Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

1 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00476.pdf (PLÉDRAN (22). le camp de Péran. rapport de sauvetage urgent)
  • y *! mhm Ï Î A F T P O R T D E S F O U I K L E S E X E C U T E E S E N 1 9 8 9 A U P L E D R A N C A M P D E P E R A N (C Ô t t ; s - c l u - N o i - d ) N° d'inventaire: 22 176 002 AH Musée des Antiquités Nationales Saint-Gérmain-en-Laye, le 15 décembre 1989
  • . En cours d'étude depuis 1983 par notre équipe, l'enceinte fortifiée médiévale dite Camp de Péran, implantée sur un substrat d'habitat protohistorique de La Tène moyenne et finale, a fait l'objet de recherches, én 1989. en continuité des travaux engagés depuis 1988 dans les
  • novembre 1989), assortie d'un crédit de fonctionnement de 5000 F. Les études de laboratoire (anthracologie et. carpologie) se sont vu attribuer une subvention de 15.674 F (notification transmise le 4 septembre 1989) et le crédit de 10.000 F. attribué en 1988 pour travaux archéologiques
  • présent (NICDLARDCT J.-P., HUNOT J.-Y. et D. Marguerie, communication à la Journée Préhistorique, RENNES, 25 novembre 1989) on peut, préciser que cette première structure ne comporte que des éléments de tronc de chêne, la taille des cernes et leur courbure le confirment. La petitesse
  • la structure en fosse qui contenait le chaudron n°2, au Pt. n" 1315. Malgré la sécheresse de l'année 1989, on a pu constater dans cettefosse, pendant toute l'année et même après assèchement artificiel par pompage pour les besoins de la fouille, la présence d'une remonté constante
  • étrier. Cet objet possède une semelle affectant la forme d'une plaque quadrangulaire et 1'arceau est surmonté,sernble-t-i1. par une bélière. Il n'est pas impossible que d'autres fragments d'étriêrs aient été déjà trouvés au cours des fouilles à Péran. C'est, en 1989, le premier
  • l'existence d'une aire de battage que la présence immédiate de champs cultivés. On doit donc penser que ces derniers étaient, à l'époque, bien à 1 1 extérieur du périmètre de la fortification (8). Conclusions et perspectives: Parte - 7 Les travaux limités de 1989 ont amorcés, sur le
  • des XIII et XIVe s.. (2) Le prélèvement en totalité des structures de bois et l'étude des techniques d'abattage, de taille et d'assemblage n'ont, pu être entrepris en 1989 avec l'enveloppe budgétaire de fonctionnement dont disposait le chantier. Ces travaux de terrain nécessitent
  • fouillés juste avant les consolidations et les restaurations du rempart, travaux envisagés en 1990 sous le contrôle des services d'Architecture des Monuments Historiques, suite à la visite, le 28 novembre 1989, de M. P. Monerie, Architecte des Bâtiments de France au Ministère de la
  • Culture - Ministère de l'Urbanisme et du Logement, Chef du Service Départemental de l'Architecture des Côtes-du-Nord à Saint-Brieuc (cf. copie document en date du 30 octobre 1989). (4) la pièce que nous a présentée Philippe Guigon est également fortement enrobée dans Line gangue de
  • 30JE'j Mo C a m p de P é r a n (Cl. M . H . ) Restitution du parement intérieur rempart. —Ì 0 3 H O V . 1989 C O U H n i t i n r.r ••A : ,.j •*i "s %" Monsieur, J e vous s e r a i s o b l i g é rie bien v o u l o i r me fournir u n e é t u d e c h i f f r é e sur le p r o j
  • rempart, des éléments de troncs de Chêne et Châtaigniers (Castanea sativa Mill.), des branches de Chêne, Hêtre Jt Noisetier peuvent correspondre aux restes d'une palissade. MaJ,s aucun témoin archéologique ne le confirme. i f 1 1 ï< i i 00 1989-12-11 14:49 BON PI Pi U N 10 H