Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3097 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02252.pdf (HENNEBONT (56). ferme de l'âge du fer à Polvern. rapport de fp 1 1987)
  • cheval (fig. 67). De pâte apparemment identique aux précédentes, ce dernier élément permet de proposer une reconstitution graphique de ce vase (fig. 68) doublement exceptionnel, de par son décor estampé zoomorphe et de par sa petite anse, vraisemblablement non fonctionnelle, qui
  • soutènement que peu de temps. Le seul témoignage archéologique de sa dégradation est constitué par une couche brune mêlée de quelques pierres vraisemblablement éboulées du sommet du parement. D'assez nombreux fragments de céramique, dont notamment une écuelle arénée à décor zoomorphe en
  • rayon de 50 à 100 km. La présence d'une telle activité donne au site de Polvern un caractère particulier, tout à fait compatible avec l'hypothèse d'un Hill-Fort. b) Une_céramique_exceptionnelle : l'écuelle à décor plastique_zç)omorphe (3) : Les fragments de ce vase ont été
  • courant sur tous les sites de la fin de l'Age du Fer en Armorique. Cette forme, extrêmement traditionnelle au sortir de son lissage effectué au tour lent, a reçu deux adjonctions qui en font une pièce exceptionnelle. Le fond interne a en effet été orné d'un motif zoomorphe, un cheval
  • , surtout dans la phase ancienne de la période de La Tène. Mais les décors ainsi obtenus sont toujours "abstraits" , souvent de simples bandeaux décoratifs ). Le seul décor zoomorphe connu provient de la nécropole gauloise de Kerviltré en SAINT-JEAN-TROLIMON (Finistère) (fig. 71, n° 1
  • l'animal. Il en est de même pour les deux cercles et les faisceaux de lignes qui divisent en quatre parties l'intérieur de l'écuelle et qui, rayonnant du décor zoomorphe, le mettent également en valeur. (* ■) Rapport de la fouille de l'hiver 1985-86, p. 83, tesson n° 5. - 62 - Un
  • utilisé pour le motif ornant le fond de l'écuelle. Il en était de même pour la ligne de petits rectangles soulignant l'oeil. Les pâtes de la petite tête modelée et celle du vase étant les mêmes, nous étions en droit de penser que les deux pièces formaient les éléments d'une seule et
  • reprend le motif du cheval et semble d'ailleurs se poursuivre partiellement à l'intérieur. Le seul parallèle que nous ayons pu trouver à cette céramique est une tasse en bronze datée du 1er siècle ap. J.-C. Mise au jour à KESHCARRIGAN en irlande (fig. 71, n° 6) (12). Cette oeuvre
  • magnifique de l'art celtique a en effet une anse formée d'une tête de canard, qui part de sous la carène pour se rattacher à la lèvre par l'intermédiaire d'une petite cale en bronze. Tant le canard que le cheval sont des animaux souvent représentés dans l'Art celte. Ici, la présence par
  • toute entrave, il avait certainement un rôle dans le panthéon celtique. Il est intéressant de découvrir le même motif sur des matières différentes : céramique et métal. Comment interpréter la présence de ce vase : fantaisie de potier ? Le caractère par trop achevé du motif
  • correspond mal avec cette hypothèse. 4 (K VIII 2a, Sud) Vase monté à la main et régularisé à la tournette. Pâte brun rouge, très micacée, graphitée extérieurement et intérieurement au-dessus de la carène. Très bien lissé, de couleur brune, ailleurs. Décor interne de 4 faisceaux de 2
  • stries incisées. 5 (K VIII 2a, Sud) Vase monté à la main, régularisé au tour lent. Pâte grise, brune à noire à l'extérieur. 6 (K VIII 2a) Pâte rouge, à dégraissant assez fin. Extérieur graphité et orné de hachures lustrées entre deux gorges. 7 (K VIII 2, Nord) Pâte grise, fine
  • et très micacée, graphitée extérieurement. Décor curviligne incisé. 8 (K VIII 2A et K VIII 2c) Vase monté à la main, peigné à l'intérieur, très bien lissé, gris luisant, à l'extérieur. Pâte fine, assez sonore. 9 (K VI la) Pâte brun rouge, fine, lissée intérieurement et
  • extérieurement. Col graphité sur les deux faces. Vase régularisé à la tournette. 11 (K VIII 2a) Fragment d'une anse renforcée, caractéristique de la fin de l'Age du Fer en Armorique. Pâte brune, assez fine. Traces de graphite à l'extérieur. - 64 12 (K VIII 2a) Fragment d'anse renforcée
  • . Pâte brun rouge, fine. Surface externe lissée, de couleur brun noir. 13 (K VIII 2c) Vase monté au tour ; pâte à dégraissant moyen, très micacée. Décor de stries incisées. 14 (K VIII 2) Vase tourné, puis lissé sur la face externe, au-dessus de la carène, et sur la face interne, à
  • , lissée et graphitée. 17 (K VIII 2a) Vase régularisé à la tournette. Pâte rouge, à fin dégraissant et micacée. Graphité extérieurement et intérieurement au-dessus de la carène. 18 (K VIII 2a) Vase monté à la main. La surface, partiellement éclatée au niveau du fond, met en évidence
  • la technique de montage. Le vase retourné, le fond a été modelé, les doigts du potier ayant laissé des traces profondes au niveau de la jonction avec la panse. Puis un bourrelet de pâte a été rajouté à ce niveau, puis égalisé pour effacer toute trace de montage. La pâte, à
  • dégraissant moyen est de couleur rougeâtre. Ce vase a été lissé, graphité sur toute la surface externe, puis peigné. 19 . (K VIII 2a) Vase monté à la main. La pâte, à dégraissant moyen et de couleur brun-rouge est restée brute de surface. - 65 20 (K VI la) Pâte brun-rouge, très
  • micacée. Col graphité sur les faces internes et externes. Vase monté à la main, puis régularisé à la tournette. 21 (K VI la) Fragment d'anse (?). Pâte brune, à dégraissant grossier, partiellement surcuite et devenue grise par endroits. Il est possible qu'il s'agisse d'un fragment de
  • céramique en liaison avec une activité artisanale. 22 (K VIII 2a) Fragment d'anse renforcée, à pâte brun-rouge, fine et graphitée sur la face externe. 23 (K VIII 2a) Fusaïole retaillée dans un tesson à pâte brune fine, graphitée. 24 (K VIII 2°) Vase monté à la main et régularisé à
RAP00189.pdf (HENNEBONT (56). polvern-kerlemhouarn. rapport de sauvetage urgent.)
  • d'une partie de la lèvre, au niveau de sa jonction avec l'encolure du cheval (fig. 67). De pâte apparemment identique aux précédentes, ce dernier élément permet de proposer une reconstitution graphique de ce vase (fig. 68) doublement exceptionnel, de par son décor estampé zoomorphe
  • arénée à décor zoomorphe en proviennent (*') * Enfin, dans un troisième temps, la partie Est du fossé a été à son tour comblée par un apport de terres variées, jetées en partie du sommet du mur de pierres comme en témoigne le pendage des couches. (*) voir l'étude détaillée du mur
  • constituant l'oeil du cheval avait été imprimée avec le même poinçon que celui utilisé pour le motif ornant le fond de l'écuelle. Il en était de même pour la ligne de petits rectangles soulignant l'oeil. Les pâtes de la petite tête modelée et celle du vase étant les mêmes, nous étions en
  • et de par sa petite anse, vraisemblablement non fonctionnelle, qui reprend le motif du cheval et semble d'ailleurs se poursuivre partiellement à l'intérieur. Le seul parallèle que nous ayons pu trouver à cette céramique est une tasse en bronze datée du 1er siècle ap. J.-C.. Mise
  • au jour à KESHCARRIGAN en irlande (fig. 71, n° 6) (12). Cette oeuvre magnifique de l'art celtique a en effet une anse formée d'une tête de canard, qui part de sous la carène pour se rattacher à la lèvre par l'intermédiaire d'une petite cale en bronze. Tant le canard que le cheval
  • ce vase : fantaisie de potier ? Le caractère par trop achevé du motif correspond mal avec cette hypothèse. 4 (K VIII 2a, Sud) Vase monté à la main et régularisé à la tournette. Pâte brun rouge, très micacée, graphitée extérieurement et intérieurement au-dessus de la carène. Très
  • bien lissé, de couleur brune, ailleurs. Décor interne de 4 faisceaux de 2 stries incisées. 5 (K VIII 2a, Sud) Vase monté à la main, régularisé au tour lent. Pâte grise, brune à noire à l'extérieur. 6 (K VIII 2a) Pâte rouge, à dégraissant assez fin. Extérieur graphité et orné de
  • hachures lustrées entre deux gorges. 7 (K VIII 2, Nord) Pâte grise, fine et très micacée, graphitée extérieurement. Décor curviligne incisé. 8 (K VIII 2A et K VIII 2c) Vase monté à la main, peigné à l'intérieur, très bien lissé, gris luisant, à l'extérieur. Pâte fine, assez sonore
  • . 9 (K VI la) Pâte brun rouge, fine, lissée intérieurement et extérieurement. Col graphité sur les deux faces. Vase régularisé à la tournette. 11 (K VIII 2a) Fragment d'une anse renforcée, caractéristique de la fin de l'Age du Fer en Armorique. Pâte brune, assez fine. Traces de
  • graphite à l'extérieur. - 64 12 (K V I I I 2a) Fragment d'anse renforcée. Pâte brun rouge, fine. Surface externe lissée, de couleur brun noir. 13 (K VIII 2c) Vase monté au tour ; pâte à dégraissant moyen, très micacée. Décor de stries incisées. 14 (K VIII 2) Vase tourné, puis
  • à la surface. 16 (K VIII 2a) Fusaïole en pâte brun rouge très fine, lissée et graphitée. 17 (K VIII 2a) Vase régularisé à la tournette. Pâte rouge, à fin dégraissant et micacée. Graphité extérieurement et intérieurement au-dessus de la carène. 18 (K VIII 2a) Vase monté à la
  • main. La surface, partiellement éclatée au niveau du fond, met en évidence la technique de montage. Le vase retourné, le fond a été modelé, les doigts du potier ayant laissé des traces profondes au niveau de la jonction avec la panse. Puis un bourrelet de pâte a été rajouté à ce
  • niveau, puis égalisé pour effacer toute trace de montage. La pâte, à dégraissant moyen est de couleur rougeâtre. Ce vase a été lissé, graphité sur toute la surface externe, puis peigné. 19 (K VIII 2a) Vase monté à la main. La pâte, à dégraissant moyen et de couleur brun-rouge est
  • restée brute de surface. - 65 12 (K VIII 2a) Pâte brun-rouge, très micacée. Col graphité sur les faces internes et externes. Vase monté à la main, puis régularisé à la tournette. 21 (K VI la) Fragment d'anse (?). Pâte brune, à dégraissant grossier, partiellement surcuite et
  • brune fine, graphitée. 24 (K VIII 2°) Vase monté à la main et régularisé à la tournette. Pâte brune, fine, lissée. Col graphité à l'intérieur comme à l'extérieur. Décor de stries incisées. 25 (K VIII 2a) Lèvre de grand vase à pâte noire, rouge par plaque, et à dégraissant moyen
  • . Céramique tournée (?) 26 (K VIII 2a, Nord) Vase monté à la main, graphité sur toute la surface externe et, à l'intérieur, uniquement à la lèvre. Pâte brune, à dégraissant relativement fin. L'intérieur, lissé, porte un décor de 4 faisceaux de stries lissées. 27 (K VIII 2c, Sud) Vase
  • monté à la main et régularisé à la tournette. Pâte gris-brun, à dégraissant fin. Surfaces internes et externes graphitées. Décor de 4 faisceaux de 2 stries incisées, rayonnant du fond interne. - 66 - 12 (K V I I I 2a) Vase monté à la main, régularisé à la tournette. Pâte gris
  • foncé, à dégraissant moyen, lissée sur les surfaces internes et externes. 29 (K VIII la) Vase monté à la main, régularisé à la tournette. Pâte grise, à fin dégraissant. Surfaces externe et interne lissées, gris-noir. 30 (K VIII 2a) Vase tourné. Pâte brune, à dégraissant moyen
  • des fragments de l'écuelle à décor zoomorphe Fig. 65 : écuelle à décor zoomorphe - IG - 0 Fig. 66 : petite tête de cheval modelée dans l'argile 5cm - 77 Fig. 67 : jonction entre la lèvre de l'ecuelle à décor zoomorphe et l'encolure du cheval - -78 - Fig. 6 9 : Décor
  • estampé Fig. 70 : petite tête de cheval en céramique 0 l fig. 68 : proposition de reconstitution graphique 10c IVi ' I I I céramique (MATZHAUSEN-BAVIERE) céramique (L1 EPINE-MARNE) Fer (Fourreau de LA TENE - SUISSE) bronze ( AYLESFORD - KENT) coupe en bronze de
RAP02357.pdf (SAINT-MARCEL (56). "la Sente Verte". le bourg. rapport final d'opération de fouille préventive)
  • modernes Epoque contemporaine Ère industrielle Âge du Bronze ancien moyen récent Age du Fer Hallstatt (premier âge du Fer) La Tène (second âge du fer) Sujets et thèmes Édifice public Édifice religieux Édifice militaire Bâtiment Structure funéraire Voirie Hydraulique Habitat rural Villa
  • l'opération archéologique p.21 Phase 1 : des structures protohistoriques 1- Deux sépultures de l'âge du Bronze ? 2- Les vestiges d'un bâtiment contemporain ? p.3l p.23 p.34 Phase 2 : un établissement rural de l'époque gallo-romaine 1 - Description et évolution du réseau fossoyé 1.1
  • . 154 Conclusion p. 157 Catalogue des sépultures Les sépultures de l'âge du Bronze Les sépultures de l'Antiquité tardive p. 161 p. 162 p. 164 Bibliographie p.233 Listing des figures p.243 Listing des planches p.244 Listing des photographies p.245 Annexes Annexe 1 : Etude
  • septembre 2006 Résultats - deux sépultures en fosse mises en place au cours du Bronze ancien I et disposées en parallèle, à peu de distance l'une de l'autre ; leur organisation interne est la même. II ne reste aucune trace de tumulus (travail de l'érosion), ni d'ossements (substrat
  • d'Opération 2008 TABLEAU RÉCAPITULATIF DES RÉSULTATS Bronze Ancien Fosses d'inhumation : Fosses en chapelet : Trous de poteau : Interprétation Mobilier Structures Chronologie 2 Sépultures 2 Bâtiment ? 6 Céramique sigillée « Terra nigra tardive » Fossés Gallo-romain Bâtiments
  • bronze, hache en fer. .\,qoi souligne le caractère privilégié de ces sépultures Ce mobilier pourrait être 13 Rapport Final d'Opération SAINT-MARCEL « LE BOURG » 2008 j caractéristique d'une équipement militaire de la fin de la période antique (entre la fin du IVe et le début du
  • familiarisé avec la fouille des structures rurales antiques ou du haut Moyen Age. Nature prévisible des travaux : La fouille préventive devra être réalisée sous une forme extensive. En effets la problématique d'étude générale devra porter sur l'organisation des différents espaces afin de
  • est-ouest. La seule sépulture fouillée lors de cette intervention (sépulture A) a livré du mobilier métallique appartenant à des éléments décoratifs (plaques, barrettes et boucles de ceinture ; bronze) et à des outils ou des armes (fer de hache, lame de couteau ?; fer). Cette
  • l'Antiquité tardive. La découverte de Pont-de-Buis (29) (Abgrall 1911) correspond à une sépulture orientée E-0 avec la tête à l'ouest ; elle a été aménagée dans un ancien four à chaux. Une coupe en verre avait été déposée au niveau du pied gauche ; un anneau en bronze très altéré et
  • impossible à prélever, entourait la cheville gauche. Une plaque-boucle a été mise au jour au niveau de la ceinture. La coupe en verre et la plaque en bronze (Figure 4) rappellent des objets mis au jour dans des sépultures à Saint-Marcel. Ensuite à Pléhérel (Côtes d'Armor) (Bardel 1977
  • les jambes d'un des individus, et émise en 266, et des « petites boules de bronze ». Dans les dunes d'Etel (Morbihan) en 1942 (Galliou 1989, p.133), une sépulture7 a aussi livré un couteau en fer et une boucle de ceinturon ornée de dessins géométriques qui « rappellent ceux des
  • (Dendrotech, Rennes) s'en est chargé. Enfin, des prélèvements de charbons de bois, provenant tous de sépultures, ont été datés par le laboratoire de Groningen (Pays-Bas)8. 8 : Centre for Isotope Research, University of Groningen, Nijenborgh 4, 9747 AG Groningen. 28 Figure 5: plan
  • structures contemporaines au-delà de la limite de fouille. 1- Deux sépultures de l'âge du Bronze ? (Figure 6) Deux creusements quadrangulaires ont été installés à 2,50 m l'un de l'autre, dans un secteur où le schiste est fortement perturbé jusqu'à devenir meuble par endroit. Ils sont
  • deux fosses est hétérogène et stérile, sans mobilier. La fosse 267 se particularise avec la présence d'une petite concentration de charbons de bois (US. 4) à l'extrémité ouest. La datation carbone 14 de ce lot de charbons de bois permet d'attribuer cette structure au Bronze ancien
  • d'opération 6 : plan de détail et coupes des fosses 267 et 273 (sépultures de l'âge du Bronze). La configuration de la structure fouillée à Menez Peulven (Douarnenez - Finistère) rappelle beaucoup celle de la fosse 267 et, dans une moindre mesure celle de la fosse 273 moins bien
  • Bronze. Dans (BLANCHET, 2005) 10 : S. Blanchet est venu à Saint-Marcel identifier les fosses 267 et 273 au cours de leur fouille. Nous tenons à le remercier pour les conseils précieux qu'il nous a donnés. 33 SAINT MARCEL « LE BOURG « (56 ) 2008 Rapport Final d'opération notre
RAP01847.pdf (OUESSANT (29). mez-notariou. rapport final de synthèse de fp3 2000/2002)
  • quelques coquillages et des ossements. Le mobilier le plus intéressant est un important fragment d'un grand vase du Bronze ancien-moyen à profil sinueux, anse plate et cordon digité près de la lèvre. Ecrasés sur place, de nombreux tessons permettent une reconstitution partielle du vase
  • DU SECTEUR 5 4.2. LA ZONE SUD DU SECTEUR 5 CH. 2. LES STRUCTURES DE L'ÂGE DU BRONZE ANCIEN-MOYEN 1. INTRODUCTION 1.1. UNE DECOUVERTE SURPRENANTE 1.2. UNE FOUILLE EN COURS 2. LE SUBSTRAT ET LE SOL NATUREL 2.1. LES CREUSEMENTS DU BRONZE ANCIEN-MOYEN 2.1. LES CREUSEMENTS GALLO
  • -ROMAINS 2.2. LES CREUSEMENTS MODERNES 3. LES SOLS ET HORIZONS ANCIENS DU BRONZE ANCIEN ET MOYEN 3.1. LA COUCHE LIMONEUSE DU BRONZE ANCIEN-MOYEN Us.220 - 1 3.2. LES STRATES ANCIENNES DE LA PARTIE ORIENTALE 3.3. DES AMENAGEMENTS ET ELEMENTS D'ARCHITECTURE ? 1.2. 1.3. 1.4. 1.5. LA
  • L'ÂGE DU BRONZE 3.3. PREPARATION DU TOME 3 Ch.6. BILAN ET PERSPECTIVES Il est des sites archéologiques prestigieux qui, par un état de conservation exceptionnel, tel celui de Pompéi, nous éclairent à propos de la vie quotidienne des bénéficiaires des progrès de l'humanité. Il en
  • du Bronze, n'est pas non plus étrangère à la formation de ces couches. Les fouilles de 1999 (Le Bihan, 1999) laissent deviner la part de construction qui revient à cette occupation humaine, en particulier au cours de l'âge du Bronze. L'étendue du site est assez difficile à
  • granité, à cassures fraîches, évoquent un arrachement de la pierre dans une zone proche du site ; l'existence d'une carrière est envisagée au nord de celui-ci. L'interface entre la couche Us. 16 et la couche supérieure (Us.07), accumulée dès l'âge du Bronze moyen, livre de nombreux
  • l'âge du Bronze et du 1er âge du Fer a détruit la majeure partie des vestiges les plus précoces, rendant très difficile une étude cohérente du site ancien. 2.1.2. Un habitat du Bronze ancien et moyen L'âge du Bronze ancien et moyen est représenté par des vestiges d'architecture
  • l'Europe de l'Ouest. Le caractère exceptionnel et l'intérêt de tels vestiges sont évidents. La fouille d'une vaste dépression à vocation rituelle, creusée à la fin de l'Antiquité romaine (Us. 157) met en évidence un prolongement des installations du Bronze ancien et moyen au nord-ouest
  • et complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du 1er âge du Fer. Le village apparaît comme un des derniers exemples des agglomérations compactes bien connues à l'est des Alpes et du Jura, en Europe continentale
  • complètes : . du riche mobilier des âges du Bronze ancien, moyen et final qui ne cesse d'apparaître parmi les vestiges antiques, . du mobilier céramique du premier âge du Fer de l'ensemble du village, . de la faune du premier âge du Fer, . des mobiliers archéologiques céramiques et
  • organiques de la Tène et de l'époque gallo-romaine, . des pratiques religieuses sur le site de Mez-Notariou C'est aussi l'occasion de vérifier l'hypothèse de l'étendue de l'établissement du Bronze ancien et moyen jusqu'à la bordure occidentale des zones accessibles aux archéologues. 2.2.2
  • du Bronze ancien et moyen et du Bronze final. Un tel programme justifie la réalisation de sondages ponctuels dans les couches de limons antérieures au village du premier âge du Fer. En 1999, de telles opérations s'étaient révélées déterminantes pour la compréhension de la
  • annexés - Le programme d'étude du mobilier de l'âge du Bronze est confié à Madame J. Roussot-Larroque (C.N.R.S.). - Madame M. Tuffreau-Libre (C.N.R.S.) intervient sur le site et prend en charge l'étude de la céramique antique. - J.-P. Guillaumet (C.N.R.S.) expertise le mobilier
  • ). Pour cela, il convient d'abord de « débarrasser » cette partie du site de la gangue de couches gallo-romaine (Us.224, 225, 228), tout en préservant les niveaux plus anciens du Bronze moyen. Il convient de rappeler que, jusqu'à la mi-juillet 2002, l'ensemble de ces niveaux (Us.238
  • , en réalité incluse dans le vaste dépôt du Bronze moyen Us.238, cf. fouille 2002), nécessitent une fouille extrêmement fine, ne sont découverts qu'en fin de campagne. Ils ne peuvent être fouillés en 2001. Cette énumération des obstacles rencontrées par la fouille correspond à la
  • recouvrement Us.214). L'étude du dépôt Us.166-146 est achevée et celle du dépôt du Bronze moyen Us.238, auquel se rattache l'Us.226, est bien engagée. Toutefois la richesse exceptionnelle de ces couches en reste de faune marine et terrestre, autant qu'en mobilier céramique et métallique
  • vestiges peuvent se découvrir dans ce secteur sudoccidental. - Des fonds de trous de poteaux datant du village du Bronze ancien-moyen et des limons incluant du mobilier de cette époque sont susceptibles d'apparaître à la fouille et de préciser l'extension de ce grand établissement, - Il
  • une gouge à bélière du Bronze final intactes par exemple). Cela incite à limiter la fouille à la zone centrale de la bande décapée, au contact direct de la dépression Us. 157. Sont exclus des recherches, la partie orientale (5 m de longueur est-ouest, là où commencent à apparaître
  • effectuées au cours des trois campagnes respectera la chronologie relative et l'ordre de mise en place des éléments. CH. 2. LES STRUCTURES DE L'ÂGE DU BRONZE ANCIEN-MOYEN 1. INTRODUCTION 1.1. UNE DECOUVERTE SURPRENANTE Le programme trisannuel engagé se structurait autour de vestiges
  • d'époque romaine et du premier âge du Fer. Compte-tenu de la proximité d'un vaste établissement du Bronze ancien moyen et des observations préalables (1995-1998), il fallait s'attendre à la découverte de quelques vestiges résiduels de cette époque : trous de poteaux, tessons, lambeaux
RAP01562.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport final de synthèse de fouille programmée 1996-1997)
  • SITE D E M E Z - N O T A R I O U 1.3.1. La topographie 1.3.2. Le sol 1.4. HISTOIRE G E N E R A L E D U SITE D E M E Z - N O T A R I O U 1.4.1. A u Néolithique 1.4.2. A l'âge du Bronze ancien-moyen 1.4.3. D u Bronze final au 1er âge du Fer 1.4.3.1. Bronze final ou 1er âge du Fer
  • . 1.5.2. 1.5.3. 1.5.4. 1.5.5. 1.5.6. 1.5.7. 1.5.8. Le problème posé Le site néolithique Le site du Bronze ancien-moyen Le site du Bonze final et du 1er âge du Fer Le site du 2e âge du Fer Le site de l'époque gallo-romaine Les vestiges médiévaux Conclusion 2. HISTORIQUE D E L A R E C
  • b 2. L E M O B I L I E R E T L E S P R O B L E M E S D E DATATION : DES DEBORDEMENTS SUR L E BRONZE F I N A L O U SUR L E 2ème A G E DU F E R ? 2.1. CONDITIONS DE DECOUVERTE 2.2. L A POTERIE 2 . 2 . 1 . Le mobilier 2 . 2 . 1 . 1 . La poterie du 1er Fer 2.2.1.2. Le mobilier de
  • débuts de l'âge du Bronze, et sans doute avant, j u s q u ' à la fin de l'époque romaine, la présence humaine se manifeste sur le site, faible ou dense. L'élargissement progressif des espaces fouillés a constamment étayé ce point de vue. L'archéologue bien né redoute d'utiliser le
  • pour s'appliquer, à leur tour, à l'étude d'autres sites. La mise au point de méthodes de fouilles, si appropriées fussent-elles, ne devait pas suffire pour répondre aux problèmes soulevés par l'originalité et la complexité des habitats du 1er âge du Fer et de l'âge du Bronze
  • craintives qu'a pu éprouver parfois la communauté scientifique à intégrer l'existence du village du 1er âge du Fer ou encore la poterie de l'âge du Bronze moyen de Mez-Notariou dans des décors de la façade atlantique de l'Europe des âges du Bronze et du Fer. I l a fallu admettre de vivre
  • mis au jour, voire d'architecture pour un certain nombre de bâtiments, demeure inédit sur toute la façade nord-ouest et atlantique de l'Europe en ce qui concerne la fin du Bronze final et le 1er âge du Fer. - Le mobilier du Bronze final est fort mal connu en Armorique péninsulaire
  • . Les études concernant le mobilier des périodes anciennes du 1er âge du Fer et ses relations avec celui du Bronze final sont inexistantes. - Aucun site d'habitat de l'âge du Bronze d'importance significative n'a été étudié dans cette région. - Hormis les nombreux spécimens de
  • mobilier céramique découverts en contexte funéraire, le lot de poterie d'habitat de l'âge du Bronze ancien-moyen mis au jour en Péninsule armoricaine demeure d'une grande indigence. - Les fouilles actuellement conduites sur le site de Mez-Notariou mettent au jour des dépôts assez
  • impressionnants de mobilier de grande qualité datant du premier et du second âge du Fer ainsi que de l'époque gallo-romaine. Ces vestiges, qui paraissent bien appartenir à des structures de sanctuaire, semblent déposés au-dessus de la partie occidentale de l'habitat de l'âge du Bronze ancien
  • uniques dans toute la région, qui, en définitive, provenaient de la destruction de l'habitat du Bronze ancien-moyen au sein duquel ils avaient été initialement intégrés. Ces quelques remarques, significatives, ne sont pas exhaustives. Nous avons donc choisi d'amorcer la publication des
  • cet ouvrage. Nous demeurerons prudents et réservés en ce qui concerne la présentation du mobilier découvert dans le village. Trop d'incertitudes demeurent : liaisons avec le Bronze final, avec la Tène I en particulier ; détection et étude de mobilier du Bronze ancien-moyen. Nous
  • . En revanche, les structures d'habitat et le matériel de l'âge du Bronze ancien-moyen pourront faire l'objet d'une étude simultanée. "Ouessant, Mez-Notariou. Le site archéologique et le village du 1er âge du Fer" devra donc être reçu comme la première d'une série de plusieurs
  • E D U FER O U BRONZE F I N A L ? 2 . 1 . Présentation 2.2. Le bourrelet de pierres Us.78 2 . 2 . 1 . La structure 2.2.2. Le mobilier 2.2.3. Interprétation 2.3. La structure S. 143 2 . 3 . 1 . La structure 2.3.2. Interprétation 2.4. Les éléments disparates 2 . 4 . 1 . Les
  • . Le l i t de pierres S.2903 et les plaques S.3354 et 3384 4.2.3. Interprétation 4.3. Le cordon de pierres Us. 155 4 . 3 . 1 . Description 4.3.2. Datation - interprétation 4.4. Le mobilier 4.5. L'horizon B : signification 5. L E BRONZE M O Y E N : L ' H O R I Z O N C : Us. 159 ET
  • 160 5 . 1 . La couche Us. 159 5.1.1. La couche Us. 159 5.1.2. Les plaques de terre rubéfiée 5.1.3. Datation - interprétation 5.2. La structure Us. 160 5 . 2 . 1 . Description 5.2.2. Datation - interprétation 6. L E BRONZE M O Y E N : L ' H O R I Z O N D 6.1 Les couches Us. 154 et
  • Us. 158 6 . 1 . 1 . L'Us.154 au nord de l'us.155 6.1.2. L'Us.158 au sud de l'Us.155 6.2 Les structures archéologiques profondes 6.2.1. La fosse Us. 161 6.2.2. La structure Us. 163 6.2.3. La structure S.3540 7. L E BRONZE M O Y E N : LES TROUS D E P O T E A U X 7 . 1 . Les types de
  • aménagements 9.2.4. Les aménagements récents du Bronze ancien-moyen 9.2.5. Fin du Bronze final - 1er âge du Fer 9.3. La perception globale 9.3.1. 9.3.2. 9.3.3. 9.3.4. Datation et chronologie Nature et répartition des modes de construction Orientation et organisation du site Les activités
  • Bronze 3 . 1 . 1 . Les types de structures 3.1.2. Répartition des structures de fondation 3.2. Le talus Us. 167 et l'organisation de l'espace à l'âge du Bronze 3.2.1. 3.2.2. 3.2.3. 3.2.4. La question Le talus Us. 167 Les cordons de pierres L'organisation de l'espace à l'âge du
  • Bronze moyen 3.3. Les structures du Bronze final ou du 1er âge du Fer 3 . 3 . 1 . Les éléments d'appréciation 3.3.2. Des suggestions ? 3.4. L ' é p o q u e gallo-romaine 3.5. Conclusion d'ensemble Ch.4. L E S V E S T I G E S D U S E C T E U R 5 1. I N T R O D U C T I O N 1.1. L'état
RAP00638.pdf (CARHAIX (29). "la maison médicale. 13 rue de l'Aqueduc romain". rapport de sauvetage urgent)
  • panneaux à motifè floraux (glans et feuilla ges divers)et un personnage (un important fragment représente un entrejambe). Dans cette couche une partie de fibule en bronze représentant un petit cheval marin et deux monnaies tardives ont été mises au jour . Sur le sol de 1'hypocauste 4
  • Cette terre 27, à une de à Nord- de m u r en du fait sur situait Terra à . ancienne sections de caractéristi- vase b a l l u s t r e se met large reposait du m o b i l i e r zone et de 1'hypocauste. noire époque dans l e s C.l. permit fondation à
  • l'Eat, du fait du problème de l'alimentation en eau. J.P. BARDEL Agent Technique à la DIRECTION DES ANTIQUITES HISTORIQUES de BRETAGNE. LA FIBULE ZOOMORPHE de la rue de l'Aqueduc à Carhaix (fouille de sauvetage D.A.H.B). Par Patrick GALLIOU Fibule à ardillon pivotant dans une
RAP00745.pdf (PRAT (22). Pouilladou. rapport de sauvetage programmé)
  • Tène I (3). Il est possible de faire un parallèle avec la représentation de i "2 sortes d'hippocampes" formant une lyre zoomorphe sur le vase découvert à la Chappe (Marne) (4). C'est en St aussi Jean le 3è Trolimon décor animalier de Bretagne, après
  • - Fond et panse d'une jarre. 45 - Fond et panse d'une jarre à pâte très grossière, pulvérulente. 46 - Fond de vase à piedestal. 47-51 - Fond de pot. 52 - Fragment par des de panse à anse verticale de section subtrapézoïdale fixée tenons au niveau d'un très léger renfoncement
  • de la paroi, sur 1'épaulement du vase. 53 - Fragment de panse d'un vase à l'hématite. 54 - Pot assymétrique à décor incisé oblique, sur le dessus de la lèvre aplatie. 55 - Petite "jatte coupelle" à col droit vertical, et fond sans doute plat. 56 - Gobelet. 57 - Bol
  • Laténienne. Une 2è partie du mobilier va nous permettre de rajeunir l'occupation du site, et ainsi dater le rebouchage du fossé. Pour les formes, il faut remarquer certains vases à profil plus galbé (n° 38), plus tardifs, et l'anse à goujon n° 52. Il sa forme du Paou
  • d'un de en est possible de rapprocher sa mais aussi l'anse découverte lors de la fouille du souterain armoricain Kerien (Côtes du Nord) (7). Elle est aussi reliée au niveau épaulement noyé dans la courbure du vase, par des tenons. Le remplis- sage de ce souterrain serait
  • contemporain du III 0 Le recoupe et technologie, d'un cette décor du tesson estimation. fragment de panse Enfin, d'un n° siècle. 4, cannelure interne et ondulations, la présence vase de poteries graphitées enduit à l'hématite, nous permet de corroborer cette datation
  • ancienne, site. montrant une puis une seconde à la Tène L'ensemble du mobilier recueilli influence stilistique intéressante, l'extérieure. Nous citerons à titre d'exemple le décor zoomorphe nous retrouvons sur les fourreaux d'épées de l'Est de la France, de Suisse, et
  • -, » l i-
RAP01774.pdf (VANNES (56). le sanctuaire gallo-romain de Bilaire. rapport final de synthèse de fp2 1999/2000)
  • : 3000 m2 Imprise menacée entièrement fouillée : oui ouille menée jusqu'au substrat : oui Sinon altitude du fond de fouille : RESULTATS SCIENTIFIQUES lots clés : - Chronologie : Age du fer, Gallo-romain, Médiéval - Vestiges immobiliers : murs, sols, foyers, fosses, trous de poteaux
  • - Vestiges mobiliers : céramique, monnaies, fibules, objets en bronze COMMENTAIRE : La fouille de Bilaire a mis en évidence un ensemble de vestiges qui aractérise un sanctuaire gallo-romain. Sa mise en place remonte à la période jgustéènne et se caractérise par la mise en place d'aires
  • bronze) ainsi que tout autre mobilier significatif (ossements, fonds de céramique en place, etc.) se trouvant en contexte primaire (sol ou niveau en place). L'enregistrement des données a été réalisé par unité stratigraphique sur fiche normalisée. L'envers de cette fiche contenait un
  • céramiques, deux études spécifiques concernent la découverte de cinquante monnaies et de vingt fibules, issues de contextes stratigraphiques homogènes. Le petit mobilier (bronze, verre et autres) fait également l'objet d'une présentation dans ce rapport. Toutes ces études ont été
  • d'explorer la zone comprise entre la voirie qui limite le site à l'ouest et la galerie ouest du grand temple. La fouille de la zone 3 a mis en évidence trois phases d'occupation distinctes comprises entre le second Age du Fer et le Bas-Empire (cliché 3). Cliché 3 : Vue d'ensemble de la
  • fondations d'un petit enclos matérialisant un espace particulier. La datation de cet ensemble repose uniquement sur quelques tessons protohistoriques (second Age du Fer) issus du remplissage de la tranchée 3055. Ces éléments ne permettent pas une identification plus précise. Cependant
  • du second Age du Fer ont été mis en évidence (ensembles A, B, C). Cependant, le plan de la phase 1 est de toute évidence incomplet. D'autres structures pourraient en faire partie sans que l'analyse de la stratigraphie ou la présence de marqueur chronologique ne puisse l'avérer
RAP02423.pdf (Inventaire du patrimoine archéologique du centre ouest Bretagne. rapport de prospection inventaire 2008)
  • été possible faute de données cadastrales. Le nombre des dépôts de fondeurs enregistrés (Age du Bronze et Age du Fer) et dépôts monétaires gaulois et gallo-romains passe de 1 à 7 par la localisation, plus ou moins précise, des signalements anciens. Les 3 nouveaux enclos répertoriés
  • confection de l'outillage lithique. Les gisements de surface du Néolithique/Age du Bronze ancien, ne livrent que peu d'artéfacts à l'exception du site de Trédudon en La Feuillée (EA n° 29 054 001 1). Les menhirs localisés sont au nombre de 15 auxquels il faut ajouter l'imposant monument
  • , coffres, cercueils en bois et tombelles en pleine terre. Les fouilles de ces structures ont livré des vases bitronconiques à 2 ou 4 anses et, plus rarement, des vases ornés et des poignards en bronze. D'autres grands tertres, fouillés ou non, sont bien conservés, tels Kerjean en Plouyé
  • mésolithiques Gisements néolithiques Mégalithes Tumulus, tombes mégalithiques, coffres funéraires Gisements Age du Bronze Gisements Age du Fer Souterrains Stèles Dépôts Enclos Enceintes Gisements gallo-romains Mottes castrales Maisons fortes Habitats médiévaux désertés Châteaux Objets isolés
  • Allée couverte Tumulus Enceinte Tombe mégalithique Stèle funéraire Dépôt Motte castrale Tumulus Tumulus Menhir Enceinte Dépôt de fondeur Menhir Enceinte Tumulus Tumulus Chronologie Age du Bronze Age du Bronze Gallo-romain Age du Fer 2 (?) Indéterminé Moyen-Age Néolithique Moyen-Age
  • Age du Bronze Age du Bronze Moyen-Age Moyen-Age Moyen-Age Indéterminé Moyen-Age Indéterminé Gallo-romain Néolithique Age du Bronze Indéterminé Age du Bronze Moyen-Age Mésolithique Indéterminé Age du Fer 2 Age du Bronze Age du Bronze Néolithique Age du Bronze Indéterminé Age du
  • Bronze Age du Fer Age du Bronze Moyen-Age Age du Bronze Age du Bronze Néolithique Moyen-Age Age du Bronze Néolithique Indéterminé Age du Bronze Age du Bronze 22 243 0003 22 243 0004 22 243 0005 22 243 0006 22 243 0007 22 243 0008 22 243 0009 22 243 0010 22 243 0011 22 243 0012 22
  • Néolithique Mésolithique Mésolithique Mésolithique Gallo-romain Gallo-romain Age du Bronze Indéterminé Indéterminé Age du Bronze Néolithique Age du Bronze Age du Fer Age du Fer Néolithique Néolithique Néolithique Néolithique Néolithique Age du Bronze Néolithique Néolithique Moyen-Age
  • Tumulus (4) Age du Bronze Néolithique Age du Bronze Moyen-Age Age du Bronze Gallo-romain (?) Age du Bronze Néolithique Age du Bronze Néolithique Age du Bronze Age du Bronze Mésolithique Mésolithique Age du Bronze Moyen-Age Indéterminé Gallo-romain Age du Bronze Néolithique Age du
  • Bronze Age du Bronze Age du Bronze Age du Bronze Age du Bronze Age du Bronze 29 054 0009 29 054 0010 29 054 0011 29 054 0012 29 054 0013 29 054 0014 29 054 0015 29 054 0018 29 054 0020 29 054 0022 29 054 0023 29 139 0001 29 139 0002 29 139 0003 29 141 0001 29 141 0002 29 141 0003 29
  • l'importance des lignes de crêtes et la proximité des voies de passage dans le choix d'implantation des monuments funéraires de l'Age du Bronze. -le nombre d'enceintes terroyées fait plus que doubler, passant de 56 à 124. Au seul critère morphologique, en l'absence de fouilles, il est
  • .-Y Tinevez sur l'implantation humaine du Néolithique au Haut Moyen Age dans la région de Callac et de P. Kernevez sur les fortifications médiévales du Finistère. \ l il Quelques prospecteurs isolés (J.-M. Moullec et J.-Y. Paul dans le secteur de Berrien, Y de Bellaing sur le
  • ou tertres isolés étaient enregistrés mais 25 autres figuraient dans la liste des indices. Le déséquilibre était encore plus flagrant pour les dépôts de fondeurs de l'Age du Bronze et les dépôts monétaires gaulois et gallo-romains : 1 seul enregistré et 14 dans la liste des
  • dignes de foi. Dans une optique de recherche, on se priverait, en se limitant de la sorte, d'une partie du fonds documentaire. Cette catégorie comprend notamment un certain nombre de dépôts de fondeur de l'Age du Bronze et de dépôts monétaires ou d'objets isolés dont le lieu de
  • provient de la liste des indices de sites. 14 entités précédemment enregistrées ont été invalidées. 8 correspondent aux structures agraires supposées du Moyen Age, inventoriées dans la commune de Brennilis notamment (cf. paragraphe 1). Outre des questions chronologiques non résolues
  • des Monts-d' Arrée achevées en 2008. Au plan qualitatif, il convient de souligner l'augmentation significative (de 37 à 49 plus 3 autres à Scrignac) du nombres de sites funéraires de l'Age du Bronze (nécropoles tumulaires, tertres isolés, tombes en coffre). Quelques sites sont
  • Bronze, tels Kerrolland en Maël-Pestivien (EA n° 22 138 0001), Kerpinson en Saint-Servais (EA n° 22 328 0006) et Plouénez en Brennilis (EA n° 29 018 0005). Ils sont parfois associés à des tertres tumulaires comme à Niquelvez en Berrien (EA n° 29 007 0035). Les fouilles ont montré
  • que les chambres funéraires de certains tumulus de l'Age du Bronze adoptaient parfois ce mode d'architecture. Dans la liste des tertres tumulaires, le tumulus de Kerguévarec en Plouyé (EA n° 29 211 0007), fouillé au XIXe siècle, est un site majeur : une sépulture princière du
  • Bronze ancien, type plutôt rare en Bretagne centrale. La tombe en pierre sèche à couverture de dalles a livré des épées, des poignards, des haches à légers rebords, des pointes de flèches armoricaines en silex et une perle d'espacement en lignite. Deux autres monuments sont datés du
  • Bronze ancien : le coffre de Juno-Bella en Berrien (EA n° 29 007 0001), associé à plusieurs tertres, et la tombe en coffre de Ligolennec en Berrien (EA n° 29 007 0003). La grande majorité des tertres fouillés sont datables du Bronze moyen. Dans cette série, il convient de citer les
RAP03615 (QUIMPER (29). ZAC de Kerlic : une ferme antique. Rapport de fouille)
  • chrono-culturelles et éléments de comparaison Le Néolithique L’âge du Bronze ancien L’âge du Bronze final 147 147 148 154 161 168 174 175 180 180 183 188 189 195 196 204 208 208 209 210 213 213 215 215 226 8. L’occupation antique 8.1 8.1.1 8.1.2 8.1.3 8.1.4 8.1.5 8.1.6 8.2 8.2.1
  • ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Mots-clefs des thesaurus ___________________________ Chronologie ___________________________ Sujets et thèmes ___________________________ Mobilier Âge du Bronze ancien Antiquité Haut Moyen Âge Habitat rural Structure funéraire Voirie Bâtiment agricole Structure agraire Foyer
  • grains. Des masses de blocs de pierre concentrées ponctuellement sur toute la partie nord du site sont majoritairement issues d’apports anthropiques. Le mobilier qui leur est associé peut être attribué à la protohistoire ancienne (Néolithique, âge du Bronze ancien). En dépit d’un état
  • , d’une surface de 7000 m2, a livré les traces d’une longue occupation de la protohistoire ancienne, depuis le Néolithique moyen jusqu’à l’âge du Bronze final, sous la forme d’épandages de céramique associés à de rares creusements pouvant suggérer des fosses d’ancrage de poteaux. Deux
  • chemin, habitat tumulus Datation Âge du Bronze Néolithique Antiquité Indéterminée Indéterminée Antiquité Âge du Bronze Antiquité Âge du Bronze 28 Inrap – RFO de fouille Tableau 2 Carte archéologique de la commune de Quimper (29232). © Atlas du Patrimoine Quimper – Kerlic 2017
  • habitat habitat habitat occupation habitat habitat éperon barré habitat enclos château-fort Datation Antiquité Antiquité Période récente Âge du Fer Âge du Bronze Âge du Bronze, Antiquité Antiquité Néolithique Moyen Âge Indéterminée Âge du Bronze Moyen Âge Moyen Âge Le diagnostic mené
  • sur une surface totale de 260341 m² par Eddie Roy a permis de mettre au jour des vestiges attestant une longue occupation de ce terroir depuis la transition Néolithique final/âge du Bronze jusqu’au Moyen Âge (fig. 2). L’occupation de la Protohistoire ancienne se matérialise par de
  • faible dans la zone 1 mais là encore la mauvaise lisibilité du niveau de décapage est en cause. Dans la zone 2 une partie des chablis semblent anciens comme l’atteste par exemple l’installation de deux sépultures de l’âge du Bronze dans le comblement de l’un d’eux. Une partie des
  • autres chablis sont postérieur. Du mobilier céramique de l’âge du Bronze a été recueilli dans les niveaux supérieurs de leur comblement et témoigne du piégeage de niveaux de sol remaniés. 38 Inrap – RFO de fouille Quimper – Kerlic 2017 Enfin certaines anomalies ont été éliminées
RAP02449.pdf (MORDELLES (35). Sermon, projet de ZAC économique. rapport de diagnostic)
  • à au moins 3 individus, datés de l'Age du Bronze ; ces vases se caractérisent pas un décor de cordon digité sur le col T r . 1D - F2 -1 clou en f e r T r . 1D - F3 -2 fragments de céramique commune : forme fermée à usage culinaire (traces de suie) T r . 2A ( * ) -1 fragment de
  • . NMI Age du Bronze 49 3 commune claire 2 1 5 commune post GR 1 1 6 t e r r a nigra ? 1 1 1B 1D 3 7 3 commune claire 1 1 11 1 cér. grise mi-fine 1 1 11 1 commune c\a\re 1 1 11 1 sigillée 1 1 11 2 commune sombre 1 1 11 céram A commune claire
  • vestiges archéologiques 2.2.1.1 - La structure du chemin 2.2.2 - Discussion 3 - ETUDE DU MOBILIER 3.1 - La céramique (Laure Simon. Inrap) 3.2 - Le mobilier en bronze (Françoise Labaune-Jean, 3.3 - Les monnaies (Paul-André Besombe, SRA) CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE Annexe 1 (Aspect
  • thésaurus Niveau d'apparition des vestiges : entre 0,50 m 0,70 m Chronologie : âge du Bronze, gallo-romain (Haut empire), bas Moyen-Âge, moderne et contemporain Nature des vestiges immobiliers : fossés parcellaires et/ou d'enclos, trous de poteau, fosses. Nature des vestiges mobiliers
  • : céramique, tuiles et briques antique, monnaies, petits mobiliers en bronze. Synthèse des résultats Cette intervention archéologique entreprise sur la commune de mordelles (Illeet-Vilaine) résulte d'un projet de création de Z A C économique en périphérie méridionale d'un important
  • A S DAO : Melle Jessica F R E I T A S Etude du mobilier : Melle Laure S I M O N (céramique), Mme Françoise L A B A U N E - J E A N (objets en bronze), M. Paul André B E S O M B E (monnaies) Mise au net du levé topographique : M. Frédéric B O U M I E R INTRODUCTION La campagne de
  • e chronologique assez longue allant de I âge du Bronze à la période médiévale. Ce diagnostic, financé par la commune de Mordelles, a été réalisé par l'Institut National de Recherches Archéologiques Préventives sous le contrôle scientifique du Service Régional de l'Archéologie de
  • , monnaies, objets en f e r et en bronze). Malheureusement, en raison des données lacunaires de la fouille, nous ne connaissons ni le plan ni la datation de ces constructions. L'abandon du site est placé dans la seconde moitié du I e r s. ap. J.-C.. Le fanum est remplacé par un
  • , s'apparentent à des fosses quadrangulaires de tailles diverses, toujours supérieures à un mètre de côté et au comblement organique. A t i t r e indicatif, 49 fragments de céramique de l'âge du Bronze 13 , appartenant à au moins 3 individus, ont été recueillis au contact de la tranchée 1. Ce
  • l'alignement d'un certain nombre d'entre-eux. La contemporanéité de c e t t e zone Légende Objets en bronze • • H • Mobilier céramique de l'Age d u Bronze Mobilier céramique d ' é p o q u e romaine Mobilier céramique Xll-Xlllème s. Mobilier céramique Xlll-XIVème s. Mobilier céramique XV
  • permet pas d'avancer la moindre datation. Seuls des fragments de céramique commune associés à des morceaux de tegu/ae ont été retrouvés dans l'épaisse couche de t e r r e qui scellait la voirie (tr. 39, F. 2, u.s. 1). Ces tessons appartiennent à des vases en usage entre le courant
  • pl. photo (Centre Pierre Paris ; 20). 3 - ÉTUDE DU MOBILIER 3.1 - La céramique (Laure Simon) Données générales Ce diagnostic a livré un petit lot de céramique relevant de d i f f é r e n t e s époques, puisque l'on recense des productions allant de l'Age du Bronze à la période
  • ), objet en bronze (étude Françoise LabauneJean) et en t e r r e cuite (tuile, dont 1 fragment retaillé en rondelle). NB : Le mobilier qui a fait l'objet d'une représentation graphique est signalé par un astérisque. ___ §§§ T r . 1B ( * ) -49 fragments de céramique, appartenant
  • tuile découpé en forme de rondelle T r . 5 (*) -1 bord de grand récipient en céramique commune, daté de la fin du X V e / X V I e s. 17 La détermination des tessons de l'Age du Bronze est due à Stéphane Blanchet, tandis que l'identification de la céramique médiévale/moderne revient à
  • vase en sigillée du Centre de la Saule, montrant des traces de passage au feu ; ses caractéristiques techniques, particulièrement altérées, impliquent une datation hypothétique, du milieu du 1er s. au début du I l e s. -des fragments de céramique commune sombre, se rapportant à 1
  • Identification Frag. NMI 1D 2 métal-fer clou 2 1 t e r r e cuite tuile retaillée en archit. rondelle 1 1 métal-fer clou 1 1 tuile 2 1 2A 11 1 12 11 t e r r e cuite archit. 3.2 - Le mobilier en bronze (Françoise Labaune-Jean) Le diagnostic e f f e c t u é en
  • février - mars 2009 sur l'emprise de la ZAC de Sermon, sous la direction de Laurent Aubry, a livré trois petits éléments en bronze faisant l'objet de cette étude 18 . Le premier objet correspond à un animal complet réalisé par coulage de l'alliage cuivreux dans un moule (fig. 11
  • section carrée de 0,4 cm de côté. Ce type de forme connue est généralement identifié comme servant d'élément de préhension ou de pied à des c o f f r e t s . Plusieurs éléments similaires peuvent être signalés, comme ceux 18 L'ensemble du mobilier métallique (objets en bronze et
  • -romaine de Lyon, Lyon 1983, p. 229-230. (cf. mentions de comparaisons en os p. 234, note 55) 21 Leroux G. et Provost A. « L'Ille-et-Vilaine - 35», Carte archéologique de la Gaule, Paris, 1990, p. 152-153. décrits par G. Le Cloirec dans son inventaire des objets en bronze de Corseul
RAP02201.pdf (HOËDIC (56). projet archéologique îles d'Hoëdic et de Houat : alignement du Douet)
  • travail est la suivante : Dès le Mésolithique, cette position géographique a été reconnue par les dernières populations prédatrices (Ilot de Melvan à Houat et Port-Neuf à Hoëdic) mais c’est au Néolithique et à l’Age du Bronze qu’une recherche systématique des endroits privilégiés a été
  • , néolithiques, mais aussi de l’Age du Bronze sont répertoriés. 16 - puis, un amas coquillier de 0,40 m scellant des sépultures mésolithiques. Les résultats de la campagne 2004. Lors de la prospection thématique de Pâques 2004, deux profils géologiques, d’orientation OSO/ENE, ont été
  • dunaires qui aurait permis l'édification du marais de Lann Vihan, ce qui est confirmé par l'ensablement à la même époque de la tourbière de Port la Croix. A13374 4935 ± 165 BP 4250 - 3350 av. J.-C. Vase (base) A13160 4180 ± 105 BP 3050 - 2450 av. J.-C. Vase tourbeuse (base
  • ) A13159 3205 ± 50 BP 1610 - 1390 av. J.-C. Tourbe (base) A13155 3455 ± 55 BP 1910 - 1620 av. J.-C. Vase tourbeuse (base) Port la Croix Hoedic Port la Croix Hoedic Port la Croix Hoedic Lann Vihan Hoedic + 0,05 m NGF + 0,32 m NGF + 0,53 m NGF + 1,97 m NGF Datations radiocarbone
  • : poteries et éclats de silex (débitage côtier). Les éléments céramiques, découverts l’été 2002, étaient très troublants puisque, à première vue, on pouvait leur attribuer une origine située dans le Néolithique ancien ou moyen : plusieurs éléments de vases sphériques, à ouverture rétrécie
RAP01883.pdf (QUIMPER (29). les vestiges archéologiques de Kerjaouen. dfs de diagnostic archéologique)
  • la structure, au-dessus de l'urne ou au niveau de l'épaulement, plusieurs éléments en bronze furent découverts : un petit objet en bronze de forme vaguement zoomorphe, un fragment d'objet annelé assez lourd et un assemblage ajouré de deux tiges à section cylindrique
  • vestiges immobiliers) '. - sur la chronologie : Néolithique, âge du Bronze, âges du Fer, gallo-romain, contemporain - sur la nature des vestiges immobiliers : Sépultures, trous de poteaux, fossés (enclos, , , . , „. - sur la nature des vestiges mobiliers : parcellaire), structures
  • vestiges archéologiques. - Mise au jour d'une occupation du Bronze ancien / moyen - Mise au jour d'une nécropole du Hallstatt final et de transition Hallstatt / La Tène - Mise au jour d'un établissement de La Tène finale - Mise au jour d'un terroir protohistorique (parcellaire et enclos
  • : L E S V E S T I G E S DES P A R C E L L E S 11-1337 E T 1026 5.1. U n ensemble de poterie de l'âge du Bronze. 5.1.1 Le mobilier du sondage B I I I (Us 13). 5.1.2 Le mobilier du sondage B X V I I (Us 14). 5.1.3 Conclusion. 5.2 U n réseau de parcellaire ancien. 5.2.1 Les réseaux
  • / Bronze ancien, des établissements ruraux de la fin du Néolithique et de la fin de l'âge du Fer, ainsi que des fosses médiévales (Le Bihan, Robic, 1993 et Le Bihan, 1995). Les travaux préalables à la construction de la rocade sud-est de Quimper, avaient déjà permis d'identifier les
  • simples : -Latombe S . 100 : (Cl. 22) La structure funéraire : Il s'agit d'une simple cuvette, profonde de 0,20 m, creusée dans le substrat arénitique aux dimensions de la base de l'urne qui y fut déposée. La moitié supérieure du vase est prise dans l'agglomérat de terres
  • . Quelques petits fragments de fer, pour la plupart difficilement identifiables, furent découverts dans le comblement de la structure. On note cependant une tige de section rectangulaire, coudée à angle droit à une extrémité (fibule ?). U n fragment d'objet en bronze (longueur 3,5 cm
  • , largeur 1,5 cm épaisseur 0,2 à 0,6 cm) présentant une petite perforation, était plaqué contre l'urne, au nord de la tombe. Le vase était calé verticalement dans la fosse par quelques petites pierres disposées à la base et près de l'épaule L'urne : (Planches 2 et 3) I l s'agit d'une
  • comblé d'ossements brûlés. Le vase reposait dans une dépression, marquant, à peine le substrat. Divers fragments de la panse étaient disséminés aux alentours. L'urne : (Planches 5 et 6) C'est une urne à faux piédestal. Le bourrelet présent autour de la base du vase est épaissi et
  • a profondeur de cette dépression correspondait au tiers inférieur du vase. L a partie supérieure, quant à elle, était prise dans un agglomérat de terre arénitique et de petites pierres. L'urne : (Planches 7 et 8) C'est une petite urne à haut col et lèvre droite ornée d'incisions sur son
  • tessons étalés autour n'ont pas permis de reconstituer la forme du vase. - L a tombe S. 125 : ( C l . 10 et 11) La structure funéraire : I l s'agit d'une simple cuvette, profonde de 0,20 m , a m é n a g é e entre les pierres d'un affleurement rocheux aux dimensions de la base de
  • l'urne qui y fut déposée. Tout comme la sépulture S. 100, la moitié supérieure du vase est prise dans l'agglomérat de terres remaniées L'urne : (Planches 12 et 13) C'est une grande urne globuleuse à pied creux. Décapitée au niveau de la base du col, son profil put être complété
  • , succède un groupe de cercles marqués d'une croix centrale auxquels se mêlent quelques cercles concentriques, puis vient un ensemble de ronds quadrillés. Le tout est souligné par une ligne répétant le petit m o t i f double du registre supérieur du vase. Son ouverture était obturée par
  • une petite dalle de granité, posée à plat. Plusieurs fragments d'objets métalliques furent découverts dans de l'urne : des morceaux de tôles de bronze repliés, un élément de tige en bronze de section rectangulaire (1,8 x 0,6 cm ; épaisseur 0,4 cm), deux petits amas d'oxyde de fer
  • terre grise, quelques traces d'os brûlés et de la poussière d'oxyde de bronze, sont visibles dans le flanc de ce fossé. Des fragments de l'urne furent découverts au pied de la tombe au fond de fossé. I l s'agit d'un grand col vertical terminé par une lèvre effilée dont la face
  • funéraire : Le vase était déposée dans une fosse aux parois aménagées avec de petites dalles de granité placées de chant, en couronne. Cette sépulture recoupe la tombe S. 121 L'urne : (Planches 27 et 28) I l s'agit d'une urne à panse globuleuse et haut col dont les flancs sont ornés
  • discernée entre les différents creusements, cependant la fouille a clairement d é m o n t r é que les urnes S. 101 et S. 103 avaient été déposées par-dessus le vase S. 102. Les urnes : Le vase S. 101 (Planches 29 et 30) est un récipient tronconique à fond plat. L a lèvre droite, arrondie
  • a présence d'os brûlés dans chaque urne démontre q u ' i l s'agit bien d'un ensemble de neuf sépultures et non d'un nombre plus restreint d'incinérations avec mobilier céramique d'accompagnement. L'écrasement de certaines urnes, l'absence de larges pans de quelques vases, les
  • vase de taille moyenne à l'épaule arrondie et affadie. Le col est vertical et la lèvre effilée à méplat interne est légèrement éversée. Près du pied, une tête de clou en fer fut mise au jour. L'urne S. 106 (Cl. 38 ; Planches 36 et 37) se présente comme un vase globuleux à haut col
  • et lèvre effilée légèrement éversée et méplat interne. L a partie supérieure de la panse est ornée de quatre grandes « marguerites ». Le fond est ombiliqué. Deux éléments en fer très oxydés accompagnaient les ossements brûlés à l'intérieur de l'urne. Le vase S. 107 ( C l . 35 à 37
RAP03476 (MORDELLES (35). Le domaine de Sermon. Rapport de diagnostic)
  • Paléolithique Néolithique Céramique Objet métallique Protohistoire Structure agraire 8 Parure âge du Bronze Urbanisme Habillement Ancien Maison Trésor Moyen Structure urbaine 35 Monnaie Récent Foyer Verre âge du Fer Fosse Mosaïque Hallstatt
  • connus, mais son utilisation est supposée au cours des iie- iers. av. notre ère au vu des mobiliers céramique et métallique recueillis. Jusqu’alors, la période gauloise était représentée à Mordelles par la découverte fortuite en 1893 d’un « vase de terre rempli de monnaies gauloises
  • . 7). Son remplissage a livré trois tessons d’un même vase dont la datation est antique, sans autre précision possible (cf. étude des mobiliers (hors monnaies)). Quant à la fosse F.28, elle a une forme allongée de direction est-ouest (fig. 7). Sa longueur totale est de 3,40 m pour
  • g.). Quinaires gaulois défourrés (?) illisibles (totalement corrodées). 14-Tr. 2 N/E, iso. 17. (0,98 g.). (D. : 18 mm). 15-Tr. 2, iso. 9. (0,58 g.). Identification incertaine (fragment). Bronze gaulois frappé illisible, totalement corrodé. 16-Tr. 2, iso. 33. (4,17 g.). (D. : 17
  • métalliques recueillis notamment des fibules. 52 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Riedons Statère or Quart de statère or Statère billon 2 1 7 Bituriges-Lemovices Ille-et-Vilaine, Mordelles, domaine de Sermon Denier Quinaire Bronze frappé Billon armorician
RAP01433.pdf ((35). déviation des rd 38 et 48. section Guichen - bourg des comptes. 1re tranche. commune de Guichen. rapport de diagnostic)
  • circulaire, (clichés H. PLANCHE VI Photo du haut. Guichen. Site 2, Age du bronze. Vignette C, empreinte du vase C après la phase de décapage. Photo du bas. Guichen. Site 2, Age du bronze. Vignette C, vase C en cours de dégagement, (clichés H. Paitier). PLANCHE VII Photo du haut
  • . Guichen. Site 2, Age du bronze. Vignette C, ensemble céramique B en cours de dégagement. Photo du bas. Guichen. Site 2, Age du bronze. Vignette C, vase B, fond en cours de dégagement, (clichés H. Paitier). PLANCHE VIII Guichen. Site 2, Age du bronze. Vignette C, vase B montrant un
  • du haut) montre que les structures apparaissent immédiatement sous la couche 0 20 m Fig. 5 : Guichen. Site 2, Age du bronze. Emplacement des tranchées de sondages et position des faits archéologiques mis en évidence. En orange, structures de l'Age du bronze. En vert
  • , chronologie indéterminée. En bleu, structures modernes. Fig. 6 : Guichen. Site 2, Age du bronze. Vignette C, détail. Position des structures et ensembles céramiques de l'Age du bronze. de terre végétale de 0,20 à 0,30 m de profondeur. Cependant, au décapage, les contrastes de couleurs
  • et 11 Terre limoneuse brune homogène \&§\ Terre brun-jaune à galets \M Blocs émoussés Sable jaune-orangé «i Pseudogley rouge-orangé compact Charbons de bois Fig. 7 : Guichen. Site 2, Age du bronze. Vignette C. Coupes stratigraphiques. présentent de nombreux décors
  • -Vilaine. DFS de fouille préventive, SRA Bretagne, Rennes. 3 cm 0 Ensemble C, éclat laminaire de jaspe Fig. 8 : Guichen. Site 2, Age du bronze. Mobilier céramique et lithique. PLANCHE I Photo du haut. Guichen. Moyenne terrasse de la Vilaine, vue générale des tranchées de sondages
  • , coupe stratigraphique du petit fossé, (clichés H. Paitier). PLANCHE III Photo du haut. Guichen. Site 1 , Age du fer. Tranchée 3, plaque de cuisson mobile en surface d'une fosse. ^hoto du bas. Guichen. Site 2, Age du bronze. Vignette C, fossés 10 et 11 (clichés H. Paitier
  • ). PLANCHE IV Photo du haut. Guichen. Site 2, Age du bronze. Vignette C, coupe stratigraphique de la fosse 100. La structure apparaît sous 30 cm de terre arable, inscrite dans le niveau de galets de la haute terrasse de la Vilaine. Photo du bas. Guichen. Site 2, Age du bronze. Vignette C
  • , coupe stratigraphique du trou de poteau 39. (clichés H. Paitier). PLANCHE V Photo du haut. Guichen. Site 2, Age du bronze. Vignette C, coupe stratigraphique de la fosse contenant les ensembles céramiques A et B. Paitier) ^ Gu Chen Site 2 Age du bronze Tran ' " ' chée B, fosse
  • antérieure à l'Age du bronze n'a cependant été retrouvée au sein de ces divers dépôts. P* Localisation générale et position du tracé routier sur la carte IGN au 1/25000° (feuille Bruz, 1219 O, 1990) 1 : Résultats Sur l'ensemble du tracé concernant la commune de Guichen, deux sites
  • archéologiques inédits ont été découverts. Un site attribuable à l'Age du fer localisé à l'amorce du tracé à la jonction avec la RD 38 (site 1) et un site attribuable à l'Age du bronze, au lieu-dit La Basse-Bouëxière, sur un lambeau de la haute terrasse (site 2) (fig. 2). SITE 1 Coordonnées
  • l'extrémité nord, correspondent à des fosses d'implantation de poteaux de 15 cm de profondeur conservée. Ces structures pourraient indiquer que Fig. 3 : Guichen. Site 1, Age du fer. Emplacement des tranchées de sondages et position des faits archéologiques mis en évidence. En orange
  • . 4 : Guichen. Site 1, Age du fer. Coupes stratigraphiques de deux fossés et mobilier archéologique (fond d'écuelle et sections de plaques de cuisson mobiles). nous sommes bien en présence d'un habitat, du moins en périphérie de celui-ci, pour lequel une extension vers le nord
  • majeure partie de l'occupation du Bronze final. Substrat géologique et géomorphologie : le substrat correspond aux alluvions anciennes de la Vilaine caractérisées par des dépôts de galets et de blocs émoussés dans une matrice argileuse brun-rouge. Au delà du replat, vers l'ouest, les
  • remplissages, il est possible qu'ils soient en relation avec les structures adjacentes datées de l'Age du bronze. La présence de fossés sans aucun lien avec le parcellaire actuel ou napoléonien se retrouve d'ailleurs dans d'autres sondages, en l'occurence les tranchées B, L et Q, fossés
  • dont l'orientation reste sensiblement est-ouest mais pour lesquels nous n'avons pas d'attribution chronologique. Les structures certifiées de l'Age du bronze par le mobilier archéologique se concentrent donc essentiellement dans la vignette C. Mais au delà du talus séparant les
  • être mis en évidence. La fosse d'implantation du vase semble en effet s'inscrire dans une excavation plus large (fig. 7 et PL. VI, photos du haut et du bas), informe et au remplissage difficilement discernable de l'encaissant, dans laquelle nous avons néanmoins découvert un éclat
  • laminaire de jaspe (fig. 8). Cet ensemble évoque plus un vase-silo, en place dans sa fosse, qu'un rejet. Il s'agit de la base d'un vase tronconique à fond plat, de grand gabarit, écrêté par les labours, et conservé sur 15 cm de hauteur (PL. VI, photos du haut et du bas). Les trous de
  • digités et d'impressions de baguette localisés sur une carène vive ou encore sur le col des vases (fig. 8 et PL VIII). Par ailleurs quelques individus de céramiques fines à surface lustrée sont recensés. Ils peuvent présenter le même type de décor sommaire et des pâtes avec ou sans
  • spicules. L'agencement générale des structures liées à l'Age du bronze ne permet pas d'établir de plan cohérent à ce stade du diagnostic. Il semble bien, compte tenu de la céramique découverte, que nous avons affaire à un site d'habitat qu'il convient de rapprocher de la fouille récente