Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3989 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03547 (LA CHAPELLE-DU-LOU-DU-LAC (35). Le Bourg, lotissement Le Courtil des Peintres. Rapport de diagnostic)
  • LA CHAPELLE-DU-LOU-DU-LAC
  • opération préventive de diagnostic
  • LA CHAPELLE-DU-LOU-DU-LAC (35). Le Bourg, lotissement Le Courtil des Peintres. Rapport de diagnostic
  • Sujets et thèmes Fossés parcellaires. Un projet immobilier, destiné à développer le village actuel de La Chapelle-duLou sur son côté nord, est directement à l’origine de ce diagnostic. Situé dans l’environnement rapproché du château du Lou-du-Lac, celui-ci était en effet
  • immobilier, destiné à développer le village actuel de La Chapelle-duLou sur son côté nord, est directement à l’origine de ce diagnostic. Situé dans l’environnement rapproché du château du Lou-du-Lac, celui-ci était en effet susceptible de concerner des aménagements paysagers liés à
  • moderne, se sont avérées négatives. Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Chronologie Antiquite romaine, Temps modernes. La Chapelle du Lou du Lac, Ille-et-Vilaine Le Bourg Lotissement le Courtil des Peintres sous la direction de Gilles Leroux Inrap Grand-Ouest 37
  • rue du Bignon CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné cedex Tél. 02 23 36 00 40, grand-ouest@inrap.fr Mars 2018 Inrap Grand-Ouest Mars 2018 Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Le Bourg Lotissement le Courtil des Peintres 35060 Code INSEE La Chapelle du Lou du Lac
  • modificatif de prescription 1 Ille-et-Vilaine Numéro de l’arrêté modificatif de prescription 2 Commune Numéro de l’opération La Chapelle du Lou du Lac Adresse ou lieu-dit Le Bourg Lotissement le Courtil des Peintres Codes 2017-272 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le
  • système national de référence (Lambert 93cc48) X= 1329.400 Y= 7235.800 Z= 85 à 89.50 m NGF Références cadastrales Commune La Chapelle du Lou du Lac section(s) et parcelle(s) B - 400p, 401p, 410p, 636p, 637p, 638, 639p. Propriétaires du terrain Mr Guyon post-fouille Février-Mars
  • Inrap · RFO de diagnostic La Chapelle du Lou du Lac (35), Le Bourg, Lotissement le Courtil des Peintres Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Paleolithique Mobilier Edifice public nb Industrie lithique Inferieur Edifice religieux Industrie
  • d’étude Dessinateur, PAO Intervenants administratifs Équipe de fouille Équipe de post-fouille Prénom Nom, organisme d’appartenance 10 Inrap · RFO de diagnostic La Chapelle du Lou du Lac (35), Le Bourg, Lotissement le Courtil des Peintres Notice scientifique Un projet
  • administratives, techniques et scientifiques Localisation de l’opération Localisation de l’opération Brest St Brieuc La Chapelle du Lou du Lac Quimper Rennes Vannes Nantes Bretagne Ille-et-Vilaine La Chapelle du Lou du Lac Le Bourg Lotissement le Courtil des Peintres X= 1329.400 Y
  • = 7235.800 Z= 85 à 89.50 m NGF 0 1km Département : ILLE ET VILAINE Commune : LA CHAPELLE DU LOU DU LAC DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ------------EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL ------------- Section : B Feuille : 000 B 02 Échelle d'origine : 1/2500 Échelle d'édition : 1/2500
  • diagnostic 1329250 1329500 I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription 13 14 Inrap · RFO de diagnostic La Chapelle du Lou du Lac (35), Le Bourg, Lotissement le Courtil des Peintres I. Données administratives, techniques et scientifiques 15
  • 16 Inrap · RFO de diagnostic La Chapelle du Lou du Lac (35), Le Bourg, Lotissement le Courtil des Peintres I. Données administratives, techniques et scientifiques 17 18 Inrap · RFO de diagnostic La Chapelle du Lou du Lac (35), Le Bourg, Lotissement le Courtil des Peintres
  • I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté modificatif de prescription 1 19 20 Inrap · RFO de diagnostic La Chapelle du Lou du Lac (35), Le Bourg, Lotissement le Courtil des Peintres I. Données administratives, techniques et scientifiques 21 22
  • Inrap · RFO de diagnostic La Chapelle du Lou du Lac (35), Le Bourg, Lotissement le Courtil des Peintres Arrêté modificatif de prescription 2 I. Données administratives, techniques et scientifiques 23 24 Inrap · RFO de diagnostic La Chapelle du Lou du Lac (35), Le Bourg
  • , Lotissement le Courtil des Peintres I. Données administratives, techniques et scientifiques 25 26 Inrap · RFO de diagnostic La Chapelle du Lou du Lac (35), Le Bourg, Lotissement le Courtil des Peintres Projet scientifique d’intervention I. Données administratives, techniques et
  • scientifiques 27 28 Inrap · RFO de diagnostic La Chapelle du Lou du Lac (35), Le Bourg, Lotissement le Courtil des Peintres I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de désignation 29 30 Inrap · RFO de diagnostic La Chapelle du Lou du Lac (35), Le Bourg
  • , Lotissement le Courtil des Peintres 31 II. Résultats II - Résultats 32 Inrap · RFO de diagnostic La Chapelle du Lou du Lac (35), Le Bourg, Lotissement le Courtil des Peintres 33 II. Résultats 1 Introduction Un projet d’aménagement immobilier concernant la bordure septentrionale
  • du village de La Chapelle-du-Lou, devant se développer sur une superficie légèrement supérieure à 3 hectares, a incité le Service Régional de l’archéologie de Bretagne à prescrire une opération de diagnostic archéologique. Les parcelles concernées s’inscrivent dans un triangle
  • défini par la route départementale n°62, sur le côté ouest et par la voie communale n°105, sur le côté est. La relative méconnaissance des occupations humaines anciennes de ce secteur d’Ille-et-Vilaine ainsi que la situation assez proche du château du Lou-du-Lac, ont motivé cette
  • la tranchée 18 et au levé de sa stratigraphie. Fig.1 Vue générale du chantier vers le nord-est, à partir de la tranchée 18 © G. Leroux, Inrap 34 Inrap · RFO de diagnostic La Chapelle du Lou du Lac (35), Le Bourg, Lotissement le Courtil des Peintres 1.2 Le contexte
RAP01689.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire 2000 de fp 2000-2002)
  • OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire 2000 de fp 2000-2002
  • - Un relecture de l'histoire des vestiges s'impose, suivie de profondes corrections du manuscrit consacré au village du premier âge du Fer. - L'hypothèse de l'existence d'un site néolithique, simple ou multiple, rattaché ou non aux phases anciennes du Bronze, doit être posée. - Tous
  • recouvrant la zone centrale du site (Us.07 et Us. 16). De nombreux éclats de silex et des haches en pierre polie ressurgissent dans tous les niveaux plus tardifs. Malheureusement, l'implantation des villages de l'âge du Bronze et du 1er âge du Fer a détruit la majeure partie de ces
  • à la fin de l'Antiquité romaine (Us. 157) suggère un prolongement des installations du Bronze ancien et moyen au nord-ouest du site (secteur 5). Cela porte la longueur est-ouest de ces aménagements anciens à près de 150 m. 2.1.3. Un village du premier âge du Fer Le 1er âge du Fer
  • réalisés selon trois techniques architecturales différentes, mais chronologiquement ordonnées. La durée d'occupation se situe vraisemblablement entre 200 et 300 ans pour une population moyenne et constante comprise entre 200 et 400 habitants. La fin de l'occupation du village paraît se
  • situer vers 450 av. J.-C. La fondation, à partir d'un noyau de population assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthogonal et complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du 1er âge du Fer. Le village
  • apparaît comme un des derniers exemples des agglomérations compactes bien connues, à l'est des Alpes et du Jura, en Europe continentale, mais encore inédites en France. Depuis 1995 la fouille du secteur 2 découvre, dans la dépression Us. 157, une très vaste lentille de sédiments du 1er
  • archéologique de Mez-Notariou et le village du premier âge du Fer, au printemps 2001. Une coédition Centre de recherche archéologique du Finistère - Revue archéologique de l'Ouest est décidée. 2.3 LE PROJET TRISANNUEL Un nouveau programme trisannuel est mis sur pied pour la période 2000-2002
  • -ouest du site, et creusée à l'époque gallo-romaine (fig.7 à 9). Il faut achever le prélèvement d'un abondant et riche mobilier caractéristique (cf. supra) afin de permettre, à terme, les études complètes : . du mobilier céramique du premier âge du Fer de l'ensemble du village, . de
  • manuscrit à la fin de l'année 2002. L'ouvrage sera consacré aux phases anciennes de l'histoire du site, à sa mise en place au Néolithique et aux vestiges, mobiliers et immobiliers, du Bronze ancien et moyen. Un tel programme peut justifier la réalisation de quelques sondages ponctuels
  • dans les couches de limons antérieures au village du premier âge du Fer. En 1999, de telles opérations se sont révélées déterminantes pour la compréhension de la dynamique de mise en place des différents habitats. 3. ORGANISATION DES CAMPAGNES DE FOUILLE En 2000, la campagne de
  • -romain I e r âge du Fer. Médiéval et moderne. Indéterminé. Limite de la zone densement bâtie du village du 1 e r âge du Fer. Fig. 6 - Plan diachronique des vestiges (interprétation, fin de fouille 1999) :: si nslq K i .m : r'00C slliuol ùc / - Vue d'ensemble de la zone de
  • ancien / moyen. Gallo-romain. Bronze Final. Médiéval et moderne. Indéterminé. 1 e r âge du Fer. Extension vraisemblable du site du Bronze ancien / moyen. - / Limite de la zone densement bâtie du village 1 e r âge du Fer. Fig. 50 - Plan diachronique des vestiges (interprétation
  • , fin de fouille 2000) Ch.3 PRÉPARATION DE PUBLICATION Second objectif du programme trisannuel, la préparation du volume consacré aux périodes anciennes du site, Néolithique et Bronze ancien et moyen, exige une réflexion sur les vestiges immobiliers antérieurs à l'âge du Fer et à
  • résultats des sondages effectués en 1999 dans les limons mis au jour sous les fondations du village du premier âge du Fer (Le Bihan, rapport 1999). Une observation des états de surface des sols naturels découverts lors des fouilles dans le secteur 2, de la morphologie et des micro
  • -reliefs de cette partie du site très tôt mise à nu par l'homme, complète l'analyse. Les résultats sont très importants dans la mesure où ils entraînent une nouvelle lecture de l'histoire de Mez-Notariou. 1.1 LES OBSERVATIONS - Les limons Us.07 et Us. 16 sur lesquels repose le village
  • du 1er âge du Fer sont déposés sur un sol préalablement décapé par l'homme (fig.51). Ce sol reçoit alors un vaste un lit de pierres aux arêtes vives, probablement arrachées aux flancs de la colline Saint-Michel. Probablement au Néolithique. - Après une phase d'accumulation de
  • limon (Us. 16), un nouveau niveau d'occupation se met en place (petits galets, petits éclats de silex, très petits fragments de poterie). Également au Néolithique - Du mobilier lithique du Bronze ancien moyen est ensuite piégé dans ces limons (Us.07) : une grosse dalle perforée
  • de pierres est plaqué au fond de cette dépression au Bronze ancien ou moyen (Us.60). Ensuite, au 1er âge du Fer, une voie en pierres, extrêmement robuste et soignée, emprunte cette dépression et pénètre dans le village (Us.63, fig.54 et 55). Malheureusement, au nord comme au sud
  • . 65 et des carrières de sable arénitique ou de pierre de la partie septentrionale peut dater du Néolithique ou bien être contemporain de l'installation au Bronze ancien et moyen C'est essentiel pour la compréhension de la dynamique de mise en place du site et pour l'étude du
  • mobilier lithique. 2. ÉTUDE DU MOBILIER L'étude du mobilier des périodes anciennes du site, (Néolithique et Bronze) est poursuivie par J. Roussot-Larroque dans la perspective de la rédaction du tome II de la collection consacrée au site. En 2000, l'étude porte sur trois catégories de
RAP02596.pdf (OUESSANT (29). les limites orientales du site de Mez-Notariou. rapport intermédiaire de fp 2009-2011)
  • OUESSANT (29). les limites orientales du site de Mez-Notariou. rapport intermédiaire de fp 2009-2011
  • , des milliers d'éclats ou de petits outils de silex ainsi que des haches en pierre polie ressurgissent dans tous les niveaux postérieurs aux époques néolithiques. Malheureusement, l'implantation des villages de l'âge du Bronze et du Premier âge du Fer a détruit la majeure partie des
  • vestiges plus anciens, rendant très difficile une étude cohérente d'un site néolithique sans doute assez intéressant. 2.1.2. Un établissement entre Bronze ancien et Bronze final 1 2.1.2.1. Un village doté de structures artisanales Une période incluse entre la fin de l'âge du Bronze
  • complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du Premier âge du Fer. Le village apparaît comme un des derniers exemples des agglomérations compactes de l'âge du Bronze bien connues à l'est des Alpes et du Jura, en Europe
  • à une extension méridionale du village du Premier âge du Fer. Un date beaucoup plus ancienne avait été proposée pour les structures profondes associées à une poterie du Néolithique. Il ne serait pas illogique de suggérer une date aussi ancienne pour les fonds de trous mis au jour
  • 1 2.1.3. Un site du Bronze final ? 2.1.4. Un grand village du Premier âge du Fer 2.1.5. Des vestiges de sanctuaire du Second âge du Fer 2.1.6. Des vestiges complexes d'époque romaine 2.1.7. Un abandon au début du haut Moyen Age 2.2 LE PROJET TRISANNUEL 2.2.1. Le programme de
  • . LES TROUS DE POTEAUX ET LEURS CALAGES 2.3.1. Les trous de poteaux 2.3.2. Le mobilier 2.4. CONCLUSION 3. L'HISTOIRE DU VILLAGE DU P R E M I E R ÂGE DU F E R 3.1. ÉTAT DE LA QUESTION EN 2008 3.2. DE NOUVELLES PERSPECTIVES 3.2.1. Des approches nouvelles 3.2.2. Une autre lecture et
  • IMMOBILIERS 1.3. UNE NOUVELLE LECTURE DU VILLAGE DU PREMIER ÂGE DU FER 2. PERSPECTIVES, MODIFICATION DE PROGRAMME 4 BIBLIOGRAPHIE LISTE DES CLICHES LISTE DES PLANCHES LISTE DES FIGURES PLANS E T COUPES CHAPITRE 1 : INTRODUCTION 1. SITUATION Fig.l et 2 Département : Finistère Commune
  • archéologique. Colluvionnement et érosion éolienne ont participé à la formation de ces épais dépôts de sédiments. La présence de l'homme, clairement attestée du Néolithique à la fin de l'âge du Bronze, n'est pas non plus étrangère à la formation de ces couches. Les fouilles de 1999 (Le Bihan
  • établissement néolithique ? Un établissement d'époque néolithique apparaît au cœur de l'épaisse couche de limon recouvrant la zone centrale du site (Us. 16, secteur 1) : au fond de cette couche, des plaquettes de granité, à cassures fraîches, évoquent un arrachement de la pierre dans une
  • sacré, espace attaché au village décrit précédemment. Il convient également de réfléchir à des fonctions religieuses liées aux habitants du village mais peut-être également à des individus étrangers à l'île : des navigateurs par exemple. 2.1.2.3. Un site d'importance majeure Les
  • Bronze final III, les rapproche de la période de fondation du village du Premier âge du Fer. Il est difficile d'établir un lien direct entre tous ces vestiges. L'hypothèse de l'inhumation sous tumulus de personnages importants, peut-être les fondateurs de ce village, ne peut être
  • écartée. Dans ce cas, et de la même manière, il faut peut-être rattacher les vestiges du dépôt métallique aux premières activités rituelles de cet établissement hallstattien. 2.1.4. Un grand village du Premier âge du Fer 2.1.4.1. Un village remarquable Au Premier âge du Fer, un
  • architecturales différentes, mais chronologiquement ordonnées. Les fouilles menées de 1988 à 1991 avaient mis au jour la partie centrale, habitée, du village. De 2008 à 2009, les investigations conduites en bordure nord de la zone archéologique accessible avaient découvert des vestiges datés
  • comprise entre 200 et 400 habitants. La fin de l'occupation du village paraît se situer vers 450 avant J.-C. Issue d'une décision et d'un projet parfaitement maîtrisés, la fondation, à partir d'un noyau de population assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthogonal et
  • bien aux tous débuts de l'histoire du village du Premier âge du Fer, voire à sa fondation, cela donnerait une image encore plus forte et plus exceptionnelle de cet établissement. 2.1.5. Des vestiges de sanctuaire du Second âge du Fer Le bouleversement, sans doute à la fin du V e
  • autour de structures primaires d'un sanctuaire gaulois assez voisin est envisagée. Il convient également de rappeler que quelques trous de poteaux ont livré des tessons de la Tène finale au cœur du village du Premier âge du Fer. Par ailleurs, un grand nombre de trous de poteaux mis au
  • manière satisfaisante : secteurs 1 à 7. Un espace inclus entre les secteur 1, 2, 5 et 4 a été mis en réserve car il recèle bon nombre de bâtiments du cœur du village du Premier âge du Fer, bâtiments à structure et modèle de fondations répétitifs et globalement compris. Le nouveau
  • limoneuse sur laquelle était implanté le cœur du village du Premier âge du Fer. Exposés à l'ouest et à des vents dominants du sud-ouest et nord-ouest, ces terrains ne sont pas les plus favorables à une implantation de zones d'habitat. En revanche, en bordure du grand village ils peuvent
  • du village du Premier âge du Fer. Cela avait été impossible vers le nord car une large bande de terrain avait été totalement détruite par l'agriculture récente, cette dernière n'ayant laissé en place que les niveaux très dégradés du Bronze moyen - final I. La présence et
  • " Archéologie d'une l'île à la pointe de l'Europe " publiée sous la direction de Jean-Paul Le Bihan fut alors entreprise. L'année 2001 a vu la publication du premier tome : " Le site archéologique de Mez-Notariou et le village du Premier âge du Fer " par Jean-Paul Le Bihan et Jean-François
RAP01622.pdf (OUESSANT (29). le site archéologique de mez notariou. rapport de fouille)
  • OUESSANT (29). le site archéologique de mez notariou. rapport de fouille
  • l'âge du Bronze, au début du 1er âge du Fer. Le village apparaît comme un des derniers exemples des agglomérations compactes bien connues, à l'est des Alpes et du Jura, en Europe continentale, mais encore inédites en France. Une couche d'ossements et de coquillages très denses
  • particulier, réalisé en collaboration avec A.-F. Cherel et J.-Y. Robic, est donc prévu. Traiter du village du 1er âge du Fer constituait également une entorse à la chronologie puisque la publication des vestiges et du mobilier des périodes néolithiques et des âges du Bronze ancien et moyen
  • du village du 1er âge du Fer Il s'agissait de connaître plus précisément la nature des sols limoneux Us. 16 et Us.07 sur lesquels fut érigé le village du 1er âge du Fer. Incluaient-ils des vestiges d'époque néolithique et des âges du Bronze ancien et moyen ou résultaient-ils
  • certain nombre d'éléments lithiques attribués au Néolithique et des particules de charbons de bois sont visibles au sein du dépôt ; enfin, l'épaisseur des limons est recoupée par les structures du village de l'âge du Fer. Ces différents éléments permettent de définir la période de mise
  • , des petits objets ou des traces de débitage de silex, montre clairement que le village du 1er âge du Fer s'est installé sur un sol recelant une histoire déjà riche. Depuis la fin du Néolithique, à partir d'une date qu'il est, à l'heure actuelle, impossible de préciser, des traces
  • de plus de 0,50 m de diamètre (sans l'aubier). La fouille des habitations du village de l'âge du Bronze final de Cortaillod-Est, sur les rives du lac de Neuchâtel (Arnold, 1986) a livré des d'innombrables poteaux semblables. L'auteur de la fouille précise que la taille en six
  • couche de limon recouvrant la zone centrale du site (Us.07 et Us. 16). De nombreux éclats de silex et des haches en pierre polie (dolérite, fibrolite, jadéite) ressurgissent dans tous les niveaux plus tardifs. Malheureusement, l'implantation des villages de l'âge du Bronze et du 1er
  • tels vestiges sont donc évidents. - Le 1er âge du Fer est particulièrement bien représenté par un important village à organisation spatiale stricte (ruelles perpendiculaires, îlots de bâtiments, zone périphérique d'activités spécifiques non déterminées). 140 bâtiments sont
  • (publication en cours). L'occupation du village débute au VIIIe siècle et s'achève vers 450 av. J.-C. La fondation, à partir d'un noyau de population assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthonormé et complet de l'espace, se fait dans un horizon proche de l'extrême fin de
  • de leur étude, d'avancer l'hypothèse de dépôts de sanctuaire à propos de cette partie du site (J.-P. Le Bihan, rapport intermédiaire 1998). Enfin, les limites du village du 1er âge du Fer demeurent inconnues. Depuis 1994, la mise au jour de structures linéaires avec talus et aire
  • de roulement de véhicules tractés par des animaux suggère que la bordure méridionale du village est atteinte et que des vestiges d'enclos sont peut-être découverts dans les secteurs 3 et 4. La méconnaissance de l'histoire et des vestiges du 1er âge du Fer en Armorique souligne
  • donc la nécessité de conduire une fouille dans ces deux secteurs afin de compléter l'étude de la physionomie générale du village. Par ailleurs, l'absence de fouille de site régional de référence et de comparaison se fait cruellement sentir pour dater précisément le mobilier de cette
  • ces vestiges traduisent également l'existence d'une activité métallurgique diversifiée. Les vestiges d'aire de roulement et de talus évoqués à propos du village du 1er âge du Fer peuvent également dater de l'époque gallo-romaine. Aucun mobilier n'a permis de dater correctement cet
  • " ARCHEOLOGIE DE L'ILE D'OUESSANT " dont le tome 1 est réalisé en 1999. Intitulé " L E SITE ARCHEOLOGIQUE DE MEZ-NOTARIOU ET LE VILLAGE DU 1er AGE DU FER" , présenté par J.-P Le Bihan et J-F. Villard avec des contributions de A. Hénaff, P. Meniel, A.-F. Cherel et J.-Roussot-Larroque, le
  • structures d'habitat du village du 1er âge du Fer étudié depuis 1988. Ces dernières seront analysées dans le contexte ouest-européen dans lequel elles s'inscrivent. Les choix et la matière de cet ouvrage furent déterminés par le projet global de la collection autant que par l'état
  • d'accumulations purement naturelles de matériaux de colluvionnement ou d'origine éolienne ? Un sondage fut effectué dans le secteur 1 de fouille. Les banquettes de sols Us.07 et Us. 16, encore en place sur l'ensemble du village, furent fouillées niveau par niveau au sein et autour de la
  • structure de fondation profonde Us.57. - Etude des limites du village du 1er âge du Fer Il s'agissait de tenter de résoudre la question de date et de nature des vestiges de talus et d'aire de circulation décelés au sud des secteur 3 et 4 de la fouille. Etions-nous en présence d'un talus
  • d'enclos du 1er âge du Fer contre lequel buttaient des sols d'esplanade du village contemporain ou d'une voie gallo-romaine bordée par un talus antique ? La reprise des fouilles entamées en 1994 devait donc consister en un démontage total ou partiel des sols Us. 104 et du talus Us. 103
  • . Etait enjeu, dans le cadre de la publication en cours, toute l'organisation de l'espace du village du 1er âge du Fer. - Fouille des trous de poteaux du bâtiment Us. 101 Situées dans le secteur 3 de fouille, les fondations du bâtiment à douze poteaux porteurs Us. 101, de type Ha
  • pierres, non plus qu'au sein des limons Us. 16 qui le recouvrent. En revanche, le mobilier et la nature des dépôts mis au jour au-dessus du lit de pierres et de la couche le limons Us. 16 incitent à dater cet épisode de la vie du site d'une phase indéterminée de l'époque néolithique
RAP02899_1.pdf (OUESSANT (29). structures d'habitat et de mobilier du village du premier âge du fer de Mez Notariou. rapport final de fp 2012-2013)
  • OUESSANT (29). structures d'habitat et de mobilier du village du premier âge du fer de Mez Notariou. rapport final de fp 2012-2013
  • néolithique ? 2.1.1.2. Un établissement entre Bronze ancien et Bronze final 1 2.1.1.3 Un site du Bronze final III ? 2.1.2. Un grand village du Premier âge du Fer 2.1.3. Les vestiges du Second âge du Fer 2.1.4. Des vestiges complexes d’époque romaine 2.1.5. Un abandon au début du haut Moyen
  • niveaux postérieurs aux époques néolithiques. Malheureusement, l'implantation des villages de l'âge du Bronze et du Premier âge du Fer a détruit la majeure partie des vestiges les plus anciens, rendant très difficile une étude cohérente d’un site néolithique sans doute assez important
  • d’habitat (tome 1, 2001), les modèles invoqués et les comparaisons se rapportaient toujours à des villages datés de l’âge du Bronze, ceux des bords du lac de Neuchâtel en particulier. Bien qu’il faille y songer, ceci ne conduit pas nécessairement à changer les dates de mise en place et
  • STRUCTURES D’HABITAT ET MOBILIER DU VILLAGE DU DU PREMIER ÂGE DU FER DE MEZ-NOTARIOU (OUESSANT - FINISTÈRE) 29 155 0022 AP DOCUMENT FINAL DE SYNTHÈSE DE FOUILLE PROGRAMMÉE BIENNALE Tome 1 ANNÉES 2012 - 2013 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN CENTRE DE RECHERCHE
  • ARCHÉOLOGIQUE DU FINISTÈRE CONSEIL GÉNÉRAL DU FINISTÈRE S.D.A. - MINISTÈRE DE LA CULTURE Rennes : S.R.A. de Bretagne - 2013 STRUCTURES D’HABITAT ET MOBILIER DU VILLAGE DU DU PREMIER ÂGE DU FER DE MEZ-NOTARIOU (OUESSANT - FINISTÈRE) : 29 155 0022 AP DOCUMENT FINAL DE SYNTHÈSE DE FOUILLE
  • Âge 2.2. LE PROJET BIENNAL DE FOUILLE 2.2.1. Le programme de fouille 2.2.2. Le programme de publication 3. L’HISTOIRE DU VILLAGE DU PREMIER ÂGE DU FER : UNE RELECTURE 3.1. DE NOUVELLES APPROCHES 3.2. UNE AUTRE LECTURE ET DES RECHERCHES RENOUVELÉES 3.2.1. À partir du mobilier 3.2.2
  • ? 3.6.3.1. Plusieurs questions se rapportent à la structure Us. 382 3.6.3.2. Des remarques s’imposent 3.6.3.3. Hypothèses CHAPITRE 5 : LES FONDATIONS DU VILLAGE DU PREMIER ÂGE DU FER 1. LES FOUILLES DU SECTEUR NORD-EST 1.1. L’ÉTAT DES LIEUX 1.2. LES SÉDIMENTS Us. 07 1.2.1. Les
  • sédiments 1.2.2. Le mobilier 1.3. LES SÉDIMENTS PROFOND (Us.16) 1.3.1. Les sédiments Us. 16 1.3.2. Le contact avec le substrat Us. 17 1.4. CONCLUSIONS 2. LA MISE EN PLACE DU VILLAGE DU PREMIER ÂGE DU FER 2.1. DES INTERROGATIONS 2.2. CHOIX DU LIEU 2.2.1. Du point de vue topographique
  • structures 1.1.2. Des types de fondations inédits et des observations originales 1.1.3. Des dimensions différentes 1.1.4. Des questions à propos de la fonction des bâtiments 1.1.5. La fonction des bâtiments et l’organisation spatiale du village de première période 1.1.6. La date et la
  • nature de la modification profonde du village 1.1.7. Le cas de la structure Us. 382 1.2. UN MOBILIER ARCHÉOLOGIQUE ABONDANT 1.2.1. Généralités 1.2.2. Observations typo-chronologiques 1.3. L’HISTOIRE DE MEZ-NOTARIOU À PARTIR DE LA FIN DE L’ÂGE DU BRONZE FINAL 1.3.1. La mise en place
  • des sédiments et les structures néolithique 1.3.2. Bronze final III 1.3.3. Premier âge du Fer 1.3.4. Second âge du Fer 1.3.5. Antiquité 2. LES PUBLICATIONS 10 3. PERSPECTIVES 3.1. À COURT TERME : UNE RÉVISION DU PROGRAMME EN COURS 3.1.1. Fouille recherche sur le site 3.1.2
  • fois d’ordre historique et d’ordre méthodologique. - Du point de vue de l’Histoire . La durée et l’accumulation des périodes de fréquentation, du Néolithique à l’Antiquité. . La variété des thèmes de recherche induits par les vestiges mis au jour (habitat, pratiques rituelles
  • de l’histoire du village, ainsi qu’une approche du mobilier archéologique fondée sur la chronologie du site. La nature et la qualité de conservation de la structure Us. 382 ont également exigé une lenteur de fouille permettant d’accéder à des détails de construction très rarement
  • sous l’emplacement du secteur 1 de fouille. La présence de l’homme, clairement attestée du Néolithique à la fin de l’âge du Bronze, n’est pas non plus étrangère à la formation de ces couches. Les fouilles de 1999 (Le Bihan, 1999) laissent deviner la part de construction qui revient
  • principaux éléments archéologiques accumulés au fil du temps et découverts par les fouilles (fig. 6). 2.1.1. Les périodes anciennes 18 2.1.1.1. Un établissement néolithique ? Un établissement d’époque néolithique (fig. 7) apparaît au cœur de l’épaisse couche de limon recouvrant la zone
  • . 2.1.1.2. Un établissement entre Bronze ancien et Bronze final I - Un village doté de structures artisanales Une période incluse entre la fin de l'âge du Bronze ancien et les premiers siècles du Bronze final I moyen livre des vestiges d’architecture, mais aussi d'activités artisanales
  • . Il semble bien que l’on se trouve, là, en présence des vestiges d’une zone pour laquelle on peut risquer le qualificatif de sanctuaire, un espace attaché au village décrit précédemment. S’il convient de réfléchir à des fonctions religieuses liées aux habitants du village, il ne
  • village du Premier âge du Fer. Il est encore difficile d’établir un lien direct entre tous ces vestiges. L’hypothèse de l’inhumation sous tumulus de personnages importants, peut-être les fondateurs de ce village, ne peut être écartée, et devra faire l’objet d’une réflexion approfondie
  • . Dans ce cas, et de la même manière, il faut peut-être rattacher les vestiges du dépôt métallique évoqué ci-dessus aux plus anciennes activités rituelles de cet établissement hallstattien. À l’issue des dernières fouilles consacrées au village du Premier âge du Fer, un regard nouveau
  • est porté sur les vestiges du Bronze final III et l’évolution de ce village. Il est envisagé que son organisation initiale relève d’une culture et d’un modèle de société de l’âge du Bronze finissant plutôt que de l’âge du Fer. Rappelons que, lors de la publication des structures
RAP02195.pdf (OUESSANT (29). vestiges protohistoriques et antiques découverts à mez-notariou. rapport intermédiaire 2006 de fp 3 (2006-2008))
  • OUESSANT (29). vestiges protohistoriques et antiques découverts à mez-notariou. rapport intermédiaire 2006 de fp 3 (2006-2008)
  • postérieurs aux époques néolithiques. Malheureusement, l'implantation des villages de l'âge du Bronze et du premier âge du Fer a détruit la majeure partie des vestiges les plus précoces, rendant très difficile une étude cohérente du site ancien. 2.1.2. Un établissement du Bronze ancien et
  • de l'homme, clairement attestée du Néolithique à la fin de l'âge du Bronze, n'est pas non plus étrangère à la formation de ces couches. Les fouilles de 1999 (Le Bihan, 1999) laissent deviner la part de construction qui revient à cette occupation humaine, en particulier au cours de
  • . Rappelons, brièvement, les principaux éléments archéologiques accumulés au fil du temps et redécouverts par les fouilles (fig.4, 5 et 6) : 2.1.1. Un établissement néolithique ? Un établissement d'époque néolithique apparaît au cœur d'une épaisse couche de limon recouvrant la zone
  • moyen 2.1.2.1. Un village 6 L'âge du Bronze ancien et moyen livre des vestiges d'architecture mais aussi d'activités artisanales, notamment métallurgiques. Dans la partie nord du site (secteur 2), la fouille révèle un ensemble de fondations de bâtiments et d'espaces de travail en
  • site engage à l'inscrire dans le processus sacré. Il semble bien que l'on se trouve-là en présence des vestiges d'un sanctuaire attaché au village décrit précédemment. 2.1.3. Un site du Bronze final ? Les vestiges du Bronze final III apparaissent sous deux formes : - Une base de
  • fabrication, semblent provenir d'un dépôt dispersé. Compte tenu du contexte du site, un tel dépôt pourrait se rattacher à une pratique religieuse. La datation de ces tombes et de ces artefacts à la toute fin du Bronze final III les rapproche de la période de fondation du village du premier
  • âge du Fer. Il est difficile d'établir un lien direct entre tous ces vestiges mais l'hypothèse de l'inhumation sous tumulus de personnages importants, peut-être les fondateurs de ce village, ne peut être écartée. Dans ce cas, et de la même manière, il faut peut-être rattacher les
  • vestiges du dépôt métallique aux premières activités rituelles de cet établissement hallstattien. 2.1.4. Un grand village du premier âge du Fer 2.1.4.1. Un village remarquable Au premier âge du Fer, un important village à organisation spatiale stricte se met en place : ruelles
  • se situe vraisemblablement autour de 300 ans pour une population moyenne et constante comprise entre 200 et 400 habitants. La fin de l'occupation du village paraît se situer vers 450 avant J.-C. Issue d'une décision et d'un projet parfaitement maîtrisés, la fondation, à partir
  • d'un noyau de population assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthogonal et complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du premier âge du Fer. Le village apparaît comme un des derniers exemples des
  • agglomérations compactes bien connues à l'est des Alpes et du Jura, en Europe continentale, mais encore inédites en France. Il est également perçu comme le résultat d'une adaptation à un territoire clairement défini par la nature et l'insularité (Le Bihan, Villard, 2001). 2.1.4.2. Un espace à
  • . Mais, si les éléments du Bronze final III évoqués précédemment se rapportaient 8 bien aux tous débuts de l'histoire du village du premier âge du Fer, voire à sa fondation, cela donnerait de cet établissement une image encore plus forte et plus exceptionnelle. 2.1.5. Des vestiges
  • destruction tardive de dépôts/accumulations autour de structures primaires d'un sanctuaire gaulois assez voisin est envisagée. Il convient également de rappeler que quelques trous de poteaux avaient livré des tessons de la Tène finale au cœur du village du premier âge du Fer. Par ailleurs
  • celui de l'âge du Bronze moyen (de nombreux trous de poteaux, souvent antérieurs au sanctuaire de cette époque ont été attribués au village implanté au nord du site). 10 L'objectif du programme de fouille est donc : - de vérifier que d'autres vestiges de sanctuaire ne s'étendent
  • pas à l'est et au nord du secteur 5, - d'établir une jonction avec les villages de l'âge du Bronze et du premier âge du Fer afin de maîtriser complètement l'organisation des espaces disponibles pour la fouille. Au delà de la fouille elle-même, il s'agit de comprendre les
  • d'une l'île à la pointe de l'Europe " publiée sous la direction de Jean-Paul Le Bihan fut alors entreprise. L'année 2001 a vu la publication du premier tome : " Le site archéologique de Mez-Notariou et le village du premier âge du Fer " par Jean-Paul Le Bihan et Jean-François Villard
  • des périodes récentes du Néolithique. - Le Bronze ancien-moyen : les structures architecturales, les vestiges d'activité métallurgique sont assez abondants et significatifs pour faire du site des âges du Bronze ancien et moyen de Mez-Notariou, l'établissement de cette époque le
  • le nord Il serait toutefois assez logique d'inclure ces six poteaux dans les fondations d'un bâtiment incluant neuf montants verticaux. Ils constitueraient les fondations d'un édifice assez proche de ceux qui furent découverts au cœur du village du premier âge du Fer (bâtiment de
  • l'ensemble de la zone densément habitée du village hallstattien. Il faut rappeler que ces édifices étaient datés de la phase terminale de l'histoire du village. Beaucoup d'entre eux furent découverts à la périphérie du village, hors de la zone du cœur des édifices de type I, Ha et Ilb
  • fondations de bâtiments du village du premier âge du Fer. Leur localisation confirmerait parfaitement les hypothèses formulées à propos de la limite nord-ouest de la zone densément construite. Reste à savoir si la palissade Us.285 constitue une limite plus prégnante de cette zone à
RAP01200.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire de fouille programmée 1993-1995)
  • OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire de fouille programmée 1993-1995
  • site. Au sud-ouest, la fouille s'étend sur la terrasse limoneuse. 2 LE PROJET TRI-ANNUEL DE FOUILLE PROGRAMMEE 2.1. Les données archéologiques en 1993: Rappelons, brièvement, les principaux traits des découvertes réalisées depuis 1988: - Un établissement du Néolithique récent se
  • repère dans l'épaisse couche de limon recouvrant la zone centrale du site. De nombreux éclats de silex et plusieurs haches en pierre polie ressurgissent dans les niveaux plus tardifs. Malheureusement, l'implantation du village de transition Bonze-Fer détruit une bonne partie de ces
  • l'intérêt de tels vestiges sont évidents. - L'occupation du site durant la transition Bronze-Fer est bien établie grâce à la fouille d'un important village à organisation spatiale stricte (ruelles perpendiculaires, îlots de bâtiments, zone périphérique d'activités spécifiques). 120
  • de l'occupation du village paraît se situer vers 450 av. J.C. La fondation, à partir d'un noyau de peuplement complet, justifiant d'emblée un aménagement orthonormé et complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon de transition Bronze-Fer. De cette époque date un grand
  • ensemble est bel un exemple d'agglomération compacte du Bronze final, bien connue à l'est des Alpes et du Jura, en Europe continentale, mais encore inédite en France. - Les périodes de la Tène finale et gallo-romaine sont représentées par des découvertes, sporadiques mais de plus en
  • étendue vers l'est et l'ouest pour découvrir d'éventuelles structures d'habitat liées à celles d'artisanat du Bronze ancien-moyen et pour préciser l'extension de la zone périphérique du village du 1er A g e du Fer. - 1994: Compléments de fouilles sur les zones nord-est et nord-ouest
  • village du 1er A g e du Fer dans cette direction ainsi que sa relation avec la rupture de pente qui limite, au sud, la terrasse naturelle sur laquelle s'implante le site. L'hypothèse de l'existence d'un talus protohistorique avait été avancée lors des premières visites des lieux. Les
  • I H A N : The organisation of space in the late Bronze A g e / early Iron Age village in Ushant (Finistère), Actes du colloque A.F.E.A.F. Sheffield, 1994 J.P. LE B I H A N , Y . G U E R M E U R : Aux origines d'Ouesant, Armen, 1995 - Le site reçoit la visite de M . M . M. V A G I
  • village, et d'une zone avec des poteaux de bâtiments bien difficiles à individualiser, rien ne s'oppose à la fouille intégrale. Au nord-ouest, l'objectif de la fouille est l'étude des structures de l ' A g e du Bronze ancien-moyen et final jusqu'au sol naturel. Ces structures sont très
  • aux couches superficielles. A u sud-ouest plusieurs cas de figure se présentent. - Dans la partie septentrionale du sondage, les fondations de bâtiments correspondant à la zone centrale du village de transition Bronze/Fer sont repérées mais pas fouillées. D'une part il s'agit de
  • vérifier l'extension de ce village. D'autre part nous considérons que, dans l'état actuel des connaissances et des possibilités techniques de fouille, une étude exhaustive de ces fondations n'apporterait pas de renseignements significatifs à propos de l'organisation du village dans le
  • photographique vertical systématique à chaque étape du travail. Des coupes appropriées sont dessinées au fur et à mesure. Dans la zone sud-ouest la recherche des fondations sur trous de poteaux des bâtiments du village de transition Bronze-Fer conduit à découvrir les bordures hautes de ces 7
  • ce sondage, une méthode de fouille particulière est nécessaire pour mettre en évidence les trous de poteaux de bâtiments correspondant à la bordure sud du village Bronze/Fer. En effet, les passages successifs à la binette, habituellement utilisés sur les sites protohistoriques
  • d'entourage de la structure circulaire Us.76 apparaît nettement. Il pourrait bien confirmer que nous sommes en présence d'un monument funéraire construit lors du fonctionnement du village Bronze/Fer. 3. L'US.107 Une couche de terre brune, épaisse de 10 à 20 cm isole l'empierrement Us. 106
  • pierres ayant subi l'action du feu. La proportion semble très proche de celle que nous trouvons au sein du village. Par ailleurs la base de ce talus correspond exactement au sommet du sol protohistorique. Ce phénomène était déjà apparu en 1993. Il confirme l'hypothèse des arrachements
  • robustesse. 6. C O N C L U S I O N 11 - Les principaux objectifs de la fouille menée au nord-est du site sont atteints. -Les principaux vestiges sont interprétés et datés d'une manière satisfaisante. - Nous savons que l'établissement du Bronze ancien-moyen et le village Bronze-Fer se
  • fait, le résultat de bouleversements du site survenus au Bronze final lors de l'installation du village Bronze/Fer, de l'érection du tumulus Us.68 et de l'aménagement des niveaux Us.80. Bien des vestiges, pierres, fragments de sols et de foyers, nombreux tessons, ont alors été
  • du village Bronze/Fer. La position des dalles perforées devra également être analysée par rapport aux niveaux des sols environnants : d'une part pour essayer de connaître leur niveau respectif, d'autre part pour essayer de repérer les différents états possibles de ces sols. Par
  • l'organisation générale du village de cette époque. 7 CONCLUSION La fouille superficielle de la zone nord-occidentale confirme le prolongement du site protohistorique et la présence de vestiges, certes érodés mais peu perturbés, du Bronze ancien-moyen et du 1er A g e du Fer, aux limites et
  • ZONE SUD-OUEST 1. LES BATIMENTS DU VILLAGE DU BRONZE/FER 1.1. Introduction L'un des objectifs de l'ouverture du sondage sud-ouest est la recherche des vestiges les plus occidentaux du village Bronze/Fer afin, notamment, de définir l'extension réelle de la zone centrale densément
RAP02781.pdf (OUESSANT (29). mez notariou : fondations de bâtiments du premier âge du fer. rapport intermédiaire de fouille programmée)
  • OUESSANT (29). mez notariou : fondations de bâtiments du premier âge du fer. rapport intermédiaire de fouille programmée
  • DONNÉES 2.1.1. Les PROGRAMMÉE ARCHÉOLOGIQUES EN DÉBUT DE PROGRAMME périodes anciennes 2.1.1.1 Un établissement néolithique ? 2.1.1.2. Un établissement entre Bronze ancien 2.1.1.3 Un site du Bronze final III ? et Bronze final 1 2.1.2. Un grand village du Premier âge du Fer
  • ressurgissent dans tous les niveaux postérieurs aux époques néolithiques. Malheureusement, l'implantation des villages de l'âge du Bronze et du Premier âge du Fer a détruit la majeure partie des recouvrant la zone centrale du site 10 vestiges plus anciens, rendant très difficile une
  • étude cohérente d'un site néolithique sans doute assez important. 2.1.1.2. Un établissement entre Bronze ancien et Bronze final - Un 1 village doté de structures artisanales période incluse entre la fin de l'âge du Bronze ancien et les premiers siècles du vestiges d'architecture
  • Bronze finissant plutôt que de l'âge du Fer. Rappelons que, lors de la publication des (tome 1, 2001), les modèles invoqués et les comparaisons se rapportaient toujours à des villages datés de l'âge du Bronze, ceux des bords du lac de Neuchâtel en particulier. Bien qu'il faille y
  • . L'HISTOIRE DU VILLAGE DU PREMIER ÂGE DU FER : UNE RELECTURE 4.1. DE NOUVELLES APPROCHES 4.2. UNE AUTRE LECTURE ET DES RECHERCHES 4.2.1. À partir du mobilier 3 RENOUVELÉES 4.2.2. 4.3. ÉTAT À partir des structures DE LA QUESTION FIN 2011 CHAPITRE 2 1. CONDITIONS ET 1.1. 1.2
  • . Le tracé 2.1.2. Le remplissage 2.2. LES 2.3. PIQUETS QUEL BÂTIMENT ? 2.3.1 Les vestiges 2.3.2. La datation 2.3.3. Quelle fonction ? CHAPITRE 5 : LES FONDATIONS DU VILLAGE DU PREMIER 1. LES FOUILLES DU SECTEUR NORD-EST 1.1. L'ÉTAT 1.2. LES DES LIEUX SÉDIMENTS Us. 07
  • 1.3. LE MOBILIER 2. LA MISE EN PLACE DU VILLAGE DU PREMIER 2.1. DES INTERROGATIONS 2.2. CHOIX DU LIEU 2.2.1. Du 2.2.2. Du point de vue topographique point de vue historique 2.2.3. Conclusion 2.3. UN SOL PRÉPARÉ? 6 ÂGE DU FER ÂGE DU FER 2.3.1. Aménagement 2.3.2
  • spatiale du village de première période 1.1.6. La date et la nature de la modification 1.1.7. Le cas de la construction Us. 381 1.2. UN MOBILIER profonde du village ARCHÉOLOGIQUE ABONDANT 1.2.1. Généralités 1.2.2. Observations typo-chronologiques 1.3. L'HISTOIRE DE MEZ-NOTARIOU
  • -talweg orienté nord-sud a favorisé le dépôt de ces limons sous l'emplacement du secteur 1 de fouille. La présence de l'homme, clairement attestée du Néolithique à la fin de l'âge du Bronze, n'est pas non plus étrangère à la formation de ces couches. Les fouilles de 1999 (Le Bihan
  • fonctions religieuses liées aux habitants du village mais aussi à des individus étrangers à l'île : des navigateurs par exemple. se trouve, en on - Un site d'importance majeure Les étroites correspondances chronologiques entre la zone d'habitat et celle des les correspondances
  • , à la toute fin du Bronze final III, les rapproche de la période de fondation du village du Premier âge du Fer. Il est encore difficile d'établir un lien direct entre tous ces vestiges. L'hypothèse de l'inhumation sous tumulus de personnages importants, peut-être les fondateurs de
  • ce village, ne peut être écartée, et devra faire l'objet d'une réflexion approfondie. Dans ce cas, et de la même manière, il faut peut-être rattacher les vestiges du dépôt métallique évoqué ci-dessus aux premières activités rituelles de cet ces ces établissement hallstattien
  • . A l'issue des dernières fouilles consacrées village du Premier âge du Fer un regard porté sur les vestiges du Bronze final III et l'évolution de ce village. Il est envisagé que son organisation initiale relève d'une culture et d'un modèle de société de l'âge nouveau est 12 au du
  • songer, ceci ne conduit pas nécessairement à changer les dates de mise en place et d'occupation des trois premières phases de construction du village, mais à considérer qu'elles relèvent davantage de modèles de société du Bronze final III. Certes, l'absence de mobilier métallique ne
  • faudra donc comparer la situation de Mez-Notariou à celle de l'ensemble de l'Armorique. 2.1.2. Un grand village du Premier âge du Fer 2.1.2.1. Un village remarquable Au début du Premier âge du Fer, un important village à organisation spatiale régulière ruelles perpendiculaires
  • d'occupation se situe vraisemblablement autour de 300 ans pour une population moyenne et constante comprise entre 200 et 400 habitants. La fin de l'occupation du village paraît se situer vers le début de la Tène ancienne. Issue d'une décision et d'un projet parfaitement maîtrisés, la
  • fondation, à partir d'un noyau de population assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthogonal et complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon chronologique et culturel proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du Premier âge du Fer. Le village
  • apparaît comme un des derniers exemples des agglomérations compactes de l'âge du Bronze bien connues à l'est des Alpes et du Jura, en Europe continentale, mais encore inédites en France. Il est également perçu comme le résultat d'une adaptation à un territoire clairement défini par la
  • fondations légères sur trous de poteaux) avaient posé, d'emblée, un problème d'interprétation en ce qui concerne l'évolution de l'organisation du village. Les fouilles récentes (2009 - 2011) ont, semble-t-il, permis de régler cette question importante de l'attribution chronologique des
  • bâtiments à fondations légères par rapport à ceux à fondations profonde. Il s'agit bien du résultat d'une évolution chronologique. Les conséquences sont multiples : bâtiments à 13 Lors de fondation, et pendant à deux siècles, le village est structuré de manière rigoureuse selon un
RAP01760.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire 2001 de fp 3 2000-2002)
  • OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire 2001 de fp 3 2000-2002
  • chronologie : Néolithique, Age du Bronze, Age du Fer, Antiquité - sur la nature des vestiges immobiliers : Dépôts rituels, substructions - sur la nature des vestiges mobiliers : Poterie, faune, parure (bronze, verre), monnaie (or, argent, bronze), outil (bronze, fer) Notice sur la
  • l'homme, clairement attestée du Néolithique à la fin de l'âge du Bronze, n'est pas non plus étrangère à la formation de ces couches. Les fouilles de 1999 (Le Bihan, 1999) ont permis de soupçonner la part de construction qui revient à cette occupation humaine, en particulier au cours de
  • l'importance des résultats archéologiques. Rappelons, brièvement, les principaux traits des découvertes (fig.6) : 2.1.1. U n é t a b l i s s e m e n t n é o l i t h i q u e Un établissement d'époque néolithique apparaît au cœur d'une épaisse couche de limon recouvrant la zone centrale du
  • supérieure (Us.07), accumulée dès l'âge du Bronze moyen, livre de nombreux éclats de silex et des galets de faible diamètre (3 à 5 cm). D'autre part des milliers d'éclats outils de silex et des haches en pierre polie ressurgissent dans tous les niveaux postérieurs aux époques néolithiques
  • . Malheureusement, l'implantation des villages de l'âge du Bronze et du 1er âge du Fer a détruit la majeure partie des vestiges les plus précoces, rendant très difficile une étude cohérente du site ancien. 2.1.2. U n h a b i t a t d u B r o n z e a n c i e n et m o y e n L'âge du Bronze ancien
  • différentes, mais chronologiquement ordonnées. La durée d'occupation se situe vraisemblablement autour de 3 0 0 ans pour une population moyenne et constante comprise entre 2 0 0 et 4 0 0 habitants. La fin de l'occupation du village paraît se situer vers 4 5 0 avant J.-C. La fondation, à
  • partir d'un noyau de population assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthogonal et complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du 1er âge du Fer. Le village apparaît comme un des derniers exemples des
  • agglomérations compactes bien connues à l'est des Alpes et du Jura, en Europe continentale, mais encore inédites en France. Depuis 1995, la fouille du secteur 5 découvre, parmi les terres de comblement de la dépression Us.157, une très vaste lentille de sédiments du 1er âge du Fer contenant
  • cœur du village du 1er âge du Fer. 6 2.1.5. L e s vestiges d ' é p o q u e g a l l o - r o m a i n e Les vestiges à caractère rituel des âges du Fer sont découverts au sein de structures mises en place à l'époque romaine, sans doute vers les III e et IV e siècles après J.-C
  • puissant village du 1er âge du Fer ont disparu, arrachées par les occupants de l'époque antique. A ces découvertes importantes s'ajoutent celles, sporadiques mais constantes, de tessons antiques sur la partie septentrionale du site et, surtout, la mise au jour de deux tronçons de voies
  • , les études complètes : . du riche mobilier des âges du Bronze ancien, moyen et final qui ne cesse d'apparaître parmi les vestiges antiques, . du mobilier céramique du premier âge du Fer de l'ensemble du village, . de la faune du premier âge du Fer, . des mobiliers archéologiques
  • -Notariou et le village du premier âge du Fer. Une coédition Centre de recherche archéologique du Finistère - Revue archéologique de l'Ouest devait permettre la réalisation de cet ouvrage de J.-P. Le Bihan, et J.-F. Villard. La préparation du deuxième tome de la collection est incluse
  • dans le programme. L'ouvrage sera consacré aux phases anciennes de l'histoire du site, de sa mise en place au Néolithique aux vestiges mobiliers et immobiliers du Bronze ancien et moyen. Un tel programme justifie la réalisation de sondages ponctuels dans les couches de limons
  • antérieures au village du premier âge du Fer. En 1999, de telles opérations se sont révélées déterminantes pour la compréhension de la dynamique de mise en place des différents habitats. 3. O R G A N I S A T I O N D E LA C A M P A G N E D E F O U I L L E La campagne de fouille se déroule
  • de la mise en place des sols. B. Gratuze (C.N.R.S.) prend en charge la détermination de provenance et l'étude des perles en verre. J.-Y. Robic, auteur d'un D.E.A. sur le mobilier céramique du village du 1er âge du Fer (Robic, 1991), étend l'étude de ce même mobilier à toutes les
  • Fer. Extension vraisemblable du site du Bronze ancien / moyen. Limite de la zone densement bâtie du village 1 e r âge du Fer. Fig. 6 - Plan diachronique des vestiges (interprétation, fin de fouille 2000) Ch.2. L E S V E S T I G E S DU S E C T E U R 5 1. I N T R O D U C T I O N
  • , une bande de terre limoneuse est, momentanément, exclue de la fouille. Il s'agit de limons reposant sur l'arène granitique. Proches des limons Us.07 par leur aspect, ils constituent le substrat de la périphérie de la zone densément construite du village du 1er âge du Fer. Des
  • petites fosses ou des trous de poteaux sont creusés dans ces limons. Sans être plus précis, nous pouvons admettre qu'il s'agit de matériaux déposés entre la fin du Néolithique et le 1er âge du Fer. 2.3. LE DÉPÔT PRIMAIRE DU 1er ÂGE DU F E R Us.226 2.3.1. La structure Fig.7, 16 à 18
  • L E SITE ARCHEOLOGIQUE DE OUESSANT (29 155 0022 AP) "Mez-Notariou" (Finistère) R À P P Ô R T I N T E R M E D I A I R E D E F O U I L L E P R O G R A M M E E - ANNEE 2001 Sous la direction de Jean-Paul L E BIHAN C O N S E I L G E N E R A L DU F I N I S T E R E S.P.A. - M I N
  • I S T E R E D E L A C U L T U R E C E N T R E D E R E C H E R C H E A R C H E O L O G I Q U E DU F I N I S T E R E Rennes : S.R.A. de Bretagne -2001 OMNRAOl L E S I T E A R C H E O L O G I Q U E DE OUESSANT (29 155 0022 AP) "Mez-Notariou" (Finistère) R A P P O R T I N T E
RAP03533 ((35). Rapport annuel de prospection inventaire. Rapport de PI 2017)
  • (35). Rapport annuel de prospection inventaire. Rapport de PI 2017
  • Autorisation de prospection Carte des communes prospectées Problématique de l’opération Résultats : Commune : Numéro INSEE : La Chapelle-du-Lou-du-Lac Coësmes Laillé (2 sites) Guipry-Messac Le Theil-de-Bretagne (9 sites) 35060 35082 35139 35176 35333 Une première étude du château du
  • Lou-du-Lac est jointe à ce rapport Problématique de l’opération 1 - Le cadre géographique : Le cadre général de l’activité du CERAPAR qui était cantonné au Bassin de Rennes il y a quelques années, s’est élargi progressivement vers le sud et l’ouest du département. Le travail
  • -Réan composée de schiste rouge ou la formation du grès armoricain. Liste, n° INSEE des communes et lieux-dits prospectés ayant été positifs, ou ayant fait l'objet de relevés en Ille-et-Vilaine en 2017 : La Chapelle-du-Lou-du-Lac (35060) : - Le Lou-du-Lac Coësmes (35082
  • Ramel. Le château du Lou-du-Lac, daté de 1657, n’a pas subit d’importantes modifications depuis son édification. C’est la raison pour laquelle il nous a semblé judicieux d’en faire une étude complète. Tout d’abord, un relevé topographique et un plan de masse du château et des
  • CERAPAR va poursuivre ses investigations sur les bâtiments du site du Lou-du-Lac. Après avoir effectué les relevés en élévation des façades et le plan au sol des quatre niveaux du château, les dessins des coupes du bâti et les éléments intérieurs (cheminées, portes, fenêtres…) vont
  • à La Bouëxière, ou encore Bocadève également à SaintJust. Sans fouilles archéologiques, il est difficile de dater une telle structure. Les hypothèses de datation peuvent aller du Néolithique au début de l’Âge du Bronze. La fonction d’un tel monument mégalithique reste une énigme
  • MOBILIER Mobilier significatif (décrit et commenté) Contexte du mobilier : : Néant Lieu de dépôt du mobilier : CHRONOLOGIE Période de début : Néolithique siècle : date : Période de fin : Néolithique siècle : date : Indicateur de période : Attribution culturelle : Commentaire
  • Résultats : Commune : Numéro INSEE : La Chapelle-du-Lou-du-Lac Coësmes Laillé (2 sites) Guipry-Messac Le Theil-de-Bretagne (9 sites) 35060 35082 35139 35176 35333 Une première étude du château du Lou-du-Lac est jointe à ce rapport Problématique de l’opération 1 - Le cadre
  • communes et lieux-dits prospectés ayant été positifs, ou ayant fait l'objet de relevés en Ille-et-Vilaine en 2017 : La Chapelle-du-Lou-du-Lac (35060) : - Le Lou-du-Lac Coësmes (35082) : - Guichefeu Laillé (35139) : - Loiselière - Mandon Guipry-Messac (35176) : - Clédy Le Theil
  • celles de Paul Bézier dans son inventaire des mégalithes d'Ille-et-Vilaine. De plus trois sites métallurgiques ont été cartographiés en lisière de forêt aux lieux-dits la Trapardière, le Haut Mont et Ramel. Le château du Lou-du-Lac, daté de 1657, n’a pas subit d’importantes
  • aussi en milieu ouvert. Les relevés topographiques des structures en terre vont se poursuivre, telle la motte Jubin à Bédée, la motte de la Salle à Coësmes… au début de l’année. 2°) Le CERAPAR va poursuivre ses investigations sur les bâtiments du site du Lou-du-Lac. Après avoir
  • 1 Commentaire sur l'interprétation Voir notice MOBILIER Mobilier significatif (décrit et commenté) Contexte du mobilier : : Néant Lieu de dépôt du mobilier : CHRONOLOGIE Période de début : Néolithique siècle : date : Période de fin : Néolithique siècle : date
  • difficile de dater une telle structure. Les hypothèses de datation peuvent aller du Néolithique au début de l’Âge du Bronze. La fonction d’un tel monument mégalithique reste une énigme. Si l’alignement de Champagné était un repère dans le paysage (situé sur un point haut rappelons le) la
  • RAPPORT ANNUEL DE PROSPECTION INVENTAIRE André CORRE CERAPAR 2017 Autorisation n° 2017-162 en date du 17 mai 2017 CENTRE DE RECHERCHES ARCHEOLOGIQUES DU PAYS DE RENNES Service régional de l’archéologie de Bretagne – Rennes Conditions d’utilisation des documents Les
  • rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations
  • entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour
  • objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété
  • intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou
  • non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la
  • source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel
RAP03694 ((35). Rapport annuel de prospection inventaire. Rapport de PI 2018)
  • LA CHAPELLE-DU-LOU-DU-LAC
  • (35). Rapport annuel de prospection inventaire. Rapport de PI 2018
  • prospectées - Problématique de l’opération - Résultats : Commune : Numéro INSEE : Bain-de-Bretagne (21 sites) Bédée La Chapelle-du-Lou-du-Lac Coësmes Goven Guipry-Messac (18 sites) Saint-Ganton Le Theil-de-Bretagne (2 sites) Thourie (7 sites) Vezin-Le-Coquet 35012 35023 35060 35082
  • 35123 35176 35268 35333 35335 35353 Côtes d’Armor : Bourseul Caulnes Le Mené 22014 22032 22046 La deuxième partie de l’étude du bâti du château du Lou-du-Lac est jointe, en annexe, à ce rapport. La Chapelle-du-Lou-du-Lac Bédée Vezin-le-Coquet Goven Le Theil-de-Bretagne
  • propriétaires. Cette année 2018 la prospection de la forêt du Theil s’est achevée par la découverte d’un nouvel alignement de blocs inédit non loin du village de Ramel. Il a fait l’objet des opérations habituelles de relevés : topographie, vue en plan et profils des blocs, étude géologique
  • . Il faut y rajouter deux blocs en place, non loin de la file précitée. L’étude sur Le château du Lou-du-Lac, débutée l’an dernier, s’est poursuivie activement cette année. Elle a concerné les coupes du château, les différentes ouvertures (portes et fenêtres), les cheminées, les
  • en Saint-Just. 3°) Les investigations sur les bâtiments du site du Lou-du-Lac avancent. Après avoir effectué les relevés sur le château proprement dit, les actions vont se concentrer sur les tours et murs d’enceint du domaine. 4°) Le mobilier apporté au CERAPAR par des
  • de longueur, de 5,8 cm de largeur au tranchant et d’épaisseur maximale de 3,3 cm. Son poids est de 422 g. Contexte du mobilier : terrassement maison Lieu de dépôt du mobilier : inventeur CHRONOLOGIE Période de début : Néolithique siècle : date : Période de fin : siècle
  • : date : Néolithique Indicateur de période : Attribution culturelle : Commentaire sur la chronologie GEOREFERENCES (Coordonnées de l'entité) : Lambert 2 étendu Type de fond : Carte IGN 1 :25000 X du centroïde : 284.414 altitude en m : 112,70 Précision de l'emprise :Bonne Y du
  • RAPPORT ANNUEL DE PROSPECTION INVENTAIRE André CORRE CERAPAR 2018 Autorisation n° 2018-129 en date du 18 avril 2018 CENTRE DE RECHERCHES ARCHEOLOGIQUES DU PAYS DE RENNES Rennes Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic
  • , fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à
  • ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La
  • consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de
  • notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas
  • , n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de
  • l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé
  • d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code
  • (Centre de Recherches Archéologiques du Pays de Rennes) (Association Loi 1901) Maison de l’Archéologie Espace Jean Guéhenno 35740 PACE : 02 99 68 74 56 - e-mail : cerapar@free.fr Site internet : http://cerapar.free.fr Sommaire - Autorisation de prospection - Carte des communes
  • Guipry-Messac Coësmes Thourie Saint-Ganton Bain-de-Bretagne 0 20 km Problématique de l’opération 1 - Le cadre géographique : Le cadre général de l’activité du CERAPAR qui était cantonné au Bassin de Rennes il y a quelques années, s’est élargi progressivement vers un grand sud du
  • département. Exceptionnellement le CERAPAR peut intervenir en dehors du département d’Ille et Vilaine. Ces opérations ponctuelles, le plus souvent suite à des sollicitations diverses, sont faites uniquement en l’absence d’autres structures de type associatif en capacité de répondre à la
  • l’érosion et correspondent principalement à des formations conglomératiques, gréseuses et schisteuses, telles la formation de PontRéan composée de schiste rouge ou la formation du grès armoricain. Liste, n° INSEE des communes et lieux-dits prospectés ayant été positifs, ou ayant fait
  • l'objet de relevés en Ille-et-Vilaine en 2018 : Bain-de-Bretagne (35012) : ……………. - Bois de la Robinais (9 sites), Bois de la Marzelière (6 sites), Bois de la Houssais, La Guerchette, La Rénédais, La Renouais, La Silandais, Le Coudray du Chat Bédée (35023) : …………………………. La Chapelle-du
RAP02570.pdf (CARNAC (56). carte archéologique communale. rapport d'étude)
  • permet de confirmer la présence d'un habitat sur ce secteur. F. Gaillard signale par ailleurs un habitat gaulois à proximité du village de Kerbois. Malgré nos 9 N Chronologie des sites répertoriés : • Paléolithique * Gallo-romain • Mésolithique Médiéval • Néolithique Moderne
  • dolmens de Quéric la Lande, qui possèdent chacun un arrêté de classement, ont été regroupés en un seul site. A contrario, pour quelques sites nous avons préféré les scinder en deux. Par exemple, pour le camp néolithique du Lizo qui comporte un dolmen en son centre, nous avons jugé
  • ont été recensés. Deux d'entre eux ont été découverts sur les chemins côtiers passant au sommet des falaises qui se trouvent à chaque extrémité de la Pointe Saint Colomban. Un troisième gisement a été identifié dans un champ labouré à proximité du village du Lizo. D'autres indices
  • exceptionnelle et constituent une part importante du patrimoine archéologique carnacois. En l'état actuel de l'inventaire, on compte 136 sites soit plus de 64 % des sites répertoriés. Sur les 136 sites néolithiques répertoriés, 18 restent à localiser. L'essentiel des monuments répertoriés se
  • rattache aux pratiques funéraires du Néolithique (dolmens, tertres). On compte également de nombreux groupes et files de menhirs dont la destination reste un peu plus énigmatique. Face à cette forte concentration de tertres et de mégalithes, on est frappé par la rareté des sites
  • réaménagements de l'Age du Bronze ou encore des traces d'occupation de l'époque romaine. Si une bonne partie des sites néolithiques de Carnac ont été explorés anciennement ou étudiés plus récemment, il en reste néanmoins quelques uns qui semblent avoir été peu étudiés. => Age du Bronze
  • environs du village de Kerfraval évoque aussi l'existence d'un habitat sur ce secteur. Pour le moment, seul le camp du Lizo présente une occupation de l'Age du Fer et peut éventuellement être considéré comme site d'habitat. L'indigence en sites d'habitat constitue vraisemblablement une
  • étonnant qu'aucune structure terroyée (motte, enceinte) n'ait été reconnue. Seules ont été intégrées à notre inventaire la chapelle du Moustoir, les constructions réalisées sur le flanc sud du tumulus Saint Michel et une croix monolithe à proximité du village de Kerbospern. => Période
  • AP Keriava! Chronologie : Néolithique Description du site : Nature du site : Groupe de menhirs Inventeur : inconnu Groupe de 9 menhirs encore visibles. Ils se répartissent en deux lignes distinctes et sont considérés comme les restes d'une enceinte subrectangulaire (125 X 85
  • mésolithique de la plage st-colomban Saint Colomban Gisement de surface 1 Non NDs Néolithique 56 034 002 AP alignements du menée Le Ménec File(s) de menhirs Absolu Cl. Ml 1 : Liste de 1889 et 12 mars 1923 Ndam Néolithique 56 034 003 AP alignements de kermario Kermario Filc
  • Néolithique 56 034 008 AP tertre et menhirs du lac Le Lac Tertre et menhirs 2 Non Nda Néolithique 56 034 009 AP dolmen du lac Le Lac Dolmen 2 Non Nda Néolithique 56 034 010 AP dolmen du castellic Castellic Dolmen 1 Non Nda mardi 3 octobre 2000 Page 1 sur 1 1
  • Protection Classement Zonage POS N° de site Nom du site Néolithique 56 034 011AP menhirs de kerlescan (er roh) Kerlescan Groupe de menhirs Absolu Cl. MM : 1 1 septembre 1929 Nda Néolithique 56 034 012 AP dolmens de kerlagad Kerlagad Dolmen Absolu Cl. MH : 30 juin 1928
  • Nda Néolithique 56 034 013 AP menhir de er roc'h Kerlagad Menhir Absolu Cl. Mil : Liste de 1889 Nda Néolithique 56 034 014 AP dolmens et menhirs du clos pernel Kerguéarec Dolmens et menhirs Absolu Cl. MH : 10 juillet 1933 Nda Néolithique 56 034 015 AP tumulus du
  • bois du castellic (bois du latz) Bois de Kerguéarec Tumulus Absolu CI. MH : 29 mai 1931 NDa Néolithique 56 034 016 AP dolmen de roc'h feutet Kerguéarec Dolmen Absolu Cl. Mil : Liste de 1889 NDa Néolithique 56 034 017 AP dolmen de la madeleine Kerguéarec Dolmen
  • menhir du manio 3 Le Manio Tertre Absolu Cl. MH : 19 juin 1931 Ndam Néolithique 56 034 021 AP camp du lizo Le Lizo Oppidum Absolu Cl. MH : 25 juin 1929 NDs Néolithique 56 034 022 AP dolmen de kervihan Kervihan Dolmen 2 Non NDs Néolithique 56 034 023 AP dolmen
  • Menhir 2 Non NDa Néolithique 56 034 027 AP dolmen de mane er ouac'h tyhir Le Moustoir Dolmen Absolu Cl. MH: 10 juillet 1933 NDa Néolithique 56 034 028 AP tumulus et menhir du moustoir Le Moustoir Tumulus et menhir Absolu Cl. MH : Liste de 1889 (tumulus). 10 mai 1926
  • (menhir) NDa Néolithique 56 034 029 AP tumulus saint-michel Cloucarnac Tumulus Absolu Cl. MH : Liste de 1889 Ndam Néolithique 56 034 030 AP menhir de rohec Le Moustoir Menhir Absolu Cl. MH : 12 mai 1926 NDa mardi 3 octobre 2000 Lieu-dit IGN Nature du site
  • chronologie Page 2 sur 1 1 Lieu-dit IGN Nature du site Protection Classement Zonage POS chronologie N° de site Nom du site Néolithique 56 034 03 1 AI' tertre de kerlescan Kerlescan Tertre Absolu Cl. MH : Liste de 1889 Ndam Néolithique 56 034 032 AP hémicycle
  • mégalithique de kerlescan Kerlescan Groupe de menhirs Absolu Cl. MH : 30 juin 1928 et 1 1 septembre 1929 Ndam Néolithique 56 034 033 AP dolmen de kerlescan Kerlescan Dolmen Absolu Cl. MH : Liste de 1889 Ndam Néolithique 56 034 034 AP dolmen du manio Le Manio Dolmen 2 Non
  • Ndam Néolithique 56 034 035 AP tertre du manio (quadrilatère) Le Manio Tertre Absolu Cl. MH : 25 avril 1890 Ndam Néolithique 56 034 036 AP dolmen de kercado Kercado Dolmen Absolu Cl. MH : 27 décembre 1923 NCb Néolithique 56 034 037 AP dolmen de kermario Kermario
RAP03455 (Éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2016)
  • projet collectif de recherches
  • Éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2016
  • Préhistoire Récente : Habitations et habitat du Néolithique à l’âge du Bronze en France et ses marges) où nous avions proposé un premier bilan sur les formes de l’habitat en Bretagne, un premier article de synthèse typo-chronologique a été effectué et proposé (cf. infra). Dans la
  • illustrer des travaux de synthèse en cours. L’interrogation de la base « architectures », nous avait permis, dès 2015, de proposer un premier bilan lors des 2e Rencontres Nord-Sud de Préhistoire Récente : Habitations et habitat du Néolithique à l’âge du Bronze en France et ses marges
  • du Néolithique et la genèse du Bronze ancien dans l’Europe du Nord-ouest »), un second article a été réalisé pour les actes du Congrès (cf. 2.6 Le Campaniforme et la genèse de l’âge du Bronze ancien en Bretagne : De nouvelles donnes ?). Il a également été retenu par le comité de
  • Projet Collectif de Recherche Rapport activité 2016 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Le cadre chronologique et les formes de l’habitat Stéphane BLANCHET (coordination), Vérane BRISOTTO, Anne-Françoise CHEREL, Klet DONNART, Quentin FAVREL
  • , Muriel FILY, Véronique GUITTON, Caroline HAMON, Xavier HENAFF, Cécile LE CARLIER, Mikaël LE MAIRE, Mélanie LEVAN, Clément NICOLAS, Théophane NICOLAS, Yvan PAILLER, Julien RIPOCHE, Sandra SICARD, Sébastien TORON Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2016 AUTEURS DU
  • , Eveha, UMR 6566 CReAAH. klet.donnart@eveha.fr Quentin FAVREL Doctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8215 Trajectoires. quentin.favrel@gmail.com Muriel FILY Attachée de conservation du patrimoine, Conseil général du Finistère, UMR 6566 CReAAH. muriel.fily@cg29 Véronique
  • Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2016 SOMMAIRE LISTE DES PARTICIPANTS p. 4 1. LE PROJET INITIAL : quelques rappels p. 5 2. L’ACTIVITE EN 2016 p. 7 2.1 Typologie des céramiques de l’âge du Bronze moyen : les registres décoratifs par X. Hénaff p.11 2.2 Analyse
  • fonctionnelle des outils macrolithiques impliqués dans la métallurgie du cuivre et du Bronze de la fin du IIIe au IIe millénaire avant notre ère en Bretagne par C. Hamon, S. Blanchet, V. Brisotto, C. Le Carlier, K. Donnart p. 25 2.3 Le « petit mobilier » en bois des tumulus armoricains
  • : première approche par V. Guitton p. 33 2.4 Les tumuli de l'âge du Bronze dans le nord-ouest des Côtes-d'Armor par M. Le Maire p. 43 2.5 Les Formes de l’habitat et l’occupation du sol en Bretagne par S. Blanchet, M.Levan, S. Sicard, S. Toron p. 53 2.6 Le Campaniforme et la genèse de
  • l’âge du Bronze ancien en Bretagne : De nouvelles donnes ? par S. Blanchet, Q. Favrel, M. Fily, C. Nicolas, T. Nicolas, Y. Pailler, J. Ripoche p. 71 3. PRINCIPALES PERSPECTIVES POUR L’ANNEE 2017 P. 97 3 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2016 LISTE DES
  • et âge du Fer ESCATS Yoann INRAP GO Responsable d’opérations FAVREL Quentin Université Paris 1 Doctorant FILY Muriel CGD 29 Attachée de conservation, âge du Bronze. GABILLOT Maréva UMR 5594 ARTeHIS Chargée de recherche, âge du Bronze. GANDOIS Henri Doctorant GAUTIER
  • recherche émérite, âge du Bronze. HENAFF Xavier INRAP GO HAMON Caroline CNRS, UMR 8215 Trajectoires Responsable d’opérations, Préhistoire récente/Protohistoire ancienne. Chargée de recherche, spécialiste du macrooutillage. LE BIHAN Jean Paul CRAF Archéologue, Protohistoire. LE
  • CARLIER Cécile CNRS, UMR 6566 CReAAH Ingénieure de recherche, spécialiste du métal. LE GOFF Emeline INRAP GO Référente SIG LE MAIRE Mickaël Université de Rennes 1 Ingénieur d’étude LEMEE Marion INRAP GO Responsable d’opération, Protohistoire LEROUX Gilles INRAP GO, UMR
  • précédentes. Rappelons simplement qu’à partir des données disponibles en Bretagne, deux axes prioritaires avaient, au démarrage du projet, été définis :  construire un référentiel chrono-culturel pour l’âge du Bronze régional en prenant notamment en compte la typo-chronologie des
  • question de la culture matérielle et de la chronologie des sociétés de l’âge du Bronze régional. Avec le développement de l’archéologie préventive, nous disposons effectivement d’ensembles suffisamment importants et nombreux pour proposer un premier séquençage des productions sur la
  • base des formes et des thèmes décoratifs. Des datations 14 C sur les suies ou les caramels de cuisson présents à la surface des vases viennent préciser cette chronologie. La tranche chronologique couverte par le projet se situe entre la seconde moitié du IIIe millénaire et le
  • premier quart du Ier millénaire av. J.C.. Concernant l’industrie lithique taillée et le macro-outillage, les corpus disponibles devraient permettre de mieux appréhender tous ce qui concerne l’artisanat et les productions à l’âge du Bronze. Ils serviront à préciser les marqueurs
  • chronologiques et culturels.  fournir un premier référentiel sur les formes de l’habitat et l’occupation du sol. En lien avec le thème précédemment évoqué, l’étude des formes de l’habitat nous permet bien évidemment de remettre en contexte les corpus céramiques mis au jour ces dernières
  • années. Les données – provenant des diagnostics et des grands décapages mais aussi des prospections aériennes menées sur la région – sont nombreuses et permettent surtout d’aborder la question des formes, des rythmes de l’habitat et plus largement la question de l’occupation du sol et
  • des espaces de production. Les éléments actuellement exploitables comprennent à la fois des architectures (constructions sur poteaux, sur tranchées de fondation), des enceintes, des enclos, des structures agraires. Si ces deux axes restent prioritaires et constituent l’ossature du
RAP01926.pdf (OUESSANT (29). vestiges antiques et de l'âge du bronze : rapport intermédiaire de fouille programmée)
  • OUESSANT (29). vestiges antiques et de l'âge du bronze : rapport intermédiaire de fouille programmée
  • néolithiques. Malheureusement, l'implantation des villages de l'âge du Bronze et du 1er âge du Fer a détruit la majeure partie des vestiges les plus précoces, rendant très difficile une étude cohérente du site ancien. 2.1.2. Un habitat du Bronze ancien et moyen 6 L'âge du Bronze ancien et
  • de l'homme, clairement attestée du Néolithique à la fin de l'âge du Bronze, n'est pas non plus étrangère à la formation de ces couches. Les fouilles de 1999 (Le Bihan, 1999) laissent deviner la part de construction qui revient à cette occupation humaine, en particulier au cours de
  • , brièvement, les principaux éléments archéologiques accumulés au fil du temps et redécouverts par les fouilles (fig.4) : 2.1.1. Un établissement néolithique Un établissement d'époque néolithique apparaît au cœur d'une épaisse couche de limon recouvrant la zone centrale du site (Us. 16
  • -être contemporain (Us.76) est mise au jour. - Un lot de haches à douilles et de gouges miniatures est découvert. Les objets sont dispersés parmi les terres de vastes dépôts de terres antiques (une dizaine d'exemplaires). 2.1.4. Un village du premier âge du Fer Le 1er âge du Fer est
  • techniques architecturales différentes, mais chronologiquement ordonnées. L a durée d'occupation se situe vraisemblablement autour de 300 ans pour une population moyenne et constante comprise entre 200 et 400 habitants. La fin de l'occupation du village paraît se situer vers 450 avant J
  • .-C. La fondation, à partir d'un noyau de population assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthogonal et complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du 1er âge du Fer. Le village apparaît comme un des
  • derniers exemples des agglomérations compactes bien connues à l'est des Alpes et du Jura, en Europe continentale, mais encore inédites en France. Il est également perçu comme le résultat d'une adaptation à un territoire clairement défini par la nature et l'insularité (Le Bihan, Villard
  • également de rappeler que quelques trous de poteaux avaient livré des tessons de la Tène finale au cœur du village du premier âge du Fer. 2.1.6. Les vestiges d'époque gallo-romaine Le creusement, sans doute à la fin du III siècle après J.-C., ou au début du IV , de la vaste dépression Us
  • antiques, . du mobilier céramique du premier âge du Fer de l'ensemble du village, . de la faune du premier âge du Fer, . des mobiliers archéologiques céramiques et organiques de la Tène et de l'époque gallo-romaine, c'est la mise au jour de pratiques rituelles d'un type exceptionnel
  • archéologique de Mez-Notariou et 1 e village du 1 âge du Fer " par Jean-Paul Le Bihan et Jean-François Villard. er Il est donc suggéré de poursuivre la publication de cette collection dans le cadre d'un nouveau programme trisannuel spécifique. Ce programme inclura : - la réalisation du
  • de mieux comprendre les 9 mécanismes de mise en place d'un substrat accumulé au cours des périodes récentes du Néolithique. - Le Bronze ancien-moyen : les structures architecturales, les vestiges d'activité métallurgique sont assez abondants et significatifs pour faire du site
  • . 2.2.3. Etudes expérimentales sur la production de poterie à Ouessant durant la Protohistoire, en particulier à l'âge du Fer Les poteries du cœur du village du 1 âge du Fer ont étudiées par Jean-Yves Robic : " Les poteries du 1 âge du Fer sur le site de Mez-Notariou " (D.E.A., Rennes
  • , 1991). er er 10 Avec les poteries du secteur 5, un tableau beaucoup plus complet de la céramique du village de cette époque peut être dressé (cf. Le Bihan D.F.S., 1998 et 2002). L'examen de ces poteries a engendré un questionnement pertinent : technique et lieu de fabrication
  • mise en place du protocole de fouille des dépôts d'ossements et de coquillages à caractère rituel. marins. - B. C lavel ( INRAP) p rend e n c harge l'étude d es t rès n ombreux r estes d e p oissons - J.-Y. Robic, auteur d'un D.E.A. sur le mobilier céramique du village du premier
  • VESTIGES ANTIQUES ET DE L'ÂGE DU BRONZE A OUESSANT "Mcz-Notariou (29 155 0022 AP) (Finistère) RAPPORT 1NTERMERDIA IRE DE FOUILLE PROGRAMMEE Année 2003 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN CONSEIL GENERAL DU FINISTERE S.D.A. - MINISTERE DE LA CULTURE 'CENTRE DE RECHERCHE
  • ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE Rennes : S.R.A. de Bretagne -2003 JlU Il A J VESTIGES ANTIQUES ET DE L'AGE DU BRONZE A OUESSANT "Mez-Notariou" (29 155 0022 AP) (Finistère) RAPPORT INTERMEDIAIRE DE FOUILLE PROGRAMMEE ANNEE 2003 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN Avec les collaborations
  • de J.-F. Villard, J. Roussot-Larroque, Y. Le Bihan, B. Clavel, P. Méniel et J.-Y. Robic, Ph. Abollivier, CONSEIL GENERAL DU FINISTERE S.D.A. - MINISTERE DE LA CULTURE CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE Rennes : S.R.A. de Bretagne 2003 2 SOMMAIRE AVERTISSEMENT Ch.l
  • MOYENS HUMAINS ET SCIENTIFIQUES 3.2 LA DUREE DES CHANTIERS 3.3. LES RELATIONS PUBLIQUES 4. ETAT DES CONNAISSANCES ET STRATEGIES DE FOUILLE 4.1. LA ZONE NORD DU SECTEUR 5 4.2. LA ZONE SUD DU SECTEUR 5 CH. 2. LES VESTIGES DE L'ÂGE DU BRONZE MOYEN 1. LES TROUS DE POTEAUX DU BRONZE MOYEN
  • 2. LES SOLS ET HORIZONS ANCIENS DU BRONZE ANCIEN ET MOYEN 2.1. DANS LA PARTIE MERIDIONALE 2.2. DANS LA PARTIE SEPTENTRIONALE 3. LE DÉPÔT Us.238 3.1. L'ORGANISATION GENERALE 3.2. LA COUCHE DE PATELLES Us.239 3.3. LES COUCHES Us.252 ET 266 3.4. LES STRUCTURES.S.3921 ET 3930 ET LES
  • AIGUILLES D'OURSINS 3.5. LA COUCHE DE SEDIMENTS Us.264 3.6. LA COUCHE DE TERRE OSSEMENTS ET POTERIES Us.244 3.7. LA COUCHE DE COQUILLAGES Us.263 3.8. LA PLAQUE DE TERRE Us.262 3.9. LE LIT DE COQUILLAGE Us.247 3.10. LA SELECTION OSSEUSE AU SEIN DU DÉPÔT Us.238 3.11. CONCLUSION A PROPOS
RAP03040.pdf (OUESSANT (29). habitat et mobilier du village du premier âge du fer de Mez-Notariou. rapport intermédiaire de fp 2012-2014)
  • OUESSANT (29). habitat et mobilier du village du premier âge du fer de Mez-Notariou. rapport intermédiaire de fp 2012-2014
  • néolithiques. Malheureusement, l'implantation des villages de l'âge du Bronze et du Premier âge du Fer a détruit la majeure partie des vestiges les plus anciens, rendant très difficile une étude cohérente d’un site néolithique sans doute assez important. 2.1.1.2. Un établissement entre
  • datés de l’âge du Bronze, au bord du lac de Neuchâtel en particulier. Bien qu’il faille y songer, ceci ne conduit pas nécessairement à changer les dates de mise en place et d’occupation des premières phases de construction du village, mais à considérer qu’elles relèvent davantage de
  • HABITAT ET MOBILIER DU VILLAGE DU DU PREMIER ÂGE DU FER DE MEZ-NOTARIOU (OUESSANT - FINISTÈRE) : 29 155 0022 AP RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE FOUILLE PROGRAMMÉE TRIENNALE ANNÉE 2014 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN CENTRE DE RECHERCHE ARCHÉOLOGIQUE DU FINISTÈRE CONSEIL
  • GÉNÉRAL DU FINISTÈRE S.D.A. - MINISTÈRE DE LA CULTURE Rennes : S.R.A. de Bretagne - 2014 HABITAT ET MOBILIER DU VILLAGE DU DU PREMIER ÂGE DU FER DE MEZ-NOTARIOU (OUESSANT - FINISTÈRE) : 29 155 0022 AP RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE FOUILLE PROGRAMMÉE TRIENNALE ANNÉE 2014 Sous la
  • Bronze final 1 2.1.1.3 Un site du Bronze final III ? 2.1.2. Un grand village du Premier âge du Fer 2.1.3. Les vestiges du Second âge du Fer 2.1.4. Des vestiges complexes d’époque romaine 2.1.5. Un abandon au début du haut Moyen Âge 2.2. LE PROJET TRIENNAL DE FOUILLE 2.2.1. Le
  • . Des types de fondations inédits et des observations originales 1.1.3. Des dimensions différentes 1.1.4. Des questions à propos de la fonction des bâtiments 1.1.5. La fonction des bâtiments et l’organisation spatiale du village de première période 1.1.6. La date et la nature de la
  • modification profonde du village 1.1.7. Les fondations Us. 396 1.1.8. Le cas de la structure Us. 382 1.2. UN MOBILIER ARCHÉOLOGIQUE ABONDANT 1.2.1. Généralités 1.2.2. Observations typo-chronologiques 1.3. L’HISTOIRE DE MEZ-NOTARIOU À PARTIR DE LA FIN DE L’ÂGE DU BRONZE FINAL 1.3.1. Bronze
  • présence de l’homme, clairement attestée du Néolithique à la fin de l’âge du Bronze, n’est pas non plus étrangère à la formation de ces couches. Les fouilles (Le Bihan, 1999 et rapport 2013) confirment la part de construction qui revient à cette occupation humaine, en particulier au
  • néolithique apparaît au cœur de l’épaisse couche de limon recouvrant la zone centrale du site (Us. 16, secteur 1) : au fond de cette couche, des plaquettes de granite, à cassures fraîches, évoquent un arrachement de la pierre dans une zone proche du site ; l’existence d’une carrière est
  • Bronze ancien et Bronze final I - Un village doté de structures artisanales Une période incluse entre la fin de l'âge du Bronze ancien et les premiers siècles du Bronze final I moyen livre des vestiges d’architecture, mais aussi d'activités artisanales, notamment de métallurgie (fig
  • , là, en présence des vestiges d’une zone pour laquelle on peut proposer le qualificatif de sanctuaire, un espace attaché au village décrit précédemment. S’il convient de réfléchir à des fonctions religieuses liées aux habitants du village, il ne faut pas écarter des pratiques de la
  • lors de leur découverte. Compte tenu du contexte du site, un tel dépôt pourrait se rattacher aux pratiques religieuses qui s’y déroulaient. 12 La datation de ces tombes et de ces artefacts, à la toute fin du Bronze final III, les rapproche de la période de fondation du village du
  • Premier âge du Fer. Il est encore difficile d’établir un lien direct entre tous ces vestiges. L’hypothèse de l’inhumation sous tumulus de personnages importants, peut-être les fondateurs de ce village, ne peut être écartée, et devra faire l’objet d’une réflexion approfondie. Dans ce
  • cas, et de la même manière, il faut peut-être rattacher les vestiges du dépôt métallique évoqué ci-dessus aux plus anciennes activités rituelles de cet établissement hallstattien. À l’issue des dernières fouilles consacrées au village du Premier âge du Fer, un regard nouveau est
  • porté sur les vestiges du Bronze final III et l’évolution de ce village. Il est envisagé que son organisation initiale relève d’une culture et d’un modèle de société de l’âge du Bronze finissant plutôt que de l’âge du Fer. Les modèles d’habitats les plus comparables sont des villages
  • de l’ensemble de l’Armorique. 2.1.2. Un grand village du Premier âge du Fer 2.1.2.1. Un village remarquable Entre la fin du Bronze final III et le début du Premier âge du Fer, un important village à organisation spatiale régulière se met en place (fig. 7) : ruelles
  • d'occupation se situe vraisemblablement autour de 300 ans pour une population moyenne et constante comprise entre 200 et 400 habitants. La fin de l'occupation du village paraît se situer vers le début de la Tène ancienne. Issue d’une décision et d’un projet parfaitement maîtrisés, la
  • fondation, à partir d'un noyau de population assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthogonal et complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon chronologique et culturel proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du Premier âge du Fer. Le village
  • apparaît comme un des derniers exemples des agglomérations compactes de l’âge du Bronze bien connues à l'est des Alpes et du Jura, en Europe continentale, mais encore inédites en France. Il est également perçu comme le résultat d’une adaptation à un territoire clairement défini par la
  • légères sur trous de poteaux) avaient posé, d’emblée, un problème d’interprétation en ce qui concerne l’évolution de l’organisation du village. Les fouilles récentes (2009 - 2011) ont, semble-t-il, permis de régler cette question importante de l’attribution chronologique des bâtiments