2010
  • les deux cales cimentées qui longent la plage des Vallées (une d’orientation ouest-est et l’autre d’orientation nord-sud). Lors de la prise de mesure, outre les trois coordonnées cartésiennes de l’objet relevé, plusieurs autres critères ont également été enregistrés : - le numéro d
RAP01543.pdf (PLOUFRAGAN (22). l'allée couverte de la vallée - terrain de sport. rapport de sondage)
  • PLOUFRAGAN (22). l'allée couverte de la vallée - terrain de sport. rapport de sondage
  • PLOUFRAGAN (Côies-d'Arraor) terrain des Sports Allée-couverte de la Vallée (site 22 215 004 AP) R a p p o r t d'intervention de sauvetage préalable à des t r a v a u x de restauration ( f é v r i e r - j u i n 1998) (arrêté n° 1998/040 du 12 février 1998) Charles-Tanguy LE
  • ROUX Service régional de l'Archéologie de Bretagne août i 998 PLOUFRAGAN (Côtes-d'Armor) terrain des Sports Allée-couverte de la Vallée (site 22 215 004 AP) Rapport d'intervention de sauvetage préalable à des travaux de restauration (février-juin 1998) (arrêté n° 1998/040 du 12
  • alléescouvertes et un menhir disposés le long d'un filon de dolérite dont ils ont utilisé les meilleures boules d'affleurement (Habasque, 1836; etc.). L'allée-couverte de la Vallée a été explorée dès 1842 et les deux autres en 1854 et 1867. La bibliographie et l'histoire de ces monuments ayant
  • été récemment retracées dans une "carte archéologique communale" (Picault et Béguin, 1994), on rappellera simplement ici que l'allée-couverte de la Vallée, toute proche du bourg, jouxtait, dès l'après-guerre, un terrain de football et que, les besoins de la commune en la matière
  • (notamment les manutentions de terre, l'hébergement de l'équipe de fouille, les frais de photographie, et l'édition du présent rapport) ont été intégralement supportés par la Ville de Ploufragan. 2 - Etat des lieux L'allée-couverte de la Vallée se présente comme une chambre très allongée
  • PICAULT, C. et BEGUIN, F., 1994 - Carte archéologique de la commune Ploufragan -Côtes-d'Armor- (rapport multigraphié), S.R.A. de Bretagne, 120 p. de 5m Menhir PLOUFRAGAN (Côtes-d'Armor) - Allée-couverte de la Vallée. Fig. 2 - Plan général schématique du monument vers 1950
  • février 1998) Charles-Tanguy LE ROUX Service régional de l'Archéologie de Bretagne août 1998 I - L'opération et son contexte Jouxtant au sud l'agglomération de Saint-Brieuc, la commune de Ploufragan est connue de longue date pour son patrimoine mégalithique comprenant trois
  • croissant rapidement, le mégalithe s'est retrouvé en quelques décennies au coeur d'un complexe sportif et scolaire (Cf fîg. 1), malgré un classement M.H. intervenu en 1952. Des feux intempestifs ayant été allumés à diverses reprises dans le monument ces demières années, plusieurs
  • éclatements thermiques ont affecté certains blocs, compromettant notamment la stabilité des deux tables de couverture encore en place' En concertation avec le Service régional de l'Archéologie, le Service départemental de l'Architecture a donc fait étayer le monument en 1996 et programmé
  • , avec la commune propriétaire, une restauration légère qui demandait néanmoins à être préparée par une intervention archéologique de sauvetage et suivie d'un contrôle du travail confié à l'entreprise A.R.T. de Chatelaudren. L'opération archéologique nous a été confiée par arrêté n
  • ° 1998/40; elle s'est déroulée du 16 au 20 février 1998 avec l'aide de M. O. Laurent, objecteur de conscience au S.R.A. et la participation bénévole de Mme A. Roque, professeur à Rennes. Elle a été suivie de visites de chantier les 20 avril, 2 et 5 juin. Le fonctionnement du chantier
  • (environ 13m de long pour une largeur interne maximale de 2m). Elle est orientée NW SE, obliquement par rapport à la légère pente naturelle du terrain, préservée dans son voisinage immédiat. Toute la construction est réalisée en gros blocs naturellement arrondis de dolérite, roche dont
  • plusieurs affleurements, aujourd'hui déroctés, se voyaient jadis dans le voisinage. L'extrémité amont, un peu plus étroite, est partiellement enterrée et relativement désorganisée, ce qui explique qu'elle n'ait pas été prise en compte sur le plan de C. Picault et F.Beguin (1994); le
  • nettoyage général du site nous, a permis d'effectuer un relevé complémentaire de ce point ( Cf. fig. 3). A l'extrémité opposée, un bel orthostate ferme l'extrémité SE mais en laissant un espace contre la paroi NE, basculée vers l'extérieur. Les deux grands côtés NE et SW comportent
  • chacun 11 piliers bien identifiables. Deux tables sont encore en place sur la partie médiane, la moitié d'une autre est affaissée dans la chambre contre l'avant dernier pilier NE et plusieurs blocs en désordre encombrent l'intérieur de l'extrémité NW. L'intérieur de la chambre
  • , légèrement surcreusé par rapport au terrain environnant, nous est apparu truffé de détritus modemes, capsules de bierre et tessons de verre notamment, qui ont nécessité des précautions particulières (usage systématique de gants de sécurité, etc.) pour la fouille. Extérieurement, aucun
  • monument réside dans la présence, à 9m au SE de la chambre et dans l'axe de celle-ci, d'un menhir d'environ 2m de haut hors du sol actuel et lui aussi en dolérite. En position intermédiaire, à 6m de l'allée, un autre bloc important gît à plat, brisé en deux. La comparaison avec un plan
  • schématique levé dans les années 1950 par J. L'Helgouac'h (Cf fig. 2) montre que ce dernier ensemble a été quelque peu déplacé depuis lors; il semblerait que ce soit dans les années 70, pour faciliter le passage du matériel nécessair à l'organisation d'un concert sur le terrain de sport
  • attenant. Enfin, deux modestes blocs épars gisent au pied de l'orthostate fermant la chambre au SE. La nomenclature utilisée pour désigner les éléments de la construction et les fouilles effectuées a été reporté sur le plan complété de la chambre donné en fig. 3. 3 - L'intervention
  • archéologique La restauration prévue consistait à redresser les orthostates basculés (SW 5 et 7; NE 10 et 11), ainsi qu'à recoller une cassure du bloc NE 7 pour améliorer l'assise des tables subsistantes (T 1, 2 et 3). Quatre sondages ont été effectués au pied des piliers concemés pour en
RAP03966 (En remontant le fleuve... paysages et sociétés du Blavet préhistorique. Rapport de PCR 2020)
  • programme collectif de recherche
  • En remontant le fleuve... paysages et sociétés du Blavet préhistorique. Rapport de PCR 2020
  • , avec les références exactes et complètes du ou des auteur(s) et de l’ouvrage. PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE / VALLÉE DU BLAVET/RAPPORT D’ACTIVITÉS 2020/ N°2020-061 – AURÉLIE CROWCH – DÉCEMBRE 2020 2 rue de Saint-Tropez – CS 82400 – 56009 Vannes Cedex Tél 02 97 69 50 75 – Fax 02 97
  • Chantal LEROYER Nicolas NAUDINOT Équipe du Centre de Recherche et de Formation en Archéologie (CFRA) Projet collectif de recherche/Vallée du Blavet Rapport d’activité 2020 AVIS AU LECTEUR Le présent rapport présente les résultats d’un projet collectif de recherche. Les rapports
  • : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologique Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Projet collectif de recherche/Vallée du Blavet Rapport
  • privilégiés avec l’équipe OTR 24 2. Activités 2020 : état de l’art et premières opérations de terrain 25 2. 1 La carte archéologique nationale : premier regard sur le corpus 25 2. 1. 1 Entités et opérations archéologiques enregistrées dans la vallée du Blavet 25 2. 1. 2 Quelques
  • /Vallée du Blavet Rapport d’activité 2020 2. 5 Géomorphologie de la vallée du Blavet entre Pontivy et Guerlédan. Synthèse des travaux 55 antérieurs. (Y. Chantreau) 2. 5. 1 Le contexte géologique et géomorphologique global du secteur Pontivy Guerlédan 55 2. 5. 2 L’apport des
  • opérations préventives 55 2. 5. 3 Réflexion sur la géoarchéologie du Blavet dans le secteur Pontivy-Guerlédan 61 2. 6 Approche paléoenvironnementale de la vallée du Blavet (D. Aoustin, Y. Chantreau, P. Charretier, C. 62 Leroyer) 2. 6. 1. Introduction 62 2. 6. 2 Méthodologie
  • 122 ANNEXE 125 III DÉCLARATION DE SITES ET ÉTAT DES LIEUX 4 128 I. Données administratives, techniques et scientifiques I DONNÉES ADMINISTRATIVES, TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES 5 Projet collectif de recherche/Vallée du Blavet Rapport d’activité 2020 Fiche
  • : 02 97 47 68 47 E – mail : sdam@morbihan.fr 7 Projet collectif de recherche/Vallée du Blavet Rapport d’activité 2020 Auteurs du rapport 2020 Aurélie Crowch (Coordination) Attachée de conservation du patrimoine et responsable d’opérations du Service départemental d’archéologie
  • - UMR 7264 CEPAM, Membre associé UMR 6566 CReAAH • Équipes de prospection : Prospections anciennes : Gérard Tournay - Partie nord de la vallée Prospections en cours et à venir : Équipe Centre de Formation et de Recherche en Archéologie (CFRA) - Vallée du Blavet Équipe Société
  • d’Archéologie et d’Histoire du Pays de Lorient (SAHPL) - Partie sud de la vallée Équipe en cours de constitution : Équipe Morgane Le Roch - prospections - Partie nord de la vallée en connexion avec le CFRA Association «Histoire et Patrimoine de Baud» - Partie centre de la vallée en connexion
  • évoluera au fil de l’avancée du projet et selon les problématiques abordées. 9 Projet collectif de recherche/Vallée du Blavet Rapport d’activité 2020 Notice scientifique Le service départemental d’archéologie du Morbihan a proposé de mettre en place en 2020 un projet de recherche
  • triennal portant sur la Préhistoire de la vallée du Blavet. Soutenu par l’État (DRAC Bretagne), ce projet intitulé « En remontant le fleuve… Paysages et sociétés du Blavet préhistorique » s’inscrit dans des problématiques de recherches de l’UMR 6566 et réunit des archéologues issus de
  • , Larmor-Plage, Riantec, PortLouis, Locmiquélic. Figure 1 : Localisation de l’opération à l’échelle de la région et du département 11 Projet collectif de recherche/Vallée du Blavet Rapport d’activité 2020 Arrêté d’autorisation de projet collectif de recherche 2020 12 I. Données
  • administratives, techniques et scientifiques 13 Projet collectif de recherche/Vallée du Blavet Rapport d’activité 2020 Avis CTRA 2020 14 I. Données administratives, techniques et scientifiques 15 Projet collectif de recherche/Vallée du Blavet Rapport d’activité 2020 16 II
  • . Résultats II RÉSULTATS 17 Projet collectif de recherche/Vallée du Blavet Rapport d’activité 2020 1. Présentation du projet 1. 1 Préambule La genèse de ce projet répond à un constat : les sites préhistoriques hors littoral sont rares voire inexistants dans le Morbihan. Comment
  • entre la côte littorale sud morbihannaise et les départements limitrophes, mieux documentés. Son objectif est de reconstituer les paysages anciens et les occupations humaines préhistoriques de cette grande vallée. Pour ce faire, cinq axes de travail complémentaires ont été définis
  • scientifiquement sur certaines problématiques spécifiques du projet, à l’image des études paléoenvironnementales. Ce parti-pris favorise l’acquisition de données inédites et indispensables à une meilleure compréhension globale du système de la vallée. 19 Projet collectif de recherche/Vallée
  • , constitue aujourd’hui la frontière entre les deux départements. En Morbihan, d’abord au contact de plusieurs unités paysagères de plateaux (le massif de Quénécan, le plateau de l’Ével, le plateau de Guémené), la vallée traverse ensuite l’ensemble des reliefs des Landes de Lanvaux dont
  • , puis le Tarun et l’Ével sur sa rive gauche à Baud. 20 Figure 4 : Cours du Blavet depuis sa source jusqu’à son estuaire, et topographie de la vallée dans sa partie morbihannaise. 21 D.A.O L.Quesnel (UMR 6566 CReAAH du C.N.R.S) II. Résultats 0 50 km Projet collectif de
  • recherche/Vallée du Blavet Rapport d’activité 2020 Le cours du Blavet du lac de Guerlédan à l’océan peut être divisé (Fig. 5) en 4 sections principales (Collin, 2010) : Saint-Aignan – Pontivy, des terrasses pléistocènes conservées Depuis le lac de Guerlédan, la vallée se caractérise
RAP01221.pdf ((35). les sites préhistoriques de la vallée du Canut. rapport de prospection thématique)
  • (35). les sites préhistoriques de la vallée du Canut. rapport de prospection thématique
  • est fraîchement extrait des affleurements. Ce programme de prospection thématique, mis en place en 1993 dans la vallée du Canut (au niveau de l'embouchure avec la Vilaine), avait révélé lors de cette première année, une occupation préhistorique dense et variée. En effet, la
  • diversité des périodes d'occupation, de l'implantation des sites et des matériaux utilisés pour la taille avait été constatée . Au cours de l'année 1994, ces recherches ont été poursuivies, plus en amont, dans la moyenne vallée du Canut. => Les schistes ordoviciens (schiste de Riadan
  • , schiste d'Angers) sont plus ou moins feuilletés, parfois ardoisiers. Ils occupent généralement les fonds de vallées. Les sols de type brun qui s'y développent sont souvent peu profonds. En position de hauteur, ils sont peu hydromorphes. 1 - LE CADRE GEOLOGIQUE ET GEOGRAPHIQUE La
  • moyenne vallée du Canut, située au sudouest de Rennes (fig. 1), appartient géologiquement au secteur occidental des synclinaux paléozoïques de Bretagne centrale (synclinorium de MartignéFerchaud, de Saint-Julien-de-Vouvantes et de Saintgeorges-sur-loire). => De formation cambrienne
  • , les schistes pourprés se présentent sous la forme de grandes dalles à clivages verticaux. Ils se débitent aisément en dalles massives. Ces schistes, qui occupent dans le paysage des positions élevées, affleurent à la périphérie des plateaux paléozoiques ou dans les vallées
  • hydrographique de notre cadre d'étude. Par la suite, l'érosion différentielle a engendré un paysage accidenté : les vallées étant creusées dans les formations tendres (schiste) alors que les hauteurs correspondent aux bancs de roches dures (grès et schistes pourprés). Les formations
  • paléozoïques comprennent, essentiellement sur ce secteur géographique, des grès ordoviciens, des schistes ordoviciens et des schistes pourprés du Cambrien. / C'est ainsi que la première partie du cours du Canut s'inscrit dans un secteur relativement plat, où la vallée est peu encaissée
  • . De sa source jusqu'à Maxent, la rivière suit un tracé régulier. De Maxent à Baulon, la vallée s'encaisse légèrement. On peut noter la présence de quelques talwegs sur les flancs de celle-ci. Enfin, à partir de Baulon, le cours du Canut devient sinueux. Dans ce relief beaucoup plus
  • tourmenté, les ruisseaux affluents sont nombreux. Plusieurs talwegs et cluses, ainsi que quelques éperons naturels jalonnent le reste de la vallée du Canut jusqu'à sa confluence avec la Vilaine. COUENNES Vf~" 0 100km C Figure 1 : Cadre géographique. 1 Blanchet S.; Les occupations
  • préhistoriques de la vallée du Canut, 1993. 1 2 - OBJECTIFS ET PROBLEMATIQUES L'étude des matériaux a amené à définir certains principes : L'objectif de ce programme de prospection reste l'étude des occupations préhistoriques de la vallée du Canut. Par contre, les constatations
  • modifier et à compléter la méthodologie mise en oeuvre l'année dernière. 4 - L'OCCUPATION PREHISTORIQUE DE LA MOYENNE VALLEE DU CANUT Les données existantes sur l'occupation préhistorique de la basse vallée du Canut incitaient à poursuivre les recherches plus en amont. Les conditions
  • de prospection de la moyenne vallée du Canut se sont révélées difficiles. En effet, le pourcentage important de prairies et de friches n'a pas permis d'effectuer des prospections suffisament exhaustives sur certains secteurs. Les prospections de surface, effectuées cette année au
  • niveau de la moyenne vallée du Canut, ont bien sûr permis de localiser de nouveaux sites (fig. 2 ). Mais elles ont surtout été l'occasion de vérifier et d'avancer des hypothèses. Afin d'obtenir un corpus suffisant d'informations, il a fallu prospecter hors des transects définis
  • , toute une série de gisements, qui semblent de moindre importance (site du Beuchais . ) ou d'outils isolés conforte l'idée d'une fréquentation de la vallée du Canut durant le Mésolithique. Il faut remarquer que tous ces indices sont regroupés sur certains secteurs topogéographiques
  • (vallées encaissées, entrées de vallon...). Le débitage et l'outillage collectés permettent d'attribuer ce gisement à une phase du Mésolithique. L'éloignement des sources de matières premières et notamment du silex a conduit les préhistoriques à utiliser des roches de substitution
  • sublocales (grès lustré et quartzite). => Le site de La Barre Tison est implanté suivant les mêmes critères topographiques que le précédent (fig. 3). Le gisement semble également bien limité au sol. . La découverte d'outils macrolithiqucs La moyenne vallée de Vilaine est relativement
  • la vallée de la moyenne Vilaine (thèse de doctorat, p. 107-116). 4 Planche 1 : Industrie lithique : là 6. La Basse Rouillais; 7 à 17 La Fosse Aui 5 Les prospections menées cette année sur la vallée du Canut ont permis la découverte d'un tel site (La Chapinais sur la commune
  • tranchant qui porte parfois des traces d'utilisation (planche 3). Jusqu'à présent, ces pointes semblaient se cantonner à la vallée de la Loire ou au bassin parisien. Dans ces régions elles sont attribuées au Mésolithique final ou au Néolithique le plus ancien. De toutes évidences, ces
  • quartzite. Un autre élément pourrait préciser la position chronologique de cette industrie. En effet, dans la vallée de la Vilaine, la proximité géographique des sites à outillage microlithique et des sites à outillage macrolithique a été constatée à différentes reprises. Néanmoins, il
  • (La Chapelle de l'Ermitage, commune de Goven) caractéristique du Rubané constitue un indice de fréquentation durant le Néolithique ancien sur la vallée du Canut. Le site de Moulin Neuf (commune de Guignen) est implanté sur un très bel éperon délimité par le Canut. 6 Planche 3