Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3619 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03240.pdf (PLOUEZOC'H (29). Grand cairn de Barnenez : nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport de FP 2015)
  • carbon; ca, calcite; h, haematite. Eritrean rock art site suggested the presence of bixbyite and haussmanite.[32] In fact, the large half bandwidth of the band indicates a not well-crystallised material; this makes its assignment difficult. Moreover, the asymmetry of the band admits
  • cm-1).[22–30] This suggests the presence of Mn oxides (MnxOy) and oxyhydroxides (MnxOy(OH)z). The identification of manganese compounds used in rock art by Raman spectroscopy is frequently difficult.[6,10,31–33] No clear Raman signature is often obtained probably because
  • of manganese minerals have been related to their crystal size,[36] and significant wavenumber variations of the Raman bands of cryptomelane, a manganese mineral used in rock art, have been related to variations in the composition of this mineral.[37] Consequently, only a tentative
  • Ramírez, R. de Balbín Behrmann, R. Barroso Bermejo, L’ Anthropologie 2007, 111, 590. The presence of these colonies over paintings containing amor-[2] F. Carrera Ramírez, El arte parietal en monumentos megalíticos del Noroeste phous carbon poses a serious problem to obtain reliable
  • du site de Barnenez. L'ensemble de la documentation disponible est à la disposition du CMN qui se charge désormais d'élaborer de nouvelles propositions dans ce sens. Le travail est en cours. Un dernier aspect envisagé dans le cadre du projet soumis à la CIRA ne pouvait évidemment
  • de recherche. Luc Laporte DR CNRS UMR 6566 - Laboratoire Archéosciences   RAPPORT BARNENEZ Activités 2015 F. COUSSEAU Doctorant Université dr Rennes 1, France L’étude du bâti du site de Barnenez, pour le terrain, s’est terminée par quelques jours au cours du mois de septembre
  • son poids. La présentation détaillée des vestiges du tumulus nord est présente dans l’article joint au rapport. Le second volet de cette campagne était l’étude de visibilité à partir et vers le site. L’objectif premier était d’établir la visibilité des tumulus depuis la baie de
  • est de grand intérêt pour la déclaration de patrimoine UNESCO qu’a besoin de relevant informations scientifiques. La présence peinture aux mégalithes de Carnac est un fait prouvé et il faudra continuer dans ce sens avec plus des analyses ; du même qu’il est un fait prouvé la
  • microscopy combined with energy dispersive X-ray spectroscopy have made possible to characterise the materials present. The minerals α-quartz, albite, microcline, muscovite, phlogopite, celadonite, beryl and anatase have been identified in the granitic rocks supporting the paintings
  • relation with those of the Iberian Peninsula create interest- ing expectations for the knowledge of the European megalithic culture. Copyright © 2015 John Wiley & Sons, Ltd. Additional supporting information may be found in the online version of this article at the publisher’s web site
  • the biggest group of decorated monuments found within the Atlantic façade. Megalithic art * Correspondence to: Antonio Hernanz, Departamento de Ciencias y Técnicas was characterised as a discipline based on the data obtained in this area. Fisicoquímicas, Universidad Nacional de Educación
  • a Distancia, Paseo Senda del Rey 9, Along this process, engraving was defined to be the only identifiable E-28040 Madrid, Spain. intervention. The presence of pigments as decorative elements was E-mail: ahernanz@ccia.uned.es only admitted for a scarce number of sites located
  • hand, L’Hirondelle’s site is an outdoor area that proves the presence of open-air decorated complexes way beyond the Mediterranean area. Experimental Descriptions of the instruments used for the μ-RS, SEM/EDS and XPS studies, as well as the protocol used for micro-specimen
  • extractions, have been given elsewhere.[11,12,20] Specific experimental details of this work are reported here. In situ μ-RS spectra have been obtained with a BWTEK innoRam 785H portable Raman microscope. An optical fibre cable connects the spectrometer to a handheld probe head with 10
  • of Δνcal–Δνobs = -0.01 ± 0.05 cm-1 (tStudent 95%).[21] The location of some of the points that have been analysed in situ is indicated (red circles) in Figs2 S3–S23 (Supporting Information). Micro-specimens (size ≤ 1 mm ) of the pigmented areas were extracted from the different sites
  • 3001 with the Be window removed and coupled to a Hitachi S-3000 N scanning electron microscope (Everhart–Thornley detector of secondary electrons) with an operating resolution of 3 nm (working distance 4 mm, voltage applied 30 kV and pressure 1.5 × 10-3 Pa). X-ray photoelectron
  • have been analysed using the CASA XPS software and RSF database for peak fitting and Shirley background correction. The binding energy has been referenced to the adventitious C 1 s peak at 285 eV. Results and discussions Pictorial materials from eight French megalithic sites
  • components of granitic rocks. The SEM/EDS spectra of the specimens 1, 2 and 6 from this chamber reveal a significant content of Mn, Fig. S24 (Supporting Information). The presence of Copyright © 2015 John Wiley & Sons, Ltd. J. Raman Spectrosc. (2015) μ-Raman of prehistoric paintings
  • in French megalithic monuments Table 1. Components identified in the rock and paintings in eight French megaliths Megalith Specimen Rock components Primary phase Barnenez tumulus chamber H, orth. C Barnenez tumulus chamber A, entrance orth. Gallery of Goërem Mont-Saint-Michel
  • of the chamber H of the tumulus contain α-quartz, albite[40] and muscovite. Nevertheless, phlogopite[41,42] and beryl,[43,44] two frequent minerals in granitic rocks, have also been detected in the specimen 3, Fig. 2(a, b, d, e, f) and Table 1. A sinusoidal spectral profile is often observed
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • ) and 6.36 fragments of brick and tile (115.57g). The assemblage included second-century central Gaulish Samian and rims of third/fourth-century types; thirty-eight pièces of tegul a and twenty-nine of imbrex; three pièces of haematite (310g) and two worked flints. Magnetic susceptibil
  • produced the highest number of sites in transect walking and by far the greatest quantity of material, including very large amounts of brick and tile. The season also allows further observations on the problems identified in 1984 and some reinf orcement of the suggestions made
  • ; the main team (consisting largely of past and présent students from the Universities of London and Reading) numbered twenty-two, including the directors; it worked for twel ve days, from 24 March, and had one day off; nine people (including one director) remained for an additional week
  • to concentrate upon the excavation. Overall , 434 mandays were spent on this year's season, including travelling time and time off; 364 of thèse were working days. Two of the main team spent most of their time assisting in a survey of standing buildings already in hand when the season started
  • , but sixteen worked flints were recovered, three from transect L, three from C and ten from F, and also a stone axe, the stone of which has yet to be identified (F117). Two possible areas of ridge and furrow were noted, along with fourteen lynchets and eight (mostly substantial) old banks
  • or more fragments of building material) have been termed 'sites 1 ; fields in which one unit produced five or more sherds or fragments of building material, and two or more neighbouring units produced one to four, or two neighbouring units each produced five or more sherds or fragments
  • , have been termed 'probable sites'; fields in which there were irregular concentrations of material not covered by the above catégories - for example, one unit with five or more sherds of the same period - have been termed 'possible sites'. (The minimum number of finds necessary
  • for distinguishing between greater and lesser concentrations and for providing a means of référence to them; they do not necessarily dénote the position of former settlements. ) In accordance with the conventions, 187) may be classified as follows: the concentrations (total 'Sites' 'Probable
  • . The remaining concentrations (25.7%) had a prédominance of building material, at présent treated as undatable. 2 As usual , the topographical position of the sites was analysed. About a third of them (29.4%) were on flat 1 and while 17.1% were on south-facing and 16.6% on south-east-f
  • acing slopes. Upland concentrations were less notable than in 1984 (transects H, J, K) with only a quarter lying between the 50m and 75m contours; more than half 1 ay between 25m and 50m (59.9%), as in the other Carentoir transects. Only 35.3% of sites 1 ay within 250m of streams
  • that are mapped, far less than in 1984, while a further 39% were up to 500m, and 25.6% more than 500m, away; it was largely sites in F that caused this anomaly. Comparison was systematical ly made with the early nineteenth-century pattern of land-use and settlement, as evidenced by the ancien
  • . In some parts cadastral land-use, naming and road patterns themselves indicate former settlement sites, especially where very small fields of very mi scell aneous^ land-use are arranged in relation to tracks, like the curti 1 agesand clos that surround settlements both now
  • and in the early 'nineteenth century (Astill and Davies 1982b: 21f, 31). Thèse cadastral suggestions coincided with fields that produced concentrations of surface material at the post-medieval 'site' C470 and, more arguably, the post-medieval 'probable site 1 C473, although no buildings were
  • indicated there in the nineteenth century. One concentration was located in an area which had standing, inhabited, buildings in the early nineteenth century, but which is now devoid of structures or earthworks: F212, a 'possible site' (médiéval and post-medieval ) . Overall
  • , concentrations of surface material were most frequently found in the basin to the south of Ruffiac village (the centre of L) and in the nei ghbourhood of Trignac, in the north of Carentoir commune (F); however, sites were common throughout the southern halves of F and C, particularly
  • or schi ste; the imported material is notably absent from fields cleared of woodl and since the 1 ate nineteenth century. Fieldwalking in 5m squares ('Total' Coll ecti on ) In order to investigate the nature of sites identified in transect walking, as in 1983 and 1984 some fields
  • were the subject of more intensive study: four fields (A107, D221, B216, B347) were gridded in 5m squares so that everything on the surface of the fields, including schiste, might be collected. A107 had been classified as a 'possible site', with comparable amounts of médiéval
  • and post-medieval pottery; 0221 had been classified as a 'possible site', with a prépondérance of médiéval pottery in an assemblage that included Roman wares; B216 was a 'blank' field which had produced no finds; B347 was classified as a 'site 1 , with Roman pottery predominating. Soil
  • fragments of brick and tile (6.58g). The assemblage included five worked flints, one pièce of haematite and two pièces of tegul a. Although black/grey and grey/green schiste were présent ail over the field, and looked like natural , red/yellow schi ste was distributed in a pattern
  • usters of other classes of material. 5 Excavations (EBS85 Tl and T2) Small -scale excavation of earthworks was undertaken in order to begin investigation of the soils and archaeology within field boundaries near sites identified in fieldwalking. As indicated previously, one
RAP03801 (Corpus des signes gravés néolithiques, Art rupestre néolithique en Armorique. Rapport PCR.)
  • Corpus des signes gravés néolithiques, Art rupestre néolithique en Armorique. Rapport PCR.
  • qualification de leur environnement devra aussi passer par une meilleure représentation devant obéir a minima aux standards visuels des sites européens comparables, consultables sur la liste UNESCO (Vallée de la Boyne, Stonehenge, îles Orkney), accessible sur l'Internet. 20 1. Rappel sur
  • distribution des sites en Bretagne, avec une fenêtre spécifique ouverte sur le secteur d'étude UNESCO. Des cartes d'isodensité de sites, cartes des chaleurs, et de supports mettent en évidence plusieurs concentrations éloquentes. Pour l’Armorique, la première année-test (2016) a permis de
  • ), Ekaterina Devlet† (art rupestre de l’Asie centrale et orientale, Institute of Archaeology, Moscou), Jens-Bjørn Riis Andresen (relevés et représentations 3D en archéologie, Department of Archeology and Heritage Studies, Aarhus University), Bettina Schulz-Paulsson (chronologie et
  • protection du patrimoine) que le gestionnaire de site (la commune, le département, l’association, la société d'économie mixte, le propriétaire privé, etc.). Ces objets archéologiques, le plus souvent hors-sol, courent le risque de disparaître ou de devenir illisibles sous la pression
  • étroitement associée, physiquement et symboliquement. La contextualisation en 3D des supports ornés, dans le cadre topographique (le site) et architectural (la tombe, l’ouvrage de stèles), s’impose tout autant afin que ne se perde pas le lien historique et fonctionnel. Les enregistrements
  • départements bretons, correspondant à 43 supports gravés pour 26 sites. La lasergrammétrie et la photogrammétrie sont associées à des lots 7 d’images compilées sous éclairages obliques in situ ou sous illuminations virtuelles (Mougau Bihan, Gavrinis R12, Pen Hap, Kermené, Mané Kerioned
  • B16) selon le protocole ICEO. La décorrélation d'image enfin permet d’obtenir des résultats complémentaires. Des mesures XRF prises in situ et des prélèvements opérés sur les colorants au creux des gravures sur plusieurs sites démontrent ensemble que plusieurs éléments chimiques
  • . A la date du 15 novembre 2019, 78% des sites bretons ont été numérisés, et 32% des objets sur ces sites sont modélisés et décryptés (ou en cours de décryptage). La subvention 2019 obtenue du CD56 fut exactement celle sollicitée, alors que la Région Bretagne baissait de 30% le
  • sites sont en cours de traitement, d’une année à l’autre, et ce travail d’ajustement et de correction va naturellement modifier le contenu du rapport final, qui lui-même ne sera toujours pas une publication. Des discussions sont par ailleurs ouvertes et offertes au lecteur au terme
  • de chaque descriptif de site, mais doivent être considérées comme réflexions « à chaud », sans les contrôles croisés, recherches bibliographiques poussées, organisation des arguments, etc., qui caractérisent un projet éditorial scientifique. Ce rapport est donc à ranger dans la
  • patrimoine sur le Chantier des Mégalithes) a très aimablement accepté de faire intervenir son équipe sur les sites de Mané er Loh, Vieux Moulin et Runesto à la demande de Christine Boujot. De même, nous remercions Olivier Agogué (CMN) pour avoir donné son autorisation à l’enregistrement
  • des gravures, en aidant techniquement notre intervention sur le site de Barnenez à Plouézoc’h. Jacques Madec, Adjoint au Maire de Locmariaquer, a grandement facilité nos démarches vis-à-vis des propriétaires des monuments locmariaquerois étudiés en 2019 ou des sites appartenant à
  • Chapitre 4. Sites enregistrés et traités en 2019 (ou en cours de traitement). 83 4.1. Tossen Keller (Penvenan, Côtes d’Armor)...............................................................................85 4.2. Prajou Menhir (Trebeurden, Côtes d’Armor
  • .....................................459 Bibliographie, webographie, liens URL......................................................469 Annexes Annexe 1. Inventaire des sites ornés................................................................................................497 Annexe 2. Lexique des termes techniques
  • ).....................................................................................................623 Annexe 10. 30 ans de recherches au LARA...................................................................................627 Annexe 11. Dispositif de médiation autour d’une dalle de Gavrinis (R12)...............................631 14 Annexe 12. Test de consultation des sites
  • , un ouvrage de pierres dressées ou une sépulture mégalithique. Notre opération intéresse aussi bien l'archéologue (la recherche fondamentale, la conservation et la protection du patrimoine) que le gestionnaire de site (la commune, le département, l’association, la société
  • atmosphériques en périphérie des sites et en surface des parois (catalysés par des hivers plus humides). Rappelons à cet égard que si elles sont parfois enfouies, à l’image du vestige archéologique tel qu’on le conçoit pour le Néolithique, elles sont plus souvent encore bien visibles en
  • élévation, ce qui fait leur singularité, et encore une fois leur exceptionnalité, notamment en Europe et à cette date. On ne saurait trop insister sur cette caractéristique extraordinaire. Les gravures et peintures néolithiques en accès libre sont un problème, même si le nombre de sites
  • une démarche difficile mais qu’il ne faut pas traiter par un vocabulaire approximatif ou étranger à l’objet en question. La meilleure protection des sites débute par l’intelligence du discours à leur égard. Le dernier inventaire des signes gravés en Bretagne date de 1981, publié en
  • langue anglaise. Il est à ce jour notre seul document de référence, pratique et informatif, avec le Corpus publié en 1927 par St-J. et M. Péquart et Z. Le Rouzic. Les deux ouvrages sont pourtant dépassés, par le nombre des sites découverts depuis 30 ans, mais surtout en qualité de
RAP00566.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • the natural 5 thèse can only be understood by extensive excavation,, Such large— scale work was impossible and it is therefore difficult to assess whether the area with dense pottery and phosphates marks the site of the settlement» If i t does, then much of the airchaeol ogi cal assemblage
  • ) to check the négative results from Ti 1 and T9. The sections of the trenches were cleaned by hand and recorded. In ail some 50 working days were spent on site? the average size of the team was seven. Trench 9 The plough soil was excavated in 10cm spits. The amount of pottery decreased
  • working days were spent on site and the average size of the team was six. Trench 25 This was the most westerly trench and was 39m long. The depth of plough soil varied from 36cm at the south, uphill, end to 1.10m lower down the valley side. The plough soil (1, 36) overlay the natural
  • - 13 1, 2 14 H 145 15 K446 18 Fig. 3 19 H80 Fig» 22 4 23 A92 ' 28 9 Fig. 5 Fig. 6 □ t h e r Work, 32 1985- 6 33 General Comment and Acknowl edgements 34 Re-f erences 35 P 1 a t. e s 1 - 1 0 f ollowing 35 The fifth and sixth seasons in a programme
  • for the main season by two people. The team (consisting largely of past and présent students from the Universities of London, Reading, Durham and Sheffield) numbered twenty, including the directors, and worked for twelve days, from 23 March, with one day off. A smal 1 team, of the directors
  • and two others, returned on 28 April for three days in order to complète the excavations. Overall, 317 mandays were spent on this year's Easter seasons (303 by the main team), including travelling time and time off 5 255 (244) of thèse were working days. The weather was dreadful
  • to be completed on the excavation site» Fieldwalking in Runs at 50m intervais (Transect Walking) A. Within the core Fieldwalking over large areas within the four core communes was organised within transects running south/north across them» Transects A (Ruffiac), D, E, 6 (Carentoir), B
  • 193 -.. > >.^'v... i-. ■ M") 4km apart CP ^ Carentoir 44 50m 0° SNicolas-du-Tertrç «A.•0 ■75m"C3 •so* CI 1 ..Q i il '-. ('?• - •--50m-- .. c -.- 7s m . . lields site. A • 9 probable A o Q possible I I \ / 1 walked in 1966 A • m 100m ..I
  • ... • • . J. I sites sites f N./< commune médiéval \ boundories sites post médiéval i undated sites 500m 0 sites TRANSECT M I A3 conditions, f eatures, présence of varieti£?s of schiste and local pronunci at i ons were noted on standardised recording forms. 285 fields were
  • worked flints were also collected, three from transect E, three from B, two from B and one from D. One possible platform and thirty lynchets were noted, of which fifteen were in Transect D. As in previous years there were considérable variations in the concentration of recovered
  • pottery, and the saine conventions are hereby used to distinguish between thems fields in which more than two neighbouring units each produced five or more sherds of the same broad period (or five or more fragments of building material) have been termed 'sites'; fields in which one
  • unit produced five or more sherds or fragments of building material, and two or more neighbouring units produced one to four, gr. two neighbouring units each produced five or more sherds or fragments, have been termed 'probable sites'; fields in which there were irregular
  • concentrations of material not covered by the above catégories for example, one unit with five or more sherds of the same period •- have been termed 'possible sites'. (The minimum number of finds necessary to quai if y a concentration for comment has been del i beratel y fixed at a 1 ow level
  • and for providing a means of référence to them; they do not necessarily dénote the position of former sett 1 emen t s „ ) In accordance with the conventions, 57) may be classified as followss 'Sites' 'Probable' 'Possible' Ail types Fields wal ked A 1(2.4) 4(9.5) 3(7.1) B 2(2.4) 9(11) 3(3.7
  • of mixed 1 and— use. 1 an des (like B2S and D52) and meadow early ni net eenth-century (ilke BS7 and B90) demand some further investigation, since they previous to the nineteenth imply either arable use or settlement century; sites 1 i ke G21S, 220 and 221, lying in the di sti net i vel
  • y managed landscapes associated with pet i ts further investigation because such château;-: , also warrant areas tend more traces of earlier landscapes. to préserve Add i t i on al 1 in some parts cadastral land— use, naming and road suggest. former settlement sites (Asti 11 p
  • a 1 1 er n s i n t h emse 1 ves 31); such cadastral suggestions coincided and Davi.es 1982b. 21f o-î with a concentration >ur ace material at the 'probable site B85. As usual , the 1 opographic position of the sites was also analysed. Again, a third of them loo. OA) were on fiât
  • of the? sites 1 ay within 250m of mapped streams (427.) , while more than a quarter (31.57.) were more than 500m away from them. £< . Samplinq ou.tside the core transects Sampling outside the core was organisée) in 2km radiating from it and thèse were walked in the s ame way as in one
  • % médiéval and 68% post-medi eval 5 six worked flints were? collected. One possible platform, a mound and ten lynchets were also noted. In accordance with the usual conventions, concentrations of surface material (total 51) may b e c 1 a s s i f i e d as f o 1 1 o w s r, Si tes ' ' Pr
  • management the proportion of sites located and quanti ti es of material collected is entirely comparable with those in the four core communes. However , there is less médiéval material than has usual 1 y been found there and it was a considérable contrast to collect pre-Roman sherds from
RAP03659 (Corpus des signés gravés néolithiques. Rapport de PCR 2018)
  • standards visuels des sites européens comparables, consultables sur la liste UNESCO (Vallée de la Boyne, Stonehenge, îles Orkney), accessible sur l'Internet. 18 1. Rappel sur les intentions du programme 1.3. Principes Nous devons nécessairement passer par une étape d’enregistrement
  • moment à travers un tableur (Libre Office). Une première cartographie (construite sur QGis, fond topographique BDAlti) permet d'apprécier la distribution des sites en Bretagne, avec une fenêtre spécifique ouverte sur le secteur d'étude UNESCO. Des cartes d'isodensité de sites et de
  • , première année d’un PCR courant sur trois années (2017-2019) ; le rapport 2018 est donc produit à mi-chemin. L’opération intéresse aussi bien l'archéologue (la recherche fondamentale, la conservation et la protection du patrimoine) que le gestionnaire de site (la commune, le département
  • ornés, dans le cadre topographique (le site) et architectural (la tombe, l’ouvrage de stèles), s’impose tout autant afin que ne se perde pas le lien historique et fonctionnel. Les enregistrements des surfaces sont de surcroît l’occasion d’observations qui ne se limitent pas à la
  • passer du statut de rapport à celui de publication scientifique. S’agissant d’une opération en train de se réaliser, des conclusions et un bilan seront nécessaires. Certains sites sont en cours de traitement, d’une année à l’autre, et ce travail d’ajustement et de correction va
  • naturellement modifier le contenu du rapport final, qui lui-même ne sera toujours pas une publication. Des discussions sont par ailleurs ouvertes et offertes au lecteur au terme de chaque descriptif de site, mais doivent être considérées comme réflexions « à chaud », sans les contrôles
  • que la Compagnie des Ports (Vannes) se soit désengagée de ce travail conjoint de médiation et de recherche sur le site de Gavrinis. La participation financière de notre laboratoire fut possible grâce à l’intervention de son directeur, J.N. Guyodo (Université de Nantes). Les crédits
  • ), Marine Chupin et Emilie Heddebaux (Paysages de mégalithes, Carnac). Delphine Aubin (chargée de mission patrimoine sur le Chantier des Mégalithes) a très aimablement accepté de faire intervenir son équipe sur le site de Kerlud à la demande de Christine Boujot. De même, nous remercions
  • Jacques Buisson-Catil (CMN) pour avoir donné son autorisation en aidant techniquement notre intervention sur le site du Menec à Carnac. Un grand merci enfin à Gwénaëlle Wilhelm-Bailloud pour nous avoir laissé un libre accès aux archives de Z. Le Rouzic et G. Bailloud. 11 Chaque
  • ........................................................................................ 63 Chapitre 4. Sites enregistrés et traités en 2018 (ou en cours de traitement)............91 4.1. Tossen Keller (Penvenan, Côtes-d’Armor)...............................................................................93 4.2. Crampozic (Saint-Mayeux, Côtes-d’Armor
  • )...................................................................................437 Chapitre 5. Bilan 2018 et nouvelles préconisations...................................................453 Bibliographie, webographie, liens URL......................................................................461 Annexes Annexe 1. Inventaire des sites ornés
  • pierres dressées ou une sépulture mégalithique. Notre opération intéresse aussi bien l'archéologue (la recherche fondamentale, la conservation et la protection du patrimoine) que le gestionnaire de site (la commune, le département, l’association, la société d'économie mixte, le
  • résultats de ces études soulignent dans le même temps la fragilité de ces représentations, soumises à des agressions plus ou moins conscientes des visiteurs, en nombre croissant, qui s'ajoutent à celles des agents atmosphériques en périphérie des sites et en surface des parois (catalysés
  • exceptionnalité, notamment en Europe et à cette date. On ne saurait trop insister sur cette caractéristique extraordinaire. Les gravures et peintures néolithiques en accès libre sont un problème, même si le nombre de sites incriminé peut paraître minime ; l’ennui, c’est qu’elles sont uniques
  • faut pas traiter par un vocabulaire approximatif ou étranger à l’objet en question. La meilleure protection des sites débute par l’intelligence du discours à leur égard. Le dernier inventaire des signes gravés en Bretagne date de 1981, publié en langue anglaise. Il est à ce jour
  • notre seul document de référence, pratique et informatif, avec le Corpus publié en 1927 par St-J. et M. Péquart et Z. Le Rouzic. Les deux ouvrages sont pourtant dépassés, par le nombre des sites découverts depuis 30 ans, mais surtout en qualité de restitution des surfaces
  • patrimoine (Solan 2008) n’envisagent pas, il y a peu de temps encore, l’objet tridimensionnel au sein de la chaîne opératoire qui nous intéresse, de l’acquisition à la conservation numériques, en passant par la représentation. Les expériences menées ces 5 dernières années sur le site de
  • pressenti pour une inscription UNESCO au Patrimoine mondial de l'humanité. Leur représentation, leur compréhension, leur valorisation et leur protection se posent de façon cruciale dans le cadre de ce projet qui devrait aboutir à l’horizon 2022. Une meilleure connaissance de ce
  • sorte que l’ensemble puisse être manipulable au sein d’une représentation tridimensionnelle autorisant toutes les déclinaisons visuelles possibles. Cette étape technique d’acquisition des données profitera aussi bien aux chercheurs qu’au gestionnaire du site (restitution virtuelle
  • Arches était envisagé en 2016, mais nous hésitons à franchir le pas dans l’attente d’une discussion ouverte avec nos collègues de l’Ecole Centrale (Nantes) qui utilisent d’autres outils. L’inventaire des supports (stèle isolée, ouvrage de stèles, parois d'une tombe) est assuré pour le
RAP02901.pdf (LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport de fp 2013)
  • de sites mégalithiques (la société d'économie mixte, le département du Morbihan, le classement UNESCO). Pas plus qu’en 2012, ne seront donc pas abordés par le biais de cette opération 2013 : - la fonction et la destination du monument (cairn) principal ; - la fonction et la
  • ://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-2120969/Peak-District-monolith-angled-tracksun-4-000-years-ago--important-pagan-rituals.html L’organisation ERA (England Rock Art) affiche sur le web une bonne série de pages consacrées au projet Northumberland and Durham Rock Art Pilot (NADRAP) géré par le
  • - Problématiques de recherche 1.1- Rapide présentation du site 1.2- Objectifs généraux 1.3- L’argument 1.4- Les résultats attendus en 2013 2- Mégalithes et levés numériques « 3D » : état de l’art (actualisation 2013) 3- Constitution de l’équipe 4- Moyens mobilisés 4.1- moyens financiers 4.2
  • favorablement à notre demande. L’ENSA Nantes a également contribué à l’intendance du programme et nous en remercions son nouveau directeur, ainsi que les directeurs du LARA et du département Art et Archéologie à l’université de Nantes. Les crédits de fonctionnement octroyées par le
  • d'exploitation du site de Gavrinis auprès de la Sagemor (Vannes), a toujours facilité l’accès au site pour notre équipe, notamment en dehors de la saison des visites, en intervenant personnellement pour effectuer nos passages dans l’île. Il a par ailleurs assuré, avec Françoise Guy, une
  • interprétations. 9 1- Problématiques de recherche 1.1- Rapide présentation du site RGF93CC48 (X= 1256535,92 ; Y= 7169390,33) 47° 34′ 23″ N / 2° 53′ 53″ W Cadastre Feuille G05, n° 433 Classé MH depuis le 19 juillet 1901 Depuis sa fondation au début du IVe millénaire et après son abandon
  • destination du monument (tertre) sous-jacent ; - la sémiologie des gravures ; - la fonction et la destination du site. 1.3- L’argument Les gravures de Gavrinis sont mondialement connues et sources d'innombrables articles, livres, bandes dessinées, films documentaires, sites Internet... Les
  • .) que sur le site lui-même. Il n'est pas excessif d'affirmer que nous sommes arrivés en limite d’utilisation et d’exploitation de cette information visuelle, tandis que l’interprétation archéologique, architecturologique, sémantique même, méritent d’être réévaluées. Ce qui suppose la
  • , présentées au colloque international de Besançon en 2009 (Cassen 2012, p. 1345), colorations suspectes déjà évoquées lors de l’observation des gravures sur les sites de Locmariaquer (Cassen 2009, p. 183). Ces exercices ont permis d'évaluer et le potentiel du site et les procédés
  • techniques susceptibles de couvrir la totalité du monument. Dans le cadre d'une formation demandée par le gestionnaire du site, plusieurs années successives de rendez-vous avec les guides des monuments de Gavrinis et de Petit Mont – deux monuments à maints égards semblables quant à leurs
  • .) car cette étape technique d’acquisition des données profitera aussi bien aux chercheurs qu’au gestionnaire du site. Des ambiances sonores ont également été acquises en vue de leur intégration à de futurs essais de réalité augmentée. Dans le même temps, les premiers tests de mesure
  • chercheurs, gestionnaires du site et grand-public) ; - projection d’un bilan illustré des travaux en cours dans le dispositif immersif Naexus (ENSA, Nantes). 1.4- Les résultats attendus en 2013 La programme 2013 s’engageait dans ses attendus (cf. réunion de programmation 2012, Vannes) à
  • Discovery Program en bénéficiant d’excellentes expériences antérieures. La surface enregistrée au LIDAR est aussi susceptible de nous intéresser puisqu’elle couvre 90 km2, soit un peu moins que le territoire carnacéen retenu pour un classement UNESCO. Une publication récente (Davis et al
  • virtuelle au terme de ce programme. Pays de Galles Près du site de Maerdy Windfarm (Rhondda, Glamorgan), une énorme pièce en chêne maquée de stries concentriques a récemment attiré l’attention des médias et des spécialistes (University of Wales Trinity Saint David ; the Glamorgan-Gwent
  • Archéologie, Archéosciences, Histoire »), au sein du thème « Mégalithes et territoires habités ». Par convention entre la DRAC de Bretagne et l’université de Nantes, le budget a été géré par l’UFR d’Histoire, Art et Archéologie, Faculté des Lettres à Nantes, dirigée par Yann Lignereux
  • couverture photographique, notamment en photomodélisation. 5.8- 5 juin 2013 Cette mission fut à nouveau consacrée pour une part aux questions des journalistes réunis l’après-midi sur le site à l’initiative du gestionnaire, accompagné de J.B. Goulard, nouveau délégué au sein de
  • l’association devant porter le dossier « Carnac » devant la commission de classement UNESCO. La matinée fut consacrée à l’enregistrement photographique sous éclairages tournant des dalles R3, R4, R5 et R8. Des clichés des polis d’usure sur R3 vont permettre de poursuivre l’inventaire des
  • états de surface. Dans le même temps, l’expérimentation de mise en forme de la dalle en granite apportée sur le site s’est poursuivie, notamment en mettant en œuvre un percuteur pendulaire. 5.9- 20 juin 2013 La matinée fut dédiée aux membres de la CIRA Grand ouest ainsi qu’aux
  • cette tranche parfaitement conservée et entièrement piquetée. 5.13- 10 sept. 2013 La journée fut consacrée à l'accueil d'une équipe de tournage (société TSVP, Paris) travaillant pour la série co-produite par Arte et l'INRAP "Sur nos traces". Plusieurs séquences en extérieur puis en
  • signes dans la visite réelle du site. Avant cette intervention, le dernier travail d'assemblage des faces cachées de L11 a néanmoins pu être achevé par photomodelisation. 5.14- 17 sept 2013 Deux objectifs atteints avec cette mission : d’une part la géologie des blocs avec Guirec
RAP02794.pdf (LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport d'opération)
  • technologie numérique (http://www.scottishten.org/) appartenant à Historic Scotland, au Glasgow School of Art,et à la société CyArk, décide de numériser le « cœur du Neolithic Orkney ». Une sélection de sites réputés (UNESCO World Heritage Sites), conservés dans ces îles du nordest de
  • conservation du patrimoine, le service archéologique départemental) que les gestionnaires de sites mégalithiques (la société d'économie mixte, le département du Morbihan, le classement UNESCO). Pas plus qu’en 2011, ne seront donc pas abordés par le biais de cette opération 2012 : - la
  • d’un programme (Fading rock art lanscapes project) financé par la British Academy, conduit par le département d’archéologie de l’université de Durham en partenariat avec le département des sciences informatiques de l’université de Bristol (Barnett et al. 2005). Une dalle gravée (1 m
  • -souvenirs. Une perspective est également évoquée autour de l’usure provoquée par le passage des pieds des visiteurs sur les blocs accessibles. http://services.english-heritage.org.uk/ResearchReportsPdfs/032_2012web.pdf • L’organisation ERA (England Rock Art) affiche sur le web une bonne
  • série de pages consacrées au projet Northumberland and Durham Rock Art Pilot (NADRAP) géré par le Northumberland and Durham County Councils et financé par English Heritage. http://archaeologydataservice.ac.uk/era/section/record_manage/rm_record_photogram.jsf On notera à cet égard un
  • site 1.2- Objectifs 2012 1.3- L’argument 1.4- Les résultats attendus 2- Mégalithes et levés numériques « 3D » : bref état de l’art (2012) 2.1- Quelques expériences européennes 2.2- Congrès et colloques 3- Constitution de l’équipe 4- Moyens mobilisés 4.1- moyens financiers 4.2
  • international du doctorant de l’équipe. Yves Belenfant, responsable d'exploitation du site de Gavrinis auprès de la Sagemor (Vannes), a toujours facilité l’accès au site pour notre équipe. Il a par ailleurs assuré avec Françoise Guy une information auprès de la presse dont nos recherches ont
  • valorisation du site, un nouvel effort a été enfin porté dans la constitution d’un fonds d’archives (gravures W.C. Lukis, Guernsey Museum ; archives Lucas, SHD Vincennes). 9 Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 10 Gavrinis 2012 - Rapport
  • d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 1- Problématiques de recherche 1.1- Rapide présentation du site RGF93CC48 (X= 1256535,92 ; Y= 7169390,33) 47° 34′ 23″ N / 2° 53′ 53″ W Cadastre Feuille G05, n° 433 Classé MH depuis le 19 juillet 1901 Depuis sa fondation au début du IVe
  • fonction et la destination du monument (cairn) principal ; - la fonction et la destination du monument (tertre) sous-jacent ; - la sémiologie des gravures ; - la fonction et la destination du site. 1.3- L’argument Les gravures de Gavrinis sont mondialement connues et sources
  • d'innombrables articles, livres, bandes dessinées, films documentaires, sites Internet... Les documents sollicités par ces médias, quand il ne s'agit pas de photographies, sont tous dépendants de relevés effectués au XIXe siècle - encore tout récemment copiés sans discussion critique à
  • d'exposition figurant ces symboles, aussi bien en musée (Carnac, Bougon, Saint-Germain-en-Laye, etc.) que sur le site lui-même. Il n'est pas excessif d'affirmer que nous sommes arrivés en limite d’utilisation et d’exploitation de cette information visuelle, tandis que l’interprétation
  • qui indirectement a conduit en 2007 à la détection de colorations rougeâtre inattendues, présentées au colloque international de Besançon en 2009 (Cassen 2012, p. 1345), colorations suspectes déjà évoquées lors de l’observation des gravures sur les sites de Locmariaquer (Cassen
  • 2009, p. 183). Ces exercices ont permis d'évaluer et le potentiel du site et les procédés techniques susceptibles de couvrir la totalité du monument. Dans le cadre d'une formation demandée par le gestionnaire du site, plusieurs années successives de rendez-vous avec les guides des
  • (réalité virtuelle, 12 Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal simulation d’hypothèses, etc.) car cette étape technique d’acquisition des données profitera aussi bien aux chercheurs qu’au gestionnaire du site. Des ambiances sonores ont également
  • proprement dite de programmation informatique (tester l'utilisation et l'utilisabilité du produit auprès des chercheurs, gestionnaires du site et grand-public) ; - projection d’un bilan illustré des travaux en cours dans le dispositif immersif Naexus (ENSA, Nantes). L’étape ultime qui
  • problématique archéologique n’a accompagné la numérisation des sites. http://www.passesimple.net/film-et-3d/Origines-Corse.html • Un site web anglais ouvert en 2007, dont l’actualisation s’achève en 2010, http://www.megalithic-visions.org/pmwiki/pmwiki.php?n=Main.HomePage propose quelques
  • initiatives de représentations sur un choix de sites mégalithiques en UK, Irlande, Allemagne (cf. la tombe à couloir de Waldhusen), Espagne et France, dont les stèles de Locmariaquer et une tombe à couloir bien connue à Carnac (Kercado). Cette tombe est reconstituée en 3 dimensions, de
  • , Service de l’Inventaire, Nantes), mais faute d’obtenir l’accord des responsables administratifs du site de Locmariaquer, le projet fut abandonné. Nous débuterons donc avec un premier levé opéré sur le site de Mané Kerioned en utilisant 2 scanners à résolution distincte permettant
  • , d’une part, l’enregistrement du site et des architectures (avec le dispositif Trimble GS200), de tester d’autre part une acquisition de gravures sur un orthostate (avec un appareil Mensi SOASIC). Ce travail n’a pas encore été publié, et fera prochainement (2013) le point sur
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • - 0.15m; however, 1 ower down the slope négative features survived much better. In ail 105 working days were spent on site with a normal team of 6. Trench 40 This was the most southerly trench and was 85m long. It crossed the ridge and the top of the slope. The depth of the plough
  • ; the cadastral work allows total reconstruction of the early rà neteenth- century ] andscape and is of parti cul ar value for the fieldwork programme (Asti 11 and Davies 1982, 1983, 1984, 1985, 1986, 1987)." The 1988 season involved sample excavation of parts of seven fields (B409, A92, A31
  • five-day planning trips by two in September 1987 and April 1988. The team, consisting of volunteers from a wide range of places, numbered twenty-six, including the directors, one finds assistant and three supervisors; it worked for f i ve weeks from 28 August, with four days off
  • . Anne G'ebhardt joined it for a day for soi 1 sampling and Tony Stevenson for two days for pollen sampling. Overall, 938 mandays were spent on the 1988 season, including travelling time and time off; 787 of thèse were working days. The weather was idéal for much of the season
  • , and only two days were lost because of rain; however , the gênerai dryness meant that the ground was hard and made for very heavy working. EBS 88 B409 (Carentoir Zft 161) B409 lies on a west-facing si ope near the settlement of Le Eiois Guillaume, documentée! from the eighteenth
  • century as a metai rie (fig. 2). The field was permanent meadow in the early nineteenth century. In 1982 it was walked at 50m intervais and was classified as a 'médiéval site'; some Roman pottery was also recovered. In 1987 the field was gridded in 5m squares and walked for 'total
  • ) was si ted in the north-east part of the field where there was a coïncidence of pre— medi eval and médiéval pottery. A test pi t (T37) was also dug in the south west , over a squar e wh i c h had produced n o t. a b 1 e qu ant i t i e s of pre- medi eval pottery and brick and tile
  • . The square T36 was excavated in the same way as H 145 and A92 in 1986: a 5% sample was taken for sieving to check recovery rates and l'iand tools were used (Asti 11 and Davies, 1987). The excavation took 85 working days, with a team of five. Trench 36 The plough soi 1 (1) was excavated
  • without more extensive investigation. The séquence from T36 is important. The trench was sited on the highest part of the field, near the top of the slope, yet it has a much deeper stratification than T37 lower down the slope. The buried soil 32, with its charcoal, might represent
  • Roman site in the vicinity, and a few sherds in the topsoil, there is no trace of Roman settlement on this field and little to suggest Roman agricultural use. Présent évidence might suggest that the médiéval pottery in the plough soil derived from very heavy manuring, although
  • was not présent in such quanti ti es. Although the area excavated was so small, it is sufficient to reveal that this zone is of exceptional importance as a long-used settlement area - Iron Age, Roman nearby to the south east, two seigneurial sites hardby (Le Bois Guillaume and La Touche au
  • material was obtained from T29 (as was reflected by the results D -f the total collection) but more Roman pottery was found. Time ran ont and the sites had to be backfilled at the point, when ditches were recognised (Asti 13. and Davies 1987, 118-21). In 1988 the excavation was resumed
  • : it took il days, usually with a team of 8, in ail involving 81 working days Trench 28 The backfilled plough soil was removed and the ditch (10) rel ocated . In 1986 it seemed that this ditch had eut through a har dstand i ng or- floor (9); this was in fact the surface of thé pâturai
  • of ceramic roof tile were recovered (43.88kg, 167 fragments), and the pottery consisted of 3 sherds of grey coarse ware and one sherd of central Gaul ish Samian. The absence of Ir on-Age f abri es and terra-ni qra-type pottery «and the présence of so much roofing material would suggest
  • and was destroyed or collap>sed in the second century, with no subséquent occupation of that parti cul ar site. A31/79 (Ru-ffiac ZN 119) A3 1/79 is situated 4 00m north of Petit Madou in Ruffiac; it stretches from the crest of a ridge on the 40m contour down the north-east slope of a small
  • and A79 were first walked at 50m intervais in 1982; the material which was recovered concentrated where the two fields joined and was classified as a 'probable médiéval site'; Roman pottery was also noted. The field boundaries were subséquent 1 y changed and the eastern part of A31 has
  • ) were recovered from a few squares distributed throughout the field (21 out of 1383 squares). Brick and tile concentrated in the central area of the field, straddling the earthwork on the valley slope (fig. 5); thèse squares produced a maximum of 9 pièces each (0.5kg). The médiéval
  • dug parallel, 6.4m apart. Ditch 19, 1.75m wide and 0.6 m deep, had within its fill (20) two sherd s of late Iron- Age/ear 1 y Roman pottery (Fabric 13) and 6 small pièces of iron— working slag. The more northerly ditch, 2:4, had a primary silt (60) with no finds and then a loam
  • and was différent from the other ditches located on the site; its fill (11) yielded no finds. This may represent another récent attempt at drainage. The trench al so eut through the earthwork which was located at the bottom of the slope; no additional layers were found and it seemed
  • there was a ditch terminal (34), 0.62m wide and 0.25m deep. The fill (33) produced the largest collection of pottery from the site - 25 sherds. The majority (13) were of a late Iron-Age/earl y Roman fabric (Fabric 12) , but there was also a terra-ni qra-type base D -f a bowl (Fabric 65), a rim
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • and symbolic changes during the Azilian. The Rocher de l’Impératrice rock shelter is an unavoidable site for the understanding of Northwestern Europe Lateglacial societies. Because of the diversity of the archaeological evidences this site allows to develop a global thought about the nature
  • .......................................................................................................................................... 11 1. FICHE SIGNALÉTIQUE DU SITE ......................................................................................................... 13 2. ÉQUIPE
  • ........................................................................................................................................... 13 3. REMERCIEMENTS ........................................................................................................................... 21 4. PROBLÉMATIQUE DE LA RECHERCHE ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE (N. NAUDINOT) ....... 25 5. LOCALISATION DU SITE (N. NAUDINOT
  • GÉNÉRAL ET DESCRIPTION DES DIFFÉRENTES UNITÉS STRATIGRAPHIQUES IDENTIFIÉES SUR LE SITE ............................................................................................................................................ 44 11.2. HISTORIQUE DES ÉVOLUTIONS DE LA STRATIGRAPHIE
  • Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 11.5. CONCLUSIONS SUR LA MISE EN PLACE DES DÉPÔTS ET LA CONSERVATION DU SITE .......................................... 53 12. ÉTUDE ANTHRACOLOGIQUE (I. THÉRY-PARISOT
  • CENTRAL ............................................................................................................................... 56 12.4.2. BANDE L16-L14
  • ESSENTIELLEMENT RAPPORTABLE À L’AZILIEN ANCIEN (N. NAUDINOT) ........................................................................................................................................ 62 15.1. LES COMPOSANTES HOLOCÈNES MISES EN ÉVIDENCE SUR LE SITE
  • ........................................................................................................................... 131 20. OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES DE LA RÉPARTITION SPATIALE DES VESTIGES (N. NAUDINOT) ... 133 21. PREMIÈRES HYPOTHÈSES SUR LES MODALITÉS D’OCCUPATION DU SITE ET SA PLACE DANS LE SYSTÈME PALÉO-ÉCONOMIQUE AZILIEN (N. NAUDINOT, J. JACQUIER ET C. BOURDIER) ................... 138 22
  • ........................................................................................................................................ 145 25. UNE DIFFUSION SCIENTIFIQUE HANDICAPÉE PAR LES QUESTIONS DE SAUVEGARDE DU SITE (N. NAUDINOT) ...................................................................................................................................... 147 BIBLIOGRAPHIE
  • de Brest. L’obtention de datations radiocarbones (les premières pour le Tardiglaciaire de Bretagne), place l’occupation azilienne entre 13000 et 12000 cal. BC, soit dans le GIS-1e (Bølling). Plusieurs indices participent à faire de ce site une petite occupation fréquentée à
  • plusieurs reprises par de petits groupes de chasseurs durant de courts séjours pour des activités essentiellement dédiées à la chasse. Ces chasseurs seraient arrivés sur le site déjà équipés de certains outils domestiques sur lames et de nucléus en cours de débitage (destinés notamment à
  • fabriquer de nombreuses pointes de projectile sur petites lames), qui auraient ensuite été emportés hors du site. S’il est trop tôt pour être conclusif sur ce point, cette installation, tout comme les rares autres témoignages connus pour la période en Bretagne, pourrait témoigner
  • site du Rocher de l’Impératrice s’inscrit donc d’ores et déjà comme un jalon incontournable pour la compréhension des sociétés tardiglaciaires d’Europe nord-occidentale. Notamment grâce à la diversité des témoignages qu’il fournit, ce site permet de développer des réflexions
  • knowledge of these groups is however unequaled: if the Late Azilian and the Pleistocene/Holocene transition communities are now well known after some recent works, this is not the case of the Magdalenian and first Azilian societies. The launching of a research program in 2013 in a small
  • rock shelter discovered by M. Le Goffic at the Rocher de l’Impératrice at Plougastel-Daoulas, aims to progressively fill in this gap. The first results of this archaeological operation actually suggest this shelter dominating the Elorn estuary and the Brest roadstead to have been
  • occupied during the Early Azilian. The obtaining of radiocarbon dates (the first ones for the Lateglacial of Brittany) places the Azilian occupations between 13000 and 12000 cal. BC, that is to say during the GIS-1e (Bølling). Several evidences suggest this site to be the result
  • (probably dedicated to the production of the numerous projectile points found in the assemblage). These cores have probably been taken of the site. If it is too early to be conclusive on this point, like the others few available testimonies for this period in the region, this site would
  • , development of a weaponry essentially constituted of axial points). More than 50 engraved schist tablets were also discovered at the Rocher de l’Impératrice. This discovery is particularly interesting since it constitutes the first evidence of Paleolithic art in Brittany. These engraving
  • are also essential at a greater scale since Early Azilian art is extremely rare in Europe. This discovery allows developing our research to another part of the Early Azilian socio-economic system. By their thematic and their formal codes, these engravings are firmly in the tradition
  • and rhythm of the transformation of the last Paleolithic communities. There is no doubt that the next plurennial program (2017-2019) will participate to bring much more data with the extension of the excavation to the totality of the surface preserved on the site. 11 Rocher de
RAP03523 (Corpus des signes gravés néolithiques. Rapport de PCR 2017)
  • environnement devra aussi passer par une meilleure représentation devant obéir a minima aux standards visuels des sites européens comparables, consultables sur la liste UNESCO (Vallée de la Boyne, Stonehenge, îles Orkney), accessible sur l'Internet. 1.3. Principes Nous devons nécessairement
  • d'une tombe) est assuré pour le moment à travers un tableur (Libre Office). Une première cartographie (construite sur QGis, fond topographique BDAlti) permet d'apprécier la distribution des sites en Bretagne, avec une fenêtre spécifique ouverte sur le secteur d'étude UNESCO. Des
  • (2017-2019). L’opération intéresse aussi bien l'archéologue (la recherche fondamentale, la conservation et la protection du patrimoine) que le gestionnaire de site (la commune, le département, l’association, la société d'économie mixte, le propriétaire privé, etc.). Ces objets
  • .). L’inventaire s’attache à enregistrer et représenter la gravure au même niveau que le support auquel elle est étroitement associée, physiquement et symboliquement. La contextualisation en 3D des supports ornés, dans le cadre topographique (le site) et architectural (la tombe, l’ouvrage de
  • retenues. Le mode de transmission du Corpus fait enfin partie de la réflexion devant mener à des propositions concrètes en termes de stockage et d’archivage pérenne, en établissant la liste indispensable des métadonnées. Le mode de transmission par le biais d'un site sur l'Internet
  • scientifique. S’agissant d’une opération en train de se réaliser, des conclusions et un bilan seront nécessaires. Certains sites sont en cours de traitement : ce travail d’ajustement et de correction va naturellement modifier le contenu du rapport final, qui lui-même ne sera toujours pas
  • une publication. Des discussions sont par ailleurs ouvertes et offertes au lecteur au terme de chaque descriptif de site, mais doivent être considérées comme réflexions « à chaud », sans les contrôles croisés, recherches bibliographiques poussées, organisation des arguments, etc
  • site de Gavrinis, Yves Belenfant, ont largement contribué au succès du programme d'expérimentation de gravures déroulé sur 5 journées en 2017. La participation financière de notre laboratoire fut possible grâce à l’intervention de son directeur, J.N. Guyodo (Université de Nantes
  • une gestion rigoureuse mais également souple et très attentive des crédits alloués. Nous sommes enfin très heureux de l’aide et de l’expertise obtenues de Mehdi Chayani (Archéovision, Bordeaux), Mathieu Quantin (Ecole Centrale, Nantes), Bastien Bourineau (I-maginer, Nantes), Guy 11
  • Cornen et Bernard Lasnier (Université de Nantes), Marine Chupin et Emilie Heddebaux (Paysages de mégalithes, Carnac). Delphine Aubin (chargée de mission patrimoine sur le Chantier des Mégalithes) a très aimablement accepté de faire intervenir son équipe sur le site de Rondossec à la
  • . Chaîne opératoire............................................................................................................... 47 Chapitre 4. Sites enregistrés et traités en 2017 (ou en cours de traitement).................................123 4.1. Goërem
  • ......................................................................................................................... 539 Bibliographie........................................................................................................................................ 549 Annexes Annexe 1. Inventaire des sites ornés
  • stèle, un ouvrage de pierres dressées ou une sépulture mégalithique. Notre opération intéresse aussi bien l'archéologue (la recherche fondamentale, la conservation et la protection du patrimoine) que le gestionnaire de site (la commune, le département, l’association, la société
  • supports. Les résultats de ces études soulignent dans le même temps la fragilité de ces représentations, soumises à des agressions plus ou moins conscientes des visiteurs, en nombre croissant, qui s'ajoutent à celles des agents atmosphériques en périphérie des sites et en surface des
  • élévation, ce qui fait leur singularité, et encore une fois leur exceptionnalité, notamment en Europe et à cette date. On ne saurait trop insister sur cette caractéristique extraordinaire. Les gravures et peintures néolithiques en accès libre sont un problème, même si le nombre de sites
  • , tout ce discours à entreprendre est une démarche difficile mais qu’il ne faut pas traiter par un vocabulaire approximatif ou étranger à l’objet en question. La meilleure protection des sites débute par l’intelligence du discours à leur égard. Le dernier inventaire des signes gravés
  • en Bretagne date de 1981, publié en langue anglaise. Il est à ce jour notre seul document de référence, pratique et informatif, avec le Corpus publié en 1927 par St-J. et M. Péquart et Z. Le Rouzic. Les deux ouvrages sont pourtant dépassés, par le nombre des sites découverts
  • expériences menées ces 5 dernières années sur le site de Gavrinis (DRAC/CD56) ainsi qu’en Bourgogne et Forêt de Fontainebleau (dans le cadre du programme Jade 2/ANR), puis au fil de l’annéetest 2016 précédant le PCR triannuel, ont permis de mettre au point des protocoles d’acquisition des
  • de la France (Bretagne et Pays de Loire, voir infra) sont regroupées sur le territoire pressenti pour une inscription UNESCO au Patrimoine mondial de l'humanité. Leur représentation, leur compréhension, leur valorisation et leur protection se posent de façon cruciale dans le cadre
  • gestionnaire du site (restitution virtuelle, réalité augmentée, simulation d’hypothèses, etc.). Pour cela, le programme d'enregistrement bénéficie des avancées techniques récentes (depuis 2011) en 18 1. Rappel sur les intentions du programme termes de : ‐ photomodélisation
RAP01768.pdf (le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • : présentation des travaux 8 III. LES SITES MESOLITHIQUES EN FINISTERE : CHRONOLOGIE ET STRATIGRAPHIE 12 1. Problématique générale : pour une nouvelle définition archéologique des sites mésolithiques 12 2. Objectifs des nouvelles recherches de terrain 12 3. Mise en place d'une base de
  • données - Exploitation du fichier Gouletquer 13 4. Principaux résultat de la campagne 2001 14 5. Bilan de la campagne 2001 et projets des campagnes 2002-2003 24 IV. LE MESOLITHIQUE EN COTES D'ARMOR 25 1. Sondages sur le site mésolithique de Kervilien (Côtes d'Armor) 25 2. De
  • site mésolithique de Beg-er-Vil (Morbihan, France) 86 VI EXPLOITATION DE LA FAUNE 104 French Connections II: Of cows and men 104 VII. FLORAISON DE SITES PREHISTORIQUES DANS LA MOYENNE VALLEE DU BLAVET : 115 1. Généralités 115 2. Matériaux, toujours / 115 3. De l'Azilien
  • , enfin 115 4. Du Mésolithique, un peu 119 5. La question des anneaux en pierre 120 6. Autres sites néolithiques 127 VIII. LE SITE MESOLITHIQUE DE LA CROIX AUDRAN A CARNAC (MORBIHAN) 130 IX. LE SITE MESOLITHIQUE FINAL DE KERLIEZOC A PLOUVIEN (FINISTERE) 135 Résultats de la
  • animales et marines Activités Promoteurs S. Blanchet, B. Ginet, J.-M. Lacot, P. Forré, P. Gouletquer, M. Le Goffic, P. Léopold, Y. Pailler, J. Perry, E. Yven P. Gouletquer, G. Hiérarchisation du corpus de sites en Marchand Finistère S. Blanchet, J. Josselin, P. Etudes de collections
  • et définition Gouletquer, G. Marchand, d'un protocole d'analyse commun Y. Pailler, E. Yven Prospections au sol en Finistère, Morbihan, Côtes-d'Armor et Ille-etVilaine Budget Autonome PCR - G. Marchand Autonome Bilan archéographique des sites de Beg-an-Dorchenn, Téviec et
  • . Schulting ossements humains et animaux des amas coquilliers Prélèvement et étude des coquilles C. Dupont sur les sites de Hoëdic et Beg-anDorchenn Anthropologie physique Pratiques funéraires et L. Soler - R. Schulting (recrutement, caractères biologiques) domaine symbolique Analyse et
  • comparaison des systèmes S. Cassen symboliques mésolithiques et néolithiques Tableau 1. Organisation des travaux du PCR « Le Mésolithique en Bretagne » en 2001. - PCR PCR - 3 Jérémy Josselin (étude de Kerliézoc) Estelle Yven ^1 (prospections, études de sites et sondage) Yvan Pailler
  • (prospections et études de sites) Gérard Tournay (prospections), Grégor Marchand, Estelle Yven Pailler (études de collections) Grégor Marchand (sondages et études de sites) Stéphane Blanchet (prospections et études de sites) Pierre Gouletquer (prospections et études de sites) Catherine
  • Dupont, Grégor Marchand et N Anne Tresset (prélèvements à beg-a-Dorchenn) Raymond Le Floc'h (prospections) Stéphane Blanchet (fouille du site de La CroixAudran) John Perry, Peggy Pottier et Grégor Marchand (La Villeneuve) Bernard Ginet - Jean-Marc Lacot (prospections) Catherine
  • en 2003. Officiants Travaux Sondages sur des sites mésolithiques du Finistère Sondage sur un site du mésolithique moyen en Côte d'Armor Classement et étude des collections Morbihan Tournay en Centre- Etude de l'amas coquillier de Beg-er-Vil Marchand Yven Marchand-Pailler
  • - Tournay- Yven Desse - Gruet- Dupont Schulting - Tresset Etude de l'amas coquillier de Beg-an-Dorchenn Desse - Dupont - Gruet - Tresset - Marchand Etudes de sites et de séries lithiques mésolithiques Josselin - Pailler - Pottier - Yven Fouille préventive d'un habitat du
  • Mésolithique moyen. Elle souhaite notamment appréhender des vastes sites de plein-air, pour les comparer aux nombreux abris-sous-roche qu'elle a pu étudier dans le Sauveterrien. Lors d'un premier voyage, elle a pu fournir quelques orientations sur les possibilités offertes par les roches du
  • qui plombe la chronologie bretonne. Elles concernent l'une le site du Bilou au Conquet (Finistère) sondés par O. Kayser en 1999, l'autre le site de Quillien (Le Cloître-Saint-Thégonnec, Finistère) sondé en 1990 par P. Léopold. Sur le chapitre important de la chronologie absolue, R
  • . Schulting a pris à sa charge de nouvelles datations sur le site de Beg-er-Vil à Quiberon, dans l'objectif d'approcher l'effet de réservoir océanique. Une même opération sera entreprise en 2002 à partir des prélèvements 2001 de Beg-anDorchenn, en collaboration avec C. Oberlin et D
  • ou traduction de pratiques exogamiques ? La fouille du site de La Croix-Audran à Carnac s'est achevée à la fin de l'été, sous la direction de S. Blanchet, avec une équipe de l'AFAN. Première intervention préventive pour la période mésolithique, elle marque un virage dans
  • ont été réalisés par G. Marchand sur les sites de La Presqu'île (Brennilis), La Villeneuve (Locunolé) et Kerliézoc (Plouvien). Dans le premier cas, les vestiges étaient tout simplement sous un lac de barrage et les nombreux sondages n'ont rien donné. Un mobilier abondant
  • d'offrir à tous les chercheurs l'accès aux fondements de nos modèles. Une reprise des sites classiques (Téviec, Hoëdic, Beg-anDorchenn, Beg-er-Vil, La Presqu'île) est d'ores et déjà prévue, si l'on parvient à lutter contre les réticences de certains « gardiens » de collections (à ce
  • Morbihan. Estelle Yven expose les résultats de ses recherches sur l'Epipaléolithique et le Mésolithique ancien-moyen de la Basse-Bretagne, intégrées dans une thèse de troisième cycle sous la direction de Pierre Gouletquer. La découverte récente du site de Kervillien (Tonquédec, Côte
  • d'Armor) vient bousculer le modèle actuel d'implantation des sites. Il permet également de s'interroger sur le jeu des traditions techniques entre Bertheaume et groupes normands. Le phtanite de la région de Callac fait l'objet d'une analyse totale, en association avec des géologues de
RAP01557.pdf (PLOULEC'H (22). le Yaudet. rapport final de synthèse de fouille programmée 1996-1998)
  • CENTRE DE RECHERCHE BRETONNE ET CELTIQUE Université de Bretagne Occidentale INSTITUTE OF ARCHAEOLOGY University of Oxford LE YAUDET EN PLOULEC'H (22) Site muiti-pérlodes Fouille programmée RAPPORT 1996-1998 Patrick GALLIOU, Barry CUNLIFFE Brest, 1998 IS59- FICHE
  • SIGNALETIQUE Site n" : 22 224 001 AH Département : Côtes-d'Armor Commune : Ploulec'h Lieu-dit : Le Yaudet Cadastre : Année : 1933 Parcelles : 1, 2, 3, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 22, 23, 37, 48, 123, 822. Coordonnées Lambert : Zone : 1 X : 168,5 Y : 1131,4 Altitude (max
  • fer, de plomb, de verre, de terre cuite - meule - hache polie - silex. Notice sur la problématique et les principaux résultats Site côtier multi-périodes avec réseaux défensifs majeurs (A du B, A du F, GR) et occupations internes avec continuité aux périodes charnières. Mobilier
  • dont nous allons examiner les résultats dans ce qui suit a été mis en place en 1991 et s'est poursuivi tous les ans depuis cette date. Après deux campagnes consacrées à l'étude préliminaire du site (1991-1992), nous avons concentré nos efforts sur la zone située immédiatement à
  • à établir l'extension des circuits défensifs une série de sondages destinés à reconnaître le potentiel archéologique des trois zones topographiques principales du promontoire (plateau supérieur, vallée centrale, plateau et pentes septentrionaux). Le programme et les méthodes
  • nous sommes attachés à l'étude de la «vallée» centrale (tranchées 21 et 22) et de la fontaine située au débouché de celle-ci (tranchées 19 et 20). A proximité de cette stmcture, nous avons ouvert un sondage (tranchée 26), destiné à vérifier l'existence du rempart laténien en ce
  • septentrionales du site (tranchées 28, 29 et 36) et analysé le système défensif protégeant les côtés nord et ouest du promontoire (tranchées 31 et 35). Près de la porte laténienne, nous avons mené à son terme la coupe du rempart: (tranchée 25) et repris l'étude des abords internes de cet accès
  • promontoire et du bâti existant a été poursuivi pendant ces trois campagnes et est maintenant pratiquement terminé. En 1998, des prospections électriques et magnétiques ont été menées sur le plateau supérieur et dans la « vallée » centrale. Le circuit défensif Durant les premières années
  • du programme Yaudet (1991-1995), nous avions examiné les défenses dans deux zones : à l'angle nord-est du site, près du Corps de Douane, et à l'endroit où le rempart principal barre l'accès au promontoire. Ces sondages nous avaient montré que le rempart principal présentait trois
  • l'utilisation continuelle du chemin d'accès au site, l'érosion anthropique causée par la circulation, dans ce qui était devenu un chemin creux, minant l'équilibre des blocs situés à la base de ce parement. Une preuve éclatante de cette évolution nous est d'ailleurs fournie par le basculement
  • porte et d'étudier son comblement au cours de l'époque romaine. Les structures du Bas Empire romain et du Moyen Age rencontrées au cours de cette opération ont cependant considérablement étoffé l'image que nous pouvons nous former du site du Yaudet. Nous examinerons par conséquent la
  • F495 ,0 Tranchée 27 5 Metres ZD Site Name..L«...): Pnni Reauciion..; fto. copies. ...1.... Fig. 18. Le Yaudet. Tranchées 27. Coupes. t/3 a. 3 O •U (N
  • (Us 374 et 467). Ce comblement nous a livré de la céramique du Bas Empire romain et trois monnaies deux de Tetricus I et une de Tetricus II, ce qui semble indiquer que ce comblement fut effectué à la fin du troisième siècle, au moment même où l'on refortifiait le site et où
  • structure subrectangulaire (2,2 m sur 2,4m) était munie d'un foyer central et, à l'intérieur se voyait une série de petits trous de poteaux et de piquets qui, traversant le foyer, sont probablement postérieurs à l'utilisation initiale de ce bâtiment. La couche qui comblait cet édifice
  • tardive du Bas Empire, encore mal connue sur le site. On peut associer un trou de poteau (creusé dans le remplissage de la fosse F 569) qui a livré une autre monnaie datée des années 348-360 ap., tandis qu'une monnaie de Valentinien II (378-383) était mise au jour dans un niveau
RAP03449 ((56). Autour du Golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine. Rapport de PD 2016)
  • l’établissement de 51 fiches de déclaration de découverte d’entités archéologiques pour la plupart inédites. Quatre sites seulement font en effet l’objet de données complémentaires. Ces déclarations se répartissent sur 32 communes différentes. n° INSEE Commune Lieu-dit nature de l'entité
  • archéologique 1 Allaire le Bois-Guy enclos protohistoire et Moyen Age 3 Arradon Langat Antiquité 5 Arzon Pen-Castel tronçon de la voie antique Vannes/Locmariaquer éperon barré, site castral médiéval 8 8 Baden Baden Langario Kerispert 12 Béganne Les Alliers 12 Béganne 12
  • lorsque celles-ci comportant plusieurs sites. N 020 177 121 067 175 054 008 0 10 033 115 229 053 108 261 231 164 260 003 251 015 109 171 221 077 028 149 20 km 153 zone de prospection 234 005 001 012 143 5 et + 058 4 3 2 1 001 n° INSEE nouvelles
  • ), service régional de l’archéologie, représenté par Monsieur Yves Ménez, conservateur régional, Madame Anne-Marie Fourteau, ingénieur de recherches en charge du Morbihan à l’exception du secteur UNESCO, Madame Christine Boujot, ingénieur de recherches en charge du secteur UNESCO. Le
  • Laroche à la rue du marché couvert. Nous y associons la société INEO en charge des travaux Monsieur Thierry Montfort pour nous avoir fait découvrir le site de la chapelle du Moustéro à Muzillac. Les résultats de la prospection diachronique 2016 L’étude des photographies aériennes
  • L’exploitation de l’abondante documentation photographique accessible sur les sites internet de l’IGN (géoportail complété pour les photographies anciennes par sa plateforme : remonter le temps), Géobretagne et Google Earth, a permis l’identification d’un grand nombre de structures fossoyées
  • inédites et de deux bâtiments maçonnés antiques. L’identification de ces sites a été faite principalement à partir d’images satellites datées du 13 août 2016 et consultables sur Google Earth. Cette série de clichés se distinguent des autres visibles sur ce site par une définition
  • confirmée par un aveu de 1414 où il est mentionné l’ancien château du Closne. Ces photographies aériennes constituent de plus une source d’informations sur des sites déjà répertoriés à la carte archéologique. Si elles ne fournissent pas systématiquement des éléments nouveaux, elles
  • modalités du porter à connaissance auprès du service régional de l’archéologie. Ces images permettent aussi un suivi des sites et de mettre en évidence des risques de destruction totale ou partielle. Un bon exemple est donné par l’enclos en forme de « D » de Goah-Piern à Grand-Champ (EA
  • , chaque site potentiel a fait l’objet d’une prospection de terrain. Elle a toujours été effectuée sur terrain labouré ce qui permet de vérifier l’existence ou non d’une différence de couleur et de texture de la terre à l’endroit de la tache repérée. En 2016, 8 tumuli font l’objet d’une
  • déclaration. On peut ajouter qu’ils se marquent tous par un bombement léger qui n’excède pas 1,20 m. Le diamètre des probables monuments découverts est en moyenne de trente mètres. Cette recherche va se poursuivre en 2017, plusieurs sites potentiels ont d’ailleurs déjà été repérés (Elven
  • ° 56 058 0006). La présence de fragments de tuiles mêlés aux scories sur le site du Gastre conduit à attribuer son fonctionnement à la période gallo-romaine. Il en était de même pour les vestiges de l’atelier métallurgique de Coldan 1. Ces deux amas, Coldan 1 et le Gastre, se
  • of Muzillac, and on Pointe St-Nicolas at Pen Castel, 2km NE of Arzon, in Département Morbihan (56), southern Brittany (France). Two sites of suspected medieval origin were investigated at Coet Sürho, covering a total 4 survey locations (M1-M4), situated E & W of a minor road. Survey at Pen
  • Castel was conducted in 1 area located at the interior of an Iron Age promontory fort. This work was commissioned by Centre d’Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan (CERAM). Département Région Paysage Sols et géologie Morbihan (56) Bretagne Mixed pasture and arable land
  • locations M1-M4 focused on investigating these 2 sites. Archéologie Méthodologie The survey at Pen Castel (Arzon) focused on the interior of a known promontory fort (56 005 0015/0016), which occupies the northernmost region of Pointe St-Nicolas. The fort is defined by a variety
  • d’investigation prédéfinis, et de fournir une interprétation archéologique des anomalies géophysiques enregistrées. The results of this research will be used to inform the client’s future proposals for archaeological investigation at each site. DETAILS DU PROJET Client Auteur Date de la
  • prospection Date du rapport CERAM John Nicholls MSc 23-24 septembre 2016 12 octobre 2016 REMERCIEMENTS Target tient à remercier Sébastien Daré (CERAM) for arranging site access and providing background mapping to support the necessary fieldwork and reporting. © Target Client CERAM
  • trees also causing frequent interruption to the GPS connection with the RTK network. 2.2 Fieldwork at Pen Castel was limited to the accessible interior of the promontory fort, which comprised a small section of SW facing pasture land containing no major obstructions. 2.3 Numerous
  • rectilinear in form, are also highlighted extending roughly NW/SE. Probable building foundation 1 is estimated at 16m x 16m in size, and the property boundary (2-4) expected to cover an area c.80m x 48m. 3.1.2 Potential pit type responses are indicated in M1, notably 5-6 to the E and SW
  • are evident in the results from M3. Responses of possible interest are indicated, mainly in the central and western region of survey (12 & 13). The archaeological significance of these anomalies is uncertain. Insufficient survey area available in M3 and an abundance of modern ferrous
RAP03333.pdf ((22)(29)(35)(56). Corpus des signes gravés néolithiques. Rapport de PCR)
  • international pour illustrer le dossier en cours (Gavrinis, Kercado). Une qualification de leur environnement devra aussi passer par une meilleure représentation devant obéir a minima aux standards visuels des sites européens comparables sur la liste UNESCO (Vallée de la Boyne, Stonehenge
  • distribution des sites en Bretagne, avec une fenêtre spécifique ouverte sur le secteur d’étude UNESCO. Des cartes d’isodensité de sites et de supports mettent en évidence plusieurs concentrations éloquentes. 16 Introduction générale au programme Pour l’Armorique, cette première année
  • aussi bien l’archéologue (la recherche fondamentale, la conservation et la protection du patrimoine) que le gestionnaire de site (la commune, le département, l’association, la société d’économie mixte, le propriétaire privé, etc.). Ces objets archéologiques, le plus souvent hors-sol
  • concrètes en termes de stockage et d’archivage pérenne, en établissant par exemple la liste indispensable des métadonnées. Le mode de transmission par le biais d’un site sur l’Internet s’ajoute à ces préconisations, en déterminant une ligne éditoriale à partir de quelques pratiques
  • Olivier Agogué et Marie-Pierre Jégo (Service départemental d’archéologie du Morbihan). La Mairie de Carnac et la Compagnie des Ports par l’intermédiaire du gestionnaire du site de Gavrinis, Yves Belenfant, ont largement contribué au succès du programme d’expérimentation de gravures
  • mégalithes, Carnac). Christian Obeltz n’a jamais compté son temps pour nous prêter main forte alors du nettoyage des sites, nous lui en sommes très reconnaissants. Delphine Aubin (chargée de mission patrimoine sur le Chantier des Mégalithes) a très aimablement accepté de faire intervenir
  • son équipe sur le site du Mané er Hroëck à la demande de Christine Boujot. De même, nous remercions Jacques Buisson-Catil (CMN) pour avoir diligenté une équipe technique lors du nettoyage du cairn de Mané Kerioned avant notre intervention. Un grand merci enfin à Gwénaëlle
  • diffusion des résultats ��������������������������������������������100 3.7. Exploitations futures du corpus ������������������������������������������������������������������������������108 4. Les sites enregistrés pour l’année-test
  • ��������������������������������������������������������������������������429 Annexe 1 – Inventaire des sites ornés �����������������������������������������������������������������������������439 Annexe 2 – Lexique (relatif au travail de la gravure sur la pierre) ��������������� 447 Annexe 3 – Bibliothèque de densité de rocs
  • de pierres dressées ou une sépulture mégalithique. Notre opération intéresse aussi bien l’archéologue (la recherche fondamentale, la conservation et la protection du patrimoine) que le gestionnaire de site (la commune, le département, l’association, la société d’économie mixte, le
  • ancienneté et leur qualité. Les résultats de ces études soulignent dans le même temps la fragilité de ces représentations, soumises à des agressions plus ou moins conscientes des visiteurs, en nombre croissant, qui s’ajoutent à celles des agents atmosphériques en périphérie des sites et
  • singularité, et encore une fois leur exceptionnalité, notamment en Europe et à cette date. On ne saurait trop insister sur cette caractéristique extraordinaire. Les gravures et peintures néolithiques en accès libre sont un problème, même si le nombre de sites incriminé peut paraître minime
  • discours à entreprendre est une démarche difficile mais qu’il ne faut pas traiter par un vocabulaire approximatif ou étranger à l’objet en question. La meilleure protection des sites débute par l’intelligence du discours à leur égard. Le dernier inventaire des signes gravés en Bretagne
  • date de 1981, publié en langue anglaise. Il est à ce jour notre seul document de référence, pratique et informatif, avec le Corpus publié en 1927 par St-J. et M. Péquart et Z. Le Rouzic. Les deux ouvrages sont pourtant dépassés, par le nombre des sites découverts depuis 30 ans, mais
  • site de Gavrinis (DRAC/CD56) ainsi qu’en Bourgogne et Forêt de Fontainebleau (dans le cadre du programme Jade 2/ANR) a permis de mettre au point des protocoles d’acquisition des objets et de restitution de l’information reproduits avec succès dans différentes configurations (stèle
  • lumière de notre récente expérience. Enfin, on ne peut occulter le fait que plus de 50 % des gravures néolithiques en Armorique (Bretagne et ouest des Pays de Loire, voir infra) sont regroupées sur le territoire pressenti pour une inscription UNESCO au Patrimoine mondial de l’humanité
  • déclinaisons visuelles possibles. Cette étape technique d’acquisition des données profitera aussi bien aux chercheurs qu’au gestionnaire du site (restitution virtuelle, réalité augmentée, simulation d’hypothèses, etc.). Pour cela, le programme d’enregistrement bénéficie des avancées
  • -test a permis de mener à bien l’actualisation bibliographique du Corpus établi en 2015 : Note : le hiatus remarqué entre le nombre de sites, multiplié par 2 entre 2015 et 2016 en Morbihan, et le nombre de dalles gravées qui ne suit pas ce ratio, est dû à la disparition ou la
  • destruction de plusieurs dalles) A l’intérieur de ces ensembles, le territoire UNESCO, tel que retenu actuellement en 2016, rassemble 55 % du nombre total des dalles gravées de l’ouest de la France y compris la Loire-Atlantique et le Maineet-Loire (156 dalles pour 64 monuments). Durant
  • cette année-test 2016, le choix des premiers objets à enregistrer s’est fait en croisant plusieurs exigences, devant tenir compte : − du dossier en cours en vue du classement UNESCO de la région de Carnac ; − de la représentation équilibrée des autres départements bretons ; − de
RAP00567.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • . Fieldwalking of the sample transects, as also total collection in the core, were 7 financed by the Leverhulme Trust, with some additional assistance from the University of London Central Research Fund and the University of Reading; archive work was financed by a grant from the British
  • , Reading, Cardiff and York) numbered twenty-two, ' including the directors, and worked for twel ve deiys, from 22 March, with one day off. Six people went in advance, and worked for one day beforehand. Overall, 330 mandays were spent on this year ' s season, including travelling time
  • and time off; 270 of thèse were working days. The weather was poor, with very considérable rai nf al 1 ; although the fields themselves were usually in good condition for walking, recording was excepti onal 1 y difficult. Fieldwalking in Runs at 50m intervais (Transect Walking
  • of pottery, 161.72kg of man-made building material, 23 from thèse flints and 611.72g of haematite were recovered transects , together with two worked pièces of quartz (from M). This breaks down, by transect, as follows: Brick/tile kg 18. 49 P M 121 . 77 21 . 46 R Pre-Rom. Pottery 1 . 47
  • of building material) have been termed 'sites'; fields in which one unit produced five or more sherds or fragments of building material, and two or more neighbouring units produced one to four, or. two neighbouring units each produced five or more sherds or fragments, have been termed
  • 'probable sites'; fields in which there were irregular concentrations of material not covered by the above catégories - for example, one unit with five or more sherds of the same period - have been termed 'possible sites'. (It should be stressed, yet again, that the terme are conventions
  • of material (15.67. 'possible', 177. 'probable' and 4.57. 'site'). Transect M itself produced unusually high quanti ti es of brick and tile, and a high proportion of its concentrations were characterized by brick and tile - some of which had Roman pottery associated. Transect R was notable
  • . Previous work suggests that they reached the fields in the course of manuring and are therefore probably a useful indicator of pre-twenti eth-century manuring patterns. As in the core communes and in Transect N, it is again notable in thèse sample transects that there are some areas
  • where a 'temple' is sited (R8) , was observed to have a ploughed-out stone building, apparently unrecorded and suggesting a larger complex of buildings than has previously been supposée) Gai 1 i a 1977). Slag was collected from both R8 and R9; that from RS is tap slag, produced
  • by smelting iron ore in shaf t f urnaces; that from R9, however, weighed 2kg and came from the bottoms of bowl furnaces; first- and second-century pottery was collected from the surface in this 6 area. This season 's work has produced several indications that the core communes
  • st i es of the former, was separated from the Ruf f i ac/Carentoir core by the great Bruc 'blank'. Work outside the main season. 19B6—B7 During the past year work has continuée) on other aspects of the project, both field and archivai. Mi cromorphol ogi cal analysis of soi 1
  • samples from the 198é> excavations has been undertaken by Anne Gebhardt, under the supervision of Marie-Agnès Courty. Analysis of pottery fabrics has continuée), the sorting and classification of fabrics from the three 19B6 seasons now being half completed. Further work on local
  • quarries has allowed the provenancing of the few remaining unprovenanced local schi stes used for building in the core area. During the months of March and April 19B7 a team of four, under the supervision of Mog Tingle, worked fui 1 -time at intensive surface collection within the core
  • . Future work A team of four will return to the core communes in October-November 1987 to do one final month of 'total collection'. In August and September 1988 we plan an extended season of small-scale excavation in the core, to continue to investigate the relationship between surface
  • and subsoil features, as in 1985 and 1986, in order to be in a position to interpret the now large corpus of fieldwalking data. Analysis of the standing building records will be undertaken in 1987-8, and work on pottery fabrics and soils will continue. •*•*■*•***■ ■*■*•**♦■** The season
  • 's work was undertaken with the author i sati on of the Ministère de la Culture, Direction des Antiquités de Bretagne, and many thanks are - as always - due to M. Le Roux, director of the circonscription, and to the conservateur M. Clément, for their considérable help
  • and with the additional strains of scattered accommodation: despite very difficult working conditions, they achieved an astonishing rate of work and easily broke ail records. We owe profound thanks, as always, to ail who have given time, labour and energy to the project, as wel 1 as to those who have